Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2020

De quoi les violences policières sont-elles le symptôme ?

violences, police

Capture d'écran, Loopsider

Du déboussolage des pouvoirs publics, d'où la perte générale de confiance... Et tout ça porte un nom : la dissolution du Politique (et de la société elle-même) dans le bain acide de l'ultralibéralisme. Mon éditorial de ce matin aux radios chrétiennes RCF :


 

https://rcf.fr/la-matinale/la-perte-de-confiance-envers-les-pouvoirs-publics

Quand le directeur général de la police nationale, parlant d’actes commis par des policiers, se met à dire (je cite) : « Ce sont des comportements de délinquants », c’est qu’il y a un problème... Le même directeur ajoute : « Pour que ces événements soient traités avec la plus extrême sévérité une fois les responsabilités établies, vous pouvez faire confiance à la police nationale ». En appelant ainsi au retour de la « confiance », il met le doigt sur une difficulté qui accompagne nos problèmes actuels dans de nombreux domaines : la perte de confiance. Elle aussi est une épidémie.

Et c’est un problème compliqué. Les experts se contredisent :

les uns mettent en cause un nouvel hyper-individualisme qui porterait à ne plus faire confiance à rien ni à personne. Mais d’où vient cet individualisme ?  Il ne doit pas être tombé de la Lune ;

les autres experts mettent en cause les pouvoirs publics : la méfiance envers eux viendrait de leurs propres impuissances. Mais ces impuissances non plus ne tombent pas de la Lune : d’où viennent-elles, alors que la fonction classique des gouvernements était de prévoir et d’agir ?

Et à propos des policiers, puisqu’on en parlait : d’où vient cette situation où ils ne sont plus perçus comme l’outil de l’intérêt général, mais comme un groupe particulier affronté à d’autres groupes particuliers ?  Ce qui peut conduire certains policiers à agir en « délinquants », comme le constate leur directeur lui-même ?

Alors : est-ce que tout ça ne tourne pas finalement autour d’une seule question centrale qui serait celle-ci : la perte de confiance des citoyens envers les pouvoirs publics, et la perte de confiance des pouvoirs publics en eux-mêmes, ne viennent-elles pas du fait que dans le monde actuel les pouvoirs publics sont débordés par des puissances économiques et financières sur lesquelles ils n’ont plus autorité, mais qui formatent nos sociétés ?

Cette question redoutable pourrait bien être la clé de la situation. Et nécessiter une reprise en main, comme le pape François le disait à Assise la semaine dernière. >>

 

 

violences, police

 

10:34 Publié dans Idées, Société | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : violences, police

Commentaires

LE RÉGIME MACRON

> On nage en plein délire, l'affaire Michel n'est malheureusement qu'une parmi d'autres anonymes.
Plus grave encore, des journalistes qui se font fracasser par des policiers en roue libre (cf Rémy Buisine, ou le photographe syrien).
Un policier se fait prendre en photo, il réplique par des coups de matraque, destruction du matériel et des coups de la personne au sol...
https://fr.news.yahoo.com/manifestation-samedi-%C3%A0-paris-photographe-210636676.html

Tout ça vient dans le contexte du vote sur la loi controversée de l'interdiction de filmer ou photographier la police !
Mais où va le régime Macron ?
______

Écrit par : TonyZ / | 30/11/2020

CAPITALISME DE SURVEILLANCE

> "....par des puissances économiques et financières sur lesquelles ils n’ont plus autorité, mais qui formatent nos sociétés ?"
Il faut lire (et relire) ou à défaut voir le film : Le Cercle de Dave Eggers.
Et c'est pour cela que je râle dès lors qu'un site internet utilise, tous les outils de surveillance tels que les trackers Facebook et Google et bien d'autres.
N'oublions pas non plus que la société Palantir (entreprise crée par le fondateur de PayPal) a fait la semaine dernière un bon de de 53% en bourse : https://www.nextinpact.com/lebrief/44836/palantir-flambe-a-wall-street-53-en-semaine

Autre ouvrage également à lire et qui explique, certainement à mon sens, la situation actuelle: "L'Age du capitalisme de surveillance" de Soshana Zuboff.
______

