Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2019

Sur mer aussi, la France arme la sale guerre du Yémen

yemen-global-voices.jpg

Après Cherbourg et le rapport du renseignement militaire français, qui réfute les dénégations obstinées de Mme Parly :


Les médias ont commenté l’altière présence de M. Macron à Cherbourg le 12 juillet pour présider le lancement du Suffren. C’est un sous-marin nucléaire d’attaque, ce qui s’acronymise SNA en français mais SSN (Ship-Submersible-Nuclear) en globish OTAN : version linguistique plus appropriée, dans la mesure où la politique militaire française suit celle du Pentagone depuis l’ère Sarkozy. L’ex-président ne cachait pas que s’il avait été à l’Elysée en 2003 il aurait envoyé les militaires français jouer les GI’s supplétifs en Irak, le glamour atlantique de Paris exigeant de renoncer aux prétentions d’indépendance...

Paris arme l’Arabie saoudite, alliée de Washington pour déstabiliser encore plus le Moyen-Orient. Les redoutables canons Caesar, produits à Roanne par Nexter qui est lié par contrat  à Riyad, participent à la sale guerre du Yémen. Selon les renseignements militaires français (DRM), constatait France Inter en avril, “les civils yéménites sont susceptibles d’être touchés par les canons français. Or, 28 millions de Yéménites vivent toujours sous les bombardements. Depuis le début du conflit, plus de 8300 civils ont été tués (dont 1283 enfants), selon les chiffres publiés en mars 2019 par 'Yemen data project', une ONG qui collecte et recoupe les informations sur les frappes de la coalition”.  

Le 20 janvier, Mme Parly affirmait : “je n’ai pas connaissance du fait que des armes [françaises] soient utilisées directement au Yémen.” Mais un document officiel de la DRM divulgué par les médias établit que ces armes y sont bel et bien utilisées, et en donne la liste : canons Caesar,  chars Leclerc, obus flèche, Mirage 2000-9, radar Cobra, blindés Aravis, hélicoptères Cougar et Dauphin, frégates de classe Makkah, corvette lance-missiles de classe Baynunah.  Ce document de la DRM a été transmis à Mme Parly ainsi qu’à MM. Macron, Philippe et Le Drian, lors d’un ‘conseil de défense’ sur la guerre au Yémen, le 3 octobre 2018 à l’Élysée... Ce qui n’a pas empêché la ministre d’affirmer le 20 janvier (à France Inter) : "Nous n’avons récemment vendu aucune arme qui puisse être utilisée dans le cadre du conflit yéménite." Le 30 octobre 2018 (à BFM TV), elle affirmait déjà : "Nous n’avons pas de négociations avec l’Arabie saoudite."

À Cherbourg, Mme Parly accompagnait M. Macron à l’arsenal de ce qui s’appelait autrefois la ‘Direction des constructions navales’ (créée en 1631 par Richelieu) et reste détenu à 62,49 % par l’Etat –  mais se nomme désormais Naval Group, avec pour slogan : Power at sea, au mépris de l’article 2 de la Constitution : “Le français est la langue de la République”.

Juste à côté de Naval Group il y a à Cherbourg un autre chantier-arsenal : celui du groupe CMN, 150 000 m2, qui construit pour l'Arabie saoudite une première série de 39 patrouilleurs rapides propres à mener un blocus naval.

On sait à quoi servent les navires made in France dans la sale guerre du Yémen : la DRM souligne qu’ils "participent au blocus naval" saoudien, dirigé contre l’aide humanitaire aux 20 millions de Yéménites.

Selon la DRM on retrouve, dans les effectifs du blocus (et de bombardements de la côte), des frégates et une corvette lance-missiles de chez Naval Group et CMN.

Gag : qui est le propriétaire de CMN ?  La holding ‘Abu Dhabi MAR’ de Privinvest, groupe du milliardaire franco-libanais Iskandar Safa… détenteur aussi de l’hebdomadaire Valeurs actuelles ! Lequel hebdomadaire, rendant compte le 25 juillet de la cérémonie de Cherbourg, écrivait : Nombreuses sont les ONG et personnalités politiques à dénoncer les livraisons d'armes françaises à l'Arabie saoudite, laquelle est engagée, depuis quatre ans, dans une guerre au Yémen. En mars 2018, un rapport de l'ONG Amnesty International et l'Acat, qui lutte contre la torture, avait pointé que ces livraisons d'armespourraient servir à la commission de crimes de guerre’.”  Qu’en a pensé M. Safa ?

 

 

disclose-yemen.jpg

 

Commentaires

SAOUDIENS ET EUROPE

> https://youtu.be/5TbbV06LlP0

À nouveau Tinterview, cette fois avec Pierre Conesa qui affirme que la France, en armant Riyad, contribue à affamer sinon tuer la population yéménite. L'homme rappelle que les Saoud sont pour nos États européens désargentés une poule aux œufs d'or trop alléchante pour être sacrifiée : il donne l'exemple de British Aerospace, au bord de la faillite il y a quelques années, remise à flot uniquement grâce à quelques contrats saoudiens.
Cela conduit nos politiques, pour certains arrosés au passage, à mettre un bémol à leurs considérations morales ou droit-de-l'hommistes ; il est vrai que la France n'a peut-être plus beaucoup de leçons à donner en la matière : l'ordre règne à Nantes !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 04/08/2019

SABOTAGE

> Les Français contraints de fabriquer des munitions pour les allemands dans les cartoucheries françaises au début des années 1940 travaillaient lentement et sabotaient beaucoup.
Pourrait on suggérer aux employés de ces entreprises d'adopter le même comportement ?
______

Écrit par : Nicolas / | 07/08/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.