Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2019

Le jeune président du 'Dorothy' dénonce le détournement de la référence "catholique" par l'ultradroite

Foucauld-Giuliani-2.jpg

LeMonde.fr – Foucauld Giuliani (professeur de philosophie) s’insurge contre le détournement de référence catholique opéré le 28 septembre à la "convention de la droite", et en général par le milieu ultradroitier. Extraits de sa tribune :


<<  Les passions les plus basses alliées aux appétits de pouvoir les plus féroces ont entrepris une instrumentalisation en règle du catholicisme en vue d’une mise sur orbite politique de Marion Maréchal. Des catholiques affichés comme tels soutiennent activement et promeuvent cette entreprise.

[...] Le référentiel catholique est invoqué sans que jamais n’apparaissent des notions et des figures qui lui sont organiquement attachées et sans lesquelles il n’a aucune substance réelle : la foi, l’Evangile, le Christ. A aucun moment n’est évoquée ou pensée la seule révolution promise par le catholicisme : la révolution des structures d’oppression et des regards par la puissance d’un amour puisé en Dieu.

Les discours passent allègrement outre tous les vrais défis d’une existence qui cherche authentiquement et humblement à être chrétienne et qui font de la religion catholique une voie éminemment exigeante, passionnante, problématique : la conversion du cœur, la recherche spirituelle, le souci de justice. A ces conditions, ils flottent nécessairement dans une sphère imaginaire où ils ne rencontrent que leurs tristes reflets. [...] 

La référence au catholicisme ici [...] vise à créer une aura de sacralité autour d’un mouvement qui vise la prise du pouvoir institutionnel à moyen terme. Une telle référence est idolâtre dans son principe. Elle masque les passions les plus tristement communes: soif de pouvoir et de gloire, rage de vengeance, volonté de puissance.

La référence au catholicisme est ici purement d’identité. [...] Mais dans la foi chrétienne, l’unité ne s’impose pas à travers la colère ou la violence. Elle se reçoit de Dieu et l’universel de son message se démontre en pratique, d’abord à une petite échelle.

[...]  Il nous appartient, catholiques, de nous mobiliser et de nous organiser pour tenter d’incarner l’Evangile et faire de cette incarnation une présence suffisamment forte pour être perçue et reconnue. C’est la seule façon de combattre ce type d’ennemis. Nous devons résister de toutes nos forces à ce rôle d’idiots utiles dans lequel ce mouvement cherche à nous placer en flattant nos pires tendances. Ma conviction est que tout projet politique disant prendre au sérieux le catholicisme mais évacuant la difficile et jamais close question de la mise en pratique concrète de l’Evangile est une duperie.  >>

 

 

Pour connaître le café associatif Le Dorothy :

https://www.ledorothy.fr/

et aussi :

https://philitt.fr/2019/01/28/foucauld-giuliani-dorothy-day-montre-que-leglise-nechappe-pas-au-jugement-de-dieu/

 

Logo_test_FORME02_03-1.png

 

18:51 Publié dans Idées | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

TOTALE

> Bravo à Giuliani.
Et il est encore charitable envers ces gens : leur imposture est totale. Même pas sincères. Ils ne pensent pas un mot de ce qu'ils racontent.
______

Écrit par : Seb Andrieux | 10/10/2019

L'ABBÉ LE PIVAIN

> Merci beaucoup Patrice de Plunkett de nous relayer la position superbe de Foucauld Giuliani et de me faire découvrir le café Dorothy. Je ne remercie jamais assez mon frère Bruno malheureusement décédé de m'avoir permis de vous connaître et de profiter ainsi de vos commentaires avec lesquels je suis en parfait accord.

Olivier Le Pivain


[ PP à OLP – Mais je ne savais pas que l'abbé Bruno Le Pivain était décédé. J'en suis très triste. Je prierai pour lui. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Olivier le Pivain / | 10/10/2019

MISE EN VALEUR

> Quand j'ai entendu dans les médias que la manifestation contre la PMA était celle de "la Manif pour tous" ou celle des "catholiques", j'ai compris que l'effet était négatif.
Mais, même si elle avait été mieux perçue et plus importante, elle n'aurait servi que l'orgueil de Macron, à en croire les vantardises de Fillon : "Je vais être un peu prétentieux mais quand j'ai fait la réforme des retraites, j'ai mis 2 millions et demi de personnes dans la rue. Macron, c'est un petit joueur à côté"
Les personnalités politiques d'aujourd'hui ne sont jamais mieux mises en valeur que quand elles vont contre la volonté populaire exprimée dans des manifestations.
______

Écrit par : Guadet / | 10/10/2019

> La tribune est très bien faite, merci du partage !
______

Écrit par : TonyZ / | 10/10/2019

LE CARDINAL SARAH

> Entre Dorothy Day, fondatrice outre-Atlantique du Mouvement catholique ouvrier en pleine Grande Dépression, et les hérauts du catho-nationalisme de notre temps, il y a un gouffre !
Je souligne en outre la publication dans le 'National Catholic Reporter' d'un article consacré au cardinal Sarah, qui a récemment affirmé que "quiconque est contre le pape est, ipso facto, hors de l'Église", ce qui représente déjà pas mal de hauts prélats. Le cardinal enfonce le clou : "certains catholiques sont prompts à hurler à l'anathème à l'endroit de ceux qui ne partagent pas leur ligne de pensée ; [...] seules la foi, la confiance dans le Magistère et sa continuité à travers les siècles peuvent nous apporter l'unité". Que celui qui a des oreilles pour entendre entende !

