Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2020

'Le Figaro' et 'Libération' font le même hors-sujet

cible-ratee.jpg

À propos de Querida Amazonia, les deux quotidiens manquent le contenu présent du document papal pour viser un contenu absent : l'ordination de diacres mariés (piste non retenue par François). Analyse de ce double raté, dont l'un peut paraître bizarre :


"prêtres mariés" ?

Cinq colonnes à la une : "Le pape maintient la règle du célibat des prêtres". Un tel hors-sujet est normal de la part du Figaro, qui se fiche intégralement de la forêt d'Amazonie... mais qui a lancé à grand tapage le livre de Fayard comme une "défense du célibat sacerdotal", contre un pape censé – sans le moindre indice – vouloir sa perte. Peu importe que ce pape ait exprimé à de multiples reprises son attachement au célibat sacerdotal : l'idée sous-jacente est que sans Fayard et Le Figaro, François le partageux aurait bradé le sacerdoce... On sait que l'ultra-droite et ses journaux accusent "Bergoglio" de trahir La Religion De Toujours et, chose plus sérieuse, de contredire le libéralisme économique et financier.

 

Mais que l'arbre-fantôme du célibat cache – ou presque – le sujet de la forêt amazonienne à Libération qui fait pourtant profession de soutenir les Indiens et leur biotope, n'est-ce pas bizarre ?  En fait non. Libé a ses raisons, qui le conduisent à faire des impasses... Lisez le grand papier de Bernadette Sauvaget. Il s'intitule : "Le pape François, réformateur en retraite". Pourtant, au détour de la cinquième colonne (l'article en compte six), la journaliste reconnaît que le pape va "fixer les contours de la réforme de la Curie romaine" et que "les oppositions risquent d'être vives" : chose normale pour une réforme audacieuse dont dépendra toute la suite... Réforme autrement plus importante – pour le catholicisme mondial dont le Vatican est l'organe régulateur – que l'adjonction, ou non, d'une exception supplémentaire [*] à la discipline du célibat ! "prêtres mariés" ?

Alors pourquoi Libération qualifie-t-il le pape de "réformateur en retraite" ? Parce que la seule réforme qui compterait aux yeux de ce petit monde serait d'aligner le sacerdoce sur l'air du temps.  Le sociétal doit envahir le religieux comme il a envahi le politique. Qu'il y ait des prêtres mariés devient donc un must aux yeux de médias bobos qui se fichent de la prêtrise autant que Le Figaro se fiche de l'Amazonie. Raison pour laquelle Bernadette Sauvaget consacre plus de quatre de ses six colonnes à l'absence de ce sujet dans Querida Amazonia... Encore ne traite-t-elle ce même sujet que très partiellement : reprochant au pape de ne pas avoir suivi le vote du synode qui demandait l'ordination sacerdotale de diacres mariés, elle oublie qu'un pape ne décide pas seul ni en "maître des horloges", mais en communion avec l'Eglise universelle. Et comme l'avait dit François aux évêques américains à propos de Querida Amazonia, écrite fin décembre :  "Je n'ai pas le sentiment que l'Esprit Saint soit actuellement au travail sur cette question-là." Pour comprendre cette phrase il faut partager la foi catholique : c'est tous ensemble universellement que nous sommes le corps du Christ... Et la phrase du pape aux évêques US veut dire, non que la porte est fermée, mais que les temps ne sont pas mûrs pour l'ouvrir. Organe régulateur de l'Eglise universelle, la papauté sait réformer quand il le faut ; mais alors elle procède autrement qu'Emmanuel Macron.

Reste l'Amazonie... Libération ne pouvait quand même pas la passer entièrement sous silence. Tout à la fin, après de  longs développements courroucés sur "l'occasion manquée", Bernadette Sauvaget se débarrasse en vingt lignes de ce qui était pourtant l'essentiel – et qui intéresse son public plus que le marronnier du mariage des prêtres :

<< Le nouveau texte du pape se situe dans la droite ligne de l’encyclique Laudato si, qui avait fait très grand bruit à sa publication en mai 2015. Indéniablement, Querida Amazonia est un texte d’écologie sociale, très à gauche. «L’économie globalisée altère sans pudeur la richesse humaine, sociale et culturelle» , écrit François, à la plume très lyrique, citant même le poète chilien Pablo Neruda. Le pape dénonce le «désastre écologique» en cours, les entreprises nationales ou internationales qui «détruisent l’Amazonie et ne respectent pas le droit des peuples autochtones», évoque, à leur sujet, l’injustice et le crime. Le pontife romain plaide pour que soient écoutés «les cris des peuples amazoniens» et fait repentance pour les missionnaires qui «n’ont pas toujours été aux côtés des opprimés».[...] François demeure quand même le pape des pauvres. >>

Dommage que ce n'ait pas été l'angle du papier.

