Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2019

Quand le marketing remplace le politique

campagne-marketing1-1170x625.jpg

A propos d'exclusion(s) de convenance à LREM... Ma chronique de ce matin à Radio Espérance (Auvergne - Rhône/Alpes) :


<<  Pour cette dernière chronique de la saison, parlons un peu (juste un peu) de politique. Je voudrais prendre un petit fait isolé, mais qui me paraît plein de sens.

‘La République en marche’ vient d’exclure la députée Agnès Thill. Motif : ses propos peu convenables au sujet de ce que l'on nomme aujourd’hui les « avancées sociétales ».

Qu’a donc dit d’impardonnable Mme Thill ?  La presse de la semaine dernière, informée par le parti en question, nous en donnait un échantillon. Par exemple, Mme Thill a parlé d’un « lobby LGBT » ! Tout le monde sait que le LGBT existe, il en est question tous les jours dans les journaux ; mais on doit parler de lui comme d’une autorité morale et non comme d’un lobby – ce qu’il est pourtant, c’est évident, mais il parait qu’on ne doit pas le dire…

Autre exemple : selon le parti en question, Mme Thill a critiqué « l’absence de genre dans le mot PARENT ». Elle a même précisé que l’intrusion de cette idéologie confusionniste dans l’Education nationale choque les musulmans et va les pousser à mettre leurs enfants dans des écoles musulmanes hors contrat.  C’est évident aussi, mais on ne doit pas le dire…

Surtout, Mme Thill a commis l’insolence de déclarer que la loi autorisant la « PMA pour toutes » « évince les pères de la naissance et de l’éducation des enfants ». C’est non moins évident, mais on ne doit pas le dire… Des députés ‘La République en marche’ déclarent donc au journal Libération, je cite : « On ne savait plus comment justifier qu’Agnès Thill siège encore parmi nous !» Autrement dit, une certaine idéologie de déconstruction, émanant de l’industrie biotechnologique, a désormais pris rang parmi ce que nos gouvernants appellent « les valeurs de la République ».

Chassée de ‘La République en marche’, Agnès Thill n’en fait pas un drame mais elle observe dans un tweet du 27 juin, je cite : « L’Etat de notre pays est grave... 1. On crée une population sur l’individualisme et la consommation ; 2. Il est impossible désormais de s’adresser à tous les Français en même temps ».

À l’ère de la consommation de masse, le peuple citoyen est remplacé par la mosaïque des soi-disant « communautés ». Le politique, qui chercherait le bien commun, est remplacé par le marketing, qui ne cherche qu’à multiplier (et exploiter) des tribus de consommateurs.

Une société pareille devrait s’appeler plutôt une dissociété, et rendrait impossible le fameux vivre-ensemble. Les citoyens vont-ils laisser accomplir cette dislocation du politique, sans lequel un pays n’aurait plus d’avenir commun ? Il faut y réfléchir… >>

 

 

 

25f9c1066090c2cfc95ede1724322a54.jpg

 

Commentaires

TAUBIRA

> Et Madame Taubira de préciser que le débat sur la PMA pour toutes sera beaucoup moins "hystérique". Sachant qu'elle a parfaitement raison, puisque les hérauts de LMPT se trouvent désormais dans le camp macronien et n'entendent pas mordre la main qui les nourrit.
______

Écrit par : Cyril B / | 01/07/2019

POLONAIS

> Sur la chape de plomb régnant en France, le témoignage d'un journaliste polonais en poste à Paris, Marek Gładys.

http://www.editionsdutoucan.fr/livres/essais/france-maillon-faible-leurope#.XRoYWPkzaUk

nb: le livre vaut davantage par ses considérations sociales que par celles historiques et géopolitiques.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 01/07/2019

SON ERREUR

> Une question que je me pose au sujet de Mme Thill est si elle n'a pas commis une erreur fondamentale en adhérant à LREM. Ce parti, dès ses débuts, illustrait fort bien l'exploitation des "tribus de consommateurs" que vous évoquez. Il me paraît même avoir été fondé pour cela.
______

Écrit par : Sven Laval / | 01/07/2019

AVENIR COMMUN ?

> Tout à fait d'accord, mais hélas la réponse à la dernière question est : oui ! Le bloc bourgeois n'ayant plus d'alternative réaliste à Macron, qui a réussi à rassembler sous son nom tout le centre de gauche et de droite et à dépouiller le reste, les seuls opposants étant repoussés aux extrêmes (réels ou fantasmés) ou se faisant des guerres internes, la réélection est en vue et donc tout en découlera logiquement : PMA, GPA, communautarisme, privatisation au maximum, etc., etc.
Et donc comme vous le questionnez "quel avenir commun ?" J'avoue ne plus le voir bien clairement depuis tous les abandons de souveraineté consentis plus ou moins volontairement. L'avenir commun risque d'être dans un bloc européen, quel qu’il soit, et sans doute pas dans un sens qui nous plaira.
______

Écrit par : BCM / | 01/07/2019

> Cette tyrannie progressiste ressemble de plus en plus au Canada de M. Trudeau. Encore vous est-il toujours permis, M. de Plunkett, de ne pas user dans votre billet de l'écriture inclusive. Quant à moi, je me permets encore de vous appeler Monsieur.
Dans son livre "La tyrannie des modes de vie. Sur le paradoxe moral de notre temps" Mark Hunyadi parle de la "petite éthique". Elle ressemble à ça l'éthique du "Camp du Progrès": des réflexes de censure, des réactions épidermiques qui traduisent une absence de réflexion globale sur les sujets sociétaux. À l'image de la dérision envers la foi et ces représentations concrètes évacuées par le cynisme afin que personne ne daigne prendre du recul sur le sens qu'il donne à sa vie, de même pour tout sujet qui englobe la société et des choix qui détermineront l'avenir de celle-ci, on évacue dans le "Camp de la Haine" les empêcheurs d'avancer en rond.
"On avance, on avance, on avance, c'est une évidence..." chante A. Souchon...
______

Écrit par : Raphaël R. / | 02/07/2019

> http://m.focustaiwan.tw/news/asoc/201907040004.aspx

Je me permets de mentionner ce fait divers, sans lien avec l'affaire Thill, mais tout aussi révélateur de l'invasion du marketing.
Les faits ne cessent d'être rapportés dans la presse de langue chinoise : avant-hier à Taïwan, un passager sans billet refusant de régulariser sa situation a agressé l'officier de la police ferroviaire appelé en urgence à intervenir ; après une violente rixe entre les deux hommes, le passager devenu incontrôlable planta un couteau de boucher dans l'abdomen du policier de 26 ans, qui succomba ; il était père et époux.
Le plus cruel, c'est que quatre jeunes étaient présents dans la même voiture au moment des faits. Ils ont préféré filmer la scène au moyen de leurs téléphones plutôt qu'aider l'officier de police, y compris après l'attaque au couteau : les vidéos sont apparues sur les réseaux sociaux avant même le décès du malheureux.
Qu'en dire, sinon que certains principes fondamentaux comme l'assistance à autrui, l'amour altruiste, la compassion, sont progressivement remplacés par la recherche narcissique du spectacle, d'un divertissement au sens pascalien qui n'accorde d'intérêt qu'à la jouissance de l'instant présent ?
Le libéralisme débridé transforme notre humanité en une insatiable soif de consommation et de célébrité : en Asie orientale aussi, marketing et individualisme sont devenus le ciment des rapports sociaux.
Prions pour ce malheureux policier.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 05/07/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.