Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2019

"L'argument Thunberg" : pas ça, ou pas eux !

greta-thunberg-1613165798-8fee1.jpg

Les notables néolibéraux qui feignent de s’indigner d'elle méritent le mépris : en réalité ce qu’ils veulent disqualifier, c’est la climatologie et toute écologie concrète… Réflexions sur le fond du problème :


Tout le monde sait maintenant que l’étrange voyage de Mlle Thunberg d’Europe aux Etats-Unis se fait sur un voilier… monégasque, de course et non de grande croisière, sponsorisé en temps normal par le constructeur automobile de grosses cylindrées BMW – dont le marketing emploie l’un des deux skippers.

Il n’en faut pas plus aux écolos pur jus pour ironiser sur la trop jeune Greta. À tort ou à raison ?  Attendons de voir.

Mais ce qui est inadmissible, c’est de voir des señoritos LR accuser ladite Greta d’être “l’outil des multinationales”…auxquelles eux-mêmes n’ont rien à reprocher, le parti Les Républicains étant aussi libéral que le groupe Macron !  Pas ça ou pas eux, a-t-on envie de dire quand ils invoquent l’argument Thunberg.

Argument d’ailleurs inefficace : même si l’on prouvait que l’ado Greta est l’âme damnée du grand capital, ça ne changerait pas un iota au dossier du dérèglement climatique qu’il est urgent de traiter autrement qu’en paroles creuses. Ni au système économique qui ravage l’environnement et mutile l’humanité : drame dont celui du climat fait partie.

À ce propos, Charles Eisenstein, auteur de Climate – A new story [1], écrit notamment dans le dernier numéro de L’Ecologiste :

<< Un climat sain vient d’une biosphère saine. La température n’est pas le seul critère.  (…) De grandes fluctuations de températures sont inévitables si les systèmes vivants qui maintiennent l’homéostasie [2] perdent leur vitalité. Indépendamment de la question du réchauffement (…), nous savons ce que nous devons faire pour maintenir une santé écologique : la conservation, la protection, la régénération et la réparation. Conserver les forêts, stopper les projets de pipelines, réparer les écosystèmes, régénérer les sols agricoles, auront comme effet secondaire la réduction des gaz à effet de serre et l’absorption du carbone… >>

Soucieux d’empêcher les dangers climatiques de monopoliser l’attention au détriment de l’écologie intégrale, Eisenstein omet de parler du système économique (donc politique) : problème qui doit pourtant être résolu, sans quoi faire de l’écologie reviendrait à faire de l’architecture sous un bombardement.

Mais ce numéro de L’Ecologiste, paru au moment des élections européennes, aborde l'aspect politico-économique dans d’autres articles. Ainsi l’éditorial de Thierry Jaccaud.  À propos de LR, parti que le fillonniste Luc Chatel – alors  président de son conseil national – présentait en 2016 comme celui “du nucléaire, des OGM et du gaz de schiste », Jaccaud examine le dernier livre de François-Xavier Bellamy (Demeure, Grasset 2018) :

<< L’auteur veut montrer le déséquilibre créé par “l’oubli des stabilités les plus nécessaires à nos vies”…  Mais l’ouvrage s’avère complètement hors sol. Homère, Platon, Aristote, Saint-Exupéry, Péguy, Marx sont cités avec brio, mais sans aucune illustration concrète ou presque pour aujourd’hui… La question écologique est évacuée en quelques mots : “cet équilibre naturel qui constitue la condition de notre survie” (p. 128). C’est un peu court, jeune homme.  On a l’impression de lire la dissertation d’un brillant élève, qui ne veut pas prendre le risque de prendre position au risque de s’aliéner la bienveillance du correcteur... >>

Être hors sol est hélas l'une des caractéristiques d’un certain argumentaire “catho classique”, qui esquive les problèmes concrets en récitant des notions théoriques généralement issues d’un cartilagineux néo-thomisme 1910.  Au nom de la commode théorie du “moindre mal”, dont ces cathos font un abus illimité, M. Bellamy concilie esquive théoricienne et carrière politicienne. Mais les carrières de cette sorte sont un engrenage [3], comme le note le numéro d’été de La Décroissance :

<< Pauvre François-Xavier Bellamy ! Même les restes de son antilibéralisme culturel, qui de toute façon aurait été englouti par le parti qui l’a présenté, sa clientèle traditionnelle n’en veut plus ! Le voilà défait aux dernières élections européennes par les siens qui l’ont déserté pour Emmanuel Macron. L’historien états-unien Russell Jacoby soulignait à propos du groupe des libéraux-conservateurs qu’il “vénère le marché tout en maudissant la culture qu’il engendre”. C’est en fait terminé ! La bourgeoisie libérale dévoile désormais sans vernis son cœur : sa vénération totale du marché et de sa culture. Elle n’a qu’une seule patrie, celle de ses intérêts bien compris. >>

Que les libéraux-conservateurs cessent donc d’invoquer l’argument Thunberg. Ils sont trop mal placés.

