Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2020

Discours aux communautés LS : le pape François réaffirme la dimension spirituelle chrétienne de l'écologie

François-et-colombe.jpg

Après saint Jean-Paul II et Benoît XVI, François insiste à nouveau sur le lien profond entre l'engagement écologique et notre relation personnelle au Christ. Un Angelus romain qui contredit les sottises écolophobes en vogue à Paris dans le microcosme "politique" et les salles de rédaction ! Ma chronique à Radio Espérance (Auvergne Rhône-Alpes) : 


https://radio-esperance.fr/antenne-principale/programme/

<< On entend ces jours-ci dire beaucoup de mal de l’écologie et des écologistes, diabolisés comme s’ils étaient l’obstacle qui empêcherait notre système économique et politique de produire la prospérité. C’est très loin de la réalité. Bien sûr, certains politiciens sous label écolo disent sur la société des absurdités  – qui n’ont d’ailleurs (remarquons-le) rien à voir avec de l’écologie... Mais les vrais écologistes sont seulement des gens de bon sens. Et l’écologie complète bénéficie à l’humain autant qu’au reste du vivant : c’est ce que le pape François a appelé "écologie intégrale".

L’écologie intégrale proposée à tous par l’Eglise est accessible à la simple raison. Mais l’éclairage chrétien lui donne sa dimension complète. Le pape l'a expliqué aux communautés Laudato Si’ dans son discours du 12 septembre ;  il faut le lire in extenso (sur le site du Saint-Siège) pour bien comprendre que l’écologie intégrale n’est pas seulement une démarche de justice sociale et environnementale : elle est en profondeur un chemin d’évangélisation.

L’écologie intégrale, dit le pape, a deux mots-clés : « contemplation » et « compassion ». Deux mots à remettre en honneur alors que notre société est en proie au vertige de l’accélération, contraire de la contemplation ; et à l’égocentrisme, contraire de la compassion.

Contempler, c’est sentir le monde qui nous soutient, et comprendre que nous ne sommes pas insignifiants ni solitaires. C’est l’antidote à nos choix hâtifs et superficiels. C’est réaliser que chacun est important au regard de Dieu, et que chacun peut transformer en bonne réalité, voulue par le Créateur, une partie du monde pollué par la voracité humaine. Et le pape ajoute : « Ceux qui savent comment contempler ne restent pas les mains dans les poches, mais trouvent quelque chose de concret à faire. »

Car le second mot-clé est la "compassion", fruit de la contemplation. La compassion n’est pas seulement un sentiment : c’est créer des liens avec autrui. Devenir responsable d’autrui, comme le bon Samaritain de l'évangile. Le monde a besoin de cette charité active et créative, de gens qui ne restent pas devant un écran à faire des commentaires, mais qui veulent se salir les mains pour arrêter la dégradation et restaurer la dignité", explique le pape.

Il ajoute que ça ne veut pas dire fuir le combat, au contraire ! La compassion est une lutte quotidienne contre le rejet et le gaspillage, elle exige du politique des décisions faisant que personne ne soit privé de sa terre, de son air, de son eau et de sa nourriture. Voilà un programme pour aujourd’hui  : c’est une rébellion contre les vertiges de la société actuelle. Il faut y penser.   >>

 

 

25f9c1066090c2cfc95ede1724322a54.jpg

 

Commentaires

REVOILÀ LUC FERRY

> "il faut le lire in extenso (sur le site du Saint-Siège)" : Hélas, sur ce site, il n'est pas traduit en français...
Je trouve important que François insiste sur l'écologie, à un moment où les élus écologistes, en France, parlent à tort et à travers, comme s'ils étaient pressés de gâcher leurs chances. En janvier, le philosophe Luc Ferry doit faire paraître un essai qu'il a consacré à sa vision de l'écologie. Ce livre risque d'avoir un grand retentissement, sur une question qui devient brûlante. Egalement, ce livre de Ferry est un exemple de l'agitation intellectuelle qui prend nos penseurs, étant donné que le champ est libre pour tous les débordements (cf. la dernière chronique de ce même Luc Ferry dans le "Figaro" de jeudi dernier). Pour contrer un prévisible déferlement d'attaques contre l'écologie, dont Luc Ferry est emblématique (il l'a prouvé dans le passé avec des livres hélas très intelligents) il y a l'encyclique "Laudato si'" et les interventions sereines du pape, qui sont une véritable bouée de sauvetage lorsque le "faux devient un moment du vrai". Bref, du travail en perspective ! Courage au pape François, et à vous aussi, cher Patrice de Plunkett !
______

