Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2020

Le virus, les charlatans et les "chaînes d'info"

Noël, covid, médias

Comment mettre fin à la maltraitance de l'actualité par les chaînes "d'info" ? Ma chronique à Radio Espérance :


<<  Je suis journaliste depuis toujours, mais ça ne m’empêche pas de comprendre les critiques qui s’élèvent contre certains médias. Ou plutôt contre une certaine façon de traiter l’actualité, ou de la maltraiter. Je dirais même plus : c’est parce que je suis journaliste depuis toujours, que je déplore, moi aussi, la façon dont aujourd’hui on maltraite l’actualité. Surtout dans une période aussi anxiogène que celle de l’épidémie actuelle ! Celui qui s’en indigne en ce moment, c’est l’immunologiste Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique. Invité de RTL l’autre soir, il s’en est pris non pas à RTL mais aux médias, dit-il, qui invitent des « farfelus » (charlatans à ses yeux) pour fabriquer de faux problèmes à propos du Covid-19, lequel est déjà bien assez compliqué pour qu’on ne vienne pas en plus l’assaisonner de fariboles. Selon le médecin, je cite : « Ces chaînes ne font plus de l’information, mais créent du débat pour faire du buzz et du fric. »  Et le médecin a saisi le CSA pour lui demander de faire quelque chose.

Le Pr Delfraissy n’avait nommé personne. Mais des responsables d’une des chaînes se sentent visés par l’accusation d’inviter des charlatans – et, non sans maladresse, se désignent eux-mêmes en publiant une protestation ! Affirmant que la déclaration du Pr Delfraissy les « choque » et leur fait « peur », ils accusent carrément le médecin d’entrer dans (je cite) «  le grand complot » : un complot (je cite) de la « doxa sanitaire » pour faire taire, disent-ils, les « voix indépendantes »...

Que les voix des journalistes doivent être indépendantes, c’est l’idéal et je le partage. Mais il ne faudrait pas appeler « indépendance » ce qui ressemble en réalité à un business de la panique ambiante : on commence par fabriquer des inquiétudes supplémentaires, puis de fil en aiguille on finit dans le délire complet en affirmant que toute cette histoire d’épidémie est bidon et que le Covid « ne tue pas plus que la grippe ». Ce qui est absolument faux, comme le confirme le rapport scientifique de l’Inserm : en France, le covid tue AU MOINS TROIS FOIS PLUS que la grippe.

Donc choisissons bien nos sources d’informations. Ne croyons pas les raconteurs de balivernes qui font de l’argent avec des peurs factices et nous enferment dans des colères inadéquates. Et faisons que Noël 2020, le Noël des fidèles du Christ, soit pour tous la nuit de la paix du ciel venant bénir la terre. Fêter Noël sera difficile cette année parce qu’il faudra lutter contre la maladie, que le virus n’observe aucune trêve, et que le foyer familial n’est pas un abri hors-sol. Pour ma part je verrai mes enfants et mes petits-enfants en plein air, l’après-midi du 25 décembre, en commun accord avec eux ; j’aurais préféré une journée de Noël classique, mais aux grands maux les grands remèdes et l’amour familial est aussi chaud sous les arbres  qu’au coin du feu. >>

 

Noël, covid, médias

08:00 Publié dans Médias, Santé | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : noël, covid, médias

Commentaires

LES VRAIS RESPONSABLES

> Le problème est que les médias officiels, réputés sérieux, ne sont pas fiables (ce blog l'a souvent montré, mais curieusement pas du tout sur la crise Covid)
Donc la solution n'est pas d'écarter a priori les médias qui ne sont pas dans la ligne officielle.
La solution c'est tout simplement de regarder un large panel de médias.

