Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2020

19h30 ce soir : une bougie à la fenêtre de votre foyer

59422449.jpg

Mon billet à Radio Présence (Toulouse) et Fidélité Mayenne :


 

http://www.radiopresence.com/IMG/mp3/25032020_chroeco_air...

 

<<  Ce soir à 19 h 30, répondant à l’appel des évêques, les cloches des églises vont sonner. A cette heure précise, les évêques appellent aussi les Français (catholiques ou non) à placer une bougie devant leur fenêtre.

Il s’agit de montrer la solidarité de tous face à l’épreuve qui frappe la France et le reste du monde : celle d’une pandémie virale meurtrière.

Solidarité d’abord avec ceux qui se dévouent en première ligne : les soignants, le monde des hôpitaux, les médecins de ville, le Samu, les pompiers... Et avec tous ceux qui restent à leur poste parce que la vie quotidienne de tous en dépend : les chauffeurs routiers qui approvisionnent les magasins alimentaires, les éboueurs dont le travail protège les populations, etc.

Solidarité aussi des catholiques avec tous leurs concitoyens ! Ce point est très important. Depuis plusieurs années certains, appuyés par les médias, répandent l’idée selon laquelle les catholiques en France seraient une forteresse assiégée. Idée doublement fausse : parce qu’elle ne reflète pas la réalité, et parce qu’elle contredit le Nouveau Testament. “Soyez toujours prêts à expliquer à qui vous le demande l’espérance qui est en nous”, dit la 1ère lettre de Pierre. Pour cela il faut qu’autrui ait envie de nous de demander… et que nous ayons l’air de vivre une espérance. Or c’est justement dans un moment d’épreuve comme cette épidémie que l’espérance chrétienne doit se montrer. Parce que les chrétiens croyants sont censés affronter les épreuves (individuelles ou collectives) avec calme et solidarité.

Ils sont aussi censés vivre les épreuves en leur trouvant un sens qui dépend de la foi. Une foi que la grande majorité de nos concitoyens ne partagent pas, c’est un fait –  et en ce sens les croyants sont effectivement une minorité. Pour des croyants chrétiens, être une minorité ne veut pas dire se replier dans l’entre soi, mais au contraire être une lumière sur le sentier. Et c’est justement une lumière que les évêques demandent aux catholiques français de placer ce soir devant leur fenêtre…

Et si les évêques demandent à tous les Français d’en faire autant, même s’ils ne sont ni chrétiens ni catholiques, c’est que croyants et incroyants partagent la même condition humaine, aujourd’hui mise en danger par une maladie dont la diffusion mondiale rapide n’est pas sans lien avec la société actuelle, ses structures économiques et ses habitudes de comportement. Quand nous sortirons de l’épreuve, dans quelques mois, tous ensemble, croyants et incroyants, nous tirerons les leçons de ce qui est arrivé. Et nous verrons ce qu’il faudra faire pour que ça n’arrive plus. L’avenir dépendra de notre solidarité. >>

 

 

Bougie-Fenetre.jpg

 

10:14 Publié dans Eglises, Santé, Société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : covid-19

Commentaires

L'AVENIR

> Merci, et prenez soin de vous.
L'avenir, oui comme vous le dites, dépendra de notre solidarité, et de notre écoute, et de notre sourire.
______

Écrit par : Jean-Claude / | 25/03/2020

Jean baptiste Beaulieu ( médecin) a donné son point de vue dans l’émission Quotidien.
Il craint ce qui découle d’une économie de guerre.
« ce n’est pas une guerre, c’est une crise sanitaire »
« en guerre on donne des ordres , en crise on donne des moyens «
Alors demande d’unité de prière pour que les efforts de la nation se concentrent sur la réponse à cette demande de moyens, et sur l’attention aux initiatives qui donnent des résultats.
Par exemple, en Occitanie , ils ont créés des centres covid19 juste pour faire les examens cliniques Avec suivi cliniques par téléconsultation. ( sans test épidémiologique vu qu’il y a pénurie).
A Annecy , ils tentent de créer de l’entraide solidaire.
D’autres entreprises fabriquent des masques même s’ils ne l’avaient jamais fait avant, d’autres fabriquent du gel hydro ...Le minimum vital.
Aujourd’hui , bien des gens qui sont «  à risque « face au Covid19   s’exposent quand même , notamment parce qu’ils font partie du secteur médical.J’ai bien peur que cela soit une erreur tout comme la fermeture des marchés qui va concentrer la demande des clients sur de moins en moins de points de ventes , déjà en surchauffe...
Cette crise est comme un incendie, puissions nous en réchapper.
https://www.annecy.fr/493-annecy-entraide-solidaire.htm
______