 

__________ 

[1] North Atlantic Books, 2018.

[2]  Homéostasie : phénomène de régulation maintenant un facteur-clé (p.ex. la température) autour d’une valeur bénéfique pour le système considéré.

[3]  Autre “catho en politique”, Hervé Gaymard... Au début il avait la photo de Georges Bernanos sur son bureau. On imagine quelles auraient pu être ensuite les imprécations de Bernanos devant l’effet de l’engrenage politico-financier sur les Gaymard..

 

820011-paris-georges-bernanos.jpg

 

Commentaires

AUSSI FORT QUE LE PAPE

> L’argument Thunberg »… A chacun sa « reductio », son « Godwin » !
N’injurions pas l’avenir.
Si la conversion écologique d’un constructeur de grosses cylindrées à la parole d’une jeune autiste Asperger est assez peu probable, ayons l’honnêteté de reconnaître que l’adolescente fait au moins aussi fort que le pape en termes de sensibilisation des populations à la protection de notre environnement.
Que les encartés et autres entartés de notre démocrature l’insultent tant qu’ils veulent ! Pour ma part, j’ai choisi mon camp : ‘Laudato Si… et Greta itou‘.
______

Écrit par : Longin / | 13/08/2019

LES GAYMARD

J'arrive peut-être trop tard mais, puisque vous mentionnez les Gaymard, avez-vous vu ceci :
https://www.youtube.com/watch?v=dejeVuL9-7c

Amicalement,
J-M
______

Écrit par : Jean-Marie / | 13/08/2019

ENFUMAGE

> L'enfumage est absolument terrifiant - voici comment l'on travestit le vote en faveur du CETA en... vote écologiste responsable:

https://www.facebook.com/cfabreAN/posts/1393389787452529
______

Écrit par : Aventin / | 13/08/2019

BELLAMY ET GRETA

> On ne peut, pour l'instant, savoir si M. Bellamy fera une longue carrière politique, et quelle elle sera.
Il n'en demeure pas moins, en effet, qu'il court le risque d'être brandi comme une mascotte "tradi" par ses amis de LR qui riront sous cape de lui dans son dos.
Un peu, en somme, ce qui les fait ironiser sur le cas de Mlle Thunberg, qui a au moins le mérite de rappeler aux responsables politiques qu'ils ont pris des engagements lors de la "COP 21". Ces rappels seront probablement inefficaces, mais du moins ils auront été faits.
______

Écrit par : Sven Laval / | 13/08/2019

BELLAMY "MARIONNETTE"

> Le phénomène politique Bellamy n'a qu'une seule cause. La droite traditionnelle court le risque de devenir inutile. Macron réalise mieux qu'elle les politiques qu'elle prône. C'est d'ailleurs pour ça que Juppé et Raffarin ont tourné le dos à Bellamy.
Alors les Républicains se sont rappelé que la droite chiraco-sarkozienne a toujours eu un petit réservoir de voix chez les tradis (Boutin, Sens Commun). Lesquels sont assez naïfs pour penser qu'ils ont quelque chose à attendre de ces gens qui les détestent encore plus que l'extrême-gauche. Mais ça marche à chaque fois.
Alors en désespoir de cause, ils ont brandi la marionnette Bellamy pour récupérer ce réservoir de voix bourgeois qui veut "moraliser le capitalisme" et "convertir" la droite. C'était le seul moyen pour LR de faire la différence.Et ça n'a même pas marché. Je serai presque admiratif des électeurs de Bellamy parce qu'ils sont allé jusqu'au bout de leurs convictions. Le gros de la Manif pour tous a voté LREM sans avoir besoin de spiritualiser son vote.
Il faut quand même être aveugle que ne pas voir que sur la liste de Bellamy il y avait juste derrière Morano et Hortefeux, ennemis déclarés du pape.

Cyril B.