https://www.ncronline.org/news/vatican/cardinal-sarah-oppose-pope-be-outside-church
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 11/10/2019

HÉTÉRODOXIE "RÉAC"

> Le catholicisme affiché par Mme Maréchal n'est-il pas plutôt de tendance lefebvriste ? Cela n'enlève rien à l'imposture, mais elle serait du coup dans la droite continuité de la rupture revendiquée depuis cinquante ans par la Fraternité Saint-Pie-X.
Le père Armogathe, témoin en 1977 de l'occupation de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, écrivait à propos de l'entreprise de Lefebvre : « ce fut profondément pénible parce que le motif affiché, la liturgie latine du concile de Trente, cachait mal d’autres dimensions : refus haineux du concile, de la liberté religieuse, du progrès critique en exégèse et en histoire sainte, de la réflexion et de la recherche en théologie, liaison du religieux avec le politique, affichant des opinions d’extrême droite. Tout était réuni pour constituer une secte : les intégristes qui nous chassèrent de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, qui n’hésitèrent pas à pratiquer le coup de poing (j’en fus victime) tendaient à constituer une 'ecclesiola', une Église particulière. » ('Raison d'Eglise. De la Rue d'Ulm à Notre-Dame', entretiens avec le journaliste J. Lebrun, Calmann-Lévy, 2001).
Il semble que Mme Maréchal soit proche de la Fraternité Saint-Pie-X : le "catholicisme" revendiqué par son mouvement et par l'ultradroite en général ne serait-il pas tout simplement le même que celui revendiqué en 1977 par les hommes de Lefebvre, comme décrit par le père Armogathe ?

PV


[ PP à PV :
Bien entendu. Composé en grande partie d' "athées pieux" (comme disait un évêque de Nanterre), ce petit milieu s'est rallié en majorité à Rome après 1988, mais a gardé (sans trop les laisser voir) les préjugés des années 1970 qui avaient fait le lefebvrisme... Soit, en gros :
1. l'Eglise allait bien quand elle était appuyée par les pouvoirs publics ;
2. le catholicisme doit être une force politico-sociale consistant à faire régner un ordre moral (sans quoi il se condamne à disparaître) ;
3. Vatican II qui dit autre chose est donc mauvais et doit être annulé (thèse du vieux sectaire De Mattei, grande référence de ce milieu) ;
4. les évêques français sont suspects par définition, sauf un ou deux ; etc.
Cette mentalité produit un "catholicisme" étranger à la foi christique.
Et c'est à partir de ce point de vue que nos athées pieux installent leur posture religieuse : d'où leur aversion envers le pape, leur rejet des préconisations socio-économiques du Magistère, etc.
Quand ces idées hétérodoxes étaient cantonnées à la dissidence lefebvriste, la situation était plus claire, et l'Eglise n'avait comme problème interne que la déviance dite "progressiste" (à laquelle s'était attaqué Jean-Paul II non sans succès).
Mais depuis 1988, l'hétérodoxie "réac" a métastasé à l'intérieur de l'Eglise, divers instituts lui servant de vecteur... D'où la situation présente, très confuse et créatrice d'un malaise. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 14/10/2019

DETOURNEMENT DE REFERENCE CATHOLIQUE

> Ici on a un joli condensé de détournement de référence catholique en faveur du turbo-capitalisme, bien caricaturale :

https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=newssearch&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjBxaS70ZblAhUwxoUKHYfRBdEQqQIIKCgAMAA&url=https%3A%2F%2Fwww.atlantico.fr%2Fdecryptage%2F3580909%2Fle-synode-de-l-amazonie-ou-l-adoration-de-la-foret-samuele-furfari&usg=AOvVaw1dF9hVF-sTv4rN4Y1Fl3Bu

Une référence, certainement, du "rassemblement de la droite".


AM


[ PP à AM :
Les "Grands Cathos" qui identifient Dieu à la masculinité sont hérétiques (et ne le savent évidemment pas, leurs connaissances en théologie tendant vers zéro).
En effet, la "paternité" du Père est d'un ordre infiniment autre que la paternité sexuée de la créature ; Jésus lui-même le fait comprendre lorsqu'il réfute la pseudo-question pharisienne sur une hypothétique vie sexuée dans l'Au-Delà.
Confondre la "paternité" divine et la paternité sexuée (créée), c'est retourner au paganisme pré-chrétien : une masculinité ouranienne... Et c'est confondre la conception de Jésus "de Spiritu Sancto" avec une hiérogamie païenne, genre babylonien !
Nos super-cathos obsédés par la "défense des valeurs mâles" devraient réfléchir à ça.
Ils devraient aussi se demander par quel fâcheux hasard ils sont (en tant que "libéraux-conservateurs" associant contradictoirement la défense du système économiqiue à celle des "valeurs morales traditionnelles") les SEULS à paraître confirmer le délire des LGBTQ : ceux-ci prétendant en effet que le néolibéralisme est "patriarcal et misogyne"... (Au contre-pied de l'évidence, quand on voit la politique sociétale des multinationales !)
Mais les libéraux-conservateurs sont aussi aveugles en économie qu'en théologie. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Aurélien Million / | 14/10/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.