Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2020

La crise : pour un travail de deuil et d'enfantement

43935983-36100714.jpg

Ce avec quoi il faut rompre pour édifier un monde nouveau / Le rôle des chrétiens catholiques / Ma chronique à Radio Présence (Toulouse Midi-Pyrénées) et Radio Fidélité Mayenne :


https://prod.radiopresence.com/IMG/mp3/01042020_chroeco_a...

 

<<  Bonjour à tous. Le danger des idées fixes, c’est qu’elles hypnotisent sans mener à rien. C’est le cas de la pandémie du coronavirus. Elle accapare aujourd’hui toute l’actualité : on a l’impression que plus rien d’autre ne se passe, que plus rien d’autre n’existe.

On sait que des milliers de vies humaines sont menacées, on sait que les lendemains économiques et sociaux vont être très durs. Mais ni l’hypnose  sanitaire, ni le frisson devant les conséquences socio-économiques, ne mènent par eux-mêmes où que ce soit. C’est notre degré de lucidité, notre capacité de réflexion, qui pourront (ou non) faire la différence. 

Si la fin de la guerre contre le virus provoque notre retour aveugle aux errements antérieurs, tant dans nos attitudes quotidiennes que dans notre connivence avec le système global en partie responsable de la propagation foudroyante de la maladie, alors ces mois d’épreuves n’auront servi à rien. Et nous devrons nous attendre à d’autres épreuves du même genre.

Mais si la fin de la guerre contre le virus est l’occasion d’une révision radicale de notre façon de vivre et du système économique qui l’a construite, alors nous pourrons espérer voir naître un monde nouveau.

L’épreuve actuelle attend de nous que nous lui donnions un sens. Vue sous cette angle, elle est, comme disait le concile Vatican II, un signe des temps. Les chrétiens doivent « scruter les signes des temps et les interpréter à la lumière de l’Evangile pour répondre aux questions des hommes sur le sens de la vie présente et future », dit la constitution conciliaire Gaudium et Spes. Et comme les signes des temps sont par nature donnés à toute l’humanité, le travail chrétien d’interprétation des signes des temps fait partie du travail moral de toute l’humanité – qui devrait devenir solidaire dans l’épreuve commune.

Comment parvenir à ce que ce travail moral soit un travail à la fois de deuil et d’enfantement ? Deuil du système socio-économique antérieur et des mauvaises habitudes qu’il formatait en nous. Enfantement d’une civilisation capable de renouer avec les besoins profonds de l’humanité, dont fait essentiellement partie le besoin spirituel. Le pape François en parle de façon magistrale dans Evangelii Gaudium et dans Laudato Si’...

Il y a des moments, et celui-ci en est un, où pour comprendre ce qui se passe sur le terrain il faut le regarder d’un peu plus haut. C’est d’ailleurs le moyen d’échapper à l’hypnose et d’ouvrir vraiment les yeux, pour discerner les vraies perspectives…   >>

 

 

 

 

coronavirus,crise économique,catholiques

 

Commentaires

Pour saluer Guillaume Apollinaire (L'adieu au cavalier):

Ah Dieu ! que la guerre [contre le virus] est jolie
Avec ses chants ses longs loisirs
Cette bague je l'ai polie
Le vent se mêle à vos soupirs

Adieu ! voici le boute-selle
Il disparut dans un tournant
Et mourut là-bas tandis qu'elle
Riait au destin surprenant

Effectivement, c'est peut-être pécher contre la vertu théologale de l'espérance, mais je crains qu'au sortir du confinement nous -entendez nos contemporains- ne soyons pas capables de tirer les conséquences et de faire lever un monde nouveau - la guerre, peaufinant déjà ses nouveaux virus, rira à la disparition du boute-selle dès le premier tournant...

Sinon (rien à voir, quoique, quoique...) très belle, et forte, catéchèse du jour du Pape François ce 1er avril:
https://www.regnumchristi.fr/catechese-du-pape-francois-du-1er-avril-2020
______

Écrit par : Aventin / | 01/04/2020

LES CAISSIÈRES

> Pardon d’avance si je choque , mais je ne vois pas d’autre manière de prendre du recul par
rapport à la situation actuelle que de prier.