Écrit par : Bégand / | 21/09/2020

ONFRAY, BUTOR CONCEPTUEL

> https://www.youtube.com/watch?v=txl6l5ORhzo
[38:35]
Onfray :
"Je pense que, en Occident, le véganisme ne s'appuie pas complètement sur cette transcendance [hindoue]. Il y a une immanence de morale moralisatrice : il faut être doux, il faut être tendre, il faut être gentil, il faut pas faire de mal aux bêtes, il ne faut même pas faire de mal aux plantes, à la Terre, à l'air, à l'eau. On s'excuse - ça reste en régime chrétien - on s'excuse d'exister parce que quand on parle on émet du gaz carbonique et on contribue au trou de la couche d'ozone. Il y a une espèce d'éthique de la compassion généralisée qui n'est pas une exacerbation de l'idéologie hindouiste mais une exacerbation d'un certain type de catholicisme. Le catholicisme d'un saint François d'Assise qui parle aux oiseaux ou saint Jérôme qui est en compagnie du lion : une espèce d'harmonie, et le pape en fait ses choux gras aujourd'hui. L'harmonie entre l'homme, la nature, les animaux, donc il faut moins manger de viande, donc il ne faut plus manger de viande du tout ; et il y a des radicaux qui ne sont pas contre le fait d'égorger un boucher s'il le faut."
Honteux d'entendre quasiment dans la même phrase une référence à François d'Assise, une au pape et une autre aux végans "égorgeurs de bouchers"... M. Onfray voit dans le véganisme une "exacerbation du catholicisme" franciscain : que de raccourcis !

PV


[ PP à PV – Onfray s'est trop rapproché des néo-païens de droite : il a chopé le virus de l'amalgame christopohobe grossier. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 22/09/2020

PROFANATION

> https://www.lefigaro.fr/actualite-france/une-eglise-de-l-herault-profanee-20200922
Dans le registre de la christophobie la plus hideuse, ce "fait divers" qui n'en finit plus de se répéter au fil des mois. Contrairement aux éborgneurs de chevaux, dont les actes sont tout aussi abjects mais le mobile assez flou, ces profanateurs d'églises sont mus par une motivation bien connue, la haine du christianisme.
On ne peut se résoudre à regarder de tels actes en n'agissant pas ou trop peu. Aux communes la responsabilité en la matière puisque l'immense majorité des églises leur appartient : installation d'alarmes reliées à la gendarmerie la plus proche, caméras de surveillance, etc.
On aimerait entendre MM. Baroin, président des maires de France et Darmanin, ministre de l'Intérieur, lancer dans les plus brefs délais un vaste plan de sécurisation à l'échelle nationale. La coupe est pleine !

PV


[ Pp à PV – Baroin est hostile au catholicisme.
Darmanin va faire du Sarkozy : parler, et c'est tout...
Quand à la profanation de l'Hérault, elle ne fait pas l'affaire des propagandistes identitaires : selon les dépêches, le profanateur est "un individu blond d'1,80 m" ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 22/09/2020

LAUDATO SI

> Au risque de passer pour un igniare, les communauté LS ? LS cela veut dire quoi ?
Merci beaucoup ;-)

PierreO


[ PP à PierreO – "Communautés Laudato Si" ! J'ai mis LS faute de place... ]

réponse au commentaire

Écrit par : PierreO / | 23/09/2020

"Baroin est hostile au catholicisme."

Il est néanmoins maire de Troyes, ville fameuse pour ses églises. Je crois que Baroin a beaucoup de défauts, notamment d'être fils de franc-maçon, mais c'est quelqu'un qui possède un minimum de responsabilité et de santé mentale, et qui ne va pas s'amuser à encourager la profanation des églises. Ce profanateur de l'Héraut est sans doute un évadé de l'hôpital psychiatrique : un fou. Il faut donc le rattraper et le soigner vigoureusement. Je crois qu'il ne faut pas dramatiser davantage.

