Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2020

Pourquoi les Français ne croient pas au “Macron vert”

fiches_Fendt_1000.jpg

L’Elysée croit faire oublier les retraites (et le reste) en jouant du pipeau vert… Mais ça ne fonctionne pas dans les sondages, pour une foule de raisons dont la dernière est le système répressif Déméter, conçu par la FNSEA et installé par Beauvau :


Avec la myopie politique et psychologique qui caractérise LREM, un ministre “membre du premier cercle présidentiel” explique au Monde (15/02) : “Nous avons perdu un million d’électeurs du centre gauche depuis 2017. On pensait les retrouver avec la réforme des retraites (?), mais on n’a pas réussi à les convaincre que c’était une réforme de justice. L’écologie peut être un moyen de les reconquérir.”  Une ministre ajoute maladroitement : “Cela peut permettre de laisser derrière nous les retraites et les municipales, de repartir sur une dynamique positive…”  Voilà la clé de la marche verte à laquelle se livre Emmanuel Macron – sans grand succès. Le 13 février à Chamonix il déclarait que “l’environnement est le combat du siècle” ; puis, peu combatif, il disait ne rien pouvoir faire contre le trafic intense de poids lourds transnationaux qui asphyxie les villes et bourgs de la vallée de l’Arve (“je préfèrerais une solution au niveau européen”) ; et il ajoutait ne vouloir entreprendre que ce qui va dans le sens du “progrès économique”.

Retour du délit d’opinion

En matière agricole non plus, M. Macron ne veut rien faire contre le "progrès" économique. Mais il va plus loin. Le gouvernement a installé, en octobre 2019, entre la gendarmerie nationale et le groupe d’intérêts privés FNSEA–Jeunes Agriculteurs (à l’exclusion des autres syndicats), un axe contre les adversaires de l’agro-chimique. Axe complété en décembre par une convention de partenariat avec la FNSEA-JA : selon le dossier de presse, son but est de “renforcer la sécurisation par la gendarmerie des exploitations agricoles” – on voit lesquelles. Intitulé Déméter [*] comme s’il s’agissait de protéger la fécondité, ce système assimile aux “actes crapuleux” (vols de matériel agricole etc) les “actions de nature idéologique" : même "les simples actions de dénigrement". Autrement dit : le gouvernement restaure le délit d’opinion !

Chasse aux suspects ?

 Il s’agit même d’une répression ouvertement préventive – “prévenir les actes délictueux”–, avec dénonciations (par la FNSEA) et profilage de défenseurs de l’environnement et de la santé publique. Selon la convention de partenariat, publiée par Le Monde sur son site, le groupe FNSEA–JA échange désormais avec les gendarmes “de façon réciproque, régulière et simplifiée, des informations opérationnelles visant à anticiper la commission de faits délinquants ou de menaces (?) pesant sur le secteur agricole (?). Il faut savoir qu’en langage FNSEA, “le secteur agricole” veut dire l’agro-chimie intensive, et que toute critique de celle-ci est appelée “menace” [**]. Les gendarmes peuvent donc débarquer chez vous sans que vous ayez commis la moindre infraction…

Exemple raconté par Stéphane Horel (Le Monde 15/02) : en Haute-Gironde, avant une table ronde de riverains organisée par le président d’une petite association d’information sur les pesticides, ce dernier reçoit la visite d’un adjudant-chef – accompagné d’un gendarme en tenue de combat – qui l’interroge pendant une heure sur les futurs participants de la table ronde. “On a eu le sentiment d’être assimilés à des délinquants, voire à des crapules”, confiera la compagne du président d’association. Commentaire du CCFD-Terre solidaire : “On assiste tout simplement à une criminalisation des actions et des discours de la société civile qui critiquent les limites du modèle agro-industriel…”

Un mot-bidon : agribashing

Cette criminalisation de la société civile par le lobby agrochimique s’opère au moyen d’un mot-prétexte forgé par un cabinet de marketing pour armer la FNSEA : le mot agribashing (en globish) qui veut dire acharnement contre l’agricole, étant entendu que l’agrochimique est censé incarner toute l’agriculture ; raison pour laquelle ni la Confédération paysanne – bien qu’elle ait battu la FNSEA à la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique –, ni la Coordination rurale, n’ont été invitées dans le système Déméter. Plus précis, un cabinet de conseil proche de la FNSEA précise dans une vidéo du Salon de l’agriculture (citée par Horel et Foucart) que le bashing en question est “la mise en cause systématique et constante de certains outils dont dispose l’agriculture”... Le cri de guerre de la FNSEA “halte à l’agribashing” est donc un euphémisme pour : “halte à toute critique des pesticides”, même quand celle-ci s’appuie sur les avertissements de l’Organisation mondiale de la santé.

