Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2020

L'affaire du livre : l'avis du P. Nicolas Buttet

Buttet.jpg

...qui résume ainsi cette triste opération d'éditeur :


Sur Facebook ce matin :

<<  Le pape Benoît XVI avait écrit une note de sept pages de clarification méthodologique qualifiée par lui-même "d'insuffisante". Sarah a résumé cette note en une demi-page. Benoît XVI a vu dans ce résumé "l'essentiel" de sa pensée et n'a donc pas jugé nécessaire que les sept pages soient publiées.  C'est un peu fort d'oser présenter comme co-auteur une personne dont on a résumé la pensée sur une demi-page ! >>

 

À un anti-François brandissant l'argument des "lettres de Benoît XVI”, le P. Buttet répond :

<<  Mais il faut lire ces trois lettres: elles infirment complètement la déclaration de Sarah.  >>


► Explication :  les anti-François feignent de croire que la controverse porte sur la présence d'un texte de Joseph Ratzinger dans le livre du cardinal Sarah. C'est faux. Personne ne nie la présence de ce texte (quelle que soit sa longueur réelle), mais l'on peut constater que son ton et son angle n'ont rien à voir avec les imprécations ahurissantes du texte Sarah. Et le point litigieux est ailleurs : c'est le "coup" consistant à mettre en couverture le nom du pape émérite comme s'il était co-auteur de l'ouvrage entier, ce qui est un abus flagrant de la part des opérateurs du coup... D'autant que cet ouvrage a été lancé comme étant une sorte de manifeste d'opposition au pontificat actuel – posture que le pape émérite ne veut endosser à aucun prix. Et que ce lancement a été assuré par Le Figaro, quotidien politique du libéral-conservatisme, donc hostile au pape François depuis le début (comme on l'a vu par exemple en 2018 lors de la provocation Vigano).

Si le P. Nicolas Buttet souligne que les trois lettres portant la signature du pape émérite "infirment complètement la déclaration de Sarah", c'est que ces lettres ne concernent que la contribution de Benoit XVI au livre. Elles ne parlent pas de faire cosigner le livre par "Robert Sarah et Benoît XVI". C'est cette co-signature abusive qui est reprochée à l'auteur et à l'éditeur, et contre laquelle Benoît XVI s'est élevé dans le communiqué Gänswein. Le cardinal ne se grandit pas quand il brandit les trois lettres comme si elles répondaient au reproche.

Le tumulte est intense sur Twitter et Facebook : tout le milieu libéral-conservateur monte en ligne pour clamer son respect envers le cardinal Sarah et psalmodier en boucle l'argument des "trois lettres" – quitte à tourner le dos à la volonté de Benoît XVI... que par ailleurs ce milieu prétend aduler !  Ce qui est significatif.

Oui, ce tapage est très regrettable. Mais nous ne laisserons personne prétendre que c'est de la faute du pape François. La récurrence de ces coups tordus vient exclusivement du réseau politico-religieux transatlantique qui veut "changer de pape", comme dit le livre de Nicolas  Senèze. Depuis trois ans ce réseau cherchait à utiliser le nom de Benoît XVI ;  déjà en 2018 le milliardaire Tim Busch et la chaîne trumpiste EWTN avaient prétendu que le pape émérite bénissait Vigano, et déjà le pape émérite avait dû démentir par la voix de son fidèle Gänswein. La manoeuvre vient de se rééditer, avec plus de succès médiatique : dommage qu'elle soit passée par Robert Sarah.

 

 

 

reflechir.jpg

 

Commentaires

SUMMUM D'IMPOSTURE

> Le summum de l'imposture fut de présenter le livre sous le cri augustinien mis abusivement dans la bouche du pape émérite : « La similitude de nos [Sarah et Benoît XVI] soucis et la convergence de nos conclusions nous ont décidés à mettre le fruit de notre travail et de notre amitié spirituelle à la disposition de tous les fidèles à l’instar de saint Augustin. En effet, comme lui, nous pouvons affirmer : “Silere non possum !” (Je ne peux pas me taire !) ».
'Le Figaro' en fait un scoop : le pape allemand lance un "cri d'alarme" et "ne peut plus se taire" : l'opération fonctionne puisque l'affaire est portée sur toutes les télés d'Asie à l'Amérique latine... alors que Benoît XVI a en réalité été abusé du début à la fin. Le procédé est inqualifiable.
Le cardinal Sarah a-t-il fait preuve de naïveté ? Pouvait-il réellement croire qu'une telle opération serait compatible avec son souci réaffirmé de fidélité "absolue" au pape François ? La triste réalité est peut-être à trouver dans l'aréopage qui l(a récemment retweeté : on ne peut qu'éprouver une certaine incompréhension sinon beaucoup de déception devant ce spectacle.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 15/01/2020