Derwich


[ PP à Derwich :

1. Pourquoi nous faire passer à nos propres yeux pour des affabulateurs ? Permettez-moi de rappeler que personne ici n'accuse Baroin de vouloir "encourager la profanation". Rien de tel n'a été suggéré. Votre expression est donc inadéquate...
Ce dont il était question dans un message et ma réponse, c'était de savoir si des personnages publics (Baroin par exemple, entre autres) étaient disposés à prendre des mesures pour protéger les églises contre des actes de cette sorte, qui se multiplient depuis quelques années.

2. Quant à ces actes et à leur indiscutable multiplication, n'imaginez pas non plus que nous les "dramatisions". J'y vois simplement l'effet du bain médiatique permanent, dans lequel "les religions" et les faits divers ont une résonance démesurée qui peut exciter des esprits faibles et les pousser à l'acte. Rien de plus. Mais rien de moins. Si la machine audiovisuelle cessait de présenter "les religions" comme une nuisance, il est probable que les délits induits s'arrêteraient. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Derwich / | 23/09/2020

INSTINCTS

> https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/09/24/dans-les-deux-sevres-au-moins-un-million-de-faisans-et-de-perdrix-eleves-pour-etre-chasses_6053372_3244.html
Ceci aussi est tout à fait contraire à Laudato Si. Ces millions d'animaux nourris et élevés dans le seul but d'être massacrés sitôt lâchés dans la nature par des hommes trop souvent alcoolisés ; ils font partie de la Création et n'ont pas à servir d'exutoire ou de jouet.
Si ces messieurs (je parle d'expérience, ayant plusieurs chasseurs dans ma famille) ne savent pas contenir leurs instincts, qu'ils remplacent ces pauvres bêtes par des cibles factices : cela s'appelle le tir aux pigeons d'argile ("ball-trap"), moralement plus acceptable quoique peu écologique en raison des tonnes de plombs laissées ainsi dans la nature.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 24/09/2020

CHOQUANT

> https://www.francebleu.fr/infos/societe/le-vatican-expulse-ses-locataires-qui-ne-paient-pas-1600331562
Un autre exemple de ce qu'il ne faut pas faire, surtout lorsqu'on est le Saint-Siège et qu'on possède cinq cents appartements dans Paris.
La Sopridex est la société de gestion immobilière détenue par le Vatican qui a fait expulser la famille qui occupait l'un de ces appartements sans en payer le loyer. Famille qui compte en son sein deux handicapés, dont un mental, et une personne âge souffrante. On aurait aimé que le nouveau nonce aide au relogement de cette famille avant d'envoyer un huissier : "j'étais étranger, et vous m'avez recueilli ; j'étais nu, et vous m'avez vêtu". Ce n'est pas la saisie qui est choquante, c'est le procédé.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 24/09/2020

SÉRIE ?

> Série noire chez les nonces ? Après le harceleur, l'expulseur ?
______

Écrit par : Léon / | 24/09/2020

à Léon :

> Série noire chez les nonces comme pour cette famille expulsée qui, selon l'enquête menée par 'La Croix', n'a toujours pas trouvé de logement adapté. La réaction de la nonciature est pitoyable : 'c'est pas nous, c'est la Sopridex'... société détenue par le Vatican en totalité !

PV


[ PP à PV – Si l'argument est exact (et il doit l'être), ça montre simplement que les services du Saint-Siège laissent faire les laïcs de cette Sopridex. Qui sont probablement des professionnels de la gestion immobilière n'ayant rien d'autre en tête que les "lois du business"...
Mais il est vrai d'une fraction du clergé croit, comme le curé de paroisse versaillaise à l'ambon il y a deux ans, que les opérateurs du privé "ont toujours de bonnes idées pour le bien commun"...
Très Saint Père, à quand le coup de balai ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 24/09/2020

