Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2019

Mais qu'est-ce que le "communautarisme" ?

criune-556732-jpg_385167_660x281.JPG

Ma chronique de Radio Présence (Toulouse Midi-Pyrénées). Réflexions sur les violences et l'incendie de Chanteloup-les-Vignes, indissociables du malaise social-sociétal dans son ensemble :


https://radiopresence.com/IMG/mp3/06112019_chroeco_airtemps.mp3

 

 <<  Le sujet de la semaine dans tous nos médias, c’est la reprise des émeutes incendiaires dans certaines banlieues de l’Hexagone. Émeutes opérées par de "petites bandes", selon le Premier ministre...  "Petites bandes" ? pas si petites que cela, et fonctionnant comme les gardiennes de l’économie parallèle (euphémisme pour désigner le trafic de la drogue qui brasse des millions). Une économie installée dans les cités des "quartiers dits sensibles", selon l’expression officielle : autre euphémisme pour dire : des quartiers qui seraient peuplés en majorité d’immigrés.

Les débatteurs des radios et télévisions nous expliquent que le "mal-être des banlieues"  vient du chômage : ce qui est vrai en grande partie… Et que cela vient aussi d’une "xénophobie institutionnelle" : argument inexact.  Mais que dit la réalité ?

Si l’on regarde les images et les messages (assez effrayants) postées par les jeunes incendiaires des cités, on constate une surexcitation guerrière directement issue des jeux vidéos où des clans affrontent des clans pour se massacrer… Jeux vidéo qui font marcher le commerce et contribuent ainsi à la croissance, comme chacun sait ; raison pour laquelle la justice ne s’en préoccupe pas.

D’autre part, si l’on écoute les sociologues, on comprend que ce jeu de rôles dans la rue (les clans des cités contre le clan des flics, le clan des pompiers et même le clan des réparateurs de lampadaires) n’est qu’une forme extrême et meurtrière du "communautarisme".

Le communautarisme, ce n’est pas seulement (comme on voudrait nous le faire croire) celui de milieux islamistes dans des banlieues. C’est la décomposition de la société tout entière en groupes de toute nature, qui ne veulent plus rien voir qu’avec les lunettes de leurs intérêts ou de leurs fantasmes.

Ce qui a disparu, c’est l’idée d’un bien commun de tous, que l’Etat aurait mission de faire comprendre et respecter. Cette décomposition est à l’œuvre depuis plusieurs dizaines d’années. D’où vient-elle ? Les causes sont multiples. Mais à bien y regarder on s’aperçoit que la notion de bien commun, et donc une certaine conception du rôle des services publics, ont été effacées au tournant des années 1980-1990. C’est-à-dire au moment où l’idéologie anglophone du néolibéralisme a déferlé sur l’Europe. C’était l’époque où Mme Thatcher disait : "La société n’existe pas, il n’y a rien entre l’individu et l’Etat".  On en voit aujourd’hui le résultat.   Réfléchissons-y.  >>

 

 

chanteloup

chanteloup

11:42 Publié dans Idées, Société | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : chanteloup

Commentaires

HALLOWEEN À CHANTELOUP ?

> Terrifiant à énoncer… Mais serait-il possible, en ce week-end de la Toussaint, que la « petite bande d’imbéciles » de Chanteloup-les-Vignes ait confondu le Centre des arts scéniques et circassiens avec une citrouille ?
Vous voyez le topo : sous « l’Arche » toute en rondeurs, des clowns suspects qui ne seraient pas de votre bande, à mettre hors d’état de nuire…
Ambiance… Le 31 octobre soir, des gamins de 9 ans tristement fardés sont venus sonner chez moi. Nouveauté, le geste d’agression, comme s’ils voulaient m’assommer d’un bâton, qui accompagnait l’ouverture de la porte.
Enfants de banlieue bourgeoise, je précise, jeunes imbéciles prétendument de bonne famille. Laissés par leurs parents à la merci de la connerie commerciale et médiatique…
Comme c’est parti, j’imagine que je n’aurai pas le temps d’ouvrir la porte au prochain Halloween : les apprentis clowns de ma résidence l’auront déjà fait sauter !
Salutations.
______

Écrit par : Longin / | 06/11/2019

à Longin

> Dans ma banlieue résidentielle je les attendais avec une pancarte sur la porte : "Venez fêter Halloween chez M. Dutroux". Mais ils ne sont pas venus. Dommage.
______

Écrit par : Bertille / | 06/11/2019

CLASH OF CLANS

> Bonjour,
Votre commentaire me fait penser au jeux "clash of clans" (ou un truc du genre) dont ma sœur et sa famille sont fan, et dont ils jouent parents et enfants, avec une certaine jubilation pour les "guerres de clans" ou une dizaine ou quinzaine de joueurs se ligues pour aller "casser la figure" à un autre clan, attaquer, piller et bruler les villages d'un autre clan. Pourtant ce sont des personnes éduquées et sérieuses.
Je me demande si finalement, des jeunes un peu trop déconnectés, ne vont pas avoir, de plus en plus, envie de se faire "des guerres de clans" contre une autre cité, voir un commissariat, une mairie, une école ... avec un bémol : les services publics c'est quand même plus fun et trépidant que les voisins d'en face.
Les jeux vidéo aident-ils plus à canaliser les comportements déviants et violents, ou les exacerbent-ils ? vieille question. Mais quand les statistiques seront assez nourries pour nous donner une réponse "fiable", il sera peut être trop tard pour réparer les dégâts.
En attendant, la croissance continue : le bon vieux mythe de la destruction créatrice. Quand à la notion du "bien commun" : qu'elle repose en paix !
Cdt,
______

Écrit par : bergil / | 07/11/2019

HISTOIRE

> "les jeux vidéos aident-ils à canaliser les comportements déviants où les exacerbent-ils ?"
On sait que l'abolition des combats de gladiateurs n'a pas entraîné plus de violence dans la société gallo-romaine.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 08/11/2019

CAMPS

> Il y a plusieurs années, j'avais lu que les camps naturistes étaient une première forme de communautarisme (inoffensif, cela va de soi) : on est entre soi, derrière de hauts grillages, hors de la société. Depuis, nous avons eu les communautés fermées, sur le modèle des 'gated communities' américaines, qui en sont une autre forme avec gardes à l'entrée et palissades surmontées de caméras. Ces communautés reposent elles aussi sur l'idéologie libérale.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 08/11/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.