 

__________

[*]  Sachant qu'il y a déjà des prêtres mariés dans l'Eglise catholique : ainsi les prêtres de rite oriental, qui sont autorisés à exercer leur ministère partout dans le monde. Ils se sentent méprisés et blessés par l'attitude du cardinal Sarah, dont ils attendaient mieux.

 

 

Marronnier médiatique perpétuel :

marié.jpg

 

Commentaires

ET LES ANGLICANS RALLIÉS

[*] Sachant qu'il y a déjà des prêtres mariés dans l'Eglise catholique : ainsi les prêtres de rite oriental, qui sont autorisés à exercer leur ministère partout dans le monde. Ils se sentent méprisés et blessés par l'attitude du cardinal Sarah, dont ils attendaient mieux.

... et aussi les prêtres anglicans mariés revenus à l'Eglise catholique, et même un séminariste anglican marié ordonné prêtre dans l'Eglise catholique (qui avait reçu une autorisation spéciale du pape Benoît XVI pour être ordonné prêtre dans l’Eglise catholique à l'issue de sa formation) :
https://www.cath.ch/newsf/angleterre-un-seminariste-marie-ordonne-pretre-catholique/
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 13/02/2020

LE P. MICHELET

> un média du groupe "Le Monde" :
http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/thomas-michelet-pour-le-pape-l-amazonie-est-un-laboratoire-pour-l-evangelisation-12-02-2020-103875_16.php

Gérald


[ PP à Gérald – Cet entretien est excellent. Il contraste (alleluia) avec le soutien – étrangement ardent – que le P. Michelet avait apporté sur Facebook au livre Fayard-Diat-Sarah-Gänswein... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Gérald / | 13/02/2020

"GRILLE DE LECTURE"

> Même biais chez Henri Tincq (article sur Slate), ce qui n'a rien pour surprendre. Toujours les mêmes grilles de lecture, éculées et datées en plus d'être inopérantes, les mêmes que celles de Mme Sauvaget et consorts. Ce qui est amusant, c'est qu'avant même d'en lire la première ligne on devine à tous les coups le contenu de l'article. Au fait, quel est l'âge pivot de départ en retraite pour les journalistes ?
Vous écrivez : "qu'il y ait des prêtres mariés devient donc un must aux yeux de médias bobos qui se fichent de la prêtrise autant que Le Figaro se fiche de l'Amazonie." Vous auriez pu ajouter qu'ils se fichent aussi du mariage - dont la fréquence ne cesse de baisser - sauf lorsqu'il s'agit de celui entre personnes de même sexe.
______

Écrit par : Thomas Mousset / | 13/02/2020

SERVAGE

> Sauvaget et la cinquième colonne ....
Figaro et Libération...les libéraux et les libertaires se rejoignent: c'est logique.

C'est très bien que Libération se préoccupe de l'Amazonie et des Indiens.
Ce serait si bien si Libération comprenait qu'il y a un même combat à mener pour les paysans français et le terroir !
Mais ça les amènerait à rendre les hectares dont ils ont entouré leurs propriétés en Sologne ou dans le Gers, aux paysans qui en ont besoin pour vivre et non pour se faire plaisir; ça les amènerait à dire que l'agroalimentaire a rétabli le servage via le contrôle des semences : autrefois attaché à la glèbe, le paysan l'est désormais aux hybrides F1.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 14/02/2020

CHINE-VATICAN

> https://www.lepoint.fr/monde/la-chine-et-le-vatican-se-rencontrent-pour-la-premiere-fois-en-70-ans-15-02-2020-2362804_24.php

Un bel exemple de cette Église ouverte, loin du pharisianisme de certains ou des obsessions progressistes d'autres : le Christ a parlé à la Samaritaine, a touché un lépreux, a interpelé Zachée le publicain, etc., autant de gens que la loi juive considérait impurs ou infréquentables.
Le pape François parle également à ceux qui ne partagent pas notre foi chrétienne : ainsi, cette rencontre au sommet entre les chefs de la diplomatie du plus petit État du monde et du pays le plus peuplé. Se renfermer sur soi, c'est tourner le dos à l'Évangile.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 15/02/2020

DISCUSSION

> Je suis en train de lire le document papal, qui insiste essentiellement, et c'est déjà extraordinaire, dans la lignée de Laudato si', sur l'écologie. Mais je suis déçu que le pape n'ait pas pris la décision post-synodale de commencer à faire entrer les femmes dans l'Eglise, en acceptant dans un premier stade que les prêtres puissent être mariés. Ce qui est en jeu, par la suite, c'est l'accession des femmes aux ministères ordonnées. Dans le judaïsme, il ya bien des femmes rabbins, depuis longtemps, qui mettent au service de leur communauté leurs exceptionnelles qualités. L'Eglise pense-t-elle vraiment qu'elle va pouvoir encore lontemps se priver d'une exceptionnelle ressource humaine, alors que la pratique décroît et que le déclin prédomine ? Les femmes ordonnées seraient une révolution bienfaisante, et ne pas aller dans ce sens, comme y invitent tant de catholiques modernes, contribue à une sorte de long suicide qui m'inquiète. Voilà sincèrement ce que j'en pense, m'appuyant sur l'exemple essentiel de la religion juive qui, pour un chrétien, est la source et le modèle originel (depuis Vatican II).

