Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2021

"Islamophobie" : la confusion des idées...

image.jpg

...et la peur des responsabilités. Mon éditorial à RCF :


<<  Alors : l’affaire de Sciences Po Grenoble... De quoi s’agit-il ? Deux professeurs, discutant (avec d’autres) de l’intitulé d’un colloque universitaire sur les dangers idéologiques d’aujourd’hui, ont estimé que la notion d’ISLAMOPHOBIE n’était pas claire, et qu’on ne pouvait pas la mettre sur le même plan que l’ANTISÉMITISME – dont le sens, lui, est connu et indiscutable. Aussitôt la discussion a fait l’objet de fuites ! Des affiches étudiantes collées à l’entrée des bâtiments ont accusé les deux professeurs d’être (je cite) des “fascistes islamophobes”. Ces affiches, attaquant deux professeurs par leur nom, ont fait scandale et alerté les médias … La petite affaire est devenue un gros tapage.

Ainsi voilà un trouble à l’ordre public, fabriqué à partir d’une querelle de mots sur l’intitulé d’un colloque universitaire. Mais depuis le drame de Samuel Paty, on sait ce qui peut arriver quand on lance certaines rumeurs.  On attend donc des pouvoirs publics qu’ils calment le jeu : or on les sent hésitants, pour deux raisons.

► D’abord la prudence. Récemment, la classe politique a mal jugé la ministre des Universités qui venait de se risquer sur ce sujet-qui-fait-peur.

► Et il y a une autre raison :  la confusion des idées. On parle tous les jours d’“islamophobie”, mais ce mot n’a aucune définition objective. Alors peut-on laisser, au nom de ce mot, des groupes d’opinion interdire certains débats ?  Et certains enseignants imposer silence à d’autres enseignants ? Après la mort de Samuel Paty, Emmanuel Macron avait affirmé que la liberté de parole des enseignants était sacrée. Mais ce beau principe semble difficile à faire appliquer. Finalement notre société est dans une crise intellectuelle et morale : nous ne sommes plus sûrs du contenu de nos valeurs. Nous ne sommes même plus sûrs du sens des mots… Du coup, les discussions tournent à l’orage, c’est-à-dire aux accusations démesurées. Comme dit Victor Hugo, “la France est sous les mots comme un champ sous les mouches”. Et la crise de société ressemble de plus en plus à une crise de nerfs. >>

 

 

logo.png

 

 

11:43 Publié dans Idées, Société | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : islamophobie

Commentaires

L'UNEF ET SAMUEL PATY

> Dans le même sens (dommage pour l'analogie avec le Moyen-Âge): https://www.nouvelobs.com/les-chroniques-de-pierre-jourde/20210310.OBS41215/l-unef-veut-elle-un-nouveau-samuel-paty-par-pierre-jourde.html
______

Écrit par : Raphaël R. / | 15/03/2021

ISLAMISME ET ISLAM

> L'islam, au départ belle religion monothéiste, avec de grands mystiques (par exemple les soufis), a évolué dans ses aspects les plus médiatico-spectaculaires vers quelque chose d'horrible : le terrorisme, les monarchies pétrolières qui nient les droits de l'homme, etc. Les Arabes donnent d'eux une mauvaise image, les crimes des islamistes rejaillissent même sur les plus modérés. C'est dans ce contexte que naît l'islamophobie, et la réaction des deux profs de Sciences Po, peut-être contestable si on la généralise trop, est compréhensible. Je suis un admirateur de la culture arabo-musulmane, un défenseur des Palestiniens (même si je crois qu'Israël mérite sa Terre promise), mais je suis bien obligé d'admettre que dans le monde comme il va l'islamophobie peut se comprendre, surtout si l'on donne un sens très large à la critique de ce qui est musulman.
L'islamisme est-il en embryon dans l'islam ? Question redoutable. Toute religion peut donner cours à des excès, à des crimes, à des abus. Il faut répondre à cette question. Les catholiques y ont répondu avec Vatican II. Mais attention : "le ventre est toujours fécond d'où sort la bête immonde..."
______

Écrit par : Bégand / | 17/03/2021

@ Raphaël

> Oui c'est vraiment dommage cette phrase sur le moyen-âge car autrement c'est très bien.
Venant de l'UNEF il faut s'attendre à tout à partir du moment où ils osent encore parler publiquement après les scandales de viol qui les caractérisent... et ils font campagne contre le sexisme...
Jamais entendu dire qu'on allait dissoudre l'UNEF.
On peut reprocher beaucoup de choses à Géneration identitaire mais ils n'ont pas de scandale de viol. Étudiant j'entendais dire que l'UNI était un syndicat "de fachos" de machos, etc. (toujours des insultes jamais d'analyses sur le fond) Mais je n'ai jamais entendu parler de scandale de viol à l'UNI.
Du coup j'ai fait une petite recherche et j'ai vu que les affaires de viol, de harcèlement concernent aussi des Jeunesses communistes et la MJS.
Dans tous les cas il y a eu tentative d'étouffement, omerta (le mot est de Libé, pas d'une feuille de chou d'extrême droite), le gars a été muté et si l'on en parle c'est contraint et forcé et invoquant la présomption d'innocence qu'on refuse à ces profs de l'IEP Grenoble (qui n'ont violé personne !).
______

Écrit par : E Levavasseur / | 17/03/2021

Begand,

> je ne sais pas où vous avez vu au départ l'islam comme belle religion monothéiste. Selon la tradition musulmane elle-même cela commence par 100 ans de conquête et Mahomet est un guerrier ayant commis de grave exactions.
Les soufis ayant tenté une voie mystique sont depuis toujours très minoritaires et ce n'est même pas une garantie contre leur non violence.
______

Écrit par : Ludovic / | 19/03/2021

AMBIGUITÉ DU CORAN

> Le Coran est beaucoup plus ambigu qu'on ne le pense. Même sur la mort et la Résurrection de Jésus . Il rapporte les négations de celles-ci, il mentionne que "ils disent qu'on a substitué..." . Qui ils? Le rédacteur les reprend-il à son compte? On ne sait. Rappel: il y a une mosquée de l'Ascension à Jérusalem, et le principal minaret de la mosquée des Ommeyades à Damas (qui a conservé le mausolée de Jean le Baptiste) est le minaret de Jésus.
Il faut ajouter que les musulmans reconnaissent la conception miraculeuse de Jésus ! Ceci le place au dessus de Muhammed !
L'Islam et la Coran lui même sont une superposition disparate d'écrits variés.
La mosquée de l ‘Ascencion est une ancienne église enlevée aux chrétiens. C'est vrai, mais en lui conservant cette dédicace, ils placent Jésus au dessus de Muhammed! Du reste, bien des indices font penser que l'Islam fut au départ une secte hérétique chrétienne, ce que pensait Mansour Ibn Sarjoun (St Jean de Damas en religion}
De plus, certaines pratiques communes viennent des monastères orientaux : se déchausser dans l'église, la prière des Heures.
Et il est clair, quand on lit la Coran, qu’il y a des couches successives dans le Coran, des auteurs différents, des destinataire différents des textes, et une multitude de contradictions.
Et puis, il y a le fatras des Hadiths, paroles du Messager rapportées plusieurs générations après !
Il semble donc vain de vouloir dire ce qu’est ou n’est pas le « véritable Islam »,
Dans la Bible aussi ? Mais c’est différent !, car la distance chronologique entre les textes permet de reconnaître la progression.
*PFH


[ PP à PFH – Et la Bible ne dissimule pas sa diversité d'auteurs humains... ]

réponse au commentaire

Écrit par : PF Huet / | 19/03/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.