M. RIGAUD SE PREND LES PIEDS DANS LA CHRONOLOGIE

> Vous ne publiez que les commentaires qui vont ds votre sens. Ceci est pathétique. Je vs ai laissé un commentaire que vs n'avez pas publié. C'est votre droit ms c'est pathétique. Votre vision est tordue. Sarah a démenti les élucubrations que vs soutenez de manière ferme. Le débat vous est insupportable en réalité. Vous détenez la vérité. Amen ! Risible.

Rigaud


[ PP à Rigaud – Vous tenez absolument à ce que je le dise à nos lecteurs ? Bien. Voilà :
– M. Rigaud prétend qu'une déclaration du cardinal Sarah ANTÉRIEURE au communiqué de Mgr Gänswein (fidèle secrétaire du pape émérite) RÉPOND à ce communiqué.
C'est d'ailleurs tout ce que les anti-François et Le Figaro trouvent à dire...
Ils sont désemparés, et on peut le comprendre, d'être désavoués par Joseph Ratzinger.
Leur seule façon de garder "la bella figura" est de s'asseoir sur le communiqué (ce qui est une désinvolture grossière envers le pape émérite) et d'ériger le cardinal Sarah en arbitre des élégances morales... alors qu'il s'est empêtré dans un coup éditorial-médiatique qu'il ne maîtrise pas et ne lui fera aucun bien.
Sur ce, M. Rigaud, je vous laisse retourner sur vos sites habituels. Bon vent.
______

Écrit par : Rigaud / | 15/01/2020

"CERTAINS SAVENT"

> Accusez-vous donc le cardinal Sarah de coup tordu ?
Ce n'est pas son genre.
Mais si ce livre est vraiment orienté contre le pape François, c'est donc certains savent que le pape François veut autoriser les prêtres mariés, sinon pourquoi ce pataquès ?

Jérôme


[ PP à Jérôme :
1. Je n'accuse personne. Ce sont les faits qui parlent.
2. J'ignore le "genre" de ce cardinal, même si un certain micro-milieu l'a canonisé de son vivant. (Mais les faits sont là).
2. Si vous ne voulez pas entendre ce que Benoît XVI vous dit via Mgr Gänswein, c'est votre affaire : mais c'est une grave désinvolture de votre part.
3. "'Certains savent que" ? Vous placez mal votre confiance ! En 2018 déjà, certains "savaient que" le pape François protégeait les gays et les pédophiles dans le clergé... Après quoi on a constaté que cette histoire était un coup politique monté par la droite trumpiste américaine.
4. Le "pataquès" d'aujourd'hui, dont Sarah est (hélas hélas ?) l'instrument, n'est que le énième coup tordu monté contre François par cette droite politique transatlantique exploitant certains énervements cléricaux. Cf l'excellente enquête de Nicolas Senèze : 'Pourquoi l'Amérique veut changer de pape' (Bayard 2019).
5. Celui qui a des oreilles, qu'il entende.
______

Écrit par : Jérôme / | 15/01/2020

OUARF

> c'est vrai que vous ne publiez que les post qui vous arrange vous êtes un im-post-eur !
ouarf !

rv

► [ PP à tous] – Je publie volontiers ce message, symptomatique de l'état culturel et mental de l'ultra-droite bergogliophobe. Ces gens ne comprennent pas qu'il puisse exister d'autres points de vue que le leur : trouver ici ces points de vue les rend furieux. C'est freudien.

commentaire du commentaire

Écrit par : rv / | 15/01/2020

POURQUOI NE PAS TENIR COMPTE DU COMMUNIQUÉ ?

> Je suis un peu perdu dans tout cela
J’ai le livre sous les yeux
Il y a une introduction des deux auteur de quelques pages
Puis un texte de Benoit XVI de 40 pages
Puis un texte du cardinal Sarah de pages
Puis une conclusion des deux auteurs
Qu’est ce qui est faux là dedans ???

