Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2020

Les nouveaux copains (slaves) de "Jaïr le fou"

tH8PalKOKys.jpg

Au Brésil, dans les groupes de cogne lancés par le régime contre les opposants, on voit désormais des porteurs du drapeau ukrainien rouge et noir de 1941. Ce sont en effet des Ukrainiens : sous-traitants des services américains, envoyés par leurs patrons soutenir le régime Bolsonaro contre des populations brésiliennes...


Regardez la photo ci-dessus. Prise discrètement par un anti-Bolsonaro, elle représente un groupe de tape-dur du régime. Sur la grande banderole noire, on lit en lettres blanches : "Doria dehors" ; il s'agit de João Doria jr., élu gouverneur de l'Etat de São Paulo en octobre dernier et haï (pour des raisons personnelles) de Bolsonaro qui veut le renverser à tout prix bien qu'ils soient ultralibéraux l'un comme l'autre. Affaire incompréhensible pour les non-Brésiliens... Mais juste à côté du Fora Doria, on aperçoit un emblème incompréhensible pour les Brésiliens : le trident sur fond rouge et noir. C'est le drapeau des milices anti-russes de l'ouest ukrainien en 1941. Intégrées aux bataillons de police allemande puis à la SS pour faire du "nettoyage" à l'arrière du front, rentrées dans la clandestinité après 1945, ces milices ont fait souche dans un réseau de familles, transmettant pendant soixante-dix ans une vision des choses assez... datée. Qui a ressurgi  à ciel ouvert après 1991, telle quelle, sous la forme de groupes se réclamant sans fard de "l'époque héroïque" [photo].

affiche-comment-voter-contre-le-bolchevisme.jpg

Porte-flingues à Kiev pour la CIA en 2014, formés en bataillons bruns pour aller casser du Russe dans le Donbass, renforcés dans cette entreprise par des aventuristes internationaux (dont certains Français), ces groupes se sentent moins à l'aise à Kiev depuis que M. Zelensky a remplacé M. Porochenko. On n'est donc pas surpris de voir maintenant certains de leurs membres s'exporter : en l'occurrence au Brésil, où les services US semblent les utiliser – de loin et avec des pincettes – pour de basses besognes, en soutien d'un Bolsonaro devenu lui-même compromettant pour Washington. Ce genre d'activistes aimant la parade, ils ne peuvent se retenir de brandir leur emblème : spectacle absurde dans les rues de São Paulo. Nous voilà en tout cas renseignés sur les supporters étrangers de M. Bolsonaro.

 

nazes ukr Brésil.jpg

 

A gauche : drapeau national ukrainien dans un cortège bolsonariste à São Paulo.

En compagnie de M. Bolsonaro : Sara Winter, ex-Femen formée en Ukraine en lien avec les milices brunes.

Sarah Winter 2.jpg

Sarah Winter.jpg

 

Commentaires

ABSURDA

> Intrusão estrangeira absurda.
Fora com os Ucranianos de Bolsonaro !
______

Écrit par : Antonio das M. / | 03/06/2020

DIABOLIQUE

> Idée réfléchie (pour une fois) en même temps que diabolique pour suivre le but poursuivi.
Former des milices avec des étrangers évitera le risque d'une fraternisation avec la population, puisqu'ils ne partagent pas la même langue.
______

Écrit par : Bernadette / | 03/06/2020

"CATHOLIQUE” ?

> Sara Winter (Sara Fernanda Giromini) est brésilienne, en fait, et a un itinéraire personnel complexe : prostituée à 17 ans, ayant avorté, militante LGBT puis Femen au Brésil après sa formation en Ukraine, elle a depuis viré à 180° après avoir donné naissance à son enfant, est devenue militante anti-avortement, "catholique" ET bolsonarienne (hélas, mais c'est assez typique ; pensons à nos "pro-vie" maréchalistes)...
Bref, tout sauf un long fleuve tranquille, et dans un contexte social, culturel et politique lourd !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sara_Winter
https://www.sarawinter.com.br/
______

Écrit par : Alex / | 03/06/2020

> Un article de Ph. Oswald dans Aleteia avait relaté le revirement de Sara Winter : https://fr.aleteia.org/2016/01/05/femen-leur-fondatrice-au-bresil-demande-pardon-aux-chretiens/

Alex


[ PP à Alex – Si une conversion déraille vers l'enfer bolsonariste, c'est qu'une catastrophe psychique est intervenue... Voilà une convertie qui pose en tenue noire et l'arme au poing, genre de photo très prisé des égéries brunes de Lviv et Kiev ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 03/06/2020

@ PP :

> oui, mais de quand date cette photo ? Est-elle "catholique" comme le dit sa notice Wikipédia française, ou évangélique ? Je ne sais pas. Quant à poser avec des flingues, ce n'est pas ce qui révulse nombre de "chrétiens" des Amériques... Hélas !

Alex


[ PP à Alex – En tout cas, rien à voir entre son look de la période LGBT et son look sur cette photo (typiquement "Ukrainienne d'extrême droite" : cf d'autres filles du groupe Pravyi Sektor, photos publiées ici naguère)... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 03/06/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.