Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2021

L'émeute de Washington et la dissociété globale

trump

Le chaos semé à Washington hier par Donald Trump n’a rien pour surprendre. Et ne restera pas un monopole américain :


M. Macron s’est trompé en déclarant : “ce qui s’est passé n’est pas américain”. Aux Etats-Unis le fanatisme violent est récurrent, depuis plus de deux siècles, même s’il y a de l’inédit dans une éviction de sénateurs par des émeutiers.

Mais l’assertion de M. Macron est vraie aussi, dans la mesure où certains aspects de l’explosion d’hier ne sont pas seulement américains.

La forme nouvelle de fanatisme popularisée par M. Trump vient d’un processus de mentalité collective lié au système économique, qui guette donc toutes les sociétés occidentales globalisées.

Les émeutiers d’hier après-midi disaient “mon Amérique”, “mon président” et “ma démocratie” : une démocratie qui serait réservée à ceux qui réagissent comme moi, un pays qui serait peuplé de gens qui me ressemblent, donc un président qui serait l’émanation de mes fantasmes. Des fantasmes que moi et les miens ne saurions partager avec les autres, ceux-d’en-face diabolisés à mort… Ainsi le débat démocratique est remplacé par le choc des incommunicables. Ce qui est vrai pour moi et les miens ne l’est que pour nous. C’est notre storytelling comme disent les publicitaires, notre “vérité alternative” comme dit M. Trump ;  à la fin c’est un drapeau de guerre civile.

Mais n’y a-t-il pas un écho de cela aujourd’hui dans le langage des médias français, quand ils demandent à l’interviewé(e) non plus “sa version des faits”, mais “sa vérité” : comme si la vérité, comme la réalité, était variable selon les individus !  Le résultat, ce sont les dialogues de sourds des débats de nos chaînes dites d’information continue.

D’où est venue cette incapacité à débattre ?  Quarante ans de consumérisme commercial envahissant et de fabrication de besoins illimités ont installé l’idée que la réalité objective n’existe pas, n’a pas de consistance propre ; que seule existe l’idée qu’on s’en fait, ou plutôt l’idée que le marketing nous en donne pour nous créer des besoins. Ainsi ont été disqualifiées progressivement toutes les normes correspondant à des réalités objectives, pour que la création de besoins devienne sans aucune limite... Inféodé au commercial, le politique est devenu son facilitateur*, serviteur non plus du bien commun (notion objective donc rejetée) mais de tous les fantasmes. D’où l’émiettement des républiques en puzzles de communautarismes. Et la scission croissante de la société entre sectarismes, version politique du cloisonnement commercial en segments de marché... Ces sectarismes ne reposent pas sur des analyses politiques mais sur des fantasmes irrationnels : ils ne peuvent donc s’exprimer que dans l’affrontement, et au bout du compte dans la dissociété et la violence anarchique. C’est ce qu’on vient de voir à Washington. N’imaginons pas que l’Europe soit immunisée : ici aussi, la dissociété est en marche.

 

__________ 

sauf en cas d’épidémie : ce qui est encore exceptionnel  (pour l’instant).

 

 

trump

13:03 Publié dans Trump, USA | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : trump

Commentaires

PAS LE PEUPLE

> Ce qui m'intrigue, c'est que Trump ait bénéficié d'autant de voix, lors des élections, y compris à la dernière, même s'il a été battu. L'émeute d'hier soir devant le Capitole ne me semble, en revanche, pas un événement populaire : ils étaient peu nombreux à faire cette tentative de putsch, finalement. Ils ressemblent aux gilets jaunes, marginaux, sans projet révolutionnaire solide -- et pour cause -- ou peut-être davantage encore aux Black Blocs, ces anarchistes qui veulent tout piller et tout casser, sans revendication à faire valoir, sinon la haine et la mort, le néant. C'était spectaculaire, devant le Capitole, mais ils n'étaient qu'une minorité pittoresque. Trump lui-même leur a demandé de rester calme. La démocratie américaine de Joe Biden va sortir renforcée de ce coup de force avorté, selon moi. Et les vrais problèmes ne seront pas traités, remis à plus tard, à jamais...
______

Écrit par : Bégand / | 07/01/2021

LE 6 FÉVRIER

> Comme d'habitude, les médias font fonctionner l'analogie pour comprendre et commenter cet évènement, et cette fois c'est l'analogie avec le 6 Février 1934 à Paris (l'Assemblée nationale a été à deux doigts d'être prise d'assaut et il y a eu au moins 15 morts). Mais je trouve que votre analyse est bien plus pertinente. Merci.