Ludovic


[ PP à Ludovic – Vous ne voulez vraiment pas tenir compte du communiqué de Benoît XVI via Mgr Gänswein ? Pourquoi ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 15/01/2020

D'UNE DAME

> Vous pouvez arreter de nous casser les pieds ?
Est il encore possible de louer la beauté du célibat sacerdotal et d'être traditionaliste plutot que progressiste tout en aimant bien le pape frcois (?(..
Arretez de nous emlerder et detre du monde.. merci

Boissard


[ PP à tous : autre échantillon de l'état mental de l'ultra-droite. On appréciera la finesse et la pertinence de l'analyse.
Si nos points de vue "emmerdent" la citoyenne Boissard, pourquoi nous lit-elle ? par plaisir malsain ? ○a aussi, ça intéresserait un psy. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Fabienne Boissard / | 15/01/2020

LE VATICAN SE FÉMINISE

> https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2020-01/francesca-di-giovanni-une-femme-sous-secretaire.html

Et pendant ce temps, le Vatican se réforme petit à petit : pour la première fois, une femme accède à un poste de responsabilité à la Secrétairerie d'État. Après un laïc à la tête du dicastère pour la communication (M. Ruffini), voici Mme Di Giovanni devenir l'équivalent d'une vice-ministre des Affaires étrangères. On ne peut que se féliciter de cette évolution.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 16/01/2020

UN COUP D'ÉDITEUR

> Personnellement, je crois que le cardinal Sarah a également été manipulé. Mais il était plus vulnérable à la manipulation que le pape François car très admiré.
A-t-il pris conscience de cela ou croit-il que le pape émérite l'a "lâché" comme on veut certainement lui faire croire ?
Je pense que la signature du pape émérite a été ajoutée à la dernière minute. Un coup juteux pour l'éditeur qui pensait ainsi faire vendre davantage de livres. "Mon cher cardinal, il m'est venu une idée : mettre également la signature du pape émérite. Après tout, il vous a aidé et soutenu dans votre projet de livre, ce ne serait que lui rendre un juste hommage. Mais il faut que vous me donniez tout de suite votre approbation. Dans une heure le livre part à l'impression. Ensuite il sera trop tard." Je vois très bien un scénario dans ce genre.
______

Écrit par : Bernadette / | 16/01/2020

CE LIVRE N'ÉTAIT PAS NCESSAIRE

> Pour ma part, je ne comprends même pas le fond du problème ni la nécessité de ce livre (surtout avec de telles pratiques de propagande). Il ne me semble pas que François ait remis en cause à quelque moment que ce soit la tradition du célibat des prêtres de l'église romaine.
L'ordination des hommes mariés, qui est un autre sujet, existe depuis bien longtemps, sous réserve d'une autorisation spéciale donnée par le Pape : Jean-Paul II, Benoît XVI l'ont autorisé à de nombreuses reprises (notamment pour les pasteurs anglicans ou protestants mariés qui se convertissent au catholicisme). Je n'ai pas eu l'impression que François désirait autre chose que ce qui a déjà été pratiqué par ses prédécesseurs. Ou alors j'ai raté quelque chose ?
Un article de 2014 avec quelques infos sur le sujet :
https://www.la-croix.com/Religion/Spiritualite/Maries-ils-ont-ete-ordonnes-pretres-2014-02-14-1106638
______

Écrit par : Isabelle Lagrange / | 16/01/2020

MOURIR POUR GRANDIR

> On a le choix entre voir l'Eglise catholique disparaître et lui permettre de mourir à certaines choses pour mieux grandir ensuite. De toute façon, frères et sœurs Catholiques, seul le kérygme est important à mediter, prier, célébrer, mettre en pratique... Le reste est relativement théâtral !
+ Alain
______

Écrit par : Troadec / | 16/01/2020

JOSEPH RATZINGER, 1969

> « De la crise actuelle émergera l'Église de demain - une Église qui aura beaucoup perdu. Elle sera de taille réduite et devra quasiment repartir de zéro (...) Cela la rendra pauvre et fera d'elle l'Église des doux. Le processus sera d'autant plus ardu qu'il faudra se débarrasser d'une étroitesse d'esprit sectaire et d'une affirmation de soi trop pompeuse. (...) La véritable crise vient à peine de commencer. Il faudra s'attendre à de grands bouleversements. Mais je suis tout aussi certain de ce qu'il va rester à la fin : une Église, non du culte politique car celle-ci est déjà morte, mais une Église de la foi. Il est fort possible qu'elle n'ait plus le pouvoir dominant qu'elle avait jusqu'à maintenant, mais elle va vivre un renouveau et redevenir la maison des hommes, où ils trouveront la vie et l'espoir en la vie éternelle. »
Interview de Joseph Ratzinger sur une radio allemande, en 1969.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 16/01/2020

D'UN PERSONNAGE "OUTRÉ"

> Avez vous lu le livre au moins ? Si vous l aviez lu vous verriez qu’ il est manifeste que Benoit XVI y a pris une part très importante et qu il adhère parfaitement à sa publication. Je suis outré par ce degré de désinformation. Honte à vous de colporter de tels mensonges et de telles calomnies !


