Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2020

M. Macron et le "séparatisme" : paroles, paroles...

"séparatisme"

Le discours présidentiel n'a guère apporté de nouveautés. Les mesures d'application risquent de ne jamais voir le jour. Et l'on voit ressurgir les commentaires ineptes sur "les religions" qui devraient s'en tenir à la "sphère privée"... Mon éditorial du lundi à RCF :


https://rcf.fr/la-matinale/separatisme-un-peu-de-logique

 

<< Les annonces d’Emmanuel Macron vendredi dernier sur ce qu’il appelle « le séparatisme islamiste » sont contestées de différents points de vue :

– à gauche (Mélenchon par exemple), on dit que Macron attaque les musulmans en général. C’est une accusation inexacte ;

– à droite, on dit que Macron ne veut pas prendre les moyens concrets de réduire l‘influence islamiste. C’est une accusation prématurée ;

– Enfin, ceux pour qui « la laïcité » doit éliminer « les religions » accusent Macron de faire, disent-ils, « une interprétation libérale » de la loi de 1905. 

Ceux qui pensent cela commettent une erreur fondamentale. Macron [1] n’interprète ni ne déforme la loi de 1905. Cette loi ne réserve pas la religion à la sphère privée. Elle organise le modus vivendi de l’Etat et des religions dans la sphère publique ! Chacun son rôle public mais sans confusion des rôles : c’est ça, la « séparation des Eglises et de l’Etat ».

Donc, si le pouvoir séculier voulait rendre les religions invisibles et inaudibles, ce qui serait abusif, il lui faudrait abroger la loi de 1905 : or cette loi n’est critiquée ni par les citoyens en général, ni par les chrétiens croyants, ni par les juifs religieux.

Quant aux communautés musulmanes, elles sont sous un autre régime juridique : celui de la loi de 1901 réglant aussi la vie des associations sportives ou culturelles.  Peut-on amener les mosquées à passer sous le régime 1905 pour avoir le statut de culte religieux : comme les autres religions présentes en France ? Apparemment Emmanuel Macron le souhaite, puisqu’il l’a dit dans son discours. Et là-dessus il n’aurait pas tort, s’il voulait vraiment républicaniser toute la pratique religieuse musulmane sur le territoire français.

Mais les mosquées, elles, ne semblent pas souhaiter changer de régime juridique – pour des raisons diverses qui ne sont pas toujours uniquement financières. Or le régime de 1901, on l’a vu, "marginalise" juridiquement les mosquées. Le régime de 1905 serait le moyen de faire entrer les musulmans dans le paysage normal des confessions religieuses dans l’Hexagone…  Alors un peu de logique des deux côtés : l’Etat et les mosquées ! Et les choses avanceront. >>

__________

[1]  Attention ; je ne suis du tout certain (qui pourrait l'être ?) que les annonces de ce discours auront un commencement d'exécution. On sait que M. Macron met ses pas désormais dans les pas de M. Sarkozy... 

 

 

818782-macron.jpg

 

Commentaires

"PLUS FACILE"

> Même constat qu'a l'époque de l'excitation antisectes: qu'on applique déjà les lois existantes au lieu d'en établir qui risquent de nuire a l'enseignement libre.
Mais c'est plus facile que de réintégrer les zones de non-droit dans le droit quand on est fort contre les faibles et faible avec les forts.
______

Écrit par : PF Huet / | 04/10/2020

1920

> Un article très intéressant!
C'est extraordinaire que les mosquées ne soient pas soumises au statut de la loi de 1905. Quel est l'historique de cette situation ?

CW


[ PP à CW – Sans doute l'implantation de la "grande mosquée de Paris" : fondée en 1920 pour rendre hommage aux morts musulmans de la Première Guerre mondiale, elle fut construite sur financement public, ce qui l'excluait nécessairement du dispositif de 1905 ("l'Etat ne subventionne aucun culte...") ]

réponse au commentaire

Écrit par : Catherine Winch / | 06/10/2020

PAS D'APPLICATION

> N'avons-nous pas remarqué que ce Président parle beaucoup alors que nous empilons les problèmes d'absence d'application, d'exécution de lois pourtant essentielles ? Sur l'islam comme sur l'immigration ou la sécurité c'est comme le sanitaire je doute.
______

Écrit par : O'Rorke Philippe / | 07/10/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.