Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2020

Hôpitaux : la technocratie financière ne désarme pas

algorithme-definition-tout-savoir-660x330.jpg

Pandémie ou non, l'inexorable algorithme se remet en marche pour amputer les hôpitaux et opprimer les soignants. Au moment où les médecins préviennent que le virus va faire un retour offensif !  Ma chronique de ce matin à Radio Espérance (Auvergne Rhône-Alpes) :


 

https://player.radio-esperance.fr/?radio=antenne-principa...

 

<<  Stupeur à l’hôpital ! Tout le monde sait que les suppressions de lits et de postes, imposées par un management technocratique aux hôpitaux français, les avaient mis en grande difficulté depuis deux ans, ce qui avait motivé la grève des personnels soignants ; grève très soutenue par l’opinion publique. Tout le monde a ensuite applaudi l’héroïsme de ces mêmes soignants : dans la terrible épreuve du coronavirus, ils ont payé de leurs personnes au-delà du possible, suppléant ainsi, par leur dévouement, au manque de moyens imposé par la technocratie. Sans parler de la pénurie de masques de sécurité pour les soignants : pénurie due, elle aussi, à des coupes budgétaires aveugles. Donc tout le monde pensait que la leçon avait porté et que demain "ne serait plus comme avant", ainsi que les plus hautes autorités de l’Etat semblaient le promettre.

Au lieu de ça, que se passe-t-il ?  "Une douche froide", nous apprennent les médecins des hôpitaux. "C’est incroyable", disent-ils : dès que la situation s’est un peu améliorée dans les services dédiés au Covid-19, l’administration a recommencé avec les tableaux Excel et les normes de productivité fixées par Bercy.  Dès ce mois de mai, elle reproche aux hôpitaux d’avoir transgressé ces normes en mars-avril ! Sans avoir l’air de comprendre que cette transgression venait de l’urgence épidémie, qui dictait aux soignants d’autres priorités !

Et comme si rien n’avait changé depuis mars dans notre pays et le reste du monde, l’administration recommence à chipoter le nombre de postes…

Du coup, nombre de soignants parlent de quitter l’hôpital public. On n’ose imaginer les conséquences en cas de deuxième vague de la pandémie.

Comme le dit l’encyclique Laudato Si : "les pouvoirs économiques” et le critère exclusivement financier "tendent à ignorer tout contexte" et à négliger ce qui est humain. La gestion de nos hôpitaux se déroule automatiquement, selon des algorithmes, en fonction (je cite l’encyclique au § 109) de théories économiques "que personne n’ose plus soutenir aujourd’hui" mais qui se sont "installées de fait dans l’économie". Voilà le problème de notre époque : les rouages de la technocratie financière dominent tout, sans égard pour la société. Cet état de choses est dénoncé comme structure de péché par la doctrine sociale de l’Eglise. Les papes successifs demandent un changement radical, un recentrage sur la dignité humaine. Sachons-le ! Et surtout, faisons-le savoir autour de nous. >>

 

 

 

960-jerome-bosch---tentation-de-saint-antoine---monstre-messager---pm-300-300.jpg

Commentaires

DOUBLE PÉCHÉ ISSU DE LA STRUCTURE

> Cette structure de péché l'est à double titre : par ses effets directs, que nous avons tous pu constater ces dernières semaines, et par des effets indirects comme celui d'induire chez certains une tentation de révolte violente. Les fauteurs de cette tentation n'auront pas à se plaindre si de telles révoltes ont lieu.
______

Écrit par : Sven Laval / | 11/05/2020

MÉDECINS

> Vous écrivez "en marche pour amputer les hÖpitaux et opprimer les soignants". Il y a eu les premiers de cordée puis les premiers de tranchée... Quels médecins prédisent un retour offensif ?

