Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2020

Semeurs de panique aux dépens des plus fragiles

panique-1024x595.jpg

Face au zèle amer de “défenseurs de l’Eglise” qui cherchent à affoler le public catholique, c'est l'heure des mises en garde. Notamment celle du père abbé du Barroux. Elle tombe à pic, quand on voit ce qui se colporte sur les réseaux sociaux :


Sur l’un des réseaux sociaux, parmi des dizaines d'invectives bergogliophobes, un message prétend résumer ainsi l’affaire du retrait de la signature de Benoît XVI du livre du cardinal Sarah : ce serait un coup des “sbires de François” (sic), rien que pour nuire au saint et infaillible cardinal.

Et cette bêtise grossière est signée par un jeune homme portant un grand nom de l’histoire catholique du XIXe siècle... Quand une polémique prétendument religieuse se vautre ainsi, le Diviseur est à l’œuvre. On est pris d’effroi. Tout un milieu divague.

D'où cette mise en garde signée du père abbé du Barroux, visiblement inquiet de la dérive de ceux qui appellent à “défendre l’Eglise” contre le pape censé la "détruire" : faux grief qui affole des cathos non informés. Je cite Dom Louis-Marie :

<< Saint Benoît prévient les Savonarole, ceux qui partent en guerre contre les autorités légitimes, qu’ils risquent de faire plus de mal que de bien… Jalousies, conflits, médisances, scissions, désordres, voilà les conséquences des dissensions publiques… Sachons donc rester à notre place, et ne pas essayer de régler des situations de crise avec des médicaments aux effets secondaires dévastateurs. Pensons toujours aux plus petits. >>

 

Mon commentaire :

Et qui sont ceux qui récusent “l’autorité légitime” ?  Derrière les excités agressifs il y a le milieu dont je parle : plus calme, mais fermé à l’idée que l’Esprit saint puisse vouloir réformer l’Eglise. Ce milieu est persuadé qu'en religion toute nouveauté est un blasphème. Saint Augustin décrivait déjà cette psychologie par son commentaire sur un miracle de guérison – spirituelle (“intérieure”) puis physique – dans l’évangile de ce vendredi 17 janvier : Marc 2,1-12.

<< Jésus guérit cet homme de la paralysie intérieure : il lui remit ses péchés et affermit sa foi. Mais il y avait là des gens dont les yeux ne pouvaient pas voir la guérison de la paralysie intérieure. Ils prirent pour un blasphémateur le médecin qui l’avait opérée. “Quel est donc cet homme”, disent-ils, “qui remet les péchés ? Il blasphème. Quel autre que Dieu peut remettre les péchés ?” Ils croyaient que Dieu avait vraiment ce pouvoir mais ils ne voyaient pas Dieu présent devant eux. Alors ce médecin agit aussi sur le corps du paralytique, pour guérir la paralysie intérieure de ceux qui tenaient ce langage…>>

Notre secours est dans le Nom du Seigneur.

 

 

arton207[1].jpg

 

Commentaires

"S'ASSURER QUE RIEN NE BOUGE"

> Il est évident que le Diviseur est à l'œuvre. On se demande si l'on rêve. Mais malheureusement on sait très bien que non et comment et pourquoi tout cela fonctionne. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil : saint François Xavier dans une "lettre aux pères de Rome" écrite des Indes le 15 janvier 1554 faisait un constat que l'on pourrait reprendre aujourd'hui :
"Des foules manquent à devenir chrétiennes dans ces régions, faute de personnes qui s'adonnent à de si pieuses et saintes choses. Souvent la pensée me saisit d'aller dans les écoles de chez vous en criant à pleine voix, comme un homme qui a perdu le jugement, et surtout à l'université de Paris;je voudrais dire en Sorbonne à ceux qui ont plus de savoir que de volonté de s'appliquer à en tirer parti : combien d'âmes manquent le chemin de la gloire et vont à l'enfer, en raison de votre négligence ! De même qu'ils s'adonnent à l'étude du savoir, s'ils réfléchissaient pareillement sur le compte que Dieu notre Seigneur leur en demandera, ainsi que du talent qu'il leur a donné, beaucoup en trembleraient... "
La forme est d'une autre époque mais, de façon assez incroyable, le fond correspond à notre époque à presque 5 siècles de distance. Ce qui importe, ce n'est pas le souci des chrétiens d'Amazonie : c'est de s' assurer que rien ne bouge.
______