[ PP à CB – Les ennemis du pape ne gênent pas Bellamy : c'est son public chaque fois qu'il
va aux rassemblements du groupe ultra "Renaissance catholique", c'est-à-dire souvent... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Cyril B / | 13/08/2019

FRAYEUR

> "L'outil des multinationales?" Et quand leurs enfants défilaient en criant "un papa, une maman, c'est évident!" avec des sweats LMPT made in esclavagie, n'étaient-ils pas moins outils de propagande ? Et du même système à multinationales ?
Comment ne voient-ils pas qu'à travers le visage iconique de la jeune Greta, c'est la frayeur refoulée de leurs propres enfants qui fait effraction en Cri munschien sur nos écrans?
Combien de fois ai-je vu ce désarroi désespéré sur le visage d'enfants muselés par les secrets mais qu'on exhibe le dimanche en tenues des "grandes tribus", aux côtés des sourires satisfaits d'adultes aveugles!
Le "Tout va très bien madame la Marquise! " aujourd'hui version banquise ne fait glousser que des adultes tellement confits dans leurs piteux vaudevilles que le tragique leur échappe, même quand il n'est pas de théâtre mais de réalité planétaire.
Quel adulte épaulera la silhouette frêle de cette enfant pour, à ses côtés, prendre sur lui de mettre un terme à l'extinction du vivant, en disposant en ordre de bataille une humanité de vieillards gâteux et d'enfants orphelins?
Beaucoup de ces gens de droite veulent voir en Marion Maréchal une Jeanne d'Arc à leur fantaisie: et si la Providence leur envoyait plutôt, pour leur conversion, la vie de leur progéniture et la sauvegarde de la planète, une enfant déroutante, au rebours de leurs certitudes?

AJ


[ PP à AJ – D'accord sauf sur un point : l'idée "un papa une maman" n'est pas à la mode dans les multinationales, pressées d'être inscrites au "tableau d'honneur corporate LGBT".
Les nouvelles moeurs sont un produit dérivé du néolibéralisme, comme le souligne le dossier du numéro d'été de 'La Décroissance' (à partir de points de vue tout à fait laïques). ]

réponse au commentaire

Écrit par : Anne Josnin / | 13/08/2019

TRAVAIL DE SAPE

> En attendant, mlle Thunberg occupe bien l'espace, volontairement ou pas, et la polémique déclenchée masque bien un enjeu majeur. Le travail de sape devient de plus en plus vicieux...
http://www.slate.fr/story/180633/deflation-demographique-hollywood-cinema-changement-climatique

Il ne s'agit plus de savoir si les climato-sceptiques ont raison ou pas mais de déformer ou de contrer dans les esprits la seule solution: la sobriété. Et là encore, le "système" manipule les esprits en détournant le sens des mots. Décroissance devient donc élimination de l'humanité (idée développée dans le cinéma donc mais aussi reprise dans des débats ou par des scientifiques pourtant acquis au problème environnemental planétaire). Bref, à coup de films et autres créations à diffusion planétaire, les Décroissants deviennent des nazis psychopathes...
Et nous, on s'écharpe pour savoir si Greta est manipulée ou pas...Sérieusement...
______

Écrit par : vf / | 14/08/2019

LES COMBATS SANS ISSUE

> PP, d'accord avec vous, et oui le dossier de la Décroissance est excellent, je le garde au chaud pour mes élèves !
Reste que le système aime à laisser croire à un pluralisme de pacotille- pardon, de marché-, pour mieux relativiser puis marginaliser un "point de vue", il sait ainsi dévier les énergies qui pourraient être d'opposition vers des combats à la marge, sans issue et clivants, combats "pour l'honneur" dont en attendant qu'ils s'épuisent faute de combattants il sait tirer profit économique (le marché des grandes tribus) et politique (après Fillon Bellamy, et l'heure venue Xavier Bertrand ramassera la mise).
Durant ce temps précieux perdu pour la sauvegarde de notre maison commune, le système continue tranquillement sa destruction du vivant, le coeur de sa matrice toujours inattaqué.
______

Écrit par : Anne Josnin / | 14/08/2019

LISTE

> Je rebondis sur le commentaire d'Anne Josnin et propose cette petite liste non exhaustive de production française écolo-localiste
(comme quoi le patriotisme bien compris, c'est écolo !)
ça reste dans le sujet je pense

