Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2021

Réfléchir sur la pandémie, l'économie et l'écologie

a275ab4b28e0475397cee7603e3422c4e14bafbc5f700ebe94cd58cdd734fcd4.png

En février, un colloque oecuménique (à distance et régionalisé) des instituts de théologie catholiques, orthodoxe et protestant. Mon éditorial du lundi matin à RCF, Radios chrétiennes de France :


 

https://rcf.fr/la-matinale/une-prise-de-conscience-chretienne-dans-la-crise-ecologique

<< La bataille du virus continue : alors on ne se laisse pas abattre et on garde le moral. Et on réfléchit. Par exemple, au sujet des énervés qui appellent à boycotter les gestes sanitaires : on découvre qu'ils trouvent leurs idées chez des gens qui, par ailleurs détestent l’écologie et les écologues depuis toujours. Et ça donne à réfléchir. Parce que, justement, les écologues ont beaucoup à dire sur la pandémie !  

Dès le début du Covid, un collectif de scientifiques écrivait sur le site du CNRS, je cite : “Cette pandémie malheureusement n’est pas une surprise… Le virus SARS-CoV-2 est un exemple parfait de résultat du passage d’un pathogène de l’animal vers l’humain. Environ 60 % des maladies dites émergentes, ces nouvelles maladies infectieuses qui apparaissent chez les humains aujourd’hui, sont le résultat d’un tel phénomène.”

Or, expliquent ces scientifiques, la transmission d’agents pathogènes d’animaux à la population humaine de tous les continents vient de pratiques économiques actuelles : déforestation et agro-industrie notamment. Et notre monde, globalisé par l’économie, favorise une contamination planétaire... Aujourd’hui il y a le Covid-19, qui pourrait faire autant de morts que la grippe espagnole de 1918-1919 si on ne luttait pas assez contre lui. Mais cette pandémie (qui fut précédée de quatre épidémies ces dernières années) sera suivie de nombreuses autres épidémies, si l’économie mondiale ne change pas sa façon de traiter le reste de la création.

Dans cette prise de conscience, les chrétiens ont un rôle à jouer. Ainsi : les 22, 23 et 24 février, en France, les facultés catholiques, l’Institut protestant de théologie et l’institut orthodoxe Saint-Serge tiendront un colloque à suivre à distance, intitulé : “Responsabilités chrétiennes dans la crise écologique – Quelles solidarités nouvelles ?”.  Comme dit François Euvé (qui participera au colloque) dans son nouveau livre Théologie de l’écologie, chez Salvator : la crise nous contraint à développer une intelligence collective. A quelque chose, malheur est bon !  >>

 

 

25f9c1066090c2cfc95ede1724322a54.jpg

logo.png

 

Commentaires

> Le colloque. Enfin ! Il était temps.
______

Écrit par : Gubbio / | 01/02/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.