Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2019

Pour en finir avec le mythe du patriarcat “chrétien”

33ae95fa00d2dfc72f36992edf148a62.jpg

La fête de la sainte Famille, Jésus-Marie-Joseph, rappelle un des textes de saint Paul contraires au mythe d’une oppression patriarcale attribuée aux “monothéismes” (autre concept creux) :


 

Colossiens 3, 12-21 :

<< … Supportez-vous les uns les autres, et pardonnez-vous mutuellement si vous avez des reproches à vous faire. Le Seigneur vous a pardonnés : faites de même. Par-dessus tout cela, ayez l’amour, qui est le lien le plus parfait. Et que, dans vos cœurs, règne la paix du Christ à laquelle vous avez été appelés, vous qui formez un seul corps. Vivez dans l’action de grâce.  Que la parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ; instruisez-vous et reprenez-vous les uns les autres en toute sagesse ; par des psaumes, des hymnes et des chants inspirés, chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance. Et tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus, en offrant par Lui votre action de grâce à Dieu le Père. Vous les femmes, soyez soumises à votre mari ; dans le Seigneur, c’est ce qui convient. Et vous les hommes, aimez votre femme, ne soyez pas désagréables avec elle. Vous les enfants, obéissez en toute chose à vos parents ; cela est beau dans le Seigneur. Et vous les parents, n’exaspérez pas vos enfants ; vous risqueriez de les décourager… >>

 

Commentaire de Hans Urs von Balthasar :

<< “Supportez-vous les uns les autres”, “pardonnez-vous mutuellement” : ceci non sur le plan d’une sympathie purement naturelle, mais “tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus, en offrant par Lui votre action de grâce à Dieu le Père”. L’amour réciproque des parents est différencié. Aux maris est recommandé un amour véritable – tel celui du Christ pour l’Eglise, explique la lettre aux Ephésiens :  sans désir de domination ni sentiment illusoire de supériorité. Aux femmes, la docilité correspondante. L’amour réciproque entre parents et enfants est fondé avec une psychologie d’une profondeur inhabituelle : l’obéissance des enfants envers les parents est simplement “belle dans le Seigneur”, qui a donné lui-même l’exemple de cette obéissance (Luc 2,51). Le comportement des pères en revanche est motivé avec précision : “N’exaspérez pas vos enfants de peur qu’ils ne se découragent…” L’autorité paternelle doit favoriser dans l’enfant son propre courage de vivre : ce qui appartient bien à l’essence de l’auctoritas (de augere : “accroître”). Tout le tendre tissu de l’amour réciproque différencié ne peut pas se déchirer : comme exemple de réussite, c’est la sainte Famille qui est présentée.  >>

 

HUvB sur Matthieu 2, 13-15/19-23 :

<<  Les liens d’amour, qui devraient tenir unie une famille naturelle, sont vécus sous nos yeux dans l’évangile par la famille surnaturelle, unique en son genre, dans laquelle l’enfant est le Fils de Dieu. Dans cette mesure, ce lien unique d’homme, femme et enfant est la norme du comportement chrétien d’une famille terrestre ordinaire. Ce qui est décrit, c’est avant tout le dévouement du père (et indirectement aussi de la mère) pour le destin de l’enfant.  Les instructions que Joseph reçoit de l’ange du Seigneur ont pour seul but le bien de l’enfant. On ne fait pas mention de la difficulté que ces recommandations comportent pour le père… Celui-ci est au service de l’enfant et de deux paroles prophétiques dont il ne devinait rien par avance. “Ce n’est pas aux enfants à thésauriser pour les parents, mais aux parents pour les enfants” (2 Corinthiens 12,14). >>

 

 

772533361.2.jpg

 

12:50 Publié dans Bible, Famille, Idées | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : christianisme

Commentaires

POSTMODERNES

> https://www.nouvelobs.com/histoires-d-amour/20191220.OBS22591/le-jour-ou-le-pretre-s-est-marie.html
Article de 'L'Obs', au titre racoleur : "le jour où le prêtre s'est marié".
Pour ce journal, le catholicisme se réduit à cela : on n'est pas loin de l'approche Netflix. 'L'Obs' veut être dans le vent, d'où ces témoignages de rencontres amoureuses ratées (les 'Tinder surprises'), ces piques régulières en direction des cathos (et quasiment que des cathos) et une omniprésence de termes anglais dénaturant le style (le "date chelou") : la post-modernité à l'américaine !
_____

Écrit par : Philippe de Visieux / | 28/12/2019

RETOUR DE BÂTON

> A vue humaine : toute cette confusion mentale sera balayée par l'islam (d'autant que certains tenants de cette confusion sont également des hérauts de la "lutte contre l'islamophobie". Quand on est c..., autant ne pas l'être à moitié).
Et le "retour de bâton" (que l'on commence déjà à percevoir. Par ex. la quasi-disparition de la nudité dans les vestiaires sportifs, inimaginable ne serait-ce qu'il y a encore 10 ans) sera terrible.
On regrettera la "morale judéo-chrétienne paternaliste et répressive", c'est clair !
______

Écrit par : Feld / | 31/12/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.