Écrit par : Bernard B. / | 25/03/2020

AGRESSIONS

> Oui il faut mettre ses bougies par solidarité et prier pour le personnel soignant car les agressions se multiplient.
https://www.google.com/search?q=agression+infirmière+masque&oq=agression+infirmière+masq&aqs=chrome.1.69i57j33l2.17621j0j4&client=ms-android-samsung-ss&sourceid=chrome-mobile&ie=UTF-8
______

Écrit par : E Levavasseur / | 25/03/2020

à Éric Levavasseur :

> https://www.programme-tv.net/news/tv/251796-une-auditrice-de-rmc-en-larmes-en-evoquant-ces-infirmiers-traites-comme-des-pestiferes-qui-recoivent-des-menaces-de-leur-voisinage-video/

"La bêtise dans toute sa splendeur"
Cette courte vidéo qui a failli me faire pleurer également ce matin, à entendre cette dame en larmes qui annonçait que sa fille et son gendre, infirmiers, se sont vus invités par des voisins à ne pas se garer trop près de chez eux, comme s'ils étaient "pestiférés", et à éventuellement déménager.
"Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font."
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 26/03/2020

RIEN

> https://reporterre.net/Depister-et-fabriquer-des-masques-sinon-le-confinement-n-aura-servi-a-rien

P. Giraud : "Sans un service de santé public efficace qui permette de dépister et soigner tout le monde, il n’y a donc plus de système productif viable en période de coronavirus."
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 26/03/2020

'LE FIGARO' FAIT FROID DANS LE DOS

> Lu dans le 'Figaro' d'aujourd'hui, ce commentaire d'un lecteur (Herbert Garrison), à faire froid dans le dos :

"Oui bon ils nous fatiguent un peu avec leurs EHPAD. Il n'y a déjà pas moyen de sauver tous les malades jeunes et en bonne santé, ce n'est pas pour gaspiller les ressources à prolonger de quelques mois des grabataires subclaquants. À un moment donné, il faut voir les choses en face."

PV


[ PP à PV – L'hitlérisme était social-darwinien. Mais avant et après lui, le libéralisme l'est aussi.
A part ça : compte tenu de la moyenne d'âge de ses lecteurs, 'Le Figaro' se saborde en prônant l'élimination darwinienne des octogénaires. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 26/03/2020

@ Philippe de Visieux

> Des infirmiers traités comme des pestiférés... mais il est vrai (sans excuser les gens en cause dans la video) qu'il y a de quoi virer cinglé, depuis 15 jours.
Il n'y a encore pas si longtemps que cela, on estimait en haut lieu, en France, que le confinement total apporterait plus de maux que de solutions. Début mars, beaucoup (dont moi, je dois le reconnaître) pensaient encore que la pandémie Covid-19 n'était au fond qu'une sorte de bulle politico-médiatique, sur base de maladie pas plus létale que la grippe saisonnière.
Et là... 3 milliards de personnes confinées. On a quasiment l'impression d'assister à un remake de la grande peste de 1347-1349, en à peine moins pire. Je ne vous cache pas que je n'ai pas eu le courage de visionner la vidéo jointe à cet article (qui nous informe que les personnes qui s'en sortent gardent quand même des séquelles pulmonaires irréversibles... joie) :
https://fr.yahoo.com/news/coronavirus-voici-des-poumons-infectes-par-la-maladie-143925636.html

Et à la peur de la maladie et de la mort s'ajoute celle du monde que l'on va trouver à la fin de notre "retraite forcée" (de encore 1, 2... 3 mois ? ) : une économie en morceaux, où rien ne sera plus jamais comme avant (sauf peut-être pour les plus riches... qui eux, s'en sortiront toujours).
Je n'ai trouvé qu'un moyen pour ne pas péter un câble : le Rosaire quotidien (et le soutien de mon épouse et de mes enfants.. je ne me suis jamais autant senti mari et père... tout le reste - les considérations de carrière, les vanités que l'on regroupe sous le terme de "distractions" - me semblent être du vent...).
______

Écrit par : Feld / | 26/03/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.