Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2019

1941-1945 : 23 400 000 morts passés sous silence

urss.jpg

France Info : « Donald Trump, Emmanuel Macron, la reine Elizabeth II et 300 vétérans ont donné mercredi à Portsmouth, dans le sud de l'Angleterre, le coup d'envoi des célébrations du 75e anniversaire du Débarquement. Celles-ci doivent se poursuivre jeudi en France. Les autorités russes et le président Vladimir Poutine, qui ne sera pas présent aux commémorations, dénoncent depuis de nombreuses années l'oubli dans lequel sont tombés selon eux en Occident les considérables sacrifices et les millions de morts soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale » :


 

 

Si le président russe n'est pas là, c'est qu'on ne l'a pas invité – pour des raisons "atlantiques" sans rien à voir avec le souvenir de la Seconde Guerre mondiale.

 

► Pertes russes en 1941-1945 : 23 400 000 morts.  Sans la résistance de l'URSS à l'invasion allemande, les Alliés perdaient la guerre. Et le Débarquement ne fut que leur réponse tardive à la demande soviétique d'un "second front" qui prenne enfin à revers la Wehrmacht...

 

► Nous vivons l'époque de l'amnésie collective et d'une bonne conscience hémiplégique étrangement rebaptisée "devoir de mémoire".



Précision à l'intention de certains : rappeler les faits de la Seconde Guerre mondiale ne saurait être qualifié de "propagande de Poutine".

 

 

ruban.png

 

12:20 Publié dans Otan, Russie | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : 6 juin 1944

Commentaires

NON PLUS

> Rappeler ces faits ne saurait non plus être qualifié de "position d'extrême droite", courant dont les affinités sur 1941-1945 ne sont pas du côté de l'escadrille Normandie-Niémen.
______

Écrit par : Jean-Denis / | 06/06/2019

"SIDÉRÉE"

> Je suis sidérée que vous soyez obligé de rappeler que citer les événements de la Seconde Guerre Mondiale n'est pas faire la propagande de Poutine.
Etant donné que Poutine n'avait aucune responsabilité politique durant cette période, cela devrait être évident pour tout le monde. Et rendre hommage à un peuple pour son courage et ses sacrifices ne devrait pas être subordonné à la valeur réelle ou supposée de son chef d'Etat.
______

Écrit par : Bernadette / | 06/06/2019

AMGOT

> Une anecdote qui peut en dire long sur l'état d'esprit AMGOT des Américains : prendre un drapeau et le remplacer par le sien est un geste de conquérant, pas de libérateur
https://www.lepoint.fr/histoire/debarquement-75-ans-apres-colleville-sur-mer-va-retrouver-son-drapeau-05-06-2019-2317135_1615.php

Cette année encore, on ne dira pas un mot sur le formidable succès français en Bretagne où la Résistance encadrée par les hussards parachutistes français a bloqué 100 000 hommes qui n'ont pu rejoindre le front de Normandie.
Le premier mort du jour J (et pas le d-day) était un de ces paras français : Emile Bouëtard.
On ne rappellera toujours pas que ce sont les Français qui ont conclu victorieusement avec les Polonais la terrible bataille de la poche de Falaise.
Comme quelques mois plus tôt c'était déjà les Français et les Polonais (sur un plan d'attaque français) qui avaient débloqué la situation à Monte Cassino, devant lequel les autres alliés étaient bloqués depuis des mois, accumulant échec sur échec.

Non on ne dira rien de cela : les commémorations sont depuis longtemps des manifestations de suffisance et de propagande américaine sous les applaudissements de Français béats et imbéciles, sans honneur ni culture historique, où l'on ne cesse d'entendre que "les Français ont une dette envers les Etats-Unis".
Nous n'avons aucune dette envers les Etats-Unis.
C'était eux qui en avaient une envers nous depuis 1781 et qui l'ont payée en 1944.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 06/06/2019

MÉMOIRE DÉNATURÉE

> Ce ne sont pas les Américains qui ont battu Hitler, soit. Mais, si les Américains n'avaient pas débarqué en Normandie, la moitié de l'Europe ne serait pas passée sous domination américaine, leur permettant aujourd'hui de contrôler la majeure partie du continent. Bonne raison pour les Américains et leurs vassaux de commémorer l'évènement. Inviter les Russes, leurs ennemis, serait bizarre.
Poutine joue l'étonnement, mais il n'est pas dupe.

Guadet


[ PP à Guadet – Non seulement il n'est pas dupe, mais ce qu'il dit en l'occurrence est exact : dévier la commémoration de 1944 vers les orientations otanesques d'aujourd'hui, c'est dénaturer la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Guadet / | 06/06/2019

> Bravo pour votre post.
______

Écrit par : De Vos / | 06/06/2019

LE RÔLE DU FRONT DE L'EST

> Lors de la seconde guerre mondiale, pour 1 Américain tombé, près de 70 Soviétiques sont tombés.
Léningrad (été 1941- janv.1944), Stalingrad (été 1942- fév.1943) et Koursk (été 1943) ne doivent pas grand chose aux Américains, le débarquement doit beaucoup aux Soviets : le front Est monopolisant l'essentiel des forces allemandes.
Le débarquement a beaucoup marqué les esprits par le caractère exceptionnel de ce type d'opération, mais son succès eut été impossible sans l'importance du front Est.
N'oublions pas non plus que parmi les clauses du plan Marshall figuraient nombre d'obligations culturelles (notamment cinématographiques et ses actualités qui étaient un important vecteur d'information...).
______

Écrit par : franz / | 06/06/2019

RÉVISIONNISME AMÉRICAIN

> Entièrement d'accord avec vous ! Le révisionnisme anglo-saxon (dont les Anglais finissent d'ailleurs par être victimes, vu qu'après avoir contribué à éjecter du mythe les combattants non-anglophones, ils se font éjecter à leur tour par Hollywood) est insupportable.
Il oublie en effet les combats russes, le débarquement de Provence, les différents mouvements de résistance des différents