Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2020

Mme Maréchal aussi cultive "l'épidermique"

capture_decran_2017-05-05_a_11.29.52.png

Eternel retour de l'identique (made in USA)

Quoi de commun entre Marion Maréchal et les indépendantistes martiniquaises qui ont abattu les statues de Victor Schoelcher ? Apparemment opposées, elles sont porteuses (en symétrique inverse) du même virus idéologique américain :


Exprimant dans une vidéo Facebook sa “réaction épidermique” à l’importation en France des convulsions étatsuniennes, Mme Maréchal déclare : “Je n'ai pas à m'excuser en tant que blanche et en tant que Française” – ce que nul ne lui demandait de faire. Elle ajoute : "Je n'ai colonisé personne, je n'ai mis personne en esclavage, de la même manière que tous ces groupes politiques et tous ces militants politiques eux-mêmes n'ont jamais été colonisés ou mis en esclavage" : phrase qui ne veut strictement rien dire, s’agissant d’un débat sur l’image de l’histoire dans les consciences d’aujourd’hui. Mais comme cette dame le dit d’emblée dans sa vidéo, elle ne donne à ses propos en ligne que la valeur d’une réaction épidermique : ce qui les met au rang des agitations qu’elle dénonce, et montre une belle indifférence envers les sciences politiques qu’elle prétend enseigner à des étudiants !

Mme Maréchal ne cherche qu’à rester sur la scène en cultivant l’épidermique ; ce qui la situe dans la mêlée des démagogues aggravant les divisions – à la manière de M. Trump qu’elle encensait en 2018 dans le Maryland au congrès de la Conservative Political Action Conference. Donc : Mme Maréchal n’hésite pas à aller aux Etats-Unis se mêler de politique américaine ("She's back”, titrait avec joie le magazine parisien L'Incorrect), mais elle blâme l’agitation “en France” à propos de “la mort d’un Afro-Américain aux Etats-Unis”. Le libéral-conservatisme transatlantique est un pas en avant pour l’intelligence… Et l’on est mal placée pour déplorer les incendies, quand on suit la méthode de M. Trump : verser de l’huile sur le feu. Sachant que la dame avait mis quelques notables cathos dans sa hotte il y a deux ans, on aimerait leur rappeler (mon général, messieurs...) que la doctrine sociale de l’Eglise est peu portée sur la politique du pire. Et leur signaler une nouvelle allusion fielleuse à "l'Eglise" dans la vidéo de Mme Maréchal.

Sa “réaction” irrationnelle sur Facebook est du même ordre que l’acte d’indépendantistes martiniquais, le 22 mai, contre deux statues de Victor Schoelcher (le député qui pourtant avait obtenu l'abolition définitive de l’esclavage en 1848). Dans les deux cas c’est pour cultiver une clientèle, quitte à attiser un conflit ou élargir un fossé. Et dans les deux cas c’est la contagion d’un virus étatsunien : l’isolationnisme de groupe, virus qui transforme des universités américaines en mosaïque de microclimats proches de l’hystérie. Pour cette idéologie très fruste, le vrai ou le faux ne comptent plus. Seule compte le “ressenti” des membres du microcosme (fantasmatique) dans lequel ils s’enferment ; et ce ressenti rejette tout ce qui ne vient pas de lui. Peu importe que Schoelcher ait aboli l’esclavage : ses statues étaient offensantes parce qu’érigées par les descendants repentants des oppresseurs, non par les descendants des opprimés, qui seuls – selon l’isolationnisme de groupe – ont le droit d’aborder le problème ! Visiblement ils ne savent pas qu’Aimé Césaire lui-même qualifiait d’“immense” l’œuvre de Schoelcher : ils sont dans un “militantisme de l’ignorance”, déplore l’universitaire Marcel Dorigny, ex-membre du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage. [*]

 On voit à quoi mène cet état d’esprit épidermique. Mais lui opposer l’épidermique adverse n’est pas une réponse ; en tout cas ce n’est pas une réponse catholique. Et Mme Maréchal – trumpiste gauloise – a bonne mine dans sa vidéo de réprouver l’imitation des modes américaines. Pas ça, ou pas elle.

 __________

[*]  Marcel Dorigny pointe aussi une forgerie historique de la part des inspirateurs du vandalisme du 20 mai : cacher leur démagogie épidermique derrière un prétendu argument historique. (Selon eux, Schoelcher aurait couvert l’indemnisation des maîtres d’esclaves expropriés en 1848…). Dorigny à France Info, 31 mai :  “L'histoire ne peut être travestie, l’indemnisation des maîtres a été décrétée en avril 1849, après le tournant conservateur radical de la Seconde République aboutissant à l’élection d’une assemblée législative ultra-conservatrice. A ce moment Schœlcher n’était plus au gouvernement, …Il est donc totalement erroné de transformer l’abolitionniste Schœlcher en ‘père de l’indemnité’ en faveur des maîtres.”