Écrit par : Olivier le Pivain / | 17/01/2020

PAR TOUS LES MOYENS (DE COMMUNICATION)

> Au fond, ces procédés diffamatoires à l'endroit du pontife régnant n'ont guère évolué depuis l'abbé de Nantes qui avait lui aussi un cercle d'intimes qui s'autopersuadait de la véracité de ses positions.
La différence est technologique puisque il y a cinquante ans, il n'y avait pas de réseaux sociaux capables de faire caisse de résonance à l'échelle planétaire.
Il faut accepter cette évolution et y répondre en utilisant tous moyens de communication pour empêcher le 'diabolos' de faire son œuvre dans l'Église, tout en demandant l'intercession de l'archange saint Michel comme le pape François nous y avait invités à l'été 2018.

PV


[ PP à PV – Judicieuse évocation du précédent de l'abbé de Nantes, quand on sait comment il a fini...]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 18/01/2020

LA RÈGLE DE SAINT BENOIT

> J'aime bien lire chaque jour un passage de la règle de saint Benoit. Je la lis dans une édition qui propose chaque article 3 fois par an. Il se trouve qu'il y a deux jours, il s'agissait du 1er paragraphe du chapitre "Le recours au conseil des frères". Je cite :

"Chaque fois que des affaires importantes devront se traiter au monastère, l'abbé convoquera et dira lui-même de quoi il s'agit. Après avoir entendu l'avis des frères, il réfléchira et fera ce qu'il juge le plus utile. Nous disons que tous doivent être appelés au conseil, car souvent le Seigneur révèle à un jeune ce qui est préférable. Les frères donneront leur avis en toute humilité et soumission et ne se permettront pas de défendre âprement leur manière de voir ; c'est à l'abbé de décider et, selon ce qu'il aura jugé être le plus salutaire, tous lui obéiront. Mais s'il convient aux disciples d'obéir au maître, il revient à celui-ci de disposer toutes choses avec prévoyance et équité."

Qu'a fait le pape François ? Il a réuni un synode sur l'Amazonie pendant lequel tous les participants ont pu donner leur avis. Dans un autre synode, il avait demandé aux évêques, avant le synode,de recueillir l'avis des fidèles et de lui en transmettre la synthèse.
Donc synthèse des diocèses plus synode, il me semble qu'il ne reste plus qu'à l'abbé (le pape François) de décider.
Que dirait-on si un moine (je ne me permettrai pas de rappeler des faits historiques) se permettait, bien après la réunion du chapitre, et juste avant la décision de l'abbé, de publier à destination de tous les moines et de tous le peuple des environs de l'abbaye, catholique ou non, un document manifestant son opposition à un choix que pourrait prendre l'abbé ?

OLP


[ PP à OLP – Le pure étant que toute cette affaire, comme le coup Vigano en 2018, est orchestrée par des gens qui haïssent le pape pour des raisons politiques...]

réponse au commentaire

Écrit par : Olivier le Pivain / | 18/01/2020

LA CABALE

> La confusion croît, le catho lambda cherche la Vérité sur Internet. Manifestement, le Diviseur est à l'oeuvre. De grandes figures de l'Église contribuent à cette cabale bergogliophobe que vous avez identifiée.
Merci Patrice de P pour votre constance fidèle au pape. Continuez à argumenter en ce sens. Continuez à dénoncer ce réseau nauséeux relayé par des medias réputés.

Charles-Alain


[ PP à Charles-Alain – Comptez sur moi. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Charles-Alain / | 18/01/2020

À QUI LA FAUTE

> Cette polémique fait peine à voir. Entre ça et les déclarations du P. Preynat, l'image de l'Eglise dans l'opinion non-catholique ne risque pas de s'améliorer ! Comment évangéliser dans ces conditions ? Alors qu'en face : le bulldozer islamique s'apprête à ne rien laisser sur son passage. Sans une intervention directe de la Vierge : nous sommes foutus ! Foutus.
Je persiste à penser que le fait que le pape François ne se soit jamais venu en France (si l'on fait abstraction du passage éclair au Parlement européen de Strasbourg) est un drame pour notre pays. A l'heure où la patrie est au bord de l'effondrement, entre les communautarismes mortifères, l'anomie installée, la disparition de tout repère, la loi d'airain de l'argent-roi, ... je rêve d'un "n'ayez pas peur" qui redonnerait l'espoir à tout un peuple !
François trouverait (ou plutôt aurait trouvé, je crois que maintenant c'est trop tard, hélas) les mots qui toucheraient chacun de ceux qui luttent pour un monde plus juste, contre l'ordre libéral-libertaire que l'on nous impose.
Entre ceux qui vont manifester demain pour le respect de la vie dans l'indifférence quasi-générale, les GJ qui se sont fait laminer, les musulmans tentés par la haine de leur pays d'accueil, ... Gens qui peinent, qui luttent, ... souvent loin de La Source (assimilée aux prêtres pédophiles...). Le pape pourrait toucher du doigt la France charnelle, qui ne veut pas sombrer. Il pourrait affermir la France dans sa vocation d'"éducatrice des peuples".