Ludovic


[ PP à Ludovic – Notre blog est ennemi de l'irrationnel. Dans la crise Covid, accuser les médias d'inventer une épidémie imaginaire (comme le font des milliers d'illuminés sur Twitter et Facebook) relève du délire. Le reproche qu'on peut faire aux "chaînes d'info" est d'avoir tendu le micro aux gourous de ces illuminés, pour faire le buzz et booster l'audience.
Les accusations sérieuses sont à diriger vers le gouvernement libéral, lui-même héritier des quinquennats libéraux précédents (Sarkozy-Hollande) durant lesquels le système français de santé a été démantelé financièrement. Noter au passage qu'une grande partie des illuminés coronasceptiques et des prétendus rebelles sont en même temps des poujado-libéraux, hurlant à la fois contre la solidarité dans l'impôt et contre le déclin de l'hôpital : attitude totalement contradictoire, car l'hôpital ne vit pas de l'air du temps.]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 21/12/2020

ATTEINTE AUX LIBERTÉS

> « 6° Le Premier ministre peut, le cas échéant dans le cadre des mesures prévues aux 1° à 5°, subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l’exercice de certaines activités à la présentation des résultats d’un test de dépistage établissant que la personne n’est pas affectée ou contaminée, au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif. "
https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3714_projet-loi#
Un peu gênant, non ? Un vaccin pour lequel on n'a aucune donnée scientifique...
______

Écrit par : Isabelle / | 21/12/2020

ERREUR DE MÉTHODE

> J'ai vu il y a quelques semaines une excellente vidéo publiée par Mr Sam sur Youtube.
Il expliquait que les journalistes ont l'impression que pour bien faire leur travail, ils doivent donner la parole à tous les acteurs, à toutes les voies, y compris divergentes, comme on serait censé le faire dans un domaine comme la politique, l'économie, ce qui relève des sciences humaines en général.
L'erreur des journaliste est d'avoir mis sur un pied d'égalité les charlatans et les chercheurs sérieux, pratiquant et défendant la méthode scientifique. En faisant cela, ces journalistes, ces chaines d'information sont en partie responsables du manque de confiance de la population dans les mesures de sécurité puisqu'ils ont entendu tout et son contraire.
Le second problème de ces journalistes, c'est qu'il ne suffit pas d'être journaliste pour devenir un journaliste capable de comprendre la science. Ne s'improvise pas vulgarisateur scientifique qui veut, de même, ne s'improvise pas journaliste scientifique n'importe quel journaliste. Ce métier demande des recherches, des connaissances, du temps, ce que peu veulent tant ils sont à la recherche de la prochaine nouvelle attirant l'attention du public.
Quelque chose qui a aussi pu jouer dans la façon d'inviter systématiquement des scientifiques en marge de la communauté scientifique, c'est ce concept véhiculé par Hollywood, du scientifique de génie, seul contre tous en montrant sa théorie moquée par tous et qui finalement, a raison dans le film contre tout le monde, devenant le héros.
La science n'aurait pu avancer autant sans la méthode scientifique (avec les tests en aveugle, double aveugle...), le communauté scientifique avec la possibilité de reproduire l'expérience, la possibilité de critiquer et remettre en cause des résultats. Bref, le scientifique doit faire preuve d'humilité en reconnaissant qu'il s'est trompé, car le principal n'est pas tant de faire des erreurs, mais de les corriger afin de faire avancer toute la communauté scientifique. La science est un travail qui se fait avec les autres.
______

Écrit par : A-L / | 22/12/2020

FOI ET RAISON (ET FARFELUS)

> Ce blog est "l'ennemi de l'irrationnel" . Ah bon, la foi en Dieu est donc "rationnelle"?
Bien sûr, les media sont presque tous des entreprises privées qui cherchent le profit, sauf bien entendu les media d'Etat...
Il est vrai que des farfelus s'y expriment, mais quelle est la proportion de ces infos à sensation dans la masse univoque du matraquage quotidien (nombre de cas, nombre de morts, chiffres qui n'ont pas de sens hors contexte)?
J'étais déjà complotiste, rassuriste et antivax, me voici désormais illuminé coronasceptique!
Otez-moi d'un doute : considérez-vous le Pr Raoult comme un "farfelu" ?

