Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2020

Ce que nous fêtons aujourd'hui

Diaporama-pelerins-Emmaues-0_0_445_334.jpg

L'eucharistie, selon H.U. von Balthasar et F. Cassingena-Trévedy :


Sur la 1ère lettre de Paul aux Corinthiens (10,16-17) :

<< L’apôtre tire la conclusion de ce qui est fidèlement admis comme vrai. Parce que le corps du Christ est un seul pain pour la multitude, nous formons ensemble un seul corps, et nul autre que le corps du Christ. Cela non parce que, dans le repas commun, notre sympathie mutuelle réelle se trouve affermie, mais de la manière inconcevable que cet unique corps physique, qui a maintenant revêtu une forme eucharistique, a le pouvoir de nous incorporer à lui. Cette fois encore le fait nous est présenté, sans explication. Cela n’a rien à voir avec la magie ou le sortilège, mais bel et bien avec la “folie” de l’amour divin inventant des choses qui dépassent toute force humaine d’explication. Alors c’est justement parce que Dieu est l’amour que l’invraisemblable doit être vrai. >>

La mise au point de Balthasar se complète par l’analyse du P. Cassingena-Trevédy, déjà citée in extenso dans notre blog mais dont je rappelle ce passage :

<<parce que le Vivant est agile et libre, parce que le Bien-Aimé saute sur les montagnes et bondit sur les collines (Ct 2, 8), nous serons attentifs à tous les événements “eucharistiques” non ritualisés, non formalisés, inofficiels, de notre vie, à toutes les saillies imprévisibles de la Présence. Car il se passe bel et bien de l’eucharistique dans nos vies, et pas forcément à l’heure ni au lieu de la messe… Il se fait tout à coup de la Vie avec les natures mortes de notre vie… Tout ce minerai eucharistique, infiniment précieux, est à discerner après coup, à garder en mémoire, à conduire à l’église quand l’église est ouverte, et à apporter dans l’offertoire secret de nos messes dominicales, afin de ne pas y arriver le cœur vide. La fraction du pain (le premier et le plus beau nom de l’eucharistie, Luc 24, 35 ; Actes 2, 42) dit quelque chose de la « fragilité » de Dieu et de la nôtre, en chemin : elle peut fulgurer tout à coup, entre les mains humaines les plus humbles, les plus rudes, les plus inattendues, tandis qu’elle échappe des mains de ceux qui pensent en être les propriétaires. Au vrai, il se rencontre partout des éclats du Vivant, et nous sommes nous-mêmes ces éclats. Nul ne saurait mettre la main sur lui (Jean 7, 30) : ni individu, ni institution. >>

 

Créateur et création.jpg

 

Commentaires

DOGME CENTRAL

> Au Cœur du Cœur et au cœur de nos cœurs :
https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2019-11/la-transsubstantiation-dogme-central-de-la-foi-catholique.html
______

Écrit par : Gérald / | 14/06/2020

EUCHARISTIE

> Ce qui est étonnant et beau, c'est que chaque fragment d'eucharistie contient le Christ en totalité. Merci pour cet article à méditer.
______

Écrit par : TonyZ / | 15/06/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.