[ PP à Grangé – Soyez moins outré, mon bon monsieur, et lisez simplement le communiqué de Benoît XVI transmis par son fidèle Mgr Gänswein. La déférence due au pape émérite commanderait de respecter sa volonté, qui est de retirer son nom d'une entreprise dont il n'avait pas mesuré la perversité. Je conçois que cette décision de Joseph Ratzinger vous irrite, vous et vos amis ; mais en la méprisant vous apportez un exemple supplémentaire à ceux qui dénoncent toute cette affaire comme un coup monté – succédant à la provocation Vigano de 2018.. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Grangé / | 16/01/2020

@ Michel de Guibert

> Troublant : je crois me souvenir avoir lu un texte disant un peu la même chose dans les 'Ecrits corsaires' de Pasolini. Je vais essayer de le retrouver.
______

Écrit par : Feld / | 16/01/2020

BENOIT XVI CONTRE BENOIT XVI

> Après "un intégriste c'est celui qui veut faire la volonté de Dieu, que Dieu le veuille ou pas" (Frossard), voici: "un catholique néocon c'est celui qui veut asséner la volonté de Benoît XVI, que Benoît XVI soit consentant ou non", et qui voit la parole de Benoît XVI même où lui ne la reconnaît pas, s'autoproclamant vrai détenteur-défenseur de la vraie doctrine du vrai Benoît XVI, moyennant quoi si le neocon lisait les oeuvres du théologien Ratzinger, il en brûlerait une bonne partie pour apostasie de la vraie religion du vrai Benoît XVI (ou se convertirait au Christ!).

Anne Josnin


( PP à AJ – Bravo, Anne. C'est exactement ça. Vous les connaissez aussi bien que moi... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Anne Josnin / | 16/01/2020

à Isabelle Lagrange :

> Ce que vous écrivez démontre que l'opposition aux 'viri probati' est la feuille de vigne qui cache une opposition au pape François de nature non pas théologique ou pastorale, mais bien politique.
En autorisant les prêtres anglicans mariés à devenir prêtres catholiques dans l'ordinariat Walsingham en 2011, Benoît XVI a permis une entrée de prêtres mariés en nombre peut-être plus important que les futurs 'viri probati' amazoniens : Walsingham compte quelque 91 prêtres, dont on peut imaginer qu'une part non négligeable a femme et enfants. Ce que le pape allemand a autorisé tombe sous le coup de la position du cardinal Sarah selon laquelle "tout affaiblissement du principe du célibat, même limité à une seule région, ne saurait être une exception mais une rupture, une blessure dans la cohérence interne du sacerdoce".
L'opposition Benoît-François sur ce sujet, comme sur tout autre, ne tient donc pas la route, puisqu'on peut considérer qu'à Walsingham, Benoît XVI avait déjà autorisé des 'viri probati'...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/01/2020

à Bernadette :

> J'aimerais comme vous croire que le cardinal Sarah a été manipulé.
Mais une analyse de son compte Twitter peut faire froncer quelques sourcils : hier, Sarah a en effet retwitté :
– le P. Danziec (prêtre chroniqueur pour 'Valeurs actuelles', avec un article de V.A. sur "le livre du cardinal Sarah et de Benoît XVI" comme si Mgr Gänswein n'avait rien communiqué),
– Christophe Dickès (qui précise intervenir sur Radio Notre-Dame pour évoquer le livre),
– 'Famille chrétienne',
– Jean-Marie Guénois
– et, finalement, KTO.
Cette dernière exception mise à part, tous les autres commentaires ne font pas mention du communiqué Gänswein et entretiennent l'illusion d'un livre écrit à quatre mains.
Sarah est peut-être manipulé par le bloc bourgeois libéral-conservateur, mais il garde toute son intelligence et son libre arbitre.
Il est impensable que Diat ait pris la liberté de faire figurer le pape émérite comme premier co-auteur (au-dessus du nom du cardinal Sarah !) avec un titre au pluriel ("des profondeurs de NOS coeurs" et non de "mon coeur", comme c'eût été logique s'il n'y avait pas eu de co-auteur) sans l'accord exprès de Sarah.
Le cardinal est peut-être plus vulnérable que François, mais il est de sa responsabilité de haut prélat, dans l'intérêt de l'unité de l'Église, de s'opposer à toute opération de ce genre. Car, on le sait bien, seul le 'scoop' reste dans les esprits : les médias grand public ne cherchent pas à comprendre l'intention véritable du pape émérite mais bombardent l'opinion de grands titres du genre "le pape giflé par son prédécesseur"... même si, dans la réalité des faits, nous savons qu'il n'en est rien.