BH


[ PP à BH – Il y a tout de même une ressemblance : le 6 février 34, La Rocque avait interdit aux Croix de feu d'entrer dans le Palais-Bourbon (*). Hier soir, Trump a tweeté aux émeutiers : "rentrez chez vous".

(*) Les colonnes des Croix de feu étaient les plus nombreuses et elles seules, étant rassemblées rive gauche, auraient pu atteindre le Palais-Bourbon. Ceux qui se sont fait tuer par les gardes mobiles à la Concorde étaient des membres d'autres ligues, ou d'associations d'anciens combattants. ]

réponse au commentaire

Écrit par : B.H. / | 07/01/2021

LES IDÉES DE MACRON

> Au chapitre des valeurs qui fondent nos démocraties et notre vie en société, Emmanuel Macron parle volontiers d'un « universalisme qui repose sur la dignité de la personne humaine et de l'individu libre et raisonnable », mais il se range toujours, en définitive, derrière « le primat de l'individu rationnel et libre » – cf. par exemple : https://www.vie-publique.fr/discours/277213-entretien-emmanuel-macron-12112020-relations-internationales ).
La pensée du chef de l'Etat est centrée bien davantage sur l'individu que sur la personne, sur la liberté que sur la dignité, là est sa limite. D'où les facteurs de dissociété dont il est l'auteur, en France, et qu'ont illustré par exemple le mouvement des Gilets jaunes ou les manifs contre la loi dite de bioéthique.
Reste que ce tiraillement du président de la République entre dignité de la personne et liberté de l'individu est nécessairement remis en cause avec la crise sanitaire, qui impose l'effacement de certaines libertés au nom d'une dignité du collectif, domaine dans lequel il se montre tantôt balbutiant, tantôt excessif, ainsi que l'ensemble de son gouvernement. Pour remédier à cela, enfin faudrait-il que nos tenants actuels du pouvoir exécutif identifient le "corpus" d'idées et de pratiques qui fondent le bien des peuples et des sociétés… et que notre civilisation judéo-chrétienne a coutume d'embrasser sous le terme de « bien commun ».
______

Écrit par : Denis / | 07/01/2021

PAS SPÉCIFIQUEMENT AMÉRICAIN

> Et tout d'abord : meilleurs voeux de bonne année, malgré les difficultés actuelles, et de bonne santé surtout. Et aussi un grand merci pour toutes vos chroniques et analyses qui aident à réfléchir.
Au sujet du désordre au congrès, oui ce n'est ou ce ne sera pas spécifiquement américain. Les taux de chômage (réels) étant en fait très importants dans la plupart des pays, les promesses des politiques pour se faire élire n'étant que rarement tenues, rien d'étonnant à ces phénomènes qui toucheront tôt ou tard tout le monde.
En plus avec la montée de l'économie du numérique et le développement de l'IA, j'ai le sombre pressentiment de la montée inexorable du chômage de masse, face auquel personne (ou presque ?) ne sait réellement quoi faire. Une société sous perfusion au RSA nous fera changer de monde, mais pas en mieux je le crains.
______

Écrit par : BCM / | 07/01/2021

LES OBTUS

> Excellente analyse, à mettre sous le nez de Marion Maréchal et de tous les cathos obtus qui ont encensé le narcisse de la Maison-Blanche. Et bien entendu, à soumettre à la réflexion de Jupiter qui trône à l'Elysée.
______

Écrit par : Francesco / | 08/01/2021

AU FOND, LES INTÉGRISTES SONT DES RELATIVISTES

> La société postmoderne est relativiste : il n'y a plus de Vérité, il n'y a plus que des vérités. D'où une balkanisation en communautés, perceptible au plan national comme au plan ecclésial : que sont les lefebvristes (et les "ralliés" de 1988) sinon des gens qui s'enferment dans leur vérité ("mon Église, celle de toujours", "nous contre eux", etc.) en se fabriquant beaucoup de fantasmes quant à la "secte conciliaire" ?
Dès 2005, Benoît XVI avait perçu avec beaucoup de prescience les dangers du relativisme : le rôle de l'évangélisation est de rappeler qu'aux vérités subjectives donc fallacieuses ("parce que je le vaux bien !"), toute personne doit préférer la seule Vérité qui donne un sens à une existence humaine, celle de Dieu révélée aux nations par le Christ.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 08/01/2021

