Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2019

Un "phénomène" fabriqué par les médias

reportage-tv.jpg

La "Convention de la droite" hier... Ça tourne à vide, mais ça excite les commentateurs persuadés que ce truc est "catholique" :


Peut-on vouloir une chose et son contraire ? D’une virulence gratuite et bizarre, le discours d’Eric Zemmour ne pouvait plaire qu’à la frange la plus énervée de l’ultra-droite : posture incompatible avec l’objectif  (“union de la droite”) allégué par Marion Maréchal.

Un courant qui se contredit à ce point dans sa propre ambition est irréaliste.

Cette première contradiction s’accompagne d’autres : contradiction entre l’affichage d’un “conservatisme des valeurs” et le rabâchage du dogme libéral en économie ; contradiction entre le nationalisme théorique et l’alignement pratique sur l’Amérique de Trump ; etc.

Pourquoi l’extase des médias devant Mme Maréchal ? Les commentateurs hier soir disaient qu'elle “attire la lumière” : expression typiquement médiatique parce qu’elle tourne en rond. La “lumière”, c’est en fait la focalisation délibérée des médias. Et c’est elle qui fabrique sur les écrans cet objet virtuel qu’est le “phénomène Marion” !

Dans la réalité, l’hésitante jeune femme n’a pas de troupes, au-delà des quelques centaines de personnes venant à ses rares apparitions. Elle n’a pas non plus d’idées, au-delà de ce qu’elle a récité hier (avec une diction bizarrement scolaire) : les leitmotive de l’aile nostalgique d’une certaine bourgeoisie  – mais on sait qu’au dernier moment, Versailles vote Macron…

Donc : annoncée à grand arroi par les médias, commentée par eux fiévreusement, la si excitante Convention De La Droite fut un ensemble vide. Jeunes exclus du RN, éclopés de ‘Sens commun’, vieux cotisants de Radio Courtoisie, plusieurs centaines de personnes étaient là “pour voir Marion” : car le magnétisme de cette dame (sur de très jeunes hommes et de vieux généraux) est de nature oculaire plutôt que politique. Voir cette blondeur parler d’un “combat des idées” les émeut. Ils se sentent dépaysés par l’attente d’un avènement “culturel” de l’ultra-droite : mystérieuse prophétie empruntée à Nostradamus plutôt qu’à Gramsci, que n’ont pas lu ceux qui citent son nom pour faire moderne.

Seul un tel public peut d’ailleurs marcher vers un mirage aussi usagé : l’introuvable “contre-révolution des valeurs” ou “Mai 68 à l’envers”. Mantra né en 2013 des ivresses de la MPT, sa réalisation se fait attendre sans qu’aucun signe ne vienne… ‘Sens commun’ s’en était cru le vecteur au sein de l’UMP-LR (on a vu le flop) ; la petite entreprise maréchalienne recommence, en plus réduit encore, l’illusion de ‘Sens commun’.

C’est aussi l’illusion du slogan de l’Union Des Droites : pour s’unir il faudrait qu’elles survivent ! or leur existence s’amenuise à vue d’œil. Le syndicat d’appétits chiraco-sarkozyste “unissait” des courants antagonistes dont le seul point commun était le rejet de la gauche ; celle-ci ayant trahi ses électeurs a disparu du paysage, et le camp du Business & Order a un nouveau boss à l’Elysée... LR n’ayant plus de raison d’être, se disloque. Et même ses débris n’ont aucune envie de passer sous la coupe de Mme Maréchal, obstinément présentée par les médias comme la papesse d’on ne sait quelle droite “catholique” (le mot revenait en boucle hier soir sur BFM-TV, France Info etc).

Que Mme Maréchal soit l’incarnation du catholicisme en politique est l'une des idées fixes des médias, rivés à leur désir de voir exister un “catholicisme” ressemblant aux dessins de feu Cabu. On sait pourtant que ce “catholicisme”-là est très loin de fournir un électorat. On devrait savoir aussi (mais les médias s’en fichent) que ce “catholicisme” n’est pas très catholique : ses rengaines socio-économiques libérales façon 1986 disent le contraire de ce que dit l’Eglise. Et son allergie (de classe) au pape François n’est partagée dans l’Eglise que par une poignée de prélats hors d’eux et hors d’âge… S’opposer au renouvellement entrepris dans le catholicisme autour du pape, et s’y opposer en se prétendant “les vrais catholiques”, c’est encore une contradiction intenable et c’est le symptôme d’un manque de substance : sur le plan des idées, on n’est pas catholiques contre le pape (à moins de se prendre pour Mme Delsol). Sur le plan électoral, une posture aussi marquée condamne à l'insignifiant.