Je suis amer. Un rendez-vous entre le vicaire du Christ et le peuple de France n'a pas eu lieu.

Feld


[ PP à Feld – Prenez-vous en aux cathos d'ultra-droite (post-2013) qui lui envoyaient des "feuilles de route" lui dictant ce qu'il devait dire aux Français.
Prenez-vous en à la nonciature Ventura (investie par les ultras), qui faisait croire au Vatican que ces cathos d'ultra-droite étaient "l'aile marchante du catholicisme français"...
Agitation dont le seul résultat fut de créer au Vatican l'impression que, si le pape venait en France, ce milieu ferait écran entre lui et le peuple véritable.
On peut regretter que cette visite n'ait pas eu lieu : mais à qui la faute ? ]

réponse au coimmentaire

Écrit par : Feld / | 18/01/2020

à Charles-Alain :

> C'est exact, mais ce n'est que le dernier chapitre d'une longue liste d'opérations de déstabilisation, toutes vaines y compris celle-ci.
Le seul moyen de s'y opposer, à défaut de pouvoir déjouer le prochain angle d'attaque, est de riposter immédiatement comme Patrice le fait depuis des années sur ce blog, afin que la minorité bergogliophobe n'apparaisse pas comme représentant le monde catholique dans son ensemble.
Il me paraît peu probable que le pape François choisisse un moment si peu propice pour renoncer au ministère pétrinien : s'il le fait, ce ne pourra être que par temps calme.
Prière pour l'Église et pour son pasteur universel, ainsi que pour le pape émérite que cette situation doit horrifier, à juste titre.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 19/01/2020

à Olivier Le Pivain :

> Il est tout de même fort attristant que l'opération fut cette fois française ; la précédente (le coup Vigano) était italienne en apparence mais ses commanditaires étaient américains.
À quand un livre intitulé 'Quand une petite minorité catholique française souhaite changer de pape' ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 19/01/2020

à Feld et PP

> Et la France est très loin de représenter une priorité pour l'Eglise universelle en 2020 !
Pays déchristianisé à 90 %, mais où la minorité catholique se perd en illusions pseudo-politiques au lieu d'évangéliser !
______

Écrit par : Amicie Terray / | 19/01/2020

@ Feld

> Comment évangéliser? Mais rien de plus simple. Rejoignez un groupe d'évangélisation directe (Anuncio, les équipes missionnaires itinérantes...). Et ensuite allez dans la rue parler de Jésus au premier venu en binôme. Vous serez surpris de l'action de l'Esprit Saint dans le secret des cœurs. Et vous aurez envie de recommencer un million de fois.
Si vous saviez comme ces polémiquettes n'ont que peu de prise sur la soif de Dieu des gens. Je me rappelle, il y a quelques mois à Villeneuve d'Ascq, nous partions en mission un samedi matin. Les néophytes nous disaient: "Et que dit-on si on nous parle du livre Sodoma?" (qui venait de sortir). Résultat: pas une seule personne rencontrée n'a évoqué le sujet.
C'est d'ailleurs bien ça le problème. Nous n'évangélisons pas mais nous faisons du buzz sur des questions importantes mais annexes au kérygme. Ça ne veut pas dire qu'on a tort de démentir le mensonge. Pourtant 99,99% des chrétiens n'imaginent même pas qu'ils sont appelés à évangéliser. Or l'Eglise dit clairement que la mission évangélisatrice est universelle. Comment notre Eglise irait-elle bien si la mission est reléguée à une infime minorité ?
Quant à dire pourquoi François évite la France, je crois que c'est une décision très réfléchie. Difficile de naviguer entre Charybde et Scylla. D'un côté: un pouvoir manipulateur voire hostile. On sait comment Macron est habile pour se servir des gens qui lui rendent visite, Greta Thunberg et les évêques (aux Bernardins) en ont fait les frais. De l'autre: des phénomènes para-chrétiens qui rendent illisibles le message de l'Eglise (LMPT, cathos-trumpistes, suppliques à répétition...). Cependant, moi aussi je prie pour qu'il vienne. Mais le jour où il viendra, il mettra franchement les pendules à l'heure. S'il vient.
______