WALL STREET VA TRÈS BIEN

> Ce qui m'a frappé c'est que le jour de cette "émeute", la bourse à Wall Street a fait un bond de plus de 1,2%, bond qui n'avait pas été atteint depuis longtemps.
Nous avons là, je pense une preuve, que "l'Economique" a complètement pris le pas sur "le Politique".
______

Écrit par : PierreO / | 08/01/2021

LES LE PEN, TRUMP ET LE PAPE

> Le clan Le Pen est très mal-à-l'aise vis-à-vis du coup d'Etat raté de Trump. Pourtant, on ne comprend pas très bien pourquoi il se sent obligé de le soutenir, non seulement dans son émeute de mercredi dernier; mais encore dans ses assertions fausses sur le décompte de l'élection présidentielle entre autres.
Et avec le recul, on constate que le Rassemblement National, héritier du FN n'est rien d'autre qu'une succursale du trumpisme. D'ailleurs ça n'a pas l'air de les gêner. Tout comme Damien Rieu. Et ça prétend lutter pour la souveraineté de la France! Il faut se replonger dans le bouquin de Todd sur la lutte des classes au XXIe siècle pour donner du sens à cette déchéance de l'élite bourgeoise française.
Quand je regarde l'histoire du phénomène Le Pen, chez le père, on trouve à la fois l'apologie de la Révolution et de la monarchie; celle de la résistance et de la collaboration; celle des mouvements ouvriers et celle du patronat ("en même temps", dirait quelqu'un)... En 2007, pendant la campagne, JMLP a même posé sur une affiche avec un immigré. Mais comme il n'a fait que 10% il est revenu au discours raciste "ordinaire" par la suite. C'est sûr qu'en prêchant tout et son contraire, on peut se revendiquer "nationalement de France" et placer "les Français d'abord".
Mais la perte de souveraineté (le péché originel de Maastricht dirait Todd) ne les a pas conduits à reconstruire une France souveraine mais à déplacer leur dévolu sur le géant américain. Leur patriotisme, c'était juste pour opposer les Français de souche aux immigrés. Quand il s'est agi de retrouver une république souveraine, il n'y avait plus personne, au moins dans les actes.
Pourtant, il y aurait bien besoin de politiques plus orientées vers le peuple. Le vrai. J'ai été très touché par ces deux paragraphes de' Fratelli tutti' qui paraissent anodins mais qui peuvent être tout un programme pour les décennies à venir:

"159. Il y a des dirigeants populaires capables d’interpréter le sentiment d’un peuple, sa dynamique culturelle et les grandes tendances d’une société. La fonction qu’ils exercent, en rassemblant et en dirigeant, peut servir de base pour un projet durable de transformation et de croissance qui implique aussi la capacité d’accorder une place à d’autres en vue du bien commun. Mais elle se mue en un populisme malsain lorsqu’elle devient l’habileté d’un individu à captiver afin d’instrumentaliser politiquement la culture du peuple, grâce à quelque symbole idéologique, au service de son projet personnel et de son maintien au pouvoir. Parfois, on cherche à gagner en popularité en exacerbant les penchants les plus bas et égoïstes de certains secteurs de la population. Cela peut s’aggraver en devenant, sous des formes grossières ou subtiles, un asservissement des institutions et des lois.

160. Les groupes populistes fermés défigurent le terme “peuple”, puisqu’en réalité ce dont il parle n’est pas le vrai peuple. En effet, la catégorie de ‘‘peuple’’ est ouverte. Un peuple vivant, dynamique et ayant un avenir est ouvert de façon permanente à de nouvelles synthèses intégrant celui qui est différent. Il ne le fait pas en se reniant lui-même, mais en étant disposé au changement, à la remise en question, au développement, à l’enrichissement par d’autres ; et ainsi, il peut évoluer."
______

Écrit par : Cyril B / | 08/01/2021

FRAGMENTATION EN FRANCE

> Il me semble qu'en France, au moins, le processus de dissolution de la parole publique dans le marketing, et finalement, dans l'insignifiance, ne fait pas que produire des fanatiques tels que ceux ci-dessus, mais qu'il engendre aussi une défiance générale envers les autorités (si on peut encore les appeler ainsi), défiance accentuée par les Affaires (Cahuzac, Tapie et autres).
Cette opinion ne se dresse pas contre une autre moitié du pays, mais contre la "classe politique" dans son ensemble. Et l'épidémie aggrave considérablement cette exaspération. Je l'entends un peu partout dans mon petit secteur, bien des gens sont véritablement furieux contre le gouvernement :

- "Oh non, ne me parlez plus de ce gouvernement, ils sont vraiment désespérants. Ils nous racontent ce qu'ils veulent, tout et n'importe quoi".