 

PS – Certains me diront : “Mais alors qu’est-ce qu’un catholique doit faire dans la Cité ?” Il doit étudier Laudato Si’. Puis être cohérent avec ce qu’il aura étudié…

 

 

marion.jpg

 

Commentaires

QUASIMENT PERSONNE

> C'est ça la cohérence, vous avez bien résumé l'essentiel. Dans cet autre micro-milieu qu'est maintenant la "bourgeoisie catholique", quasiment personne n'a lu Laudato Si et les timides prêches de nos chaires de l'ouest parisien ne sont pas prêt de faire bouger les choses...
______

Écrit par : Tangui / | 29/09/2019

MACRON PRÉSIDE L'EUCHARISTIE ?

> https://www.nouvelobs.com/politique/20190929.OBS19086/jacques-chirac-journee-d-hommage-populaire-aux-invalides.html
Un autre exemple du peu de compréhension du catholicisme par les journalistes grand public : on apprend dans cet article de L'Obs que "un service solennel présidé par Emmanuel Macron sera rendu à 12h en l’église Saint-Sulpice à Paris"... Emmanuel Macron n'ayant pas, à ma connaissance, reçu le sacrement de l'ordre ces derniers jours, il ne peut présider ce "service solennel" - en réalité une messe de sépulture, "service" me semblant être un anglicisme à éviter. On ne "rend" d'ailleurs pas une messe, on la célèbre, on la donne, etc.
Le petit père Combes doit bien rire là-haut : cent ans après la loi de 1905, même les fondamentaux de la foi chrétienne ont disparu de la culture générale de beaucoup.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/09/2019

DÉRIVE

> Ce que je constate, c'est un rapprochement progressif, par touches successives, entre ceux que l'on nomme "les cathos" et les mouvements fascistes que les USA cultivent avec succès dans toute l'Europe, pour remplacer l'Europe titubante de Juncker par une Europe jovialo-martiale.
Cela passe par de l'humour d'entre-soi, des provocations mondaines (Zemmour), de l'intellectualisme de références dévoyées ("comme dit Bernanos..."), du scientisme de business school (Laurent Alexandre), et au nom d'une résistance civilisationnelle à une gauche au couteau entre les dents.
Cela s'accompagne d'une distorsion des sensibilités de plus en plus patente: plus on pleure sur les embryons, et plus on rit des noyés de la Méditerranée, plus on entoure d'affection les papas à pantalon rouge, et plus on cogne sur les pères étrangers qui viennent chercher un avenir pour les leurs chez nous, plus on glorifie les altières femmes européennes, et plus on se défoule sur les féministes, plus on s'enivre d'encens et plus on crache sur le pape François.
Ne mérite pas le nom d'être humain sacré qui veut.
Je vois bien aussi demain, quand Macron et son équipe de cowboys seront out (comment se dégageront-ils des fumées de Rouen?) un gouvernement autoritaire, avec une droite provinciale, taiseuse, bosseuse, sans brillants (image de com of course) à la Xavier Bertrand, s'appuyant sur les réseaux fascisants des force de l'ordre comme des fédérations de chasse, d'une FNSEA qui se la joue nationaliste, pouvoir martial qui nettoie les rues des GJ, des défenseurs de la planète, tire sur les migrants comme sur les loups avec la froideur de l'ordre rétabli, monte des camps pour des SDF toujours plus nombreux, pauvres chargés de dépolluer, en échange de quoi on leur distribuera soupe et uniformes, comme les écoliers qu'on fera défiler dans nos bonnes villes de France. C'est que Vichy avait du bon!
Pour mieux comprendre ce qui se joue: "face à la possibilité du fascisme, résistances d'hier et d'aujourd'hui" https://www.youtube.com/watch?v=-6lMYt24yMI

AJ


[ PP à AJ – "Comme dit Bernanos" ? Alors ils ne l'ont pas lu, lui non plus. Personne n'a eu de pages plus féroces que lui envers les cathos fascisants des années 1930-1940...
S'ils ignorent ça, c'est une preuve supplémentaire de l'inculture de ces "militants culturels" : "gramscistes de droite" n'ayant pas lu une ligne de Gramsci. Mais ce n'est pas un scoop. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Anne Josnin / | 29/09/2019