PV


[ PP à PV – Le cardinal a peut-être (et même probablement) confié la gestion de son compte Twitter à quelqu'un de plus moderne que lui : par exemple un jeune geek intégriste comme il y en a des dizaines, avec son petit monde médiatique bien fermé... Ça n'excuserait d'ailleurs en rien le cardinal : on est responsable des exécutants que l'on nomme.]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/01/2020

à Michel de Guibert :

> Superbe, ce texte de Ratzinger.
Dans ce même entretien radiodiffusé de 1969, il annonçait :
"[L'Église] va sans aucun doute découvrir de nouvelles formes de ministère, et ordonnera à la prêtrise des chrétiens aptes, et pouvant exercer une profession. Dans de nombreuses petites congrégations ou des groupes indépendants, la pastorale sera gérée de cette manière. Parallèlement, le ministère du prêtre à plein temps restera indispensable, comme avant. Mais dans tous ces changements que l’on devine, l’essence de l’Église sera à la fois renouvelée et confirmée dans ce qui a toujours été son point d’ancrage : la foi en un Dieu trinitaire, en Jésus Christ, le Fils de Dieu fait Homme, en l’Esprit saint présent jusqu’à la fin du monde. Dans la foi et la prière, elle considérera à nouveau les sacrements comme étant une louange à Dieu et non un thème d’ergotages liturgiques."
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/01/2020

"MANIPULATION SCANDALEUSE"

> La partie du pape émérite représente quelques pages sur le sacerdoce catholique. Elle a été rendue publique sur un site allemand:
https://www.die-tagespost.de/kirche-aktuell/aktuell/Das-katholische-Priestertum;art4874,204596
Comme l'a dit Mgr Gänswein, le pape émérite a souhaité que son nom et sa photo n'apparaissent pas sur la couverture du livre. Par ailleurs, ni l'introduction ni la conclusion ne sont de lui. C'est clair !
Fayard pourrait produire les preuves d'un contrat si le pape émérite était véritablement le co-auteur du livre...
Cette manipulation du pape émérite est proprement scandaleuse.
______

Écrit par : Anne D. / | 17/01/2020

RATZINGER

> En 1970, le cardinal Ratzinger et quelques éminents cardinaux allemands invitaient à réfléchir sur le célibat des prêtres:
http://www.pathsoflove.com/blog/ratzinger-rahner-et-al-on-celibacy-1970/
______

Écrit par : Anne D. / | 17/01/2020

LE REPORTAGE SUR LE PAPE ÉMÉRITE

> https://www.br.de/mediathek/video/ein-besuch-bei-papst-benedikt-xvi-em-klein-bayern-im-vatikan-av:5e0e845fb2029e001a396fa0
Je recommande de regarder ce reportage en langue allemande consacré au pape émérite ; filmé il y a une dizaine de jours au monastère où il réside, on voit Ratzinger dans le cadre de vie où il finira vraisemblablement son pèlerinage terrestre.
À partir de [14:00], on voit le pape allemand très affaibli, le visage amaigri, presque émacié, le regard trouble, vitreux, la parole rare et laborieuse, le débit faible, quasiment inaudible. Indiscutablement, l'homme a toute sa tête mais il accuse naturellement le poids de son grand âge ; sa complicité avec Mgr Gänswein fait chaud au coeur.
On ne peut qu'éprouver beaucoup d'émotion devant un vieillard qui sent partir ses dernières forces physiques ; mais aussi et surtout beaucoup de colère envers ceux qui ont tenté d'instrumentaliser un ancien pape à l'extrême fin de sa vie physique. S'ils aimaient réellement l'homme que l'on voit dans ce reportage, jamais ils n'auraient pu agir de la sorte.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/01/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.