Écrit par : Cyril B / | 19/01/2020

LE PAPE PRIE

> Feld, je pense qu'il ne faut pas regretter que le pape ne soit pas venu.
Il prie pour la France comme il prie pour toute l'humanité, et c'est ce qui importe. Il parle de la part de Dieu, dans ces encycliques, ses homélies, etc. et il nous faut l'écouter et nous mettre en marche. Si nous ne l'entendons pas maintenant, pourquoi l'entendrions-nous davantage si le sol sous ses pieds était français ?
C'est une grande tribulation, mais rappelons-nous : Jésus est avec nous tous les jours jusqu'à la fin du monde.
______

Écrit par : Bernadette / | 20/01/2020

DYNAMIQUE

> Je crois très franchement mais aussi très humblement malgré tout, que certains "milieux" n'ont pas une conception évangélique de Dieu.
Il y a quelques temps dans ma recherche spirituelle, un prêtre qui m'est cher m'avait donné ce petit "exercice". Il m'avait dit savez-vous d'où vient le mot Résurrection ? Vous chercherez les différentes significations du mot latin "suscitare"....Re-sucitare...Alors j'ai fait cet exercice et j'ai lu : faire se dresser, redonner vivacité, élever, soulever, susciter, engendrer, produire, faire jaillir...
Cela a été une 1ère grande révélation pour moi. Un uppercut...
J'en ai reçu par la suite quelques-uns (jusqu'au chaos^^) quand j'ai découvert ou que je j'ai commencé à avoir la conviction très intime que la foi chrétienne (dont j'ignorais quasiment tout) proçède finalement de ce sens profond. De la Résurrection comme d'un soulévement, d'un faire jaillir, il en est question tout au long de l'Evangile..."Bonne nouvelle" ^^ Je les aime tous ces verbes...Il y a là de mon point de vue la substantifique moelle d'une conception évangélique de Dieu: "Celui en qui nous avons le mouvement, l'être et la vie" et peut être plus encore le mouvement de l'être vers la vie. Il en est question dans les paraboles aussi comme du Royaume comparable au levain qui soulève la pâte..... Quiiter des, mourir à...Il est sans cesse question de cela, de mouvement, de déplacement, de changements, de jaillissement.
La foi chrétienne est profondément dynamique ! Le Christ l'a enseigné mais plus encore il l'a incarné tout entier par sa mort et par sa résurrection et nous sommes appellés à vivre la même chose. A être mis et remis en mouvement sans cesse.
Jésus parle de la "source qui jaillira en toi juque dans la vie éternelle"....Tous les mots sont importants, ce jaillisssement n'est pas que après la mort physique, ce dont parle Jésus est bien plus vaste et bie plus grand, une sorte de continuité et de renouvellement fondamental dans ce qui ne trouve aucune fin, aucun espace temps fini...
C'est la 1ère MORALE du christianisme, sa 1ère raison d'être, une morale de libération, être un vivant, capable de surmonter les puissances de destruction, de créer, se recréer, progresser, tendre vers, naître et renaître, quitter un endroit pour un autre....Cette voie (voix) là qui est celle ouverte par le Christ c'est en soi qu'elle soit s'incarner et re-susciter .....Dans l'Eglise aussi...Dieu figé comme le présente certains, c'est vraiment presque un Dieu pervers, une conception qui n'a rien d'évangélique je trouve.
St Irénée l'a bien exprimé dès le 2ème siècle: "Le Christ est devenu ce que nous sommes afin de faire de nous pleinement ce qu'il est" et "La vie en l'homme est la gloire de Dieu"....La gloire de Dieu est la vie en l'homme...Cette vie de ressuscité...Et la vie de l'homme c'est de contempler Dieu. Mais pas de contempler de manière passive ou béate ou en regardant le passé mais de contempler en soi pour faire jaillir...Toujours de nouveau. Comment l'Eglise ne peut-elle faire pour elle même ce jaillissement permanent...Il ne s'agit pas de changer pour changer, mais de présenter et de vivre une conception réellement évangélique de Dieu. Le Pape François parle beaucoup du mouvement, il a fait un très beau discours à la curie romaine à Noël mais je crains qu'il ne reste "lettre morte"....
______