GRAND-PAPA

> Dire des énormités pour avoir de l'écho dans les médias: grand-papa Le Pen le faisait continuellement. Seule différence, la petite-fille Marion ne le fait pas elle-même (madame est une grande directrice d'études supérieures comme on sait). Elle le fait faire par le comparse Zemmour. Qui n'a pas fait dans la nuance. Mais le but était de "faire la différence", comme disent les copains américains, entre Marion la Lumineuse et la pauvre Marine empêtrée dans son chantier de recentrage permanent.
______

Écrit par : Der Arme Konrad / | 29/09/2019

KATASTROPHE

> Katastrophe pour Marion Maréchal : après la chute de la Ligue italienne (le parti de son nouveau jules), débâcle électorale (moins 10 points) du FPÖ autrichien miné par la corruption.
"Demain nous serons au pouvoir avec l'union des droites", clame-t-elle. Mais l'union droite-ultradroite se casse la gueule pour malgouvernance dans les deux pays où elle a existé.
______

Écrit par : Der Arme Konrad / | 29/09/2019

TEX AVERY

> Oui, c'est d'abord un phénomène visuel, de l'ordre du "sex appeal", disons les choses clairement. Comme on dit dans un magazine pour enfants, dans les histoires des jumeaux Eliot et Zoé, c'est une "poupée Zarbie"...

Alex


[ PP à Alex – L'effet Marion sur les messieurs grisonnants fait penser au loup de Tex Avery devant la chanteuse blonde. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 29/09/2019

FAIRE LE TEST

> "sur le plan des idées, on n’est pas catholique contre le pape"...
Je constate malheureusement de plus en plus l'inverse dans ma paroisse (il est vrai de l'ouest parisien)...où je suis toujours étonnée des petites réflexions acerbes (parfois assez agressives) ou des silences approbateurs quand ce n'est pas dit ouvertement... Le plus souvent pour opposer François et Benoît comme si le 1er disait l'inverse de ce que disait le second. On rame un peu à contre-courant parfois. On peut prier beaucoup pour lui comme il le demande.

Marie-do


[ PP à Marie-Do – Faites le test : demandez à ceux-là ce qu'ils ont lu de Benoît XVI... et ce qu'ils ont lu de François... A tous les coups, néant dans les deux cas. Ce sont juste des lecteurs de JM Guénois dans 'Le Figaro'. ]

réponse au coimmentaire

Écrit par : Marie-Do / | 29/09/2019

SANS ENVIE

> Boff.. il ne faut pas se faire peur en se croyant dans les années 30. La République Française ne tombera pas, c'est déjà fait, la France n'ayant plus de souveraineté. Et je ne voit guère que MMLP remette cela en question.
Les partis font du marketing, ils adressent (les marketeurs emploient cet archaïsme via l'anglais) chacun un segment de marché. Et les Le Pen vivent de ça sans envie de prendre la coquille vide du pouvoir.
______

Écrit par : PF Huet / | 29/09/2019

@ Anne,

> Sur l'avenir de notre pays, je vois les choses un peu comme toi (même si je n'exclue pas la possibilité d'une macronie qui perdure, en devenant une sorte de "Troisième Empire").
Mais à mon sens : moins pire qu'un pays totalement libanisé, en proie à la guerre civile, où les seigneurs de l'économie souterraine (comme l'on dit pudiquement), devenus seigneurs de la guerre, s'apprêtent à devenir des seigneurs tout court...
______

Écrit par : Feld / | 29/09/2019

ABUS DE LANGAGE

> L'usage du terme "convention de la droite" m'a immédiatement fait songer à celui de "christian" par les protestants américains : opération hélas très réussie puisque, en Amérique comme à Taïwan, les gens n'associent plus le catholicisme au christianisme : les "vrais chrétiens" sont ceux qui se disent chrétiens (c'est-à-dire les évangéliques), tant pis pour les autres. Je ne peux me souvenir du nombre de fois où j'ai dû rappeler à mes interlocuteurs que nous catholiques considérons tout autant le Christ comme Sauveur et Messie : ces gens étaient persuadés que nous étions à l'image des Mormons, que nous adorions non le Dieu trinitaire mais la Vierge Marie ou les saints, que nous nous prosternions devant leurs statues, etc. La faute à cet excellent mais redoutable marketing américain qui a remplacé "protestant" ou "évangélique" par "chrétien".
Mme Maréchal entend faire de même : à terme, les gens pourraient n'associer la droite qu'à son mouvement. Retour à l'époque Tixier-Vignancour ?