1/"le t shirt propre"
https://www.le-tshirt-propre.fr/content/4-tshirt-made-in-france
-du coton bio & équitable venu de Grèce (il n'y en a pas en France) et le t shirt est conçu, dessiné, taillé, cousu, imprimé, emballé, etc etc en France dans le Tarn, l'Aveyron, la Haute-Loire et l'emballage-expédition est fait en Haute-Garonne

-aussi "la gentle factory" (pourquoi en anglais ???) : https://www.lagentlefactory.com/blog/la-marque/
encore un peu esprit "start up" mais on revient de loin

-cocrico-store
https://www.cocorico.store/
pas d'info cependant sur la provenance du coton


2/ jeans français
-https://www.1083.fr/projet
coton venu d'Afrique (cultivé bio) ; l'entreprise a le projet de se fournir plus près et le reste est fait en France, en Isère
- le jean de Florac en Lozère
https://www.ateliertuffery.com/savoir-faire-francais/
les toiles viennent de France mais aussi d'Espagne & d'Italie (la France ne produit pas assez)

également Modetic : https://www.modetic.com/filtres/fabrique_en_france.html
qui propose des vêtements à base de recyclage comme de matière première bio

3/ cuir
à Mazamet dans le Tarn
https://www.usinedelaquiere.com/

Graulhet : https://www.graulhetlecuir.fr/adherents/

4/ linge de maison à Albi matières premières naturelles françaises+dessin, fabrication etc sur place
https://www.lestoilesdelamontagnenoire.com/

5/ laine : Ardelaine en Ardèche : fot également des matelas !
https://www.ardelaine.fr/130-Vetements-pure-laine-bio-fabrication-francaise
https://www.ardelaine.fr/blog/site-touristique-ardeche-visitez-un-lieu-unique/ardelaine-magasin-dusine-laines-ardeche/

article sur Ardelaine : https://reporterre.net/Autogeree-et-cooperative-Ardelaine-tisse-des-liens-depuis-50-ans
reportage : https://www.youtube.com/watch?v=Kvb9ivOkfps

les Ateliers du matelas à Chelles
https://www.ateliermatelaslaine.fr/
______

Écrit par : E Levavasseur / | 14/08/2019

UN CHOIX S'IMPOSE

> Vous mentionnez souvent PP les pieux financiers catholiques favorables au libéralisme. On a déjà signalé ici que le catéchisme de l'Eglise Catholique mentionne en son n°2544 que "le précepte du détachement des richesses est obligatoire pour rentrer dans le Royaume des Cieux". On ajoutera ici aussi ce que dit l'Ecriture en 1Co,6-10 (selon les traductions): "ni les rapaces, ni les cupides n'hériteront du Royaume de Dieu". C'est important car le libéralisme économique qui est ici en question fait de la cupidité une vertu alors qu'il s'agit en réalité d'un vice. Faire une telle inversion est ce qu'on appelle une perversion. C'est important car lorsqu'Emmanuel Macron rêve à haute voix que les jeunes aient pour idéal de devenir millionaire cela siginifie qu'il souhaite leur fermer la porte du Royaume des Cieux. C'est à dire les priver de la vie éternelle. Comment appeler un tel souhait?
Pour aller plus loin, on sait que la question qui est derrière toute cette pression idéologique, il y a un égoïsme qui ne dit pas son nom de "premiers de cordée" qui ne veulent tout simplement plus aider leurs congénères les plus modestes en les abandonnant à leur triste sort.
Le libéralisme enseigne ici, comme pour dédouaner l'âme de ceux qui y adhèrent qu'ils pourront aider plus librement les plus pauvres: l'action publique non, la charité privée, oui, disent les libéraux. Chacun, sait qu'il n'en sera rien ou quasiment rien. Mais il faut aller plus loin encore: quelle est la valeur spirituelle d'une telle attitude?

Jeanne Mance, vénérable de l'Eglise Catholique, en procès de béatification aussi donc, fondatrice de la ville de Montréal, eut un conseiller spirituel en la personne d'un jésuite spirituel du XVIIIème siècle, Jean-Baptiste Saint-Jure. Ce dernier est connu pour un petit ouvrage, intitulé "Confiance en la Divine Providence". L'auteur y explique combien il revient de remercier Dieu, en toute occasion , quelque qu'elle soit.
On a bien lu, quelque qu'elle soit. Voici ce qu'on peut y lire sur l'argent:

