Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2020

Intégristes somnambules face au coronavirus

somnambule-reagir.jpg

L’intégrisme est aussi aveugle au Liban qu’en France… C’est ce que nous apprend cet article de Fady Noun dans L’Orient-Le Jour (17/03), que nous reproduisons avec son autorisation :


<<  Les précautions et mesures de confinement contre la propagation de l’épidémie de coronavirus se heurtent à des habitudes bien ancrées au sein des églises du Liban. La décision de l’Église maronite de rendre obligatoire la communion dans la main, prise le 4 mars, a surpris les fidèles, qui s’y sont adaptés, et parfois résignés, en la prenant pour ce qu’elle est, une mesure provisoire, en attendant la fin de l’épidémie. Toutefois, la décision a été énergiquement rejetée par un courant traditionaliste qui l’a condamnée comme « contraire à la vraie foi », et a réclamé qu’elle ne soit pas obligatoire, encore que certaines paroisses – mais pas toutes – ont réglé le problème en suspendant toutes les messes et toutes les activités de groupe, comme les chorales, excursions, soirées, kermesses, expositions et concours. Chez les grecs-catholiques, la communion dans la main a été autorisée, mais est restée facultative. À l’archevêché grec-catholique de Beyrouth, deux files de fidèles se sont formées, dimanche dernier, au moment de la communion, l’archevêque Georges Bacouni ayant laissé aux communiants la liberté de choix entre la communion traditionnelle et la communion dans la main. « La plupart des fidèles ont choisi de communier comme ils en ont l’habitude », a précisé l’archevêque, joint au téléphone. Toutefois, des gestes liturgiques, comme celui d’embrasser l’Évangile ou les icônes et le salut de paix, ont été omis, et les fidèles ont tenté le plus possible de garder entre eux une certaine distance.

Chez les grecs-orthodoxes, un communiqué patriarcal émanant de Damas a préconisé hier soir une coopération totale des Églises avec les autorités civiles dans la lutte contre le coronavirus. En pratique, toutes les activités de groupe ont été suspendues, mais pas les messes, auxquelles les fidèles pourront assister librement. Toutefois, des moments fixes seront instaurés pour la communion. En d’autres termes, cette communion sera accordée indépendamment de l’office religieux, ou séparément de lui, le texte sur ce point restant vague.

Esclandre à Ajaltoun

Au sein de l’Église maronite, un incident a marqué la messe dominicale du 8 mars dans l’église Mar Zakhia à Ajaltoun. C’est ainsi qu’insensibles aux raisonnements du prêtre, des fidèles se sont bruyamment opposés au caractère obligatoire de la communion dans la main. « Nous sommes l’Église », ont crié certains protestataires, en réponse au prêtre qui réclamait obéissance à l’Église. L’altercation avec le célébrant a conduit ce jour-là à l’annulation de l’office religieux. Dans un message adressé après l’incident aux fidèles de son diocèse, l’évêque de Jbeil, Mgr Michel Aoun, a demandé que la communion dans la main « soit acceptée en esprit d’obéissance » et expliqué que la communion dans la main « n’est pas chose nouvelle, mais plutôt la plus ancienne coutume de l’Église ». L’évêque a cité à ces sujets deux textes de saint Cyrille de Jérusalem et de Théodore de Mopsueste. « Sur la façon de prendre la sainte eucharistie durant la messe, a déclaré l’évêque, saint Cyrille de Jérusalem (+387) a écrit : Lorsque vous vous approchez (de l’autel), faites de votre main gauche un trône à votre main droite, car c’est elle qui doit recevoir le Roi, et recevez le corps du Christ dans la paume de votre main en disant Amen. Après avoir touché vos yeux pour les sanctifier avec le saint corps, communiez. » C’est en des termes très similaires que Théodore de Mopsueste (+428) explique comment recevoir l’hostie consacrée.