JRL

[ PP à JRL – Voir par exemple :
https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/depuis-cinq-jours-c-est-la-douche-froide-les-soignants-redoutent-un-retour-en-arriere-a-l-hopital-public-apres-l-epidemie-de-coronavirus_3951467.html ]

réponse au commentaire

Écrit par : JR Larnicol / | 11/05/2020

ÉVITER LES QUIPROQUOS

> Je vous rejoins sur la dénonciation de la « gestion à courte vue » et les objectifs budgétaires à quelques mois qui mettent en péril à long terme notre système de santé (l’épisode des masques est à la fois dramatique, emblématique et anecdotique au regard des dysfonctionnements) et je comprends la frustration, la fatigue et le découragement des soignants qui évoluent dans un système de moins en moins efficace et de plus en plus inhumain.
Je vous rejoins aussi sur la dénonciation d’un manque de considération la plus élémentaire si, comme vous le suggérez, l’administration reproche à l’hôpital dès le mois de mai de n’avoir pas su faire les prouesses qu’il a fait en lars et en avril sans accommodement avec aucune des règles de gestion. Il faut n’avoir jamais eu la moindre responsabilité en période de crise pour oser ce genre de reproche...
Mais, parce que je suis peut être un de ces techno, économiste de surcroît, qui ne trouvent pas grâce à vos yeux, j’ai deux doutes :
1. Les lacunes de la gestion actuelle sont évidentes mais il faut bien une gestion - on arrête tout, d’accord, mais on fait quoi, ensuite ? Je sais que les encycliques ne sont pas écrites pour aider concrètement les fonctionnaires de bonne volonté, mais après avoir été vigoureusement tancés, ils sont un peu démunis...
2. De quoi parle-t-on en évoquant ces théories économiques « que plus personne n’ose soutenir aujourd’hui » ? Parce que la encore, il serait utile de faire la part des outils d’analyse et d’aide à la décision (ils ont leurs limites mais je ne suis pas sûr d’avoir sous la main une alternative « opérante ») et les postures idéologiques (qui se drapent souvent de justifications analytiques au mieux fragiles et souvent farfelues - comme toutes les postures idéologiques... et ont assez peu à voir avec ce qu’on appelle très improprement une « théorie économique »).

M.J

[ PP à M.J :
Le pape François dans l'encyclique 'Laudato Si' développe une critique de fond de l'idéologie ultralibérale. Il l'esquisse déjà aux paragraphes 53 et suivants de l'exhortation apostolique 'Evangelii gaudium'.
Ce qui est visé par le pape et les économistes critiques, c'est le système d'ensemble : non les "outils d'analyse et d'aide à la décision". Ni les "fonctionnaires de bonne volonté", qui ne sont pas les concepteurs-programmateurs de la machinerie générale.
Encore faut-il discerner, quant à ces "outils" :
1. ce qui – dans le management actuel – est formaté comme un algorithme par le système d'ensemble, et mérite donc d'être radicalement changé : cf. Boltanslki & Chiapello, 'Le nouvel esprit du capitalisme', NRF 1999) ;
2. ce qui éventuellement, et souvent à la marge, peut remonter d'une expérience réaliste de terrain (et ne doit donc rien au système d'ensemble).
Eviter ainsi les quiproquos. Quand des économistes critiques dénoncent l'idéologie libérale du "oui aux flux, non aux stocks" (cause notamment depuis six ans de l'abandon des stocks de masques au lieu de les renouveler), ils ne font évidemment pas l'apologie de stockages excessifs là où stccker beaucoup ne serait pas nécessaire ! Les mots "flux" et "stocks" peuvent ainsi être employés dans deux perspectives contraires : celle de l'idéologie libérale (généralisatrice et rigide, donc nocive), et celle d'une gestion empirique souple (organisatrice mais réaliste).
Conclusion : les "bonnes volontés", à encourager partout, ne doivent pas fermer les yeux sur la nature profonde du système. Relire encore une fois 'Laudato Si', de François ; 'Caritas in veritate', de Benoit XVI ; et 'Centesimus annus', de Jean-Paul II !
Sur la question des masques et de l'idéologie anti-stocks : le livre dirigé par le Pr Grimaldi : 'Santé : urgence', éd. Odile Jacob. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Monsieur Jean / | 12/05/2020