Prière pour que l’on trouve des masques dignes de ce nom aux caissières.
A quoi bon que les clients s’évitent si , pour finir , ils passent tous par les mêmes endroits ( les caisses) et ont un contact avec une personne qui aura côtoyés de près de trés très nombreux clients ?
Du fait de la non protection des caissières, Les courses se révéleront l’endroit le plus propice à la diffusion du virus.
Et merci au pape pour sa prière en fin de l’audato si ( téléchargeable gratuitement ).
______

Écrit par : Bernard B. / | 01/04/2020

COMME UNE RETRAITE

> Bien sûr qu'il faut prier
Et faire des sacrifices (c'est-à-dire se priver de petites choses)
- On peut relire les récits des apparitions reconnues : la Vierge Marie ne demande rien d'autre.
- Prier, faire des sacrifices et demander pardon pour les gens comme ceux ci-dessous, qui coupent l'électricité à leur locataire infirmière parce qu'ils veulent qu'elle s'en aille de peur de la contagion :
https://www.lagazettedemontpellier.fr/live/5e845ec0898b750046b540ef/herault-une-infirmiere-de-reanimation-viree-de-son-logement-par-ses-proprietaires.
Prions pour ces "époux Poissonnard"... Hélas quand les évêques avaient demandé de faire pénitence pour les crimes de pédophilie, des catholiques avaient dit "mais je n'ai rien fait moi, pourquoi je me priverais pour des crimes que je n'ai pas commis ?!"... Si Jésus avait raisonné comme ça ...
Il faut redécouvrir le sens de la communion des saints.
- On peut aussi demander à son curé, quand c'est possible, de dire la messe sur la terrasse le balcon voire le toit afin qu'un minimum de gens puisse la suivre depuis leurs fenêtres ; certaines paroisses l'ont fait.
- Dimanche des Rameaux prochain, on pourra aussi mettre à sa fenêtre son buis béni de l'année dernière avec un crucifix ou une statue pour que les voisins comprennent bien.
Dieu étant là pour tous, c'est une explication à laquelle ils ont droit. L'évangélisation est un devoir pour le chrétien, être évangélisé est un droit pour le non-chrétien.
Et j'ai aussi l'adoration en continu dans les paroisses : ma femme et moi faisons une demi-heure d'adoration tous les matins.
- On peut créer des groupes WhatsApp.
Pendant la guerre il y avait Radio-Londres. On pourrait très bien avoir WhatsApp paroisse où le prêtre fait un petit message de 10 minutes tous les jours
- Il ne tient qu'à nous de vivre ce confinement comme une retraite. Seigneur que veux-tu que je fasse, que veux-tu que je change en moi.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 02/04/2020

IDEES

> E Levavasseur, vous avez de bonnes idées.
Dans ma paroisse, les célébrations de la Semaine Sainte seront en direct sur le site de la paroisse. Notre curé nous envoie régulièrement des courriels (d'informations, d'édification, d'encouragement à la prière) que nous transmettons à d'autres.
______

Écrit par : Bernadette / | 02/04/2020

FIGEAC

> Ce ne sont pas mes idées mais des choses que je vois autour de moi.
A Figeac en plus de créneaux d'adoration quotidiens, nous avons le goûter-spi tous les jours à 16h30.

https://www.paroissedefigeac.fr/
______

Écrit par : E Levavasseur / | 02/04/2020

DANY c/ RAOULT

> https://fr.sputniknews.com/france/202003301043429380-quil-ferme-sa-gueule-cohn-bendit-attaque-vulgairement-le-professeur-raoult-en-plein-direct--video/

Le général Georgelin pourrait assigner Dany le Rouge pour plagiat après cette sortie à l'emporte-pièce ; on peut être en désaccord avec le scientifique marseillais sans tomber dans la vulgarité.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 06/04/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.