Une redécouverte de Vatican II

« C’est la découverte de ces textes patristiques lors du concile Vatican II qui a conduit les pères du concile à faire revivre cet antique mode de communion dans l’Église occidentale », a précisé l’évêque de Jbeil. Nous demandons à nos fils fidèles d’adhérer à cette mesure (…) d’autant plus qu’elle repose sur une base théologique confirmée ainsi que sur nos traditions maronites, dont nous trouvons une trace claire dans l’hymne d’action de grâces chanté après la communion... »

Bien que le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, ait tenu une réunion avec ses vicaires pour examiner les conséquences pastorales de cet incident, l’évêque de Sarba, Mgr Paul Rouhana, a refusé d’en rester là. Dans un assez long message, il s’est étonné de ce que « cette mesure préventive simple (…) puisse provoquer un si grand désordre et serve de bannière à un groupe d’opposants à son application comprenant des religieux et des laïcs menant campagne au nom de la défense du dogme et de la pureté de la foi. » 

« Je renouvelle donc l’assurance du caractère obligatoire de cette mesure qui ne supporte aucune exception sous aucun prétexte, tant qu’il n’existe pas un vaccin contre ce virus, a répété l’évêque dans son message. La rendre facultative, c’est faire échec aux mesures préventives qui l’ont rendue nécessaire. »

Poursuivant sur sa lancée, l’évêque de Sarba s’est dit en outre « inquiet, sur le plan ecclésial, de voir quelques prêtres et laïcs, en particulier ceux qui gravitent dans l’orbite du Mouvement sacerdotal marial (fondé par un prêtre italien, Don Gobbi, en 1972), faire publiquement circuler des textes affirmant que la communion dans la main est en son essence contraire à la foi véritable dans les sacrements » et que « cette mesure (…) manifeste un manque de foi et une minimisation de la puissance de Dieu présente dans le sacrement de communion, à guérir l’âme et le corps ».

Raison et foi

« Au moment où le pays est enfoncé dans une crise économique et financière, et qu’il doit faire face aux conséquences du fléau du coronavirus, ces gens qui s’opposent à la communion dans la main (…) n’ont pas hésité à dire que l’obéissance à l’Église en la matière est “une obéissance au péché” et “une chute dans les filets du diable” », s’est indigné l’évêque. Et d’expliquer que par de tels propos, les fidèles s’écartent en fait de l’enseignement de l’Église sur les rapports entre la raison et la foi.

Explicitant un peu plus sa position pour L’Orient-Le Jour, Mgr Paul Rouhana a dit refuser « qu’un petit groupe ayant une vision partielle et partiale dicte sa loi à la grande Église ». Pour l’évêque de Sarba, « l’Église fait face à un courant intégriste, ou fondamentaliste très actif sur les réseaux sociaux, sachant que le fondamentalisme prend un élément de la foi et l’amplifie au point qu’il étouffe la totalité ». Il n’a pas été possible de recueillir à ce sujet le point de vue du frère Emmanuel, animateur du sanctuaire de Sainte-Véronica Juliani, à Qsaïbé (Baabda), qui défend la vision traditionaliste. Mais Mgr Paul Rouhana est catégorique, ce courant minoritaire « doit être mis au pas et faire acte d’allégeance à la grande Église qui doit veiller à l’unité de son enseignement ».

 

Fady NOUN  >>

[fin de la reproduction de l'article de L'Orient-Le Jour]

 

 

hostie.jpg

 

Commentaires

PHARISIENS

> Une raison de plus de prier pour le Liban… Comment s'étonner de l'attitude des Pharisiens du temps de Jésus quand on voit le comportement de "chrétiens" d'aujourd'hui.
______

Écrit par : Bernadette / | 22/03/2020

DÉTAILS

. Effarant. Le diable s habille en Prada, il aime les détails.
______

Écrit par : Anne B. / | 22/03/2020

PRIVÉS

> Qu'est-ce que c'est que ces cercles privés qui se croient plus catholiques que tout le reste de l'Eglise ? Des petits nombrilistes bilieux.
______