PV


[ PP à PV – D'accord avec deux nuances :
1. Accuser les catholiques d'adorer Marie et les saints ne date pas des "evangelicals" US : c'est déjà ce dont Calvin les accusait, d'où le vandalisme iconoclaste dans les églises au début des guerres de religion. Cf 'Les casseurs de l'été 1566', très bon livre de deux agrégés lillois : Solange Deyon et Alain Lottin (Hachette 1981).
2. Mme Maréchal n'a pas de "mouvement" (comme le lui fait aigrement remarquer Ménard) : elle a juste une petite cour de songe-creux et d'amoureux transis. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 30/09/2019

CONSERVATISME

> Pour faire suite à votre post-scriptum, ajoutons qu'une fois Laudato Si' épluché et digéré, nos vaillants frères revendicateurs d'une chrétienté qui interroge peuvent toujours poursuivre, par exemple et entre autres, par la lecture du Saint d'Assise, puisque c'est à ce référent-là que notre Pape a choisi son patronyme pontifical.
Terminons, puisqu'il est question de conservatismes, et pour faire court, que les seuls qui vaillent sont ceux de la conservation de la Création, donc la vigilance et les soins à y apporter, autrement dit de la nature et de l'humain, le message étant sans ambigüité depuis...la Genèse.
______

Écrit par : Aventin / | 30/09/2019

> Ce truc est ridicule certes, fabriqué par les médias sûrement... Mais surtout effrayant.
Les discours de Zemmour ou de Paul-Marie Couteaux sont écœurants et il se trouve des personnes pour les applaudir. J'espère que cette fabrication médiatique n'ira pas trop loin (jusqu'en 2022).

TonyZ


[ PP à TZ – Le plus frappant est l'acharnement des médias à faire exister ce courant alors qu'il n'a ni base sociale, ni corpus idéologique digne de ce nom : il ne fait que renchérir (jusqu'à la provocation) sur les vieux thèmes de l'ultradroite, selon la méthode du grand-père JMLP... Méthode stérile, ne visant qu'à produire des effets de scandale : donc logique de la part de JMLP qui ne voulait surtout pas faire de politique concrète, mais illogique et contradictoire de la part de Mme Maréchal qui crie "nous serons au pouvoir". D'où le ricanement de sa tante, femme d'expérience : "Ce n'est pas ainsi qu'on arrive au pouvoir." Conclusion : Mme Maréchal dupe son petit monde. Mais ce petit monde ne s'en aperçoit pas : 'Quos vult perdere Cupido obcaecat' ("Cupidon aveugle ceux qu'il veut perdre'). ]

réponse au commentaire

Écrit par : TonyZ / | 01/10/2019

LES PARTIS...

> Sidérant qu'il y ait encore des gens pour croire aux partis politiques pour relever un pays et "faire l'union"
Alors que par définition un parti ... est "un parti" justement !
Il ne peut rassembler tout le monde mais seulement les gens qui "pensent pareil" et arrivent au pouvoir non parce qu'ils ont persuadé les autres mais parce que les autres sont découragés, ont fait une mauvaise campagne, ont ratissé moins large etc.
Si "catholique" signifie "universel", le catholicisme ne peut être un "parti" ; un parti cherche (dans le meilleur des cas !) l'intérêt général, alors que le catholicisme recherche le bien commun (c'est-à-dire qu'il y a un renoncement : je renonce à mon intérêt individuel si c'est pour le bien de tous et d’ailleurs au bout du compte je m’y retrouve).
Se tourner vers les partis, c’est comme se tourner vers les GAFA pour faire appliquer Laudato Si.
Je pense qu’il faut au contraire partir de la base : les gens, car ce sont eux qui font qu’il existe un pays ; cela prend plus de temps mais aller directement vers les gens c’est aller directement vers ceux qui doivent être l’objet de notre attention (et non les partis politiques qui font partie du problème, pas de la solution ; ce sont eux qui promeuvent les idées mauvaises).
Les partis politiques vont vers les gens, pourquoi pas nous ? il faut supprimer ces intermédiaires inutiles.
La politique cherche le résultat immédiat alors que l’évangélisation , comme elle est appuyée sur Dieu a une vision d’éternité, elle est patiente comme le Père, elle cherche à convertir pour le bien de tous à commencer par celui de la personne à qui l’on parle, alors que la politique cherche à clouer le bec pour faire valoir son point de vue.
Le fait que l’exercice du pouvoir soit par mandat électif accentue la recherche de l’immédiateté : montrer aux électeurs qu’on agit et qu’on le fait vite, on n’a que 5 ans.
La perte du sens de l’Eternité par le politique crée une opposition entre Evangile et service de la cité.
On veut pouvoir dire « regardez ce que j’ai fait, c’est moi» et s’en prévaloir pour des avantages temporels
Cela rappelle la controverse de Valladolid organisée au XVIe siècle pour décider IN FINE du meilleur moyen de mettre fin aux sacrifices humains perpétrés par les Amérindiens en Amérique*** ; leur existence justifiait-elle une conquête pour y mettre fin ? ou bien fallait-il compter sur la seule évangélisation, (il faut convertir les cœurs, vision d’Eternité ) ? ou intervenir militairement, point de vue des Humanistes (il faut mettre fin au plus vite aux horreurs : vision sécularisée) ?
On le sait, c’est le point de vue des Humanistes (faussement naïf ?) qui a prévalu (dans les faits car à la fin des discussions personne ne l'avait emporté).
On peut s'éviter cela aujourd'hui en se tournant vers les gens directement pour leur proposer l’Évangile : aux Français comme à tous ceux qui habitent notre pays, pour en faire un pays conforme au plan divin du Père, c'est-à-dire un pays vraiment digne du Père, une "patrie".