 

 

marion.jpg

 

Commentaires

PRÉTEXTES

> La confusion mentale des cathos de droite et d'ultradroite. Ou est-ce de la malhonnêteté intellectuelle ? Les "prétextes de l'âme" ?
______

Écrit par : Renaud Masuy / | 11/06/2020

HORRIBLE

> En outre, parler aussi froidement de ce qui s'est passé aux Etats-Unis est choquant pour tout chrétien, pour toute personne dotée d'un sens moral minimal. Mourir parce qu'on a peut-être utilisé un faux billet (ce n'est même pas certain), et mourir ainsi, étranglé au sol, alors qu'autour on supplie au bourreau d'arrêter, c'est horrible. Si une telle mort ne lui fait rien parce que c'est un "afro-américain" qui vivait aux "Etats-Unis", je la plains.
'L'incorrect' est d'une grande bêtise, je serais curieuse de connaître le nombre de ses lecteurs.
______

Écrit par : Maud / | 11/06/2020

PAS IRRATIONNEL

> Je ne vois pas en quoi abattre une statue de Schoelcher est irrationnel : quand je vois la statue de Schoelcher place du même nom à Cayenne libérant le front lumineux comme Moïse un pauvre "nègre" hébété agenouillé à ses pieds le regardant comme le Messie, même moi qui suis "100% aryen" j'ai envie de l'abattre !
______

Écrit par : Falk / | 12/06/2020

"JE COMPRENDS PARFAITEMENT"

> Pour ceux qui n'ont pas la chance d'avoir vécu à Cayenne : https://monumentum.fr/statue-victor-schoelcher-pa00135683.html
Bon, il n'est pas à genoux, mais il vient de se relever...
Le problème n'est pas tant l'action historique réelle de Schoelcher que la force symbolique de ce genre de statue quant aux rapports entre Européens et Africains, "Blancs" et "Noirs"...
Je comprends parfaitement que des Afro-descendants veuillent déboulonner ce genre de symboles !
______

Écrit par : Falk / | 12/06/2020

"EFFONDREMENT DÉJÀ LÀ"

> Je pense que nous assistons à la révélation de l'effondrement déjà là de nos sociétés.
Cela se traduit d'une part par la mise à nue publique des cancers, en phase finale, qui rongent depuis trop longtemps toutes les institutions, toutes corrompues par les têtes pensantes des clubs jusque sur le terrain, politique, forces de l'ordre, instances scientifiques (avec la crise COVID), église dans sa dimension mondaine,..., d'autre part et conséquemment, par une 2e décolonisation, aussi bien en Afrique où les peuples regardent incrédules notre incapacité à protéger nos anciens notamment, à nous soigner correctement, les images terribles de nos soignants habillés de sacs poubelles; que depuis les Etats-Unis où, en écho aux violences connues là-bas contre les Gilets Jaunes en France, (des équipes de journalistes américains étaient de toutes les manifs chez nous, et depuis Occupy WallStreet les réseaux sociaux n'ont jamais cessé d'échanger), le cas Floyd filmé est goutte de sang qui fait déborder la coupe imbuvable de toutes les violences raciales là-bas, mais aussi sociales.
D'où l'écho chez nous, où les GJ, qui étaient déjà en lien avec le collectif Adama depuis des mois, se trouvent majoritairement solidaires, non pour des raisons intellos spécieuses, mais parce qu'il existe de fait une internationale des solidarités face aux injustices, et qu'un persécuté reconnait en un autre persécuté, quelle que soit sa couleur, sa culture ou son casier, son frère d'injustice.
Nous Occidentaux avons perdu toute autorité morale, nous les porte-drapeaux d'un universalisme des Lumières, droit-de-l'hommiste, non que ces "valeurs de l'Occident" aient totalement cessé leur activisme (elles existent encore, de manière désincarnée, dans des universités et des micro-milieux hyper-privilégiés, qui n'ont pour raison d'être que de travailler à tout changer, de la famille, des moeurs, de l'humain, pour ne rien changer de l'exploitation du vivant), mais qu'on ne s'y trompe pas: les gens qui manifestent, le gros des troupes, n'en a rien à faire de l'écriture inclusive comme de la question du nombre de genres. Ils prennent les gens comme il sont, et écrivent comme ils peuvent. Ce microcosmos hyper financé qui sert d'épouvantail à une droite dite traditionnelle-conservatrice ne tient que comme la tique sur le cadavre.
Il existe par contre une autre culture, populaire, de l'universalisme, des droits de l'homme (très proche des Evangiles), par les actes, encore une fois celle des petits, des perdants, de ceux qui ne sont rien et dont la vie se joue sur les marchés financiers.
La preuve que les GJ sont en train de rejoindre les banlieues, cette grande peur du pouvoir, c'est la multiplication en panique sur les réseaux GJ de messages deux points zéro racistes ( posts que FB ne censure pas, tiens tiens), notamment par des "GJ" à pseudo, alors que tout était calme côté haine anti-étrangers depuis des mois (depuis le départ des chasseurs des rond-points?).
Sur le terrain, les manifs anti-racistes (qui sont des manifs anti police à la Castaner et à la Lallement), chez nous sur Lille par exemple, sont co-organisées avec des GJ, et ont droit aux mêmes gazages, nasses, arrestations que pour les autres.
Le droit à l'émotion dans la rue qui disculperait par avance les "bons manifestants", n'est qu'un effet de manche de plus d'un pouvoir qui ne trompe que les citoyens déconnectés du réel.
La question du moment aussi est: combien sont ces citoyens qui ne voient encore le monde qu'à travers le petit écran, et qui toujours sous la coupe des peurs qu'agite le pouvoir, s'accrochent encore à lui? Quelle force dans les urnes représentent-ils encore? Il semblerait que ce soit sur elles que Macron voudrait rasseoir son pouvoir en piquée dangereuse, au point que ses grands argentiers étrangers s'en inquiètent. Et comme il n'y a pas d'opposition en meilleur état, puisque toutes les institutions plongent, les vieux requins d'hier se disputent les faveur du prince pour être du prochain gouvernement, même un Villiers qui cible ses attaques sur Philippe tout en se vantant d'avoir l'oreille d'Emmanuel. Quelle pitié!
Oui, je crois, j'espère que nous vivons l'heure du Magnificat: "Il renverse les puissants de leur trône, Il élève les humbles".
Et je prie que cela se passe avec le moins de violences possible.
______