Écrit par : Leoluca / | 22/03/2020

à Bernadette

> Pharisiens ? ou malades mentaux ?
______

Écrit par : Sébastien Joliot / | 22/03/2020

CEUX QUI NIENT LA MATIÈRE

> Ce courant minoritaire au Liban a des alliés au Kazakhstan et à Rome, mais il va falloir pour eux accepter que ces alliés latins voient en la moitié de leurs prêtres un clergé "de seconde classe" : peu probable que les fondamentalistes maronites apprécieront.
Récemment, il était rapporté que l'Église orthodoxe de Grèce avait insisté pour que la communion au Précieux-Sang continue d'être reçue à la cuillère, l'évêque de Patras allant jusqu'à déclarer que "ceux qui croient en la sainte communion savent qu’ils n’ont rien à craindre, c’est une question de foi. Au fil des siècles, on n’a jamais connu de cas de maladie se répandant par la communion", un autre évêque affirmant que "le vin contient de l’alcool, et que l’alcool tue le virus".
Fides et ratio : ne cherchons pas à séparer la foi de la raison, car c'est la porte ouverte au charlatanisme. En effet, malgré la transsubstantiation, les Corps et Sang du Christ conservent l'intégralité de leurs caractéristiques physiques : le pain eucharistique peut moisir s'il est laissé trop longtemps dans le tabernacle et par conséquent ne plus être reçu sacramentellement puisque porteur de germes. Dans le lycée que j'ai fréquenté, pourtant dûment estampillé 'catholique', la chapelle ne devait pas recevoir plus de trois messes par an : avant chaque Eucharistie, un professeur de latin était chargé d'aller vérifier si les espèces consacrées contenues dans le tabernacle pouvaient encore être distribuées aux fidèles car même consacré, le pain eucharistique se déprécie. Il serait bon que nos métropolites hellènes s'en souviennent également.

https://www.reforme.net/gratuit/2020/03/07/coronavirus-querelle-entre-leglise-orthodoxe-et-les-medecins-en-grece/

PV


[ PP à PV – Sans compter que le fidéisme absurde de ces clercs grecs aboutit à nier la matière, ce qui est un peu gênant quand on croit en l'Incarnation.
Il y a toujours un néo-platonicien quelque part. Voire un gnostique... ]

réponse au commentaire

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 23/03/2020

LE PROCHAIN

> Pour avoir travaillé dans une boîte avec énormément de nationalités différentes, je crois savoir qu’Il est très difficile pour l’être humain d’aller à l’encontre de sa propre culture, mais c’est possible.
Sommes nous trop souvent esclave de l’effet mouton de Panurge, sommes nous formatés par un mimétisme dû à cette période d’apprentissage que chaque enfant connaît ? Peut être, mais on ne peut nier une difficulté propre à l’être humain : la peur du changement.
L’habitude rassure. Mais quand l’habitude devient nocive, il faut changer, ne serait ce que par amour du prochain, et en l’occurence par respect de sa santé .
On vit une époque déstabilisante ou on peut contaminer les autres sans même le savoir.
Très dur que d’éviter les contacts physiques avec ceux qu’on aime.
La foi invite à mettre l’Amour au dessus de toute autre considération , Un sacré challenges.

PS: Au cas où...
https://www.midilibre.fr/2020/03/22/covid-19-la-perte-brutale-de-lodorat-lautre-symptome-meconnu-du-coronavirus,8813312.php
______

Écrit par : Bernard B. / | 23/03/2020

ITALIE

> https://fr.aleteia.org/2020/03/16/italie-il-a-celebre-la-messe-avec-tous-ses-paroissiens-enfin-presque/
Loin du pharisianisme de certains, comment ne pas être ému par une telle initiative ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 23/03/2020

POLITICIEN

> https://twitter.com/JeanGuyTalamoni/status/1240650365030334470

Un autre type de réaction excessive : celle de Jean-Guy Talamoni, qui écrit en qualité de "U Presidente di l'Assemblea di Corsica" à l'OMS pour se plaindre des carences de "Paris" dans la lutte contre le coronavirus, comme si ce monsieur se croyait déjà à la tête d'un État souverain.
Il serait bon qu'en période de crise et d'urgence, de telles démarches provocantes n'aient pas lieu d'être.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 23/03/2020