"ANTÉCHRISTIQUE"

> Il y a quelques jours, Benoît XVI écrivait « la société moderne est en train de formuler un credo antéchristique qui vaut d'être excommunié de la société lorsqu'on s'y oppose. La vraie menace pour l'Église, c'est la dictature mondiale d'idéologies prétendument humanistes ».
En matière économique, on pourrait appliquer au libéralisme ce qu'écrit le pape émérite : s'opposer à l'idéologie libérale, c'est être hérétique. Il faudra du temps pour que les choses évoluent.

PV


[ PP à PV – Oui bien sûr à votre mise en cause du libéralisme.
Mais cette citation du pape émérite (de quel écrit vient-elle ?) n'est ratzingérienne ni dans son vocabulaire, ni dans son absence de nuances et de recherche des causes.
Qui donc s'est institué plume de cet homme très âgé, qui avait annoncé en 2013 entrer dans le silence de la contemplation, mais qui, devenu nonagénaire, a oublié sa promesse et se laisse circonvenir ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 12/05/2020

à Patrice :

> https://www.lepoint.fr/religion/l-ancien-pape-benoit-xvi-estime-qu-on-veut-le-faire-taire-04-05-2020-2373997_3958.php
La source semble fiable mais il est évidemment impossible de savoir si ces écrits sont ceux de Benoît XVI ou ceux d'autres personnes, présentés au pape émérite pour signature.
Il est certain que la référence à l'Antéchrist est peu en phase avec les 'Dernières conversations' par exemple, dans lesquelles Ratzinger était très mesuré dans son style.
On notera une pique en direction de son pays natal : « le spectacle des réactions venues de la théologie allemande est tellement aberrant et malveillant que je préfère ne pas en parler » : référence au synode actuellement en cours outre-Rhin ? Ou au nouveau président de la conférence épiscopale allemande ?
PV


[ PP à PV – Benoît XVI est en train de démonter, de la façon la plus désolante, la justesse du diagnostic posé par Jean-Paul II : "Il ne peut pas y avoir un pape émérite à côté du pape régnant". ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 12/05/2020

@PP :

> Merci pour votre réponse. Le fonctionnaire relira. L'économiste se dira qu'il est parfois dommage que le propos des lettres encycliques manque de robustesse alors que les rédacteurs ont sous la main toute l'expertise technique qu'il faut. L'homme de bonne volonté s'appliquera à se convertir et le chrétien ne cessera pas d'espérer en se souvenant que c'est Dieu seul qu'est le salut.


[ PP à M.J – Le pape a écrit 'Laudato Si' après avoir longuement consulté les spécialistes compétents : notamment des économistes. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Monsieur Jean / | 12/05/2020

LES UBU-MANAGERS MÉPRISANTS

> Et chez-nous, dans l'Allier, ils ont profité du confinement pour fermer des écoles et des classes sans opposition puisque nous sommes confinés... Ils pillent le rural pour combler les banlieues "chaudes" de Clermont et de Lyon depuis la création de ces monstres que sont les nouvelles régions (Auvergne-Rhône-Alpes, non mais j'te jure...).
Selon certains délégués (mais je n'ai pas pu vérifier de source sure), la Dasen aurait menacé certains directeurs d'école qui ne voulait pas accueillir d'élèves car ils ne sont pas sûrs des mesures de sécurité mises en place (masques insuffisants et à l'efficacité problématique, peu de gel hydro-alcooliques, cour trop exiguë et couloirs trop étroits pour la distanciation, etc.). Elle aurait promis des fermetures de classes supplémentaires dans ces écoles...
Cela fait plusieurs années que les Dasen (anciens inspecteurs d'académie) sont de véritables cheffaillons tyranniques à la Macron. Ils sont là pour faire du chiffre et nous parlent avec un mépris extraordinaire. Les élèves, ils s'en moquent. il faut remplir leurs tableaux et suivre leurs courbes d'objectifs (j'ai assisté à une séance mémorable là-dessus en CDEN. ). Ils me font penser aux types de la GPU qui remplissaient leurs quotas de détenus décrits par Soljénitsyne. La même mentalité.

