Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2021

Le néolibéralisme n'est pas un "complot", c'est une classe

global-landgrab-es-f949b.jpg

Il faut lire in extenso le dernier éditorial de Natacha Polony dans Marianne... Extraits :


 

<< Il n’est nul besoin d’imaginer des complots pour comprendre comment se sont imposées les dérégulations, le libre-échange généralisé, une Union européenne réduite à n’être qu’un espace de dumping social et fiscal ouvert à toutes les concurrences déloyales. Et le plus ironique est sans doute que ce n’est ni le constat des dégâts engendrés par les choix politiques de cette caste, ni un sursaut de foi en la démocratie et de prise de conscience de la nécessité de renouveler et de brasser les élites qui ébranlent aujourd’hui ce monde plein de morgue, mais des affaires de mœurs. […]  Si l’on veut éviter la récupération de la colère par des meneurs populistes adeptes des slogans simplistes, il faut prendre conscience du problème que pose la fermeture idéologique de ce milieu. Le fait que la France soit gouvernée par le Conseil d’État, l’Inspection des finances et l’Institut Montaigne, sous le patronage bienveillant du cabinet McKinsey, n’est pas problématique seulement parce que ce système est inefficace – les échecs du néolibéralisme autoritaire, de son inflation administrative et de son incapacité à mener une quelconque politique industrielle ne sont plus à démontrer – mais parce que cela laisse croire à un nombre croissant de citoyens que, si la démocratie se réduit à ça, il vaudrait mieux essayer autre chose. Face à ce danger, l’urgence n’est pas de suivre ceux qui prétendent décapiter les élites mais de se souvenir que la promesse républicaine est celle d’élites désignées selon le mérite, en perpétuel renouvellement, et issues de toutes les strates, de toutes les couches sociales de la nation. Tel devrait être le préambule de tout programme politique. >>

 

 

192px-RedistributionPauvresVersRiches.jpg

 

00:02 Publié dans Idées, Société | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : libéralisme

Commentaires

FOURVOYÉS

> Bien vu, Polony. Mieux vu en tout cas que les ex rebelles révolutionnaires de 2019 fourvoyés en 2020 dans les fake news à la Trump répandues par leurs ennemis de classe, ce qui est peu glorieux.
______

Écrit par : Robin Calletot / | 15/01/2021

> En effet, remarquable !
______

Écrit par : Anne D. / | 15/01/2021

DISCUSSION

> La pensée de Polony est séduisante, aimable, délicieuse, même. Mais elle sent à plein nez son complotisme, une sorte de "complotisme objectif", de bonne foi, un complotisme honnête, qui surgit pour la bonne cause, pour faire, en fin de compte, la morale, mais une soi-disant morale. Rappelons-nous un peu ce que Rocard disait du complotisme : il estimait qu'on attribuait à ces gens-là un trop-plein d'intelligence, alors qu'ils souffraient si manifestement d'un déficit de jugeotte. Je ne crois pas qu'il y ait une volonté délibérée du libéralisme de détruire le monde -- d'ailleurs ce libéralisme tout-puissant, machiavélique et tortueux, se détruirait lui-même du même coup. C'est tout simplement son absence d'intelligence qui conduit le monde là où il est. Le libéralisme laisse les choses aller toutes seules. Il est trop bouffi pour inventer quoi que ce soit. Le libéralisme hérite d'une situation, d'une conjoncture -- et il en profite pour faire son beurre, comme dirait Dutronc. Il a retourné sa veste, toujours du bon côté. Le libéralisme n'a pas, à part ça, une once d'initiative propre. Pour Polony, c'est le grand méchant loup. C'est le Dr Lecter, Hannibal le Cannibal ! Pour moi, Mme Polony s'est trop laissée influencer par ses lectures, au lieu de se livrer à une analyse rigoureuse de la situation. Elle a certes fait de brillantes études, mais sa rhétorique, selon moi, laisse dangereusement à désirer. C'est des gens comme elle qui brouillent l'esprit de tant de citoyens perdus, qui cherchent la lumière. La vérité ! Mme Polony leur offre à bon compte un ersatz, les caressant dans le sens du poil, flattant les mauvais instincts révolutionnaires (elle évoque cette hypothèse révolutionnaire, "décapiter les élites", d'une manière qui m'a fait rire). -- Voilà en toute sincérité ce que je pense des propos de Natacha. Elle voudrait être sûrement la réincarnation de Bernanos -- elle n'est qu'une resucée tardive des "malheurs de Sophie". La bonne comtesse de Ségur illumine son cheminement déceptif.
Bien amicalement.
______

Écrit par : Bégand / | 16/01/2021

LES RÉSEAUX DE POUVOIR

> Très bon édito!
Effectivement les réseaux de pouvoir sont un sujet tabou en France. Parlez-en autour d'une table et c'est le silence où alors on vous sort l'imparable argument de la thèse complotiste!
Très intéressant de voir comment cette gauche libertaire a construit à la fin des années 70 et au début des années 80 son pouvoir en investissant notamment l'université puis les différents cercles de pouvoir. Duhamel est un cas d'école car ce n'était pas le génie académique que d'aucuns veulent nous faire croire. Il a fait une bonne thèse et basta, le reste c'est les réseaux.
Mais s'il n'y avait que Duhamel! Aujourd'hui l'accès aux bons réseaux est la véritable discrimination mais cette gauche n'en parle pas car elle a prospéré avec ceux-ci !
______