Bégand


[ PP à Bégand – Achevez la lecture du document. La réponse y est contenue : il ne faut pas "cléricaliser" des femmes, il faut féminiser l'Eglise ; et décléricaliser 'Eglise parce qu'elle ne se réduit pas au clergé ! L'intention du pape est de confier des responsabilités importantes à des laïcs, et que ces laïcs soient notamment des femmes (ça vient de commencer avec la nomination d'une femme à la Secrétairerie d'Etat). Là est le chemin de la réforme. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bégand / | 15/02/2020

L'ASCENSION DES FEMMES DANS L'EGLISE

> à Bégand et Patrice :

https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2020-02/francesca-di-giovanni-dissuasion-nucleaire.html
Mme Di Giovanni a officiellement représenté le Saint-Siège à l'AIEA. Cela peut paraître anodin, mais c'est une petite révolution. Jusqu'à aujourd'hui, le Saint-Siège n'était représenté à ce type de sommet que par des prélats : c'est une laïque qui s'est rendue à Vienne au nom du pape. Ce n'est que le début d'un lent mouvement de décléricalisation.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 16/02/2020

> Canoniquement, rien ne s'opposerait à ce qu'une femme (même laïque) soit nommée cardinal(e) ?
______

Écrit par : Feld / | 16/02/2020

DISCUSSION

> "et décléricaliser 'Eglise parce qu'elle ne se réduit pas au clergé !"
Cher Patrice de Plunkett, là encore je ne vous rejoins pas. Il faut des clercs, dans cette Eglise, comme toujours il y en a eu. Mais il ne faut certes pas que ces clercs constituent une bureaucratie paralysante. Un point fort du catholicisme a toujours été, tant bien que mal, ce clergé, pas toujours génial, mais quelquefois irremplaçable. On a tous l'exemple, dans nos vies, de religieux qui nous ont marqués. Notre religion n'est pas l'islam, qui est pourtant aussi une belle religion, mais pas du tout constituée ni organisée comme la nôtre. Plus de clercs, ça c'est nouveau ! Et je suis contre. Je crois qu'il faut des directeurs de conscience, dont c'est la vocation de s'occuper de nos âmes, à plein temps. Et je vois très bien des femmes remarquables dans ce rôle. Ce serait dommage de s'en priver. Je suis sûr qu'un jour cela viendra, et que ce sera un bien. Je pense qu'au Vatican ce n'est pas dans l'air du temps. Mais attendons encore un synode ou deux, véritable démocratie dans l'Eglise, et l'idée va faire son chemin. Je le répète : il y a des femmes rabbins depuis plusieurs siècles. Et elles apportent quelque chose de remarquable. Pourquoi chez nous exclure plus de 50 % de notre humanité ? Les arguments du pape François ne m'ont pas convaincu. C'est la première fois qu'il me déçoit. Je n'avance pas du tout ceci pour provoquer : cet état de fait existe en embryon chez les anglicans, les orthodoxes, et bien sûr, de manière bien plus développée, chez les protestants. Il faut s'y préparer. C'est une "ressource" pour lutter contre le déclin de l'Eglise, j'en suis certain. Les femmes feront naître dans notre Eglise une vitalité nouvelle, une foi plus forte, quand elles seront admises aux mêmes postes, aux mêmes fonctions que les hommes. En aucune manière leur vocation spécifique ne serait alors dégradée. Bien au contraire !

Bégand


[ PP à Bégand
Cher ami,
Là, c'est moi qui ne comprend pas votre lecture de ce que j'ai écrit !
Le pape dit, et je dis avec lui, qu'il faut "décléricaliser" l'Eglise parce qu'elle ne se réduit pas au clergé, et que la mission du prêtre ne doit pas se penser en termes de pouvoir hiérarchique sur les gens.
Le pape ne dit pas, donc je ne dis pas non plus, qu'il faut abolir le clergé ! Sa mission (l'eucharistie et l'enseignement) est centrale. Mais elle n'est pas "supérieure" à la mission des laïcs, contrairement à ce qu'a cru le XIXe siècle. Cette réduction déviante a créé progressivement la situation de déséquilibre que le pape critique dans sa 'Lettre au peuple de Dieu', et sans laquelle les crises actuelles ne s'expliquent pas.
Il est donc urgent de retrouver l'équilibre en relisant l'ecclésiologie de Vatican II... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bégand / | 17/02/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.