Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2019

Climat ? Ce n'est pas "l'humanité" qui est en cause : c'est le capitalisme libéral

BON.jpg

"L'humanité épuise la Terre", titre Le Monde à la une (en caractère d'affiche) en interprétant le rapport du GIEC dans le sens du politically correct : s'en prendre aux gens, non aux structures économiques... Son presque homonyme Le Monde diplomatique est d'un autre avis  – nettement plus proche des réalités :


 

Incriminer l'espèce humaine, et non le système économique dont l'extractivisme effréné  pressure la planète, c'est rationnellement le choix des libéraux [*] (Malthus est un de leurs Founding Fathers). Quitte pour eux à feindre d'assumer le nouveau concept d'anthropocène : l'ère à partir de laquelle l'écosystème terrestre est transformé par l'activité humaine... Et c'est aussi, mais irrationnellement, l'attitude de misanthropes d'ultradroite dits "survivalistes"...

C'est ce que Jean-Baptiste Malet dénonce dans Le Monde diplomatique d'août.  Extrait :

<< Qu'ils adressent des suppliques aux puissants sous les dorures de leurs palais ou qu'ils se replient en communautés spiritualistes, [les tenants extrêmes de cette attitude] partagent une même vision du monde, arrimée à l'opposition abstraite entre deux catégories, "la nature" et "l'humanité" (...) "Je suis très inquiet de la capacité qu'a le concept d'anthropocène de renforcer cette vieille farce bourgeoise selon laquelle la responsabilité des problèmes émanant du capitalisme reviendrait à l'humanité tout entière”, observe Jason W. Moore, professeur à l'université de Binghamton (Etat de New York) et coordinateur du Réseau de recherche sur l'écologie-monde. A la notion d'anthropocène, [Moore] substitue celle de capitalocène : le dérèglement climatique provient d'un régime économique reposant sur l'extraction de matières premières et l'appropriation d'énergie non payée, prédation longtemps considérée comme allant de soi. C'est cette stratégie d'utilisation peu coûteuse des ressources non renouvelables, sur laquelle repose l'accumulation illimitée [**], qui touche à sa fin : et non l'humanité. >>

Conclusion du Diplo : l'effondrement qui se produira, et auquel on doit se préparer, sera celui "des relations de pouvoir qui ont transformé les humains et le reste de la nature en objets mis au travail gratuitement pour le capitalisme".

 

PS – Héritier d'une tradition anticléricale, Malet rapproche les annonces de fin du monde (collapsologie version Cochet ou Servigne) de la notion judéo-chrétienne d'apocalypse. Erreur de sa part, commune au courant post-marxien ! L'apocalypse chrétienne n'est en aucun cas une "fin du monde" puisque, par son incarnation dans la matière et sa résurrection, le Fils – co-Créateur éternel – s'est fait cellule inaugurale du monde à venir, "ciel nouveau et terre nouvelle" : un monde transfiguré mais non dématérialisé, dont parle la dernière affirmation du Credo ! Le Christ dans l'Evangile souligne, avec force et insistance, que l'homme sera jugé sur son soutien actif  aux pauvres et aux faibles – et qu'entrer dans le Royaume est plus difficile aux riches qu'aux autres... Comme le dit le pape, l'eschatologie chrétienne se conjugue parfaitement avec la résistance (urgente et nécessaire) à l'idole Argent.

 

__________

[*] sans oublier la fraction catho franco-américaine qui, niant le phénomène climatique, prend pour prétexte de ce négationnisme les slogans anti-natalistes des uns et des autres.

[**]  réalité que le capitalisme libéral cache sous le mot "croissance" (elle aussi illimitée).