Écrit par : Marie-Do / | 20/01/2020

@ Feld

> Pourquoi le Pape ne vient pas en France?
Je crois qu'il ne faut pas perdre de vue que,comme l'a rappelé Vatican II (je crois mais je n'ai pas la source) les pauvres sont la priorité de l'Eglise. Ainsi le pape va à Lampedusa, en Albanie etc...Il convoqué un synode sur l'Amazonie etc...(les peuples premiers représentent une part très surprenante de la population mondiale). Et il ne va pas en France.
Les derniers papes jugent sévèrement les pays occidentaux : pays nantis égoïstes. Nous avons tout et je crois qu'il faut chercher dans notre matérialisme la raison primordiale de la déchristianisation de notre pays.
______

Écrit par : Olivier le Pivain / | 20/01/2020

à Cyril B :

> « On sait comment Macron est habile pour se servir des gens qui lui rendent visite ». Le pape a connu cela à Madagascar il y a quelques mois : le président Andry Rajoelina a changé de discours à la dernière minute, développant des accents quasi messianiques devant un Saint-Père mal à l’aise devant cette évidente tentative de récupération. Il faut dire que le pape et le président étaient entrés au son du choeur des esclaves tiré du ‘Nabucco’ de Verdi : allusion à nouveau messianique aux Hébreux prisonniers à Babylone.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 21/01/2020

Mgr GÄNSWEIN MET LES CHOSES AU POINT

> https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Pape/profondeurs-coeurs-Mgr-Ganswein-veut-clore-polemique-2020-01-20-1201072880

Mgr Gänswein se confie à un journal allemand pour clore la polémique : "Benoît XVI n’est pas coauteur du livre 'Des profondeurs de nos cœurs' et le pape François n’est pas intervenu dans la polémique". Merci monseigneur !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 21/01/2020

DÉSINFORMATION DU 'FIGARO'

> https://www.youtube.com/watch?v=AX4-DhRL1GQ

Jean-Marie Guénois, à propos du débat en cours dans l'Église sur le célibat sacerdotal : "il y a beaucoup de cardinaux qui ne disent pas ouvertement ce qu'ils pensent, par peur" (de déplaire à François).
Et : "Il [Benoît XVI] revient sur le célibat sacerdotal parce qu'il considère que c'est une question centrale, une question-clef pour l'avenir de l'Église, parce que si vous retirez le célibat sacerdotal, [...] cela va affaiblir toute la sacralité de l'Église : le prêtre, le mariage, l'engagement à vie, l'Eucharistie. Ce sont les traits spécifiques de l'Église catholique. Si le prêtre, bien sûr peut être marié, ce n'est pas une question théologique, mais s'il [l'est], c'est tout l'édifice tel qu'il est construit autour des sacrements de l'Église [qui] s'écroule."
Nos frères maronites apprécieront !
Pour finir avec une conclusion tout en nuance : "Benoît XVI a une sorte d'objection de conscience, a voulu prendre la parole parce que le sujet lui paraît gravissime."
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 21/01/2020

@ Olivier Le Pivain, à propos de saint Ignace de Loyola.

> Vous avez cité (c'est le premier de tous les commentaires ci-dessus) des lignes magnifiques de saint Ignace de Loyola. Merci! Je ne parviens pas à retrouver ce texte si important, si vigoureux. Pourriez-vous, s'il vous plaît, nous dire quelle édition vous avez utilisée ?
______

Écrit par : Jean-Marie Salamito | 21/01/2020

@ J-M S :

> J'ai trouvé ce texte sous une forme légèrement différente sur :
https://www.jesuites.com/saint-francois-xavier-sj/,
dans une lettre de St F-X à St Ignace, avec les références de dates en bas d'article : "(Lettres du 28 octobre 1542 et du 15 janvier 1544"
Vos commentaires sur ce blog sont toujours intéressants.
En espérant vous être ainsi utile...
______