VF


[ PP à VF – En somme, la même chose qu'à l'hôpital avec les normes "managériales" ubuesques et le mépris des soignants... ]

réponse au commentaire

Écrit par : VF / | 12/05/2020

à Patrice

> C'est d'autant plus vrai en extrême fin de vie, comme c'est le cas pour Benoît XVI actuellement : la fatigue physique peut être la porte ouverte à toutes sortes de manoeuvres. Il faudrait un motu proprio ou tout document pontifical consacré à ce statut d'évêque émérite de Rome, à commencer par l'interdiction de l'usage de la soutane blanche et du titre de "pape émérite". On pourrait imaginer un engagement à se retirer dans un véritable monastère, loin du monde (le bâtiment dans lequel Benoît XVI vit abrite une communauté religieuse, mais il reste dans le monde, en tout cas trop près des lieux de pouvoir où peuvent se jouer les intrigues que l'on observe). Le P. Valadier a raison : il devient urgent de définir le statut de l'évêque émérite de Rome.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 13/05/2020

@ PP et VF

> L'école, l'hôpital et aussi l'armée.
L'armée qui a de plus en plus de missions avec de moins en moins de moyens, un matériel non renouvelé et un nombre réduit d'homme alors le matériel s'use plus vite et les hommes aussi.
Pareil pour la police bien sûr.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 13/05/2020

ÉLOIGNÉS DU RÉEL

> Convergence entre les effets du calcul financier, de la technocratie administrative et aussi du formalisme juridique: du fait de la complexité de nos organisations et des empilements de textes et de structures qui en résultent, l'éloignement du réel frappe de plus plus les décideurs.
______

Écrit par : PF. Huet / | 14/05/2020

TECHNO CONTRE BIO

> Déclaration du philosophe Dominique Folscheid à Genethique.org, le site sur l'actualité bioéthique de la Fondation Jérôme Lejeune : « (…) la tension entre la technosphère et la biosphère, qui fissure notre monde, va continuer à produire tous ses effets. Mais entre les deux, c'est le pot de fer contre le pot de terre. »
Folscheid pointe les ambiguïtés propres à l'une et l'autre, montrant sa suspicion envers les discours de "certains écologistes". Il se montre plutôt pessimiste sur le monde d'après la pandémie et invite à réfléchir sur la "biopolitique" en marche : « Au lieu du "triomphe de la médecine", c'est à celui du "sanitairement correct" que nous avons assisté. »
http://www.genethique.org/fr/covid-19-du-conte-de-fee-au-cauchemar-73452.html.
______

Écrit par : Denis / | 14/05/2020

Eric,

> mon second fils vient de s'engager dans la cavalerie (501 RCC). Il vient de finir ses classes en accéléré avec la covid et il me raconte de ces trucs, c'est du délire. Par exemple, les vbl ne sont plus amphibies parce qu'il n'y a pas le budget pour changer les joints...Une fois perçue leur arme en dotation, ils s'achètent eux-même leurs lunette de visée : celle fournie est une "merde" payée au rabais à une boite US (je crois) qui fabrique en Chine...
Dans l'ensemble, les militaires y croient mais sont en colère.
Toutes les missions (j'appelle comme cela les "services publics") d'un pays souverain sont bradées ou volontairement cassées. En fait, on a filé les clefs du pays à des pirates, c'est tout.

