Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2020

L'entretien du cardinal Grech : les temps changent...

3c63d300-grech-vatican-media.jpg

Nommé cardinal à sa vive surprise, l'évêque maltais Mario Grech recevra la pourpre dans quatre jours avec la nouvelle promotion de treize cardinaux qui poursuit l'aggiornamento du Sacré-Collège. Dans la revue jésuite La Civiltà cattolica, il se montre en plein accord avec la rénovation de l'Eglise, alors que paraîssent des entretiens avec le pape intitulés Un temps pour changer :


"Il n’y a pas d’autre sens pour notre vocation dans l’Église et dans le monde que de s’engager à annoncer l’Évangile, à aider l’homme d’aujourd’hui à rencontrer Jésus-Christ", déclarait le nouveau cardinal après sa nomination. L'idée semble évidente. Mais elle résonne comme un avertissement en France et aux Etats-Unis, où des esprits troublés, clercs et laïcs, parlent moins de l'Évangile du Christ que des "droits des catholiques" – et réclament pour ceux-ci (seuls) le privilège d'ignorer la lutte commune pour la santé publique.

Dans son entretien du 2 novembre à la revue jésuite, Mgr Grech enfonce le clou à propos de la crise sanitaire : "Nous devons espérer que cette crise, dont les effets nous accompagneront pendant longtemps, sera un moment opportun pour nous, en tant qu’Église, pour ramener l’Évangile au centre de notre vie et de notre ministère." Et il va plus loin : "Beaucoup sont encore analphabètes de l’Évangile", constate-t-il... D'où l'urgence de rappeler aux déboussolés que l'Évangile doit être pris au sérieux dans sa dimension toujours novatrice, bouleversante ; et qu'on a tort de le reléguer à l'arrière-plan, depuis quelques années, comme s'il n'était là que comme discret prétexte d'un communautarisme teinté d'idéologie séculière. Une idéologie qui revient en force à la faveur du mouvement démagogique de négation de la pandémie.

Mais la pandémie, et les confinements qu'elle entraîne en réponse, mettent brusquement en lumière l'un des handicaps du catholicisme occidental : "un certain cléricalisme", dit Mgr Gresch dans le sillage du pape. "De nombreuses initiatives pastorales de cette période, explique-t-il, ont été centrées sur la seule figure du prêtre... Dans la situation qui empêchait la célébration des sacrements, on ne se rendait pas compte qu’il y avait d’autres manières de faire l’expérience de Dieu."

Or "la fidélité du disciple à Jésus ne peut être compromise par le manque temporaire de la liturgie et des sacrements... Je trouve curieux que beaucoup se soient plaints de ne pas pouvoir recevoir la communion ou célébrer les funérailles à l’église, mais que peu se soucient de savoir comment se réconcilier avec Dieu et avec les autres, comment écouter et célébrer la Parole de Dieu, et comment vivre le service... On s’inquiète en dehors du contexte eucharistique ou on se sent perdu parce qu’on ne connaît pas d’autres manières de s’engager dans le mystère."

Le cardinal désigné lance cet avertissement : "Ce sera un suicide si, après la pandémie, on revient aux modèles pastoraux que nous avons pratiqués jusqu’à présent... Nous devons réfléchir pour nous interroger sur la richesse des ministères laïcs dans l’Église, pour comprendre si et comment ils se sont exprimés... La grande Eglise est composée de petites églises qui se réunissent dans les maisons : si l’église domestique échoue, l’Église ne peut pas subsister. S’il n’y a pas d’église domestique, l’Église n’a pas d’avenir !"

Mario Grech parle le langage de la lucidité – alors qu'un langage de somnambules pseudo-politiques suinte en France dans des milieux de droite, aiguillonnés par CNews et les réseaux sociaux. Un non-sens est de prétendre "sauver l'Eglise" en l'assujettissant à l'idole des "valeurs" ;  à l'opposé, le sentire cum Ecclesia nous dit contre vents et marées que c'est l'Eglise qui nous sauve. De toutes nos idoles...

 

 

 

 

images.jpg

 

Commentaires

LE PAPE

> https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2020-11/pape-francois-livre-entretiens.html
En écho à ces propos du futur cardinal, ceux du pape qui vécut trois "covid" dans sa vie.
Être chrétien, c'est entendre Dieu lorsque nous traversons le désert, c'est s'appuyer sur le Christ lorsque tout semble s'effondrer autour de soi. On est loin des exigences autocentrées 'rendez-nous la messe'...
______

Écrit par : Philippe de Visieux | 24/11/2020

FIDÉLITÉ N'EST PAS "IDENTITÉ"

> Le futur cardinal Grech nous rappelle que "la fidélité du disciple à Jésus ne peut être compromise par le manque temporaire de la liturgie et des sacrements".
L'exigence importante, c'est la fidélité.
La fidélité est une vertu, pas l'identité.
L'identité est une forme collective du narcissisme.
La fidélité est une sortie de soi pour maintenir, contre vents et marées, l'union à Jésus.
______

Écrit par : Jean-Marie Salamito / | 24/11/2020

MARIAGE

> Oui. Et cet évêque a dit de très belles choses sur la fidélité dans le mariage !
______

Écrit par : Phil / | 25/11/2020

'LE FIGARO' PRIS EN FAUTE

> https://www.lefigaro.fr/actualite-france/messes-publiques-comment-la-conference-des-eveques-de-france-s-est-decidee-a-agir-20201105
Assez perplexe devant les approximations véhiculées par le 'Figaro' sous la plume de son spécialiste des religions. Non, les évêques n'obéissent pas au pape ; non, hiérarchiquement, ils ne dépendent pas de Rome. L’Église catholique est une communion d’Églises particulières au sein desquelles l'évêque de Rome n'est pas un PDG mais le 'primus inter pares' qui préside à la charité.
Mgr François Duthel expliquait dans la 'Foi prise au mot' que saint Jean-Paul II, interrogé par un évêque en visite ad limina sur l'attitude à adopter face à tel ou tel aspect de la gestion de son diocèse, se vit répondre : "ce n'est pas à moi de vous dire comment vous devez administrer votre diocèse, ce n'est pas mon rôle".
Le nonce apostolique n'a pas de "pouvoir" sur les évêques, comme si ces derniers lui étaient directement subordonnés.
Ce n'est pas la conférence épiscopale qui est une "fédération de petits patrons", c'est l’Église elle-même : chaque évêque est seul titulaire de la juridiction ordinaire sur le territoire de son diocèse.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 27/11/2020

L'ENTRETIEN COMPLET AVEC LE CARDINAL GRECH

> On peut retrouver l'entretien avec Mgr Mario Grech en français par ce lien :
https://www.laciviltacattolica.fr/leglise-a-la-frontiere-entretien-avec-mgr-mario-grech-le-nouveau-secretaire-du-synode-des-eveques/
______

Écrit par : Michel de Guibert | 30/11/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.