"Il en sera de même pour les questions d'argent; si, par exemple, vous vous trouvez contraint de faire quelque paiement que vous croyez injuste, soit pour tel objet que vous êtes forcé de payer une seconde fois, faute de pouvoir justifier d'un premier paiement, soit pour acquitter des dettes follement contractées par un autre dont vous êtes naturellement ou vous vous êtes par complaisance, constitué garant; soit pour solder quelque impôt exagéré, inique, destiné au gaspillage, soit enfin toute autre manière. Si l'on a le pouvoir d'exiger ce paiement de vous, et si l'on use de ce pouvoir, c'est Dieu qui le veut ainsi; c'est lui qui vous demande cet argent et c'est bien réellement à lui que vous le donnez quand vous accpetez en esprit de soumission à sa divine volonté, la contrainte qui vous est faite. Oh! que de grâces sont assurées à quiconque agit de la sorte! Supposez deux personnes: l'une par esprit de conformité à la volonté de Dieu, exécute un paiement peut-être exagéré, peut-être même tout à fait injuste, mais que l'on est en mesure d'exiger d'elle; l'autre de son propre choix, et de sa libre volonté consacre une somme égale en aumônes. Eh bien! Sachez-le, quelques admirables avantages que l'aumône procure même dès cette vie à ceux qui l'a font, l'acte de la personne qui fait le sacrifice de son argent non de son propre mouvement, non en faveur de quelqu'un de son choix, mais par esprit de conformité à la volonté divine, est une oeuvre plus profitable encore, parce qu'étant dégagée de toute volonté propre, elle est plus pure, plus agréable aux yeux de Dieu, et s'il est vrai de le dire, d'après l'expérience de tous les siècles, que l'aumône attire sur les familles les plus abondantes bénédictions, l'on peut
bien, sans exagération, attribuer à loeuvre plus excellente dont nous parlons des fruits plus merveilleux encore.

(Confiance en la divine Providence,
Jean-Baptiste Saint-Jure, Médiaspaul, pages 77-78).

On peut donc être un pieux financier, mais la réalité et qu'on s'illusionne soi-même, si l'on est tel, et que l'on râle en payant ses impôts.
J'ai nettement plus confiance en un auteur tel Jean-Baptiste Saint-Jure qu'en des philosophes sensualistes anglais du XVIIIème siècles (les utilitaristes), depuis Bentham (le premier défenseur du mariage homosexuel en Europe), jusque Mill (qui remit au goût du jour l'hédonisme épicurien en plein XIXème siècle) en passant par Smith , dont la pensée a été dénoncée explicitement, par deux fois à la tribune de l'ONU par Saint Jean-Paul II (y compris l'application de l'utilitarisme en économie, qui porte dans les faits, le nom de libéralisme économique).
Entre des gens à la pensée et la moralité douteuse et des auteurs catholiques sérieux, un choix s'impose. C'est certain.
______

Écrit par : ND / | 14/08/2019

SÉVÈRE

> Je crois me souvenir que 'La Décroissance' - publication assez peu suspecte d'hypocrisie- avait été elle-même assez sévère vis-à-vis de GT :
http://www.ladecroissance.net/?chemin=journal&numero=158
______

Écrit par : Feld / | 16/08/2019

NEIGE DE PLASTIQUE

> http://www.lefigaro.fr/sciences/pollution-il-neige-des-particules-de-plastique-dans-les-alpes-et-l-arctique-20190816

Un exemple du lien entre système économique prédateur et destruction de l'environnement : il pleut à présent du plastique en Europe et sur l'Arctique ! Cette image d'un morceau de glace polaire truffé de particules plastiques multicolores donne la nausée. Comment nettoyer l'océan des milliers de tonnes de plastique qui l'encombrent ? Comment ne pas stopper immédiatement toute production de plastique non biodégradable ?
S'il pleut du plastique, ce dernier se retrouvera dans la terre et dans l'eau, in fine dans nos estomacs. Comment ne pas ressentir désespoir et abjection devant un tel saccage de la Création ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/08/2019