Le mot de la FNSEA a vite été repris par le ministre de l’Intérieur : les critiques des contestataires “nourrissent l’agribashing, la défiance et l’hostilité”, répète docilement M. Castaner.

Le problème est que l’agribashing n’existe guère dans les faits : huit Français sur dix disent avoir bonne opinion des agriculteurs en tant que personnes, et les “intrusions et agressions” alléguées par la FNSEA sont peu attestées sur le terrain. En 2019, les épandages d’herbicides n’ont été pris à partie par des opposants que dans deux cas. Pourtant, le gouvernement met en place un réseau de surveillance militaire auquel la FNSEA désignera ses cibles : y compris “les élus qui prennent des arrêtés anti-pesticides”, explicitement désignés comme suspects par le vice-président de la FNSEA dans l’article du Monde. Suspects aussi, dit-il, ceux qui maudissent les pesticides !  “Faut-il envoyer la gendarmerie pour une injure ?” demande le journaliste. “Oui, pourquoi pas”, répond le vice-président.

Echouant à faire taire les opposants aux pesticides, la FNSEA a demandé au cabinet de “communiquants” Bioline de trouver un autre cri de guerre. Le voici : ce sera agriloving. On nous interdisait de détester les pesticides ; maintenant on nous ordonne de les aimer. C’est Big Brother…

Sachant que les gendarmes suivent scrupuleusement leurs ordres, on peut se demander où va ce pays sous M. Macron – l’ami des pollueurs et de l'environnement.

 

__________

[*]  Déesse grecque des moissons.

[**]  Il y a quelques années, ayant publié dans un hebdo catholique un article critiquant l’agro-chimie du point de vue de la santé publique et de la biodiversité, j’ai moi-même été l’objet d’une campagne de lettres envoyées à la direction dudit hebdo. Signées d’adhérents FNSEA et toutes conçues sur le même modèle, elles disaient toutes que la critique des pesticides “n’a pas sa place dans un journal chrétien”. Les lecteurs de Laudato Si’ n’abondent pas à la FNSEA.

 

image-couv-site-1352-1024x752.jpg

 

17:51 Publié dans Ecologie, Macron | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : macron, écologie

Commentaires

"DEMETER" : UN NOM USURPÉ

> Nommer ce système Déméter relève également de la provocation quand on sait que Déméter est aussi une certification en bio. Décidément, la FNSEA ne recule devant rien.

https://www.demeter.fr/professionnels/qualite-bio-qualite-demeter-quelles-differences/
______

Écrit par : Christophe Cuer / | 15/02/2020

Cher Patrice,

> vous tombez sous le coup de la loi. Pensez-vous que votre statut de journaliste essayiste va encore vous éviter longtemps la prison ?
En tout cas, je suis de tout cœur avec vous. Même si une grande partie de la France est collabo (par lavage de cerveau, bêtise, lâcheté, que sais-je encore), je veux être du côté de la Résistance.
______

Écrit par : Bernadette / | 16/02/2020

LES FAUSSES CARTES DES PRÉFECTURES

> Il y a un autre scandale d'état, lui aussi lié à la religion de Progrès. C'est l'établissement par les préfectures de cartes des cours d'eau différentes de celle de l'Institut Géographique National et qui font disparaître une part notable des ruisseaux (jusqu'à 40%) ainsi soustraits à la règlementation de protection contre les phytosanitaires.

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/video-des-ruisseaux-rayes-de-la-carte-ne-sont-plus-proteges-des-pesticides_3530129.html

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/environnement-quand-des-arretes-prefectoraux-font-disparaitre-des-cours-d-eau_3823487.html?fbclid=IwAR2kGN-0niN1PYI2fhlEzi7T5Z0qPkxDVmgbKOb-6XLuw09YKGVN-VKGzzo
______

Écrit par : PF. Huet / | 16/02/2020

COLLAPSUS BIOLOGIQUE

> Les études prouvant l'impact terrifiant des néonicotinoïdes sur la biodiversité s'accumulent. Nous sommes au coeur du collapsus biologique. Il se voit littéralement à vue d'oeil avec des espèces y compris banales (verdier, chardonneret) qui décrochent d'un coup. Mais à ce rythme, il ne sera même plus possible de publier les résultats de comptages... "Le glyphosate ne donne pas plus le cancer qu'autre chose donc les pesticides circulez y'a rien à voir idéologie agribashing".
Je ne sais pas quoi faire, je ne sais plus quoi faire.
JH

[ PP à JH – Révoltant cynisme de dirigeants qui proclament pompeusement "le combat du siècle" tout en ouvrant les vannes à l'asphyxie de la nature... Ce qui est déconcertant depuis toujours, c'est l'aptitude du capitalisme à pirater, recycler et vider les arguments qui pourraient le gêner.]

réponse au commentaire

Écrit par : Johannes_Herrman / | 16/02/2020

DES AMATEURS

> Cher Patrice,
Votre introduction est révélatrice. En quelques citations, elle révèle à quel point nos ministres sont hors sujets et cyniques.
D’un défi qui devrait supplanter tout sujet politique, faire oublier toute rivalité politique, l’urgence écologique, on en fait un moyen marketing pour raccrocher des votes.
Lorsque nos hommes politiques commenceront à faire de la Politique, c’est à dire se soucier du bien commun, nous aurons fait un grand pas...
Prions !!!