(*** ladite controverse n’a JAMAIS été une discussion sur l’appartenance ou non à l’espèce humaine des Amérindiens !
Ça c’est une invention littéraire uchronique de Jean-Claude Carrère : « et si la controverse de Valladolid avait été de discuter de l’appartenance ou non à l’espèce humaine des Amérindiens, que ce serait-il dit ? »
C’est intéressant mais à condition d’avoir à l’esprit que CE N’EST PAS HISTORIQUE, c’est intéressant au plan philosophique mais pas historique : le but de Carrère étant d’exposer ce qu’on pourrait avancer comme argument pour nier ou au contraire affirmer l’humanité de gens qui commettent des choses horribles.
Hélas c’est pris au premier degré par nombre de personnes y compris beaucoup des profs de français qui font étudier la pièce de Carrère à leurs élèves !
Quand j’entends des bobos parler des Gilets Jaunes et/ou des électeurs du RN, j’ai l’impression d‘être dans la pièce de J-C Carrère).
_______

Écrit par : E Levavasseur / | 01/10/2019

LA VRAIE CONTROVERSE DE VALLADOLID

> Concernant la controverse de Valladolid... Je tombe des nues, car nous avons vu le film adapté du roman, en cours d'Histoire au lycée !!
Et en effet en me renseignant, la controverse ne porte pas sur cette question.
Merci de cet éclairage.
On s'écarte du sujet, mais je me demande ceci dit pourquoi et comment l'esclavage des Noirs à-t-il pu être légitimé et exercé.

TonyZ

[ PP à TZ - Il l'a été par une entorse grave et massive à la foi chrétienne... ]

réponse au commentaire

Écrit par : TonyZ / | 04/10/2019

à Tony Z:

> La condamnation de l'esclavage est complexe car liée à la politique et à la situation du temps. Voir ici:
https://www.herodote.net/L_eglise_et_l_esclavage-synthese-2411.php
Ensuite, nombre d'esclavagistes de l'époque étaient les mêmes cathos que les bons bourgeois actuels trouvant l'origine du libéralisme dans l'Evangile....
Et pensez aux nombres de missionnaires et religieux qui combattirent l'esclavage.
______

Écrit par : VF / | 04/10/2019

LA PARTIE ET LE TOUT

> Merci pour votre analyse.
Je suis surpris de votre dernière phrase : « Qu’est-ce qu’un catholique doit faire dans la Cité ? Il doit étudier Laudato Si’. Puis être cohérent avec ce qu’il aura étudié… »
Le Compendium de la doctrine sociale de l'Église synthétise une tradition fort riche. Pourquoi y substituer une seule encyclique, fût-elle la dernière en date ?

Henry Clément


[ PP à Henry Clément – Loin de moi l'idée de substituer la partie au tout ! La dernière encyclique fait partie de la doctrine sociale de l'Eglise, en tant qu'acte solennel du Magistère pontifical.
Mais il est normal de conseiller au lecteur de commencer par ce document qui est le plus récent, sachant que la nature même de la DSE est d'être un chantier en perpétuelle actualisation. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Henry Clément / | 08/10/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.