Écrit par : Anne Josnin / | 12/06/2020

à Falk

> Je vois bien ce que vous voulez dire, mais certains vous diraient que ce qui est irrationnel c'est de s'en prendre à la statue de celui qui a accompli le geste "immense" (dixit Césaire) de l'abolition !
______

Écrit par : Amicie Terray / | 12/06/2020

UNE MANOEUVRE

> La pire erreur qu'ont pu faire les Gilets Jaunes, c'est justement de se rapprocher du collectif Adama Traoré qui se fiche éperdument de la violence et des injustices.
Manifester contre la violence policière, oui et comment !
J'étais déjà avec les GJ, et le mépris, paternaliste en paroles et indifférent en actes, socialo-libéral, à la fois globish et jacobin à la Jean-Claude Juncker et Ci,e dont souffrent les gilets jaunes comme les "gens des banlieues", dont beaucoup d'immigrés, doit certes mener à une convergence.
Mais certainement pas sous l'égide de ces faiseurs du collectif Traoré qui se préoccupent autant de social que Pablo Escobar en son temps et en son lieu : pour eux, parler de racisme et de violences n'est qu'une manœuvre.
Se faire manipuler, se joindre au grand n'importe quoi bavard et violent : certainement pas.
Pureté de la colombe et prudence du serpent.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 12/06/2020

DISCUSSION

> On est d'accord : le but de certains, au gouvernement et à droite et à droite de la droite, est de diviser "ethniquement" voire "racialement" la population et notamment les classes populaires.
A ce jeu-là, le récent "Eloge de la police" écrit ou plutôt vomi par Michel Onfray est affligeant et effrayant : https://frontpopulaire.fr/o/Content/co83677/michel-onfray-eloge-de-la-police
Mais n'accusons pas non plus trop vite les personnes "racisé.e.s" de faire le jeu du "racialisme" : déjà, parce que c'est indécent de la part de personnes qui ne subissent pas un racisme habituel ou diffus, ensuite parce qu'il y a effectivement du racisme en France, et notamment dans la police, même si ce n'est certes pas le même qu'aux Etats-Unis, mais aussi et surtout parce qu'il y a aussi des structures discriminatoires objectives (notamment socio-économiques et notamment capitalistes et libérales) en France qui agissent comme structures discriminantes racistes ou racialistes.
Bref, les "racisé.e.s" existent bel et bien en France aussi et ne sont pas une invention des subaltern / decolonial studies..., mais une des composantes structurelles historiques du capitalisme colonialiste, impérialiste et mondialiste.
Relire à ce sujet la Contre-histoire du libéralisme de Dominico Losurdo, explorant les liens historiques génétiques entre capitalisme, libéralisme, colonialisme, impérialisme, racisme et esclavagisme.
Pour ce qui est des statues de Schoelcher : c'est l'occasion de les remplacer par d'autres, transpirant un peu moins "la mission civilisatrice de la France"...
______

Écrit par : Falk / | 13/06/2020

à Amicie :