Écrit par : Jonas / | 21/01/2020

@ Jean-Marie Salamito

> Je ne peux répondre à votre question car j'ai lu cet extrait d'une lettre de Saint François-Xavier sur le site de l'AELF : il s'agissait d'une lecture proposée par ce site probablement le jour de la fête de Saint-François-Xavier. Comme j'étais frappé par l'actualité de ce texte, je l'ai noté.
En faisant une recherche rapide sur Internet, je constate que plusieurs éditions des lettres de Saint-François-Xavier sont disponibles soit au téléchargement soit à l'achat.
Désolé de ne pouvoir vous en dire plus.
______

Écrit par : Olivier le Pivain / | 22/01/2020

@ O. Le Pivain & JM Salamito :

> Lettre n° 20 de saint François Xavier, du 15/1/1544, paragraphe 8, p. 106 de sa 'Correspondance 1535-1552, Lettres et documents', trad. & présentation de Hugues Didier, DDB, collection "Christus" n° 64, Paris, 1987.
Je suis plongé dans ces lettres depuis plusieurs mois, c'est un délice.
Saint François Xavier répète cette idée plusieurs fois dans ses lettres, et ne cesse d'appeler des apôtres pour l'Inde, les Moluques, le Japon...
Cela me touche d'autant plus que j'ai cette idée au coeur depuis longtemps aussi, et juste avant le martyre du père Hamel, j'avais écrit cette petite tribune, inaperçue bien sûr au moment d'un tel drame, mais où j'en appelais aussi aux religieux plongés dans leurs études et auteurs de beaux livres : https://fr.aleteia.org/2016/07/30/lettre-ouverte-dun-laic-a-tous-les-precheurs/
(l'allusion aux "premiers de cordée" est pré-macronienne, hein, ça date de 2015 !)
D'une façon générale, je déplore souvent que nous catholiques soyons des géants en production doctrinale, de magnifiques producteurs de textes sublimes à l'infini, mais encore des nains en évangélisation "orale", directe, face à face, dans la rencontre et l'itinérance.

Alex


[ PP à Alex – C'est terriblement vrai. Camper dans le théorique est le défaut d'un certain catholicisme français, gavé depuis 70 ans de l'illusion (entonnée en cercles d'études) que "penser clair et marcher droit" est un remède à tout... alors que ça ne répond pas aux appels des contemporains. D'où la progression des protestants évangéliques, qui parlent direct. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 22/01/2020

@ Jonas et Olivier le Pivain

> Un très fraternel MERCI !
______

Écrit par : Jean-Marie Salamito / | 22/01/2020

@ Alex

> Grand merci! Je vais me procurer ce volume. Depuis pas mal d'années, j'essaie justement de réunir chez moi, grâce aux libraires d'occasion, la collection "Christus".
Je vous rejoins. Le clergé catholique ne doit pas singer le monde académique; il ne doit pas se complaire dans l'érudition sur des auteurs secondaires, ni dans l'écriture d'ouvrages à la fois trop volumineux et trop éloignés du sens de la vie. Il ne faudrait pas non plus séparer la théologie de la spiritualité. C'est l'union au Christ qui compte. Le Christ est une personne, pas une idée. Au-delà de tous les livres, les gens ont besoin de rencontrer cette personne.
______

Écrit par : Jean-Marie Salamito / | 22/01/2020

ÉVANGÉLISER

> Juste pour rebondir sur le message de Cyril B. (Feld) : 200% d'accord, tout baptisé est appelé à être (entre autre) prophète, donc à évangéliser.
"France, fille aînée de l'Eglise, qu'as-tu fait de ton baptême ?" Ce message s'adresse à chacun de nous, nous DEVONS évangéliser. Ce n'est sûrement pas dans mes dons, mais convaincu que s'attaquer à tous les débats, questions, luttes de notre temps, c'était s'attaquer aux conséquences et non aux causes , car la cause première est la déchristianisation de notre civilisation ; j'ai rejoint un groupe d'évangélisation de rue dans une paroisse voisine de la mienne. De plus cette activité incite à se former davantage et procure une grande paix et joie intérieures.
S'attaquer aux conséquences est bien, mais si on ne s'attaque pas aux conséquences, c'est un combat sans fin. Sans aller jusqu'à citer Apocalypse 3.16 (car on est toujours le tiède d'un autre), j'aime bien rappeler la citation attribuée à E.Burke "pour triompher le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien". Donc quittons nos canapés et allons parler de la bonne nouvelle du Dieu qui n'est que Amour.
______