LE POINT D'APPUI

> Il est compréhensible qu'en ces temps de grands bouleversements, chaque chrétien ressente en son cœur une grande détresse et tente de se raccrocher à ce qui représente pour lui le point d'appui le plus puissant. La parole du Christ est une, mais notre compréhension en est multiple.
Et puis se pose cette question, ce à quoi nous communions, est-ce du pain et du vin, contaminables et contaminants, est-ce un symbole, dont on pourrait se passer quelque temps, ou s'agit-il du Corps et du Sang de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ? Et s'il s'agit de cette dernière proposition, alors jamais, au grand jamais, le Corps et le Sang de notre Dieu ne nous apporteront quelque maladie que ce soit... Ils nous donnent la Vie.
Et bien sûr, il faut aussi se souvenir que lorsque notre Seigneur Jésus eut donné le pain à Judas, l'ennemi, le diviseur, entra en ce dernier. Le diable était donc présent à la Dernière Cène. Il l'est dans les églises aussi et trouvera bien des moyens pour tenter de nous abattre. Essayons de faire preuve de sagesse et d'humilité. Le Seigneur ne nous abandonnera pas. Bonne santé à toutes et tous.
______

Écrit par : Serge P. / | 23/03/2020

INFINI

> Lire ça permet d'arriver à appréhender un peu plus l'immensité infinie de l'Amour du Christ qui meurt pour sauver l'humanité....
______

Écrit par : VF / | 23/03/2020

RAOULT

> https://www.liberation.fr/france/2020/03/23/didier-raoult-loin-du-docteur-maboul_1782821
Que penser du professeur Raoult ? L'homme a l'apparence d'un druide celte et peut effectivement donner l'impression d'être un "docteur maboul" ; son parcours est iconoclaste : cancre au lycée, puis matelot, revenu passer un bac littéraire avant de tenter médecine et de poursuivre jusqu'au doctorat. On sait par Wikipedia qu'il est climato-sceptique : "après une poussée thermique notable dans les années 1990, la Terre a globalement arrêté de se réchauffer depuis 1998. Le réchauffement climatique est incertain et la responsabilité de l’homme discutable", ou encore "la nature a oublié d’obéir aux prédictions".
Certes, il n'y a aucun rapport direct entre le traitement à l'hydroxychloroquine et ce négationnisme climatique, mais on pourrait s'attendre de la part d'un scientifique à davantage de rigueur car affirmer que la Terre a cessé de se réchauffer depuis 1998, c'est tout simplement factuellement faux...
Si l'hydroxychloroquine était le remède-miracle, pourquoi les Chinois, les Coréens, les Italiens, etc., ne l'utilisent-ils pas davantage que les Français ? Raoult n'a fait que relayer deux études chinoises sur la chloroquine, sans qu'il n'existe à ce jour de consensus sur son efficacité, à ma connaissance en tout cas.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 24/03/2020

LE TEMPS DES PHILIPPULUS

> https://www.youtube.com/watch?v=twapNkgjf0A

L'algorithme de Youtube ayant dû me cataloguer 'catho' au vu de ce que j'y écoute, le site m'a proposé aujourd'hui cette vidéo du P. Dominique Duten, de la communauté des Béatitudes.
Catéchèse sur le thème du péché et de ce que l'homme subit par son éloignement de Dieu : l'homme se place dans la volonté de Dieu ou hors de la volonté de Dieu. Il faut choisir entre "lumière ou ténèbres", nous dit le P. Duten : c'est tout à fait exact, mais de là à dire que Dieu envoie le coronavirus comme "avertissement" à l'humanité qui s'enferme dans le péché depuis des années, cela semble excessif.
Dieu aurait pu punir le peuple hébreu qui avait construit le veau d'or, mais au lieu de le laminer à coup de tremblements de terre, Il continua de lui envoyer la manne jusqu'à la mort de Moïse à l'orée de la Terre promise. Dieu est Amour : Il nous aime comme un père aime ses enfants. Dieu n'envoie pas le coronavirus parce que l'humanité ne serait "pas dans la divine volonté" ou dans "les ténèbres".
Que le Carême soit un temps de conversion pour amener l'homme à entrer dans la divine volonté, bien entendu, mais de là à faire le lien avec cette pandémie, il y a de la marge.