à Patrice de Plunkett

> A mon avis, il faudrait nuancer les choses de la manière suivante : les médias et les hommes politiques respectent une certaine éthique de responsabilité, du moins en théorie, notamment à propos des croyances religieuses. C'est une sorte de laïcité bien comprise, que Macron lui-même défend.
Au-delà de cet effort éthique, qui repose sur le respect très simple et immédiat de la personne humaine, il y a, en arrière-fond, l'idéologie plus générale véhiculée par les médias : celle-ci, jamais explicitée, est consumériste à outrance et, donc, nihiliste. A ce second niveau, le discours médiatique est anti-religieux de manière flagrante, les médias eux-même le reconnaîtraient sans peine s'ils gardaient un peu de lucidité.
Il reste vrai, selon moi, que les profanations d'églises, comme de cimetières juifs, etc., sont présentées dans les médias, et à juste titre, comme d'horribles forfaits. Un paroxysme de ces attentats anti-religion fut atteint par l'assassinat du père Hamel, que toute la presse et tous les hommes politique dans leur ensemble condamnèrent, presque par réflexe. Mon opinion est en conclusion, concernant le fait divers évoqué ici par vous à propos de Baroin, que si les hommes politiques ne prennent pas des mesures efficaces pour lutter contre la profanation des églises, c'est plutôt par incompétence notoire, par laxisme. Ce pauvre Baroin est comme les autres : il préférerait sans doute qu'il n'y ait pas de profanations, c'est un garçon honnête, mais il se dit : "Je n'y peux rien !" M.de Plunkett, vous êtes depuis toujours un grand journaliste, mais vous avez peut-être du mal à vous mettre à la place de ces hommes politiques surmenés, épuisés par les mains à serrer, les discours à prononcer, les doléances des électeurs à écouter poliment, et j'en passe : si en plus ils devaient prendre des mesures efficaces pour remédier à quoi que ce soit, ce serait la fin des haricots ! L'immobilité de Baroin, le cynisme relativiste et hédoniste des journalistes, voilà le problème. Bonne fin de journée à vous, et continuons le débat !

Derwich


[ PP à D. :
– Merci de votre réponse.
– Je crois pour ma part que l'assassinat du P. Hamel n'est pas dans la continuité des profanations "ordinaires". Quand par hasard on découvre les auteurs de ces dernières, on constate que ce ne sont pas des musulmans...
Les profanations d'églises sont à rapprocher des profanations de tombes chrétiennes ou sans confession. (Les profanations de tombes juives ou musulmanes relevant, quant à elles, d'une autre "motivation"). ]

réponse au commentaire

Écrit par : Derwich / | 24/09/2020

à Patrice :

> C'est exact, mais l'affaire dure depuis cinq ans : les responsables de l'administration du patrimoine du Siège apostolique (l'APSA, qui gère ce parc immobilier considérable) auraient dû traiter cette question de manière évangélique. Quand on a affaire à une famille qui est dans une telle situation - financière et médicale -, on s'assure de la reloger comme préalable à toute intervention manu militari, c'est là le b.a.-ba de la charité chrétienne.
L'APSA aurait dû réaliser qu'en expulsant, le Vatican serait montré du doigt par beaucoup de médias français : il suffit de faire une recherche sur Google pour s'en rendre compte. Comment évangéliser lorsqu'en tant qu'institution, nous perdons notre crédibilité en raison de bourdes comme celle-ci ?
D'où l'absolue nécessité d'un "coup de balai" et d'une réforme des mentalités comme des structures ; cette dernière est d'ailleurs un peu lente à venir puisqu'elle est maintenant attendue depuis sept ans et demi...

PV

[ PP à PV – L'Eglise pourrait se souvenir que son extrême lenteur à changer des choses fut à l'origine de catastrophes dans le passé... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/09/2020

COUP DE BALAI SUR BECCIU

> https://www.lalibre.be/international/europe/importante-demission-au-vatican-le-cardinal-angelo-becciu-semble-etre-lie-a-un-scandale-financier-5f6cfc987b50a677fbd4df3b

Sitôt terminé mon précédent message, j'apprends qu'un "coup de balai" a été donné hier par le pape. Le cardinal sarde Becciu renonce à la pourpre ; il paie vraisemblablement pour l'affaire immobilière londonienne à cause de laquelle le Vatican a perdu des dizaines de millions d'euros. Merci, Saint-Père !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/09/2020