- "Ils nous prennent vraiment pour des pigeons. Alors, au début, il ne fallait pas porter de masques, surtout pas ! et puis maintenant le masque est obligatoire !"

- "Ceux qui nous dirigent n'y connaissent rien à ce virus, pas plus que nous, ils prennent des mesures sans queue ni tête au petit bonheur la chance, se contredisent, ils sont dans leurs bureaux, loin des réalités, mais ça leur plaît de nous commander au doigt et à l’œil, ils se sentent importants comme ça."

- "Ils nous disent tout et le contraire de tout."

- "Je n'irai pas me faire vacciner : Olivier Véran nous assure que le vaccin est sûr, mais comment il sait ça lui ? après, comme avec les masques, ils nous diront le contraire de ce qu'ils disaient au début, et je n'ai pas envie de finir gaga à cause d'un vaccin créé à la va-vite."

- "Le vaccin ? ça va faire comme avec le Médiator ou les poches de sang contaminés, au début ils nous diront que c'est sans danger, et un jour un scandale éclatera et on découvrira que le gouvernement était de mèche avec les laboratoires pour nous cacher les effets secondaires."

"Quand on voit tout les enjeux financiers pour les laboratoires, qui font tout sortir leur vaccin le plus vite possible, afin de faire monter leur cote en bourse, on voit qu'on ne peut pas leur faire confiance."

Mais il y a un fait qui indigne tout particulièrement ces gens qui sont souvent commerçants, ouvriers, artisans, travailleurs à leur compte, et des retraités qui avaient des professions semblables, c'est l'interdiction d'ouverture de bien des petits commerces pendant le confinement :

- "On risquerait plus d'attraper le coronavirus dans la petite droguerie du coin, qu'à Carrefour où il y a tellement de brassage ? Ils nous prennent vraiment pour des ... Ils se servent de cette épidémie pour tuer tous les petits commerces, les petites entreprises au profit des grands groupes."

- "Ils ont fait exprès de laisser l'épidémie se propager, pour nous asphyxier avec les confinements."

Les choses sont particulièrement difficiles pour les petits entrepreneurs, qui ont dû cesser leur activités : "ils nous interdisent de travailler, on n'a plus de rentrée d'argent, par contre ils nous prélèvent toujours l'URSSAF !"

Aucun ne nie la dangerosité du virus (tous connaissent des morts de la maladie et sont effrayés de voir des "conscrits" emportés par le covid-19), et ce ne sont pas des lecteurs de sites Internet du complot franc-maçon et mondialiste, mais beaucoup prétendent en même temps que tel voisin ou cousin décédé récemment, souffrait d'une longue maladie à un stade avancé (cancer...), et qu'il a été faussement compté comme un mort du covid. C'est une accusation récurrente qui renforce l'idée de mesures délibérément prises pour étouffer l'économie locale par la supposée exagération du nombre des morts.

Je ne pense qu'il s'agisse pas là de sectarisme, mais plutôt d'une exaspération qui est produite par les mêmes causes que les sectarismes (débat public, actions et parole politiques viciés par le tardo-libéralisme), et que c'est devenu l'état d'esprit majoritaire. N'est-ce pas cela qui va produire, pour rester évasif, des événements d'ampleur en France, plus que les groupuscules abreuvés des sites complotistes ?