> Il y a des rationalités qui viennent de très loin, de très profond, du fonds de l'histoire, de la mémoire, de la souffrance, et je me méfie de l'arrogance avec laquelle nous rejetons dans l'irrationnel toute réaction (notamment populaire) qui ne concorde pas avec notre éducation, notre milieu, notre culture.
Combien d'arrogance inconsciente, et même de racisme inconscient, non seulement dans le colonialisme et "la mission civilisatrice de la France", mais encore dans l'humanitaire contemporain, le développement et toutes les bonnes oeuvres des ONG (cathos ou non), des souvent jeunes bénévoles et volontaires qui vont non seulement apporter leur aide aux "pauvres" d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique, mais prétendre leur apprendre à vivre, comment se comporter, etc.
Combien encore de racisme colonial structurel dans nos colonies postcoloniales françaises (l'accusation de racisme envers les colonisés en étant d'ailleurs l'expression la plus courante, comme en Polynésie : https://comptoir.org/2018/11/20/candide-a-tahiti/).
______

Écrit par : Falk / | 13/06/2020

@ Anne Josnin

> Oui, il faut se méfier des "Lumières", ambigües depuis le début.
Par exemple, la campagne de dénigrement qui a fini par abattre la Compagnie de Jésus a eu eu comme point de départ la destruction de la protection des Guaranis par les Jésuites.
Et depuis, que de tonnes de bombes employées au service de nos "Valeurs" !
______

Écrit par : PF Huet / | 13/06/2020

KOFI YAMGNANE

> Kofi Yamgnane : « Omar Sy ne fait pas mieux qu'Éric Zemmour »
L'ancien secrétaire d'État à l'Intégration de François Mitterrand dénonce la polémique actuelle qui vise à accréditer l'idée que la France serait un pays raciste.
Propos recueillis par Jérôme Cordelier
https://www.lepoint.fr/politique/kofi-yamgnane-omar-sy-ne-fait-pas-mieux-qu-eric-zemmour-13-06-2020-2379662_20.php
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 13/06/2020

BOUTIQUE

> Un éclairage sur la dernière "sortie de Marion Maréchal... Un journaliste remarquait sur les réseaux sociaux qu'elle en faisait une chaque année au mois de juin... pile au moment des inscriptions pour son école.
Comme si elle s'offrait cyniquement une sorte de coup de pub gratuit.
L'instrumentalisation du débat politique pour des préoccupations boutiquières est un grand classique dans la PME familiale Le Pen.
______

Écrit par : Marc / | 13/06/2020

INGRATITUDE ?

> Il est irrationnel de s'en prendre à la statue de celui qui a accompli le geste immense de l'abolition.
C'est bien exact, mais cela me semble ressortir à un certain trait de la nature humaine : nous n'aimons pas devoir, même à Dieu d'ailleurs. Acceptons-nous de bon gré d'avoir été racheté gratuitement par le sacrifice inouï du Fils de Dieu ? Est-ce que bien souvent nous n'essayons pas d'acheter notre salut, estimant que par notre conduite "irréprochable", nous sommes quitte vis-à-vis de Dieu, alors que les autres, ah, les autres… "Je te rends grâce Seigneur de n'être pas comme ce publicain…"
______

Écrit par : Bernadette / | 15/06/2020

HARBULOT

> https://www.youtube.com/watch?v=QMgfIVYqZTM
Loin des positions de Mme Maréchal, celles de Christian Harbulot : une bouffée d'air frais à écouter et réécouter pour préparer 'l'après'.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 15/06/2020

ÇA VIENT

> Personne ne lui demande de s'excuser. Croyez-vous? Je pense que si elle dit cela, c'est parce qu'elle l'a constaté aux Etats-Unis:
https://www.youtube.com/watch?v=u54cAvqLRpA&t=1s
et puisque ça existe là-bas, c'est en train de venir:
https://www.youtube.com/watch?v=TId-3lxVuS8

PFH


[ PP à PFH – C'est à cette dame en particulier que "personne ne demande de s'excuser" : elle est bien seule (avec ses groupies bcbg) à se croire au centre des choses...]

réponse au commentaire

Écrit par : PF. Huet / | 16/06/2020

@ PP

> En fait, parler d'une question vaste à la 1ère personne du singulier,, cela arrive. Comme on dit, ça fait peuple.
______

Écrit par : PF. Huet / | 16/06/2020

@ Eric

> Entièrement d'accord avec toi. En plus, je ne peux m'empêcher de faire un parallèle entre Adama Traoré et Horst Wessel. Deux petits malfrats sans envergure, devenus chacun les martyrs - et les symboles- d'une "cause à la con" (même si on ne peut pas mettre ces deux causes strictement sur le même plan, il faut être honnête).
______

Écrit par : Feld / | 16/06/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.