PV


[ PP à PV –Historiquement, chaque époque de pandémie ou de cataclysmes a suscité des fous. Et cette folie prend souvent une forme pseudo-religieuse. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 24/03/2020

MORT PAR ALTRUISME

> Et le nouveau Maximilien Kolbe est un prêtre italien Giuseppe Berardelli :
https://www.cnews.fr/monde/2020-03-24/un-pretre-italien-de-72-ans-meurt-apres-avoir-cede-son-respirateur-un-patient-plus

Je pense qu'on peut déjà le prier.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 24/03/2020

> Aucun rapport quoique .... : nous préparez-vous un nouveau livre ?

JCK


[ PP à JCK – Pas pour l'instant : trop occupé par ailleurs... Mais merci de m'avoir posé la question ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : J C Kill / | 24/03/2020

NÉGATEURS

> Une question à poser : parmi ceux qui nient que le virus puisse entrer dans les églises, combien nient aussi le changement climatique et considèrent-ils l'écologie comme un culte idolâtre ? J'en connais déjà pas mal.
______

Écrit par : Thomas Daubry / | 24/03/2020

Eric,

> un certains nombre de prêtres italiens est mort en servant les malades Jusqu'au bout:https://fr.aleteia.org/2020/03/19/ces-pretres-italiens-ont-donne-leur-vie-pour-leurs-freres-dans-les-hopitaux/
Foi, Espérance et Amour, ils ont vécus les trois vertus à fond.
Prions pour eux et pour leur familles.
______

Écrit par : VF / | 24/03/2020

VATICAN II

> Erreur dans l'article, Vatican II ne dit strictement rien sur la communion dans la main, le concile a le dos large. La règle reste la communion dans la bouche, la communion dans la main est une dérogation, même si l'exception est devenue la normale.
Ceci dit, même si je préfère la méthode traditionnelle, vu les circonstance on peut s'adapter, du reste les églises étant fermées la question ne se pose plus.

Pr T.


[ PP à Pr T. – Ce que dit 'L'Orient-Le Jour' c'est que la redécouverte des textes patristiques lors de Vatican II a CONDUIT (par la suite) à redécouvrir l'antique geste.
Il ne dit pas que ce geste aurait été évoqué par Vatican II. ]

réponse au commentaire

Écrit par : professeur Tournesol / | 25/03/2020

PRIER

> Les temps sont graves .Les temps sont à l’unité de prière.

https://fr.aleteia.org/2020/03/22/coronavirus-le-pape-donnera-exceptionnellement-la-benediction-urbi-et-orbi-ce-vendredi-le-27-mars/
______

Écrit par : Bernard B. / | 27/03/2020

LE CONCILE

> commentaire à la réponse à mon commentaire précédent :
"qui a conduit les pères du concile à faire revivre cet antique mode de communion dans l’Église occidentale "
le lecteur non averti y verra un lien direct entre concile et communion dans la main.
En réalité les pères du concile n'y sont pas pour grand chose, il s'agit plutôt d'initiatives sur le terrain, ensuite régularisées par Rome.
______

Écrit par : professeur Tournesol / | 27/03/2020

L'OPPOSÉ DE CE QU'IL FAUT FAIRE

> https://www.monde-diplomatique.fr/2020/03/SHAH/61547
De nouvelles pandémies nous guettent si nous favorisons par notre système économique ou notre mode de vie le passage de certains pathogènes de l'animal vers l'homme : ce fut le cas du choléra, du VIH, de la grippe aviaire, du SRAS, c'est aujourd'hui le cas du coronavirus.
La ferme des mille vaches est par exemple l'exact opposé de ce qu'il faut faire pour éviter la prochaine épidémie : non à l'agriculture intensive !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 31/03/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.