AM


[ PP à AM – Si, bien sûr. Et l'on trouve ce mélange (groupuscules de choc + foule de suiveurs exaspérés par la classe politique) dans le coup d'Etat raté de Trump... Contrairement à ce que veulent croire les mystiques de la foule et de son "spontanéisme rédempteur"', les foules sont essentiellement manipulables. Voire avides d'être manipulées (la course aux fake-news) !
Et le manipulateur est généralement "el peor de todos", comme dans le vieux film 'Le Rapace' avec Lino Ventura (1968)... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Aurélien Million / | 08/01/2021

YA BASTA

> En addenda aux messages d'Aurélien Millon, de Cyril B. et de Philippe de Visieux:
Heureusement en 2021 en Europe devrait nous parvenir une parole politique plus fraîche, plus décapante, [donc] moins ordolibérale et moins marketée, l'EZLN devrait débarquer en avril (NB: commencez, si vous le voulez bien, par "sexta parte"). http://enlacezapatista.ezln.org.mx/category/comunicado/
______

Écrit par : Aventin / | 10/01/2021

COMME BREIVIK

> https://www.la-croix.com/Religion/Etats-Unis-certains-emeutiers-Capitole-reclament-dun-mysticisme-nazi-2021-01-09-1201133947
'La Croix' mentionne que les émeutiers étaient des adeptes de l'odinisme, paganisme nordique ; Anders Breivik se réclamait également de la mythologie scandinave. Comment expliquer ces liens entre les dieux nordiques et le suprémacisme blanc ? Le Ku Klux Klan, tout aussi suprémaciste, était plutôt de tendance protestante : tout ce maelstrom est bien syncrétiste !

PV


[ PP à B. – Oui, c'est ce qu'à Versailles on appelle "union de toutes les droites". ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 11/01/2021

PROPHETISME DE 'FRATELLI TUTTI'

> Cher PP, vous semblez oublier le début de la superbe encyclique du Pape François qui décrit avec une grande lucidité (paragraphes 42 et suivants) les causes de cette violence qui n'est pas seulement américaine.
Elle sourd dans toutes les communautés rassemblées par le partage des mêmes "valeurs" rejetant alors toute contradiction avec d'autant plus de violence que le risque est presque nul.
Oui, ces modes de communication s'opposent insidieusement à la vie fraternelle. ils laissent croître une violence contenue qui demande à s'exprimer sans retenue au moindre prétexte.
Notre Pape est clairvoyant. La haine tout azimut dont il est l'objet témoigne pour lui.
Merci cher PP pour votre indéfectible attachement à la Tradition vivante.

C-A


[ PP à CA – Ai-je dit que la violence est exclusivement américaine ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Charles-Alain / | 12/01/2021

MATIÈRE

> Certes non, mais en ne relevant pas certaines des causes identifiées par notre pape dans sa dernière encyclique (§43, ...), vous me surprenez, car il y a là, me semble-t-il, matière à commentaire de votre part !

Charles Alain


[ PP à CA – Faites-nous donc ce commentaire, puisque je ne l'ai pas fait ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Charles-Alain / | 13/01/2021

EN FAIT

> Cher Patrice, chacun son métier. Ma remarque est en fait un compliment : elle indique que vos lecteurs viennent de milieux divers et pas toujours "intellectuels".
J'espère lire vos commentaires encore longtemps !
______

Écrit par : Charles-Alain / | 28/01/2021

@ AM

> Sur les "faux mort du covid", ma belle soeur avait un oncle qui avait le covid mais sans grave effet, celui-ci a fait une chute qui lui a provoqué un caillot et dont il est mort. Eh bien officiellement il est déclaré mort du Covid !
Ceci étant nous ne pouvons que constater qu'il y a bien eu une surmortalité notable l'an passé.
______

Écrit par : franz / | 03/02/2021

LE COVID TUE AUSSI INDIRECTEMENT

> Surmortalité, oui. mais n'oublions pas tous les gens dont les opérations ont été reportées parce que les hôpitaux étaient saturés. Pour certains, cela s'est déjà soldé par la mort. Et il y a ceux qui faisaient un infarctus et n'osaient pas appeler les secours…
Tout cela mis ensemble, cela fait effectivement beaucoup de morts.

Bernadette


[ PP à B. – Oui : on ne dit pas assez aux gens que le premier but des gestes sanitaires est d'éviter l'engorgement des services hospitaliers, qui a pour conséquence de reporter les traitements des cancéreux, des cardiaques, des diabétiques, etc. Report dont on va subir les conséquences pendant des années !
Ne pas observer les gestes sanitaires, faire de l'hystérie contre le port du masque, c'est faire preuve d'un phénoménal mépris d'autrui... Au lieu de ne hurler qu'à la liberté, on pourrait penser aussi à la fraternité. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bernadette / | 04/02/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.