Doucet


[ PP à Doucet :

a) C'est le Pr Delfraissy qui parle de "farfelus" ; le Pr Delfraissy n'est pas ma référence préférée, mais je sais que la plupart des chercheurs, épidémiologistes, infectiologues etc, voient le Pr Raoult comme un ex-grand scientifique (il y a vingt ans) devenu ivre de lui-même, et qui – pour cette raison – a autant divagué dans son genre que les ministres dans le leur. Après le conformisme, ce qu'il y a de pire est l'anticonformisme...

b) Non, la foi en Dieu n'est pas irrationnelle. Depuis saint Anselme de Cantorbéry (1033-1109), on sait que "la foi demande que son objet soit compris avec l'aide de la raison" (saint Jean-Paul II, 'Fides et Ratio'). Depuis saint Thomas d'Aquin (1225-1274), on sait que "de même que la grâce suppose la nature et la porte à son accomplissement, ainsi la foi suppose et perfectionne la raison" (ibid.) ]

réponse au commentaire

Écrit par : Doucet / | 22/12/2020

L'EXEMPLE DE L'AFRIQUE

> Je discutais avec une amie d'origine ivoirienne... Bien sûr, me dit-elle, l'État contrôle bien moins les populations en Afrique, et ne peut faire de statistiques fiables ni, par conséquent, d'épidémiologie au sens français du terme. Mais, là-bas, les seuls qui se masquent et se mettent du gel sont ceux qui vivent à l'européenne, dans les milieux riches et dirigeants. La majorité des populations africaines est bien plus jeune qu'en Europe, plus aguerrie physiquement par une vie plus dure et la permanence de tâches physiques au quotidien. Ils sont habitués à être repris, par intervalles, d'une fièvre paludique, et alors ils prennent de la chloroquine ou des infusions d'écorces et d'herbes traditionnelles. Ils sont plus durs au mal, faisant de nécessité vertu.
Bref, tout cela, couplé aux températures (qui semblent avoir une influence sur la diffusion du SARS-CoV2), paraît expliquer pourquoi on a l'impression que la COVID ne frappe presque pas l'Afrique.
Ainsi vu, l'aspect systémique du virus est intéressant : il met à terre les sociétés de consommation capitalistes connectées, mondialisées, d'ultra-mobilité, aux modes de vie sédentaires et majoritairement urbains, aux populations vieillissantes, aux métiers tertiaires, habituées à une médecine presque purement allopathique, ultra-technique et dépendante de l'industrie pharmaceutique...
Bref, si signe des temps il y a là, alors oui, c'est "un temps pour changer" comme nous y invite le pape.
______

Écrit par : Alex / | 22/12/2020

PRUDENCE !

> https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-long-ces-malades-chez-qui-les-symptomes-s-eternisent-20201222
Le virus tue plus que la grippe et peut dans un cas sur dix laisser place à un 'covid long'. Un patient sur dix, c'est énorme.
Mgr Aupetit a par exemple expliqué avoir perdu l'odorat. Nous ignorons beaucoup de choses de ce virus : la prudence s'impose à tous.

PV


[ PP à PV – Exactement. Mais on n'en convaincra jamais les complotistes péremptoires,
qui projettent leurs angoisses en fanatisme et refusent de voir le sujet dans toutes ses dimensions. Cible rêvée des gourous... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 23/12/2020

SELON L'INSEE

> Voilà une source de confiance :
https://blog.insee.fr/mourir-de-la-grippe-ou-du-coronavirus-faire-parler-les-chiffres-de-deces-publies-par-linsee-avec-discernement/
Et puis si on veut en savoir davantage sur la mortalité en France et notamment sur les populations en surmortalité par classe d'âge depuis le début de 2020 (toute cause confondue) : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4923977?sommaire=4487854.
Ce sont des faits et ils devraient être rapportés par les médias sérieux en les distinguant de leur interprétation, des conséquences à tirer à l'aune d'objectifs individuels et collectifs clairement énoncés.
______

Écrit par : J-Luc / | 23/12/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.