Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2020

Vienne après Nice : c'est une guerre politique rampante contre les sociétés européennes

156_v_SZRWW1VeEnRiSEpor_attaque-en-autriche-une-chasse-a-l-homme-a-ete-lancee-cette-nuit-a-vienne-apres-l-attentat-qui-a-fait-au-moins-deux-morts-et-seme-la-terreur-dans-la-capitale x240.jpg

Commando dans les rues de Vienne après les tueries de Conflans et de Nice... Mais défendre les populations est l'affaire des Etats : la contagion US de la vengeance privée ne passera pas par nous. Ma chronique de Radio Espérance (Auvergne Rhône-Alpes) :


fusillade-a-vienne-324x235.jpg

Un des tueurs en action, dans la Seitenstettengasse.

 

<< …Le garant de l’unité française, c’est l’Etat, depuis cinq siècles. C’est à l’Etat de veiller à ce que rien ne vienne diviser gravement la nation. En ce sens il est exact de qualifier de séparatisme le phénomène de l’islamisme politique. Car c’est bien un phénomène POLITIQUE, même s’il utilise le domaine et le vocabulaire d’une religion. En France, l’objectif des islamistes est politiquement séparatiste : c’est de creuser un abîme entre les Français et leurs compatriotes musulmans, par les méthodes les plus épouvantables, pour pousser les non-musulmans à accuser en bloc tous les musulmans… et aboutir ainsi à une guerre civile. Lutter contre les islamistes, les repérer et les éradiquer, est donc la mission DE L’ETAT. Il a, oui, beaucoup de progrès à faire dans ce domaine : d’où les controverses en ce moment dans la classe politique. Mais la mission de l’Etat n’appartient qu’à l’Etat et à ses services de sécurité.

D’autre part, le carnage de Nice, comme le meurtre du P. Hamel en 2016, a tué des chrétiens en tant que chrétiens et “symbole à abattre” : d’où la réaction spécifiquement chrétienne de l’Eglise devant ce triple assassinat dans un sanctuaire. Je cite la déclaration des évêques : “Malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur et, avec toute la nation, veulent faire face à cette menace traître et aveugle”.  Les mots-clés sont : “avec toute la nation”. C’est le vrai sens du mot laïcité selon l’esprit et la lettre de la loi de 1905 : fonder le vivre-ensemble des croyants et des non-croyants, sur ce qui doit rester leur terrain d’entente, la solidarité nationale. Tout ce qui peut miner ce terrain d’entente national doit être combattu par l’Etat : c’est ce qu’attendent de lui les catholiques comme tous les autres citoyens conscients de leur citoyenneté.

Et les catholiques prient pour les victimes. Ils prient aussi pour leurs bourreaux, aveuglés par le fanatisme au point de prendre pour un geste héroïque le fait de tuer comme à Nice un sacristain et des femmes en prière. Jésus l’a dit pendant qu’on le clouait sur la croix : Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.* >>  

__________

* Même s’ils croient le savoir.

 

 

B9725135560Z.1_20201103084050_000+GE5H0BB41.2-0.jpg

 

11:26 Publié dans Terrorisme | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : terrorisme

Commentaires

GUERRE ISLAMISTE

> Guerre contre les sociétés européennes ? Je ne crois pas.
Aujourd'hui, 22 morts dans une attaque terroriste à l'université de Kaboul. Des jeunes gens et des jeunes femmes de 20 à 24 ans, étudiants en science politique et administration publique notamment. Cette université est la cible régulière d'attentats, fomentés par les mêmes organisations qui nous attaquent.

Edel


[ PP à Edel – La guerre globale déclenchée par l'islamisme comporte un volet "guerre particulière dans les sociétés européennes". Mais à Kaboul comme en Seine Saint-Denis, même objectif : s'emparer de la population musulmane. La seule différence tient au nombre des gens concernés...]

réponse au commentaire

Écrit par : Edel / | 03/11/2020

QUE FAIRE

> Cher Patrice, même le mot "séparatisme" nous trompe en nous rassurant un peu, à tort, sur une ampleur de la progression islamiste somme toute limitée à des enclaves: mais pour le mouvement islamiste, la séparation n'est qu'une étape vers la conquête totale du pays en question en quelques décennies ou même en quelques siècles. Une fois cela réalisé, le retour en arrière est impossible sans "reconquista" armée à partir d'un territoire encore libre (non soumis). D'ailleurs, connaissez-vous des pays qui se sont désislamisés ?

PC


[ PP à PV – Vous avez raison vu de haut.
ais l'urgence sur le terrain n'est pas de faire des cercles d'études sur l'islam à travers les siècles, dans un entre-soi catho dont certains se satisfont parce que ça permet de ne pas avoir de contacts avec des musulmans.
L'urgence est de contrecarrer la subversion islamiste, sur le terrain, dans sa phase de développement actuelle : phase qui consiste à créer un gouffre de sang et de haine mutuelle entre les musulmans français et le reste de la population. Pour empêcher ça, il faut travailler avec des musulmans... au lieu d'insulter ceux qui viennent dire leur empathie avec les chrétiens – comme ça vient de se passer à Nice, hélas. ]

réponse au commentaire

Écrit par : P.C. / | 04/11/2020

– Ça suffit : Vous ne lisez pas ce que vous avez pourtant sous les yeux, mais vous essayez simplement de caser (anonymement) des slogans pris ailleurs. Ce n'est pas dans le registre des commentaires de ce blog. Ici nous débattons, nous ne faisons pas du Q-Anon.
______

Écrit par : à Cordouan / | 04/11/2020

à P.C. :

> Il y a cinq siècles, les Ottomans avaient conquis une bonne partie de l'Europe centrale et orientale, jusqu'aux portes de Vienne. Certes, ces territoires ne furent pas islamisés mais ils furent reconquis par des États chrétiens.
Il y a cent ans, ce même Empire ottoman sortait défait de la Grande Guerre. À Sèvres, les Alliés (chrétiens) auraient fort bien pu exiger la restitution de Constantinople à la Grèce, comme ils l'exigèrent pour Smyrne ; l'Est anatolien devait d'ailleurs être amputé au profit de l'Arménie et d'un Kurdistan indépendant. On sait comment tout cela se termina.
D'une certaine manière, les pays baasistes mirent en application une forme de désislamisation en Irak et en Syrie puisqu'ils prévoyaient la laïcisation de l'État, effective dans ces deux pays ; c'est pourtant ce modèle que la guerre d'Irak de 2003 mit à mal.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 04/11/2020

DANS L'ARMÉE

> Il est une institution qui a l'expérience de l'intégration de musulmans dans la "geste nationale" : l'institution militaire.
Je crois que l'on peut rendre hommage au travail de l'aumônerie militaire musulmane...
Sur les aumôneries (dont celle-ci), un dossier de la revue 'Armées d'aujourd'hui' :
https://www.defense.gouv.fr/armeesdaujourdhui/431-mars2019/index.html#/spreads/1

Feld


[ PP à Feld – Je l'avais constaté en 2002 pendant un séjour à bord du 'Charles-de-Gaulle' revenant de l'opération Héraclès. J'avais aussi constaté que les marins musulmans pratiquaient la prière du vendredi, alors que la messe dominicale n'avait que très peu de fidèles... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 04/11/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.