Écrit par : franz / | 22/01/2020

"COMMENT LE FAIRE PÉRIR"

A propos du commentaire de saint Augustin sur Marc 2,1-12 :
en Marc 3,1-6, dans la même synagogue de Kephar-Nahum où il avait guéri un possédé en Marc 1,21-28 (et de nouveau un jour de sabbat), Jésus guérit l'homme à la main atrophiée.
Et là, ceux qui avaient crié au "blasphème" quand il avait pardonné les péchés du paralytique (cf. Marc 2) vont plus loin :
"Une fois sortis, les pharisiens se réunirent en conseil avec les partisans d'Hérode contre Jésus, pour voir comment le perdre..." (Ou "le faire périr" : le verbe grec 'apollumi' a les deux sens).
Ceux qui prennent l'Evangile au sérieux ne s'y trompent pas : face à Jésus, l'alliance des pharisiens (nationalistes hyper-religieux) et des hérodiens (pouvoir inféodé à l'occupant) est de tous les temps. Contre le Perturbateur, une interprétation figée du religieux (même si elle est nationaliste) finit par marcher avec le parti de l'ordre (même s'il est "mondialisé").
Et cette alliance est homicide par destination.
Seule différence avec notre temps : c'est consciemment que l'alliance pharisiens-hérodiens à Capharnaüm veut tuer le Perturbateur...
______

Écrit par : PP / | 23/01/2020

SOURCE

> Quelle est la source de votre citation de Dom Louis-Marie ?

Damien


[ PP à Damien – 'Lettre aux oblats', n° 108. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Damien / | 28/01/2020

> Merci pour la source. Il serait intéressant de disposer du texte intégral, si vous n'avez pas l'autorisation de le publier, je suis preneur si vous me l'envoyez par mail.

Damien


[ PP à Damien – Il s'agit d'une lettre destinée en principe aux oblats, dont je ne suis pourtant pas (mais je suis un vieux contact du monastère depuis les reportages des années 1980 sur sa construction).
Je n'en ai publié ici que le passage concernant tous les catholiques d'une certaine nuance : passage faisant exception, pour cette raison, par rapport au contenu habituel de la lettre.
Le reste de cet éditorial est purement spirituel et destiné aux lecteurs oblats : le publier serait de mauvais goût de ma part. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Damien / | 30/01/2020

MÉDIAS ET TAUX

> À écouter, l'intervention de Mme de Gaulmyn hier comme "Grand témoin". Elle y exprime (entre autres) sa crainte que le taux de pratique extrêmement bas dans notre pays ne conduise dans dix ans à une disparition pure et simple des médias catholiques. Cela serait catastrophique en effet !
PV


[ PP à PV – Est-il si sûr que la lecture d'un média catholique soit lié au taux de pratique ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 30/01/2020

à Patrice :

> Mme de Gaulmyn a évoqué l’épineuse question de la définition des catholiques dans notre pays : faut-il comptabiliser tous les baptisés (auquel cas la France serait majoritairement catholique) ou ceux habituellement présents à la messe dominicale en « profil de nef » (auquel cas les catholiques seraient très minoritaires) ?
Ma regrettée grand-mère était peu « messalisante » en paroisse mais suivait volontiers le ‘Jour du Seigneur’, priait tous les jours chez elle, donnait au Secours catholique et à toutes sortes d’associations caritatives, avait transmis la foi chrétienne à ses enfants, était attentive à son voisinage. N’étant pas pratiquante, elle n’aurait pas figuré dans les statistiques, mais croyante et pieuse, elle l’était certainement.
Le catholique est-il celui qui pratique tous les dimanches ou est-il le baptisé qui cherche Dieu, qu’il pratique régulièrement (ce qu’il devrait faire, bien entendu) ou non ?

PV


[ PP à PV – Question subsidiaire : le catholique est-il celui qui se proclame tel ("car c'est un combat culturel")... quitte à tenir des positions sociales anti-évangéliques ?
Ou est-il celui qui s'efforce de vivre l'Evangile dans tous les domaines ?]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 31/01/2020

GOLIAS

> https://www.golias-editions.fr/2020/01/30/eglise-de-france-la-messe-nest-pas-dite/

Une belle étude, solidement argumentée, consacrée à l'état des vocations en France, avec une ouverture en conclusion sur la question des 'viri probati'.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 11/02/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.