VF

[ PP à VF – Au pays des euphémismes abstraits, "filer les clés à des pirates" se dit : "privatiser". C'est synonyme (et inéluctable) dès lors que l'Etat abdique son rôle. ]

réponse au commentaire

Écrit par : VF / | 14/05/2020

"ÉVËQUE"

> Dans une des messes de semaine, le pape François a cité Benoît XVI et il l'a clairement appelé "évêque émérite" et pas "Pape émérite".

IM


[ PP à IM – François se désigne souvent lui-même comme "l'évêque de Rome", par esprit d'humilité. Et je crois qu'il ne veut à aucun prix avoir l'air de croire aux rumeurs sur une "opposition" du pape émérite à son pontificat : rumeurs dont il sait qu'elles sont fabriquées par le lobby intégriste, et que le très âgé Ratzinger n'est plus en mesure de démentir. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Isabelle Meyer / | 15/05/2020

à VF :

> C'est désolant, en effet. Mais ce qui m'attriste davantage, c'est d'entendre des personnes revendiquant leur foi chrétienne se faire les apôtres décomplexés du libéralisme. Ainsi, j'entendais hier un confrère avocat pratiquant tous les dimanches conseiller téléphoniquement à un client 'directeur des ressources humaines' de ne surtout pas lésiner sur les licenciements : "surtout, n'attends pas pour licencier ; la situation ne se relèvera pas, il faut limiter les pertes et raboter tous les postes de dépenses", etc.
Comment peut-on parler ainsi tout en lisant l'Évangile ? Comment un chrétien ne peut-il voir que l'aspect comptable d'une situation sans se préoccuper des tragédies humaines que ses conseils peuvent engendrer ?
Il faudra des années avant que nos bourgeois messalisants ayant biberonné au libéralisme réalisent qu'en chérissant Mammon, ils tournaient le dos au Christ...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 15/05/2020

PAS DE SOUVERAINETÉ SUR LES MUNITIONS

> A ceux qui ont cru au discours de Macron sur la relocalisation et l'indépendance des secteurs stratégiques...
http://www.opex360.com/2020/05/14/malgre-la-crise-liee-au-covid-19-la-production-de-munitions-de-petit-calibre-ne-sera-pas-relocalisee-en-france/
______

Écrit par : VF / | 15/05/2020

Cher Philippe,

> c'est un problème profond et ancien. C'est peut-être même LE problème. Vous parlez de nos "complotistes intégristes", mais que dire du mafieux qui va à la messe et continue ses activités meurtrières, du colon qui exterminait des villages indiens en brandissant l'Evangile, du marchand d'esclaves dinant avec l'évêque, faisant des dons mais continuait son trafic ? Et on peut multiplier les exemples à travers l'histoire.
C'est un sujet qui me travaille et je n'ai pas vraiment d'autres réponses que de voir une dimension spirituelle et aussi psychiatrique. Il y a un choix du mal chez ces personnes mais aussi un dédoublement de personnalité ou une faille intime profonde quelque part, car ceux dont on parle, croient à ce qu'ils disent.
Mais effectivement, comment peut-on dire et vivre ce qu'ils disent et vivent, en lisant ou écoutant l'Evangile toutes les semaines? Cela reste un mystère pour moi.
Il y a peut-être une piste dans le passage du jeune homme riche. Ils ont peut-être une personnalité trop rigide, incapable de passer à l'abandon à Dieu. A mon avis, c'est complexe mais il faut dénoncer leur attitude à temps et contre-temps. Car ce qu'ils disent ou vivent n'est pas chrétien.
______

Écrit par : VF / | 16/05/2020

SUICIDAIRE

> Quand on a pour seul outil un marteau, tous les problèmes ressemblent à des clous....
Ce vieux proverbe marche toujours...
Les financiaristes n'ont que le tableau Excel et le bilan comptable (financier) comme outils, et ils l'appliquent jusqu'au bout, quitte à tuer l'entreprise qui les fait vivre (ici l’hôpital).
______

Écrit par : bergil / | 18/05/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.