Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2020

L'encyclique et les études d'écologie intégrale biblique de la NRT : un même appel pressant

cop-21-image.png

Un appel à la fraternité humaine et à l'écologie intégrale, indissolublement liées dans la foi au Christ... Ma chronique à Radio Espérance (Auvergne Rhône-Alpes) :


https://player.radio-esperance.fr/?radio=antenne-principa...

 

<<  Deux parutions cette semaine nous invitent à réfléchir :  celle de l’encyclique du pape François Tutti Fratelli (« Tous frères », citation de saint François d’Assise), et la parution d’articles remarquables de la Nouvelle Revue Théologique, éditée par les jésuites, sur l’urgence théologique de notre conversion à l’écologie.

La conversion écologique (à la vraie écologie, pas ses caricatures !), Jean-Paul II, Benoît XVI et maintenant François nous y appellent de façon de plus en plus pressante. Ils nous supplient même d’ouvrir les yeux. D’où l’importance des études de la Nouvelle Revue Théologique, dont l'une est signée par Mahaut et Johannes Herrmann. Ceux-ci donnent des références bibliques et doctrinales. Ils montrent la convergence avec les informations de la science. Et ils ajoutent (je les cite) : « On mesure alors combien est grande, en tout temps, la responsabilité des hommes envers la création que Dieu leur a confiée… Il y a pour les chrétiens une double urgence à entrer dans une conversion écologique radicale : pour permettre la survie de l’humanité, et pour être fidèles au projet de Dieu sur le monde qu’il a créé…»

La même conversion nous conduit à renouer avec la FRATERNITÉ HUMAINE : et c’est le message de la nouvelle encyclique signée par le pape François le 3 octobre à Assise. Actuellement la fraternité est mise à mal autant que la nature, et pour la même raison : le profond paganisme d’une société qui s’adore elle-même et qui adore ce qu’elle appelle « son mode de vie » (un mode de vie « non négociable », disent les présidents américains). Mais, dit l’article de la Nouvelle Revue Théologique, « nous nous félicitons d’un niveau de vie que la planète ne peut offrir à tous, et pourrait bien, sous peu, ne plus être en mesure d’offrir à quiconque » au train où vont le saccage de la Terre et la surexploitation destructrice des ressources naturelles

Dire cela n’est pas du « catastrophisme », terme inventé par les défenseurs du système économique actuel – lesquels se retrouvent en contradiction avec les avertissements de l’Eglise catholique par la voix de ses papes successifs. Ce n’est pas non plus « de l’idéologie » : ou alors saint Jean-Paul II, Benoît XVI et François devraient être considérés comme des idéologues !

De même le grand appel du pape François à retrouver l’impératif chrétien de la fraternité : au moment où celle-ci est attaquée par la montée des prétendues « identités » et des fanatismes de clans adverses, nous avons toutes les raisons de nous mobiliser pour vivre et diffuser autour de nous l’évidence (trop facilement oubliée) de la commune nature et du commun destin de toute l’humanité. A quoi les chrétiens ajoutent, et c’est vital, la commune VOCATION DIVINE de l’humanité devant la promesse de son Créateur. La majorité de nos compatriotes ignorent cette promesse et cette vocation. Mais qui peut les leur faire connaître, sinon les chrétiens ? >>

 

►  Demain mardi après-midi, ma note ici sur le contenu de l'encyclique.

 

ANSA1215415_Articolo.jpg

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.