 

 

61837034_23843282322570758_3714685444437311488_n.png.jpg

 

Commentaires

ENCYCLIQUES

> On choquerait sans doute l'auteur de l'article du 'Monde diplomatique' si on lui disait qu'il parle comme l'encyclique de François quand il attaque le régime économique. C'est pourtant le cas.
______

Écrit par : Jean-Paul Campora / | 09/08/2019

MORALE

> Déplacer tous les problèmes sur le terrain moralisateur au lieu de voir les causes matérielles, c'est fuir nos responsabilités ne serait-ce qu'intellectuelles. Peut-être que cela donne "la bella figura" dans certains cercles bien élevés mais sans aller nulle part.
______

Écrit par : Simon / | 09/08/2019

RIEN À VOIR AVEC L'APOCALYPSE

> Gaël Giraud, s.j., a lui aussi évoqué cette question de l'Apocalypse dans un article publié dans 'Marianne' (le 15 mai dernier) ; il était interrogé sur l'existence d'un lien entre Genèse 1, 28 et la catastrophe écologique actuelle :

"Ma réponse est non. Nous avons bien raison d’interroger les chrétiens, mais aussi les juifs puisque ce texte fait partie de la Torah.
Il faut se demander ce que signifie pour la Bible de "soumettre la Terre", le fameux 'dominium terrae'. Nous projetons immédiatement le type de domination que nous exerçons aujourd’hui. Mais s’agit-il bien de cela ? La réponse ne peut être trouvée qu’à travers le cheminement dans toute la Bible. Or, à la toute fin, dans l’Apocalypse, le Christ est désigné comme un agneau, c’est-à-dire un être vulnérable et tendre, que nous avons l’habitude de tuer sans y réfléchir. L’agneau appelle les humains à siéger sur le trône du pouvoir avec lui. La domination telle que la comprend le Dieu des chrétiens est une domination qui consiste à partager son pouvoir. Il faut relire Genèse 1, verset 28, comme une invitation à une conversion : partager le pouvoir avec l’ensemble de la création. Immense programme écologique et spéciste ! Comment partageons-nous notre pouvoir avec les insectes et les dauphins ?"
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 10/08/2019

NICOLAS SENÈZE

> Puisqu'il est question du pape François dans cette note, je signale que 'La Croix' propose en avant-première l'ouvrage de Nicolas Senèze, à paraître à la rentrée : 'Comment l’Amérique veut changer de pape' (Bayard). Les premiers chapitres reproduits dans le quotidien semblent bien documentés : Patrice, lirez-vous ce livre après sa parution le 4 septembre ?

PV


[ PP à PV – Bien entendu. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 10/08/2019

'LE COMPTOIR'

> Ce nom de "capitalocène" ma paraissait familier, et oui, il est dans une recension de bouquins du site "Le Comptoir" ( ici: https://comptoir.org/2018/03/29/les-shots-du-comptoir-avril-2018/#sdfootnote5anc ).
A propos du livre: "Le Capitalocène : Aux racines historiques du dérèglement climatique, Armel Campagne, Divergence, 2017", le journaliste note:
"Depuis quelques années, le concept d’Anthropocène, selon lequel l’espèce humaine est devenue la principale force géo-écologique façonnant la Terre, a connu un essor considérable. Mais, s’interrogent les penseurs critiques, quel est donc cet acteur indifférencié, ce sujet trans-historique apparemment étranger à tous les conflits qui agitent la société ? Le “grand récit” induit par l’Anthropocène ne risque-t-il pas par ailleurs d’ouvrir la porte à des lectures purement démographiques de la crise écologique, et en conséquence à des solutions néo-malthusiennes ?"

Et en effet, lors des discussions habituelles sur le changement climatique, l'opinion la plus fréquente prétend que la cause en est la surpopulation et la solution évidente sa très forte diminution (mais ailleurs, le plus souvent, pas chez nous).
Or le pape François écrit dans 'Laudato Si' § 50: "Accuser l'augmentation de la population et non le consumérisme extrême et sélectif de certains est une façon de ne pas affronter les problèmes. On prétend légitimer ainsi le modèle de distribution actuel où une minorité se croit le droit de consommer dans une proportion qu’il serait impossible de généraliser, parce que la planète ne pourrait même pas contenir les déchets d’une telle consommation."
______

Écrit par : Pierrot / | 10/08/2019

BIZARRE

> Lus récemment dans 'Famille chrétienne', deux articles dont la teneur va à rebours des priorités (ou supposées telles) du milieu auquel le magazine s'adresse en priorité.