AU PAYS DES NAÏFS

> Apparemment il y a du boulot dans le monde catholique : dans 'Famille Chrétienne' cette semaine, un article sur ce que propose un économiste pour l'économie du "monde d'après". Un article tendant au panégyrique de l'interviewé, Bertrand Badré, mais complètement creux sur ce qu'il propose.
Le journaliste (SP) se contente de servir de porte-voix, sans le moindre esprit critique.
-"Il est temps de construire des digues" déclare cet économiste ancien dirigeant de la Banque mondiale...
Fichtre ! en 2020 après 30 ans de dérégulation, il serait temps effectivement ! et au moins de s'en rendre compte, surtout de la part d'un ancien directeur général de la Banque Mondiale... car nous c'est au moins depuis les années 90, époque du coup d’État libéral sur l'économie mondiale, que nous le disons.
-"je conteste la stratégie du pire"
Ouaaaah ! ça c'est envoyé ! Miss America dans son discours d'investiture n'aurait pas dit mieux.
-« le profil est un bon outil mais il faut savoir reprendre son contrôle"
Bravooooo ! C'est ce que nous avons toujours dit sans avoir été comme lui, directeur de la Banque mondiale, ni avoir fait ni Sciences Po, ni l'ENA ni HEC ni été directeur financier Crédit Agricole, ni PDG et fondateur d'un fonds d'investissement, etc et autres lieux où il aurait pu acquérir les notions de bases du Bien Commun (voire de l'économie, qui sait ?), car il dit "reprendre" et pas "toujours conserver son contrôle"
Que le profit ne soit pas le seul indicateur à prendre en compte, c'est exactement ce qu'a dit saint Jean-Paul II dans l'encyclique 'Centesimus Annus' il y a... 35 ans... et c'était un rappel.
On aurait préféré Jean-Paul II à la Banque mondiale, il y aurait eu moins de dégâts....
Qu'a fait Bertrand Badré quand il y était ? On aimerait le savoir et normalement c'est à cela que sert un article.
Devrions-nous nous réjouir de voir Bertrand Badré dire la même chose que la pensée catholique ?
Oui si c'est un ouvrier de la dernière heure, mais en est-ce un ?
Pas moyen de le savoir à la lecture de cette mauvaise copie d'élève de 4e B du collège Jules Ferry, avenue Auguste Vaillant (ou Jeanne d'Arc, rue Saint Louis).
On y apprend qu'il porte une veste bleue et un joli pin's (on dit "épinglette"), je suis content d'avoir payé mon abonnement.
Il "vit à Washington". Ah. Mais pour y monter plus facilement au filet ou pour recevoir plus facilement des ordres ? (Navré d'être cynique).
La seule info, c'est qu'il est attaché au développement durable et d'après notre gentil louveteau, c'est bien. Il fait partie des gentils.
Serait-ce qu'il veut en appliquer les principes à l'économie mondiale ?
Le développement durable consistant à changer sa consommation uniquement pour pouvoir continuer à autant consommer, on imagine ce que ça donnerait appliqué à la finance mondiale : seulement changer de tactique pour continuer d'accumuler.
Bref, aucun changement de but ni de remise en cause de la domination de l'économie par la finance et donc de sa déshumanisation.
Il semblerait que ce soit bien cela car son fonds d'investissements s'appelle "Blue Like an Orange Sustainable Capital", "sustainable capital" signifiant "capital durable".
Bon. Le but serait-il donc de faire du profit en investissant durablement et pas de se contenter de papillonner ? Mais les financiers papillonnent faute de mieux et pour ne pas être le dernier dindon. Les financiers se sentiront-ils humainement liés à leur investissement en cas de difficulté ? comment seront-ils recrutés ? "le profit est un bon outil" dit-il. Avec ce fonds, c'est toujours le profit qui est à la base, pas l'amour du prochain, donc non, les investisseurs partiront dès que possible. Il parle de "contrôle" et de "digues" mais lesquels ?
Ce fonds n'a RIEN à voir avec la logique 'Laudato Si' (d'après l'article en tout cas) : il semble être un doux rêve dans le meilleur des cas.
Dans le meilleur des cas, l'article est nul, ce qui est parfaitement possible.