VB


[ PP à VB – Cynisme ou... amateurisme des macroniens ? Avouer un calcul pareil est une faute professionnelle, de la part d'un politicien. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Vincent Basta / | 16/02/2020

RIVERAINS

> L'illustration du dessous est-elle un photomontage ou une véritable photographie ? Dans la seconde hypothèse, ce serait révélateur du type de danger que courent nombre de riverains d'exploitations dopées aux pesticides. Alerte aux cancers !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 16/02/2020

> Quand la France se met à ressembler à l'Amérique du Sud !
______

Écrit par : PF. Huet / | 17/02/2020

LE SCANDALE DE SUPERBAGNÈRES

> https://www.la-croix.com/France/Pyrenees-heliportage-neige-cree-polemique-2020-02-17-1201078903

Pendant que l'Antarctique voit pour la première fois de son histoire un thermomètre dépassant les vingt degrés, pendant que les ours polaires se réveillent en février, se croyant en été, le conseil départemental de Haute-Garonne (où le PS et le Parti radical de gauche sont majoritaires) fait transporter cinquante tonnes de neige par hélicoptère, en précisant que le retour sur investissement sera bien supérieur au coût de l'opération. Le logo du PS comporte dorénavant une feuille verte attachée à la rose au poing, avec sous celle-ci la mention "social - écologie" : soyons sans illusion, l'écologie reste le parent pauvre de l'économie (carbonée).
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 18/02/2020

LA FAUSSE RÉPONSE DES GAFAM

> https://www.lefigaro.fr/flash-eco/jeff-bezos-lance-un-fonds-pour-la-terre-de-10-milliards-de-dollars-20200217

La réponse des GAFAM au réchauffement climatique : M. Bezos sait parfaitement que son entreprise est extrêmement vorace en gaz à effet de serre ; la logique voudrait qu’il change de modèle économique afin de limiter cet impact. Il n’en est évidemment rien puisque cette remise en cause impliquerait une baisse des recettes d’Amazon.
D’où cette parade marketing avec un fonds Bezos pour la Terre doté de dix milliards de dollars (sachant qu’une partie sera sans doute déductible de l’assiette imposable) et un discours lénifiant à l’appui (« Cela nécessite une action collective des grandes et petites entreprises, des États, des organisations mondiales et des individus. La Terre, c'est la chose que nous avons tous en commun. Protégeons-la, ensemble. »)
La réponse des GAFAM au réchauffement climatique, ce n’est pas la remise en question de leur mode de fonctionnement néfaste pour l’environnement, mais une confiance aveugle en la science, jugée à même de régler tous les problèmes, dont celui-ci.
La réponse n’est pas technologique ; l’attitude rappelle celle d’un Claude Allègre qui déclarait il y a quelques années ‘y’a qu’à capter le dioxyde de carbone dans l’atmosphère et l’emprisonner dans le sous-sol’. Les GAFAM, comme chacun de nous, seraient bien avisés d’envisager l’avenir hors du mythe d’une croissance exponentielle indéfinie.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 18/02/2020

@ Philippe de Visieux et PP

> Il y a la mauvaise réponse des GAFAM, et puis celle du coronavirus. Mais durera-t-elle? C'est la mise en panne de "l'usine du Monde". Et je trouve stupéfiant que les grands médias ne parlent pas davantage de cet effet absolument majeur !

https://www.businessbourse.com/2020/02/15/la-chine-est-totalement-a-larret-la-demande-dacier-les-ventes-de-biens-immobiliers-et-meme-le-transport-tout-seffondre/?fbclid=IwAR1qb0qz1PWfDDo6cRo-0LTHHpMRts3dRINHBHa66Jnk_ivH88DdCmwfcKk

https://institut-iliade.com/le-coronavirus-revelateur-de-la-faillite-a-venir-du-mondialisme/?fbclid=IwAR17F7kfASRGlqdIyWeK2-K1XJVcQlg0MZ_N6DmbvBlS6vQRMHl4rTeSpKg
______

Écrit par : PF. Huet / | 18/02/2020

BOVÉ

> Parole de José Bové dans "La Coix"
https://www.la-croix.com/France/Agriculture-Jose-Bove-gouvernement-manque-coherence-2020-02-22-1201079879
______

Écrit par : Gérald / | 22/02/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.