Tout d'abord, un article consacré à un "décroissant" radical, haut en couleurs (et accessoirement adepte de la FSSPX), auprès de qui beaucoup de personnes interviewées au titre de la rubrique "simplicité volontaire" de "La Décroissance" pourraient passer pour des consuméristes invétérés :

https://www.famillechretienne.fr/politique-societe/environnement/a-la-fraissinedo-une-vie-hors-du-systeme-259450

Ensuite, une interview de Serge Latouche :

https://www.famillechretienne.fr/politique-societe/environnement/serge-latouche-une-rupture-pour-nous-liberer-259451

ps : l'homme de "La fraissinedo", je l'imagine bien, dans 20 ans, tel le patriarche de "Ravage" (de Barjavel), régner sur une communauté de survivants hébétés et soumis...
______

Écrit par : Feld / | 11/08/2019

GRETA THUNBERG

> Patrice, suite à ceci :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/martine-s-en-branle-de-greta-thunberg-cette-blague-d-une-conseillere-du-ministre-de-l-agriculture-qui-passe-mal-20190811
Je ne sais pas s'il y a lieu d'épiloguer sur la macroniste, on sait qui ils sont et pourquoi ils sont là. C'est le cas Greta Thunberg qui m'interroge. Il semblerait qu'elle soit sujette à questionnement. J'ai trouvé ça :
http://www.entelekheia.fr/2019/07/18/la-fabrication-de-greta-thunberg-pour-consentement-acte-i-leconomie-politique-du-complexe-industriel-a-but-non-lucratif/
sans parler de la controverse lors de son passage à l'assemblée nationale.
J'ai commencé à lire l'article d'Entelekheia mais il est trop compliqué et trop long pour la tête d'un travailleur qui pourrait être à la retraite s'il n'avait voulu éprouver le plaisir d'être cigale quand il était jeune.
Que pensez vous de ce phénomène ? (Greta Thunberg bien sûr, pas le plaisir d'être cigale, ça je connais).

Yvan


[ PP à Yvan – Mlle Thunberg se laisse sponsoriser. Mais même si sa lucidité ou sa moralité se révélaient douteuses, ça ne changerait rien à la réalité du changement climatique ! Nos trumps français ne feignent de s'indigner de la jeune Suédoise que pour relancer l'imposture du climato-négationnisme... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Yvan / | 11/08/2019

NE PAS S'ÉTONNER

> Le capitalisme libéral et la classe politique qui le porte depuis 1979 et l'élection de Thatcher au Royaume-Uni: https://www.20minutes.fr/high-tech/2580951-20190810-martine-branle-greta-thunberg-adjointe-ministre-agriculture-tacle-militante-suedoise
Voilà qui se passe de commentaires.
On les voit après s'étonner que les hommes politiques soient victimes d'agressions. Soit ils ne comprennent vraiment pas, auquel cas ils n'ont rien à faire là où ils sont si les capacités intellectuelles leurs font défaut, soit ils comprennent auquel cas, ils n'ont rien à faire là où ils sont car ce sont des usurpateurs. La rentrée sociale et politique risque d'être rock'n'roll cette année encore.
______