Sinon, Badré n'a apparemment pas compris le principal problème de l'économie mondiale : la déconnexion de la finance de l'économie matérielle, réelle, et donc humaine, on dira même sa "spiritualisation" et par conséquent son inévitable opposition aux intérêts de l'humanité donc à la foi chrétienne.
Il serait temps en tout cas que le journaliste (SP) arrête de considérer les grands décideurs de ce monde comme un petit louveteau regarde son Akela.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 25/09/2020

PITTE LE BIDONNEUR ET GUÉNOIS LE MALFAISANT

> https://www.youtube.com/watch?v=paZyXdPsYhg
Choqué d'entendre sur KTO Jean-Robert Pitte atomiser l'encyclique Laudato Si sans se voir répondre quoi que ce soit par son interlocuteur, Jean-Marie Guénois. L'académicien affirme [21:15] avoir lu l'encyclique "d'un trait" et avoir ressenti "de la colère", qu'il partage car à son sens, Laudato Si "n'est pas une encyclique doctrinale" (ah bon ? Alors que serait-elle donc ?).
En clair, Pitte estime que le pape a fait un travail salopé contrairement aux encycliques sociales de Léon XIII qui auraient été beaucoup plus réfléchies : "il y a un travail, derrière, gigantesque, des références théologiques extrêmement sérieuses".
Quelle mauvaise foi ! Comme si Laudato Si n'était pas argumentée, ce qu'elle est évidemment de manière tout à fait sérieuse. "Personne n'est catastrophiste chez les géographes" dit-il : comment peut-il ignorer les nouvelles sombres qui tombent quasi quotidiennement, de la fonte de l'Antarctique aux feux californiens, de la destruction des écosystèmes au stress hydrique qui touche maintenant jusqu'à notre pays. L'homme, qui se dit "écologue" et non "écologiste", reçoit pourtant un satisfecit de M. Guénois : "vous l'expliquez bien, ça fait du bien à lire, aussi !".
Également un peu déstabilisé par l'affirmation selon laquelle "les évangéliques sont les seuls vrais chrétiens missionnaires aujourd'hui qui vont même jusqu'à convertir dans les pays musulmans comme en Kabylie ou dans des pays profondément catholiques comme le Brésil ou l'Argentine ou même en France. [...] Les gens [catholiques] n'y croient plus assez, même les gens qui vont à la messe tous les dimanches." Il y a sans doute un fond de vérité dans ce propos, mais il me paraît excessif à l'endroit des catholiques : ayant connu beaucoup de prêtres authentiquement missionnaires dans le monde chinois, je ne peux voir dans les évangéliques les "seuls vrais" missionnaires de notre temps. Je ne suis pas non plus certain que les évangéliques aient davantage la foi que les catholiques : il s'agit plutôt de méthodes d'évangélisation plus directes chez les évangéliques qui, parfois, sont à la limite du prosélytisme. Nous catholiques évangélisons davantage par l'exemple donné, par le témoignage, d'où une expansion plus modeste numériquement mais sans doute pas moins profonde sur les âmes touchées.

En réponse à ce manifeste climatosceptique, deux superbes exposés du P. Gaël Giraud : l'un sur Thinkerview (sa deuxième prestation, avec un long développement sur le système financier en zone euro), et l'autre sur France Culture (un entretien exceptionnel avec le physicien Étienne Klein : deux scientifiques de haut vol parlant du réchauffement climatique mais aussi du concept de tendresse dans le monde actuel). À écouter, réécouter et méditer.

https://www.youtube.com/watch?v=-8j8xgkZxuE

https://www.franceculture.fr/emissions/la-conversation-scientifique/quel-modele-economique-pour-la-transition-ecologique
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 27/09/2020

