Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2019

Ma chronique hebdo à Radio Espérance

marx darwin.jpg

 

(Toulouse Midi-Pyrénées) :

Marx et Darwin, un roman qui nous parle de la société actuelle

R E 2.jpg


jerger-ilona-wpcf_200x300.jpg<<  Bonjour à tous. Je me réjouis de vous retrouver en cette rentrée ! Permettez-moi de vous parler d’un livre qui vient de paraître : c’est un roman publié aux éditions de Fallois. Son auteur est une journaliste bavaroise nommée Ilona Jerger [photo], et le livre s’intitule : Marx au jardin de Darwin. L’auteur part du fait que dans l’Angleterre des années 1880, le vieux Karl Marx et le vieux Charles Darwin ont vécu à quelques kilomètres l’un de l’autre. L’un dans une belle propriété du Kent, l’autre dans un pauvre appartement londonien.  Marx, père d’une idéologie qui allait bouleverser politiquement le monde. Darwin, pionnier d’une hypothèse qui allait devenir la théorie générale de l’évolution, et bouleverser la vision de l’homme dans la nature…  Ces deux pensées se séparaient du judéo-christianisme : l’une, délibérément. L’autre sans l’avoir vraiment voulu, mais de façon tout aussi radicale. Ilona Jerger, qui ne semble pas être chrétienne non plus (mais à la façon d’aujourd’hui : plus indifférente qu’idéologique), sait que Darwin et Marx avaient lu leurs livres respectifs. Sur cette base, la romancière va plus loin. Elle imagine que les deux barbus avaient par hasard le même médecin, qui sert de fil conducteur au roman. Et elle donne à voir Marx et Darwin dans leur vie quotidienne qu’elle connaît dans les moindres détails. D’un côté le savant anglais riche et célèbre, plein de patience et d’obstination. De l’autre côté l’idéologue allemand, plein de colère et de concepts. C’est vivant, coloré, très amusant à lire.

Mais c’est plus que ça : on voit comment ces deux pensées font plus ou moins table rase de 1800 ans de vision chrétienne du destin de l’homme.

Et l’on voit, face à eux, le désarroi des Eglises établies, représentées dans le roman par le personnage du vicar anglican du village où est la propriété de Darwin. En 1880 les études historico-scientifiques de la Bible n’ont pas encore commencé : la plupart des chrétiens prennent le livre de la Genèse au pied de la lettre, et sont horrifiés par l’idée de l’évolution. Ce n’est que dix ans plus tard que sera fondée l’école biblique de Jérusalem.

Il faudra encore des années avant que des penseurs chrétiens comme Claude Tresmontant démontrent que l’idée de création "permanente" (ou "continue") adopte sans problème l’idée d’évolution. Et il faudra encore des années avant que Jean-Paul II constate : « L’évolution est plus qu’une hypothèse ».

 Mais maintenant la voie est libre !  Faisons-le savoir, et déblayons les malentendus qui subsistent encore... >>

 

 

aeFRJTcjvUELIP8mmlEmFHX_LaY.jpg

 

20:24 Publié dans Idées, Médias | Lien permanent