Écrit par : ND / | 11/08/2019

DÉMOGRAPHIE

> Le capitalisme consumériste "pressure la planète, c'est rationnellement le choix des libéraux" oui, en tant que forme actuelle du mythe du progrès associé à la volonté de puissance. Pour guérir, il faut savoir par quoi on va le remplacer. Bien sûr, pas par le socialisme productiviste dont le seul succès (involontaire) en matière de biodiversité, le no mans land de Tchernobyl, ne fait pas oublier la mer d'Aral.
Pas non plus par un néo-maoïsme tyrannique.
Pour l'instant, on en est aux tâtonnements. Il n'y a pas de visions politique visible dans le mode politicien. Pour changer de modèle économique, il faut changer de modèle politique et géopolitique.
Mais un changement total de modèle économique ne ferait que reculer la question démographique. La Terre étant limitée, elle ne peut accepter une croissance démographique illimitée. On ne peut indéfiniment, comme l'a signalé le pape François , se multiplier comme des lapins. Ce n'est pas seulement une question de ressources. Accroissement démographique veut dire, qu'on le veuille ou non, plus ou moins vite, disparition des espaces sauvages, ou, pour ralentir cette disparition, entassement dans des villes. Et l'urbanisation, pour fonctionner de façon salubre, cela demande... beaucoup de technologie et de travaux, elle consomme de l'énergie et d'autre ressources!
______.

Écrit par : PF Huet / | 16/08/2019

COMPLEXE

> Yvan a écrit:
"... J'ai trouvé ça :
http://www.entelekheia.fr/2019/07/18/la-fabrication-de-greta-thunberg-pour-consentement-acte-i-leconomie-politique-du-complexe-industriel-a-but-non-lucratif/ ..."
Merci pour ce partage ! C'est effectivement costaud, mais très intéressant et cohérent avec ce qu'on lit sur ce blog. A découvrir pour comprendre la signification réelle, assez énorme, de ce spectacle.
______

Écrit par : Pierrot / | 19/08/2019

"IDÉE FOLLE"

> Le site entelekheia ? Sous couvert d'anticapitalisme et en associant des faits disparates, il développe un délire digne des 'Protocoles des Sages de Sion'. Ainsi le souci des jeunes pour l'avenir de la planète serait... un complot suprématiste blanc : c'est dit en toutes lettres dans le texte dont Pierrot donne le lien.
Que des entreprises cherchent à gagner de l'argent avec la prétendue "mobilisation publique" (???) pour le climat, est une évidence. L'image médiatique en est Greta Thunberg sur un bateau de super-luxe avec un blouson de course siglé.
Mais que tout effort y compris financier pour aller dans le bon sens soit mauvais parce que financier, voilà une vraie idée folle.
Ne nous y laissons pas prendre, Pierrot !
Lénine disait : l'antisémitisme est le socialisme des imbéciles. On peut dire maintenant : le complotisme est l'anticapitalisme des dingues. S'il ne faut rien faire de concret à propos du climat, alors quoi faire : casser des vitrines et brûler des succursales de banques pour la beauté du geste ? Mais ça, oui, c'est réellement ce que le système attend de nous. Les militants du contre-sommet de Hendaye l'ont compris et le disent : le système est le seul gagnant quand les Black Blocs ravagent un lieu et traumatisent les gens.
_______

Écrit par : Pol-Jean / | 20/08/2019

> Oui, ou les cinglés qui ont attaqué un stand de 'La Décroissance' à Bure en hurlant que critiquer l'industrie du transsexualisme c'était faire le jeu du capitalisme.
______

Écrit par : Amicie Terray / | 20/08/2019

DÉPENDANCE

> le transsexualisme est une mine pour les chirurgiens sans scrupules, les fabricants de prothèses et ceux de médicaments à base d'hormones.
ça rapporte encore plus que les FIV car la FIV ne dure que quelques mois seulement alors que le transsexualisme ce sont des années de dépendance aux traitements par hormones jusqu'à la mort par cancer hormono-dépendant.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 21/08/2019

UN VRAI BUSINESS

> Tiens et c'est 'Marie-Claire' qui le dit :
"Les médecins font bloc, la PMA est un vrai business."
https://www.marieclaire.fr/,et-si-les-fiv-provoquaient-des-cancers,817028.asp
'Marie-Claire' ce n'est pas 'Famille Chrétienne'.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 21/08/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.