VIVEMENT LA RÉFORME

> https://plus.lesoir.be/328811/article/2020-10-01/le-pillage-du-vatican-meme-le-compte-du-pape-ete-depouille
C'est monstrueux, indécent, révoltant : le Saint-Siège a été pillé de quelque 454 millions d'euros. Ont été arrosés des membres de la mafia et des intermédiaires italiens.
Si Becciu a trempé dans ce marigot, la décision du pape se justifie pleinement ; il est à prévoir (et espérer !) que s'ensuivront des condamnations pénales, et lourdes.
Que même le compte bancaire personnel du pape eût été vandalisé montre l'aspect tentaculaire de l'opération, impossible à mener sans la complicité de hauts prélats.
Il devient urgent pour le bien de l'Église universelle de mettre fin à cette corruption en col blanc et col romain. Se souvenir également que si Luther et Calvin réussirent il y a cinq siècles, c'est aussi et surtout parce que Rome, via les indulgences, se faisait entretenir par toute l'Europe sans pour autant se conduire de manière évangélique. Rien ne dit que la chose ne pourrait se reproduire aujourd'hui.
Rappelons enfin que les 44 hectares de souveraineté alloués au pape en 1929 n'avaient en rien vocation à servir de paravent à ce type de scandale qui choque toute l'Église et affaiblit considérablement l'œuvre évangélisatrice.
Soutenons le Saint-Père : ce qu'il vit, entre le passé pédophile et ces spoliations financières, doit être très difficile. La réforme est trop lente à venir !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 03/10/2020

L'AFFAIRE BECCIU

> https://www.repubblica.it/cronaca/2020/09/30/news/bulfon_caso_becciu-269032718/
Un résumé ad nauseam de l'affaire Becciu : des dizaines de prélats qui s'en mettent plein les poches, le pape trahi de toutes parts.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 03/10/2020

RETOUR EN AVIGNON ?

> Le plus grave est qu'une partie des monsignori prédateurs avaient été nommés par François pour entreprendre d'assainir la situation, mais se sont révélés à l'usage aussi vénaux que leurs prédécesseurs.
Fatalité : tous sont italiens.
Le Saint-Siège ne peut exorciser cette fatalité nationale que par une révolution interne qui passerait par une "désitalianisation" et une internationalisation beaucoup plus poussée du personnel du Vatican. Est-elle possible ?
Mais si rien ne se fait, l'opinion mondiale en tirera la conclusion que les papes ne sont universels qu'en paroles : même quand eux-mêmes ne sont ni italiens ni européens, ils sont prisonniers du bourbier local.
Retour en Avignon ? (Je plaisante à peine).
______

Écrit par : PP / | 03/10/2020

à Patrice :

> Il y a 150 ans tombait la porte Pie des fortifications romaines, signifiant la prise de Rome par les troupes italiennes et la fin des États pontificaux. Bénédiction pour l’Église universelle ! On voit ce que créent quarante-quatre hectares de souveraineté ; on n'ose imaginer ce que donnerait un pays en bonne et due forme avec intérêts économiques, administration publique, partis politiques, etc. : la mission de pasteur universel serait sans arrêt polluée par des problèmes temporels qui l'affaibliraient à coup sûr.
Le plus ignoble dans l'affaire actuelle est de constater qu'alors que certains prélats font expulser une famille de handicapés moteurs et mentaux toujours sans domicile à ce jour pour un arriéré de quelques milliers d'euros, d'autres complotent avec la mafia pour vandaliser le Saint-Siège de près d'un demi-milliard d'euros en se servant au passage dans le denier de Saint-Pierre. Tous les catholiques du monde qui alimentent ce dernier doivent se sentir révulsés et trahis en apprenant que ces fonds n'ont servi à aider ni les pauvres ni la mission du successeur de Pierre.
Attention, le Vatican joue avec le feu ! Avec la pédophilie et à présent ces scandales financiers, les fidèles comme les non-croyants voient en l'institution le contraire de ce qu'elle devrait être : à force de perdre en crédibilité, on ne devient plus crédible du tout. Je discutais récemment avec un prêtre missionnaire à Taïwan qui me disait que les protestants sont à présent quatre fois plus nombreux que les catholiques (c'était moitié-moitié il y a dix ans) ; on construit des temples protestants mais on ferme des églises un peu partout.
Les Becciu et consorts sont-ils conscients de la déstabilisation qu'ils créent dans toute l'Église ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 03/10/2020

MICRO-ETATS

> On se croirait revenu au temps de la Banco Ambrosiano et de Mgr Marcinkus!
Mais pas sûr que ce serait pire si les Etats Pontificaux avaient subsisté : les monsignore auraient fréquenté la vie réelle, ça les aurait occupés.
Les pires paradis fiscaux sont des micro-Etats.
______

Écrit par : PF Huet / | 05/10/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.