> Quelques commentaires quand même sur mademoiselle Thunberg et sa croisière. Le team Malizia et son fondateur, Pierre Casiraghi, vice-président du Yacht Club de Monaco, lui ont offert un cadeau de prix et une expérience unique. Je suis d'assez près l'actualité voile et je n'ai pas connaissance d'autres jeunes de son âge ayant ainsi pu bénéficier d'une traversée de l'Atlantique en Imoca (le dernier cri en matière de voilier monocoque). Ils sont très nombreux pourtant, dans les centres nautiques et les écoles de voile de France et d'ailleurs, qui doivent en rêver. Greta, qui n'a aucune expérience de la voile, a eu le droit à ce superbe cadeau. Souhaitons-lui bon vent (apparemment c'est bien parti) ainsi que de savourer chaque instant de ce voyage, qui lui laissera des souvenirs inoubliables.
Concernant l'aspect écologique, quelques grincheux ont cherché à discréditer l'opération en pointant du doigt les sponsors ou en interrogeant le bilan carbone de la construction d'un tel voilier. De fait, ces produits de (très) haute technologie ne se fabriquent pas sans émission de GES et de divers polluants. Mais ils font partie de ces oeuvres du génie humain que l'Église, à ma connaissance, n'a pas cessé d'encourager. 'Laudato Si' (§. 103) rappelle qu'on ne peut nier la beauté d'un avion ou d'un gratte-ciel. Mais ce ne sont évidemment que deux exemples et elle aurait tout aussi bien pu parler de la beauté d'un voilier de classe Imoca ou de classe Ultime. La technique, dans ce cas comme dans d'autres, est de celles par laquelle se réalise "une certaine plénitude proprement humaine" (LS §. 103).
Depuis quelques heures, plusieurs journaux français relaient aussi l'information donnée par le quotidien allemand 'Die Tageszeitung' (proche des Verts allemands) selon laquelle un aller retour en avion de Greta et de son père aurait été moins polluant puisque dans le cas présent (selon l'attaché de presse du skipper) il faut envoyer par avion tout un équipage pour ramener le voilier en Europe + le retour en avion du skipper lui-même, soit au moins 6 traversées de l'Atlantique en avion. Là encore, ça ne me choque pas spécialement dans l'absolu. C'est très souvent ce qui se passe dans les courses à la voile.
En revanche, il y a lieu de s'interroger sur le phénomène médiatique "Greta", qui ne diffère en rien d'autres produits de notre "société du spectacle". L'absence totale de recul critique de certains de nos médias (je pense à 'Libération') est quand même affligeant. Elle frise l'idolâtrie ou l'iconolâtrie. Fabriquer de pseudos "icônes", c'est précisément ce que ce monde du spectacle sait faire (je distingue pour ma part l'adolescente Greta de ce que les médias en ont fait).
L'un des bénéfices de ce voyage sera peut-être justement (espérons-le) de les amener à réfléchir et à prendre un minimum de recul.
Dans le cas présent, le staff de la demoiselle (sa famille si j'ai bien compris) aurait pu aussi réfléchir un peu plus. Si l'objectif c'était de parler à l'ONU sans prendre l'avion, trop émetteur de GES, il y avait la possibilité de voyager en cargo ou porte-conteneurs, ou encore d'utiliser la visioconférence, ou même de prendre un avion de ligne (qui volera de toute façon) en payant une compensation carbone. L'expérience aurait sans doute été moins grisante, mais plus reproductible, plus à même de fournir un modèle à suivre. Car qui d'autre pourra ainsi, par fidélité à une cause, voyager en Imoca. Le pape ? Allons-donc !
Le message est au minimum brouillé. C'est celui d'une écologie de happy few et peut-être (comme l'ont dit certains) d'enfants gâtés.
Il ne me semble pas que l'écologie intégrale, telle que la prône 'Laudato Si', implique de renoncer à l'avion, ni d'ailleurs aux voiliers Imoca ou autres ("il n'est pas possible de freiner la créativité humaine" dit le § 136). Elle peut en revanche impliquer moins d'avion. Bref, le sens des limites et des liens qui en est au coeur de l'encyclique suppose une réflexion et des pratiques bien plus exigeantes (et heureusement) que cette "bulle" médiatique qui s'est construite avec, et autour de, Greta Thunberg.
______

Écrit par : Jean-Michel / | 17/08/2019

@ Jean-Michel

> Au contraire de vous j'ai bien aimé l'idée de traverser l'Atlantique en bateau à voile. Rien n'empêche de revenir à la marine à voile, si ce n'est l'accélération folle de la mondialisation libérale. On fait de l'énergie renouvelable avec des capteurs solaires ou des éoliennes très polluants à fabriquer alors qu'on pourrait utiliser directement le soleil ou le vent. C'est pourtant tellement plus beau et intelligent, un voilier.
Cargo, porte-conteneurs ou avion ne polluent que parce qu'on les utilise. J'applaudis donc Greta, en regrettant que le propriétaire et le skipper du bateau ne jouent pas le jeu.
______

Écrit par : Guadet / | 19/08/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.