Écrit par : PierreO / | 30/11/2020

CE QU'EST DEVENUE LA RÉPUBLIQUE

> L'affaire des violences policières, aussi honteuse soit-elle, est révélatrice de ce qu'est la République réellement, au-delà même du cancer administratif chez les forces de l'ordre. Elle devrait être le lieu ou chaque individu peut déployer sa liberté en toute égalité et fraternité. Mais ça c'est sur le papier.
St Augustin, apporte un précieux éclairage quand il dit au livre 4 de sa Cité de Dieu: "Que sont les empires sans la justice sinon de grandes organisations de brigands?".
Voilà des décennies que l'on considère que les lois ne doivent plus être justes mais efficaces pour "relancer la France dans la course".
On a armé la police avec des armes considérées comme de guerre pour soi-disant répondre efficacement à la délinquance.
On tolère que les élites économiques et financières aient un accès privilégié au législateur et l'influencent à sa guise, soi-disant pour aider l'économie. D'ailleurs, le livre de Valentin Gendrot raconte que la police n'arrête pas tant les délinquants qu'elle ne leur pète la gueule, ce qui est plus efficace. Et "on" se réveille un jour en constatant que finalement, le pouvoir est entre les mains de quelques malfaiteurs. "On" se réveille un peu tard.
Foin donc du contrat social de Rousseau ou du Leviathan d'Hobbes et autres théories qu'on apprend sur les bancs de Sciences-Po. Il n'y a qu'une bande de brigands.

Pourquoi est-ce que beaucoup n'ont rien vu venir? Peut-être parce qu'il n'y avait pas intérêt à voir venir. "S'il se fait frapper par la police, c'est forcément qu'il a fait quelque chose" (oser comparaître devant le Tribunal du Christ après avoir dit ça!) Le bourgeois a peur du chaos. Ou plutôt, il a peur de voir que le chaos est déjà là. Il a peur de comprendre que son argent ne tient pas qu'à son génie entrepreneurial et que les inégalités ne découlent pas de ses mérites.
Alors il vote depuis 40 ans pour des partis qui finissent par concorder (il n'a plus peur des chars soviétiques sur les Champs-Elysées). Il a bien compris qu'Hollande n'est pas socialiste puisque Macron est né de ses entrailles. Mais il reproche quand même audit Hollande de "ne pas avoir la classe" (on a les problèmes qu'on peut).
Pas question donc, pour lui de s'en prendre à la police. Elle est la gardienne des inégalités. Elle ne l'a pas toujours été. Mais la Ve République est passé par-là. Les forces de l'ordre ont suivi le mouvement des institutions: 1946 avait mis en place un régime fondé sur les besoins des citoyens, fort de la compromission du patronat sous Vichy. Progressivement, les élites grillées sous Pétain ont repris la main. En 2019, Augustin de Romanet, à la tête d'ADP en voie de privatisation est capable d'affirmer que le système gaullo-communiste est fini.
______

Écrit par : Cyril B / | 30/11/2020

MOT RÉSERVÉ, NÉVROSES AMÉRICAINES

> https://www.marianne.net/politique/ecolos/lynchage-de-policiers-bayou-sexcuse-de-demander-pardon-apres-lemploi-dun-mot-pas-adapte-pour-une-personne-blanche

Consternante exigence d'une "militante afroféministe" pour qui le terme lynchage "concerne toujours spécifiquement les Noir.e.s".
Mme Gay condamne l'utilisation de ce terme "par les personnes blanches", en l'occurrence par le secrétaire général d'Europe Écologie Les Verts mis en cause au titre de "la suprématie blanche" auquel Julien Bayou appartiendrait aux yeux de la militante.
Et Bayou de tomber dans le panneau en répondant que "le terme lynchage n’est pas adapté pour une personne blanche, a fortiori dépositaire de l’autorité publique", assurant que "cela ne remet pas en question [s]on indignation sincère face à ce qui est arrivé à Michel Zecler et [s]on engagement pour mettre fin aux violences systémiques contre les personnes racisées".
Les névroses américaines s'invitent dans le débat français : barrons la route à cette inquiétante dérive de plus en plus manifeste.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 01/12/2020

À PierreO

> Pas «le fondateur», mais: un cofondateur.

Cordialement
______

Écrit par : Olivier B. / | 01/12/2020

@Olivier B.

> En effet vous avez entièrement raison !
J'en profite, du coup, pour rappeler les liens très forts qui ont marqué l'histoire de Paypal avec celle d'Ebay.
Bref... Paypal, Ebay, Palantir .... Suffit juste de lire les fiches de Wikipedia.
______

Écrit par : PierreO | 02/12/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.