Écrit par : Jean-Claude / | 16/01/2021

FRONTIÈRES

> Il est bien sûr illusoire de prétendre freiner une pandémie en maintenant la circulation des personnes que le  régime renâcle à restreindre, en particulier s'agissant de l'entrée de voyageurs venant de l'UE, ce qui serait ses yeux un sacrilège. Or, la fréquence de la covid19 décroit quand on s'éloigne des frontières terrestres du Nord et de l'Est:
https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2516001-carte-covid-la-situation-en-france-samedi-16-janvier-2021/#carte-vulnerabilite
Mais ce constat soulève bien des questions. Car si le néolibéralisme (on peut même dire postlibéralisme)  est certes une classe, c'est aussi  un processus qui y est associé, les deux s'engendrant l'un l'autre comme l'oeuf et la poule.
Le processus, c'est la mondialisation. On  évoque souvent la  "libre circulation des hommes, des idées et des biens.". Les trois sont liés et il est illusoire de vouloir l'une en refusant les deux autres.
______

Écrit par : P. F. Huet / | 17/01/2021

CE QU'ILS NE VEULENT PAS VOIR

> La libre circulation des hommes, des idées et des biens implique également la libre circulation des virus et bactéries.
Cela tombe sous le sens mais nos gouvernant ne veulent surtout pas le voir.
______

Écrit par : Bernadette / | 19/01/2021

APRÈS MACRON

> Commentaire lu sous une article publié sur un célèbre site russe d'information (de mémoire) : "le nom du successeur de M. Macron en 2022 est déjà dans les cartons. Bientôt, la presse mainstream commencera à chanter ses louanges." Je suis persuadé que c'est ce que pensent la majeure partie des gens. Une telle défiance vis-à-vis du Politique (pour beaucoup de Français, notre président n'a pas été "élu", mais "placé" à la tête de l'Etat), c'est sûr que ça n'aide pas en situation de crise majeure...

Feld


[PP à Feld – Mais une grande partie des gens (aujourd'hui persuadés que Macron n'a pas été élu mais "placé") avaient voté pour lui, encore empêtrés qu'ils étaient dans leur aversion pour l'ex-président Hollande ! Seuls les électeurs de Mélenchon sont fondés, quatre ans après, à dire qu'il avait été fabriqué par la sphère financière... (problème qui n'intéressait pas les électeurs de Le Pen, et que niaient ceux de Fillon).]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 20/01/2021

à Patrice :

> Les électeurs de Mélenchon et les catholiques qui, suivant l'absence de consigne de la part de la conférence épiscopale et les mises en garde publiées par vous-même sur ce blog, étaient conscients qu'en votant pour Macron, on confiait les clefs de l'Élysée au CAC 40 financiarisé.
Il devient évident, après coup, que voir MM. Hue et Madelin, main dans la main et rigolards "en marche" derrière Macron aurait dû éveiller quelques soupçons. Vous pouvez vous féliciter d'avoir eu cette prescience ; rappelons que le 4 mai 2017, le pasteur François Clavairoly, le président du Conseil Français du Culte Musulman et le grand rabbin Haïm Korsia avaient appelé à voter en faveur de l'actuel président.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 21/01/2021

INCLUSIF

> Mais cette avec cette classe que votre pape François prétend construire un "capitalisme inclusif"...


[PP à OF – - S'il est "inclusif" (donc en partie à perte), ce n'est plus du capitalisme : la logique capitaliste depuis les origines est d'éliminer le non-rentable.]

réponse au commentaire

Écrit par : OF / | 22/01/2021

@ Feld et PP

> Justement j'entends de-ci de-là chanter les louanges d'un général 5 étoiles qui a quitté l'armée avec fracas pour se précipiter chez les Américains dans une grande boîte privée...
tout à fait le profil
______

Écrit par : E Levavasseur / | 22/01/2021

MOTS

> Justement. l'idée d'un capitalisme inclusif me semble aussi "oxymorique" que celle de libéral conservatisme, d'écologie industrielle ou de social-libéralisme. C'est assez triste de voir le pape de Laudato Si la valider. Capitalisme inclusif... On se croirait à Davos ou à une conférence du MEDEF. Amicalement.

https://www.challenges.fr/economie/les-entreprises-apotres-du-bien-commun_671996

OF


[ PP à OF – Vous admettez vous-même que "capitalisme inclusif" est un oxymore : façon d'introduire dans le système de quoi le fissurer, au moins sur le plan théorique. Si le caoitalisme devenait inclusif, il se détruirait lui-même en temps que capitalisme libéral (et ça c'est un pléonasme)... Faire une querelle de mots au pape de 'Laudato Si' est donc inutile. ]

réponse au commentaire

Écrit par : OF / | 23/01/2021

@ E. Levavasseur

> Effectivement, sur le créneau "général en 2ème section qui va sauver la France", le général Gir.. pardon de Villiers est celui qui, de loin, a le plus de chances d'arriver à quelque chose. D'autres ont plus ou moins disparu des radars (général Tauzin), voire n'ont même pas eu le temps d'y apparaître (qui se souvient encore de "l'appel" du général d'aviation Martinez ?).

On peut penser ce que l'on veut du général Gir... ah ! de Villiers (je confonds toujours Giraud et de Villiers, c'est dingue ça), mais je préfèrerais de loin un gars comme lui à la tête de la France, plutôt qu'une Le Pen, une Hidalgo, sans parler d'un Zemmour...

Feld


[ PP à Feld – Tenez-vous vraiment à ce qu'après le jeune banquier, la République soit présidée par un personnage ayant pantouflé dans une société financière new-yorkaise ?]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 29/01/2021

@ PP

> Non, pas plus que cela, je vous rassure. Mais imagine-t-on le futur gouverneur de la France ne pas être adoubé par le pouvoir fédéral ?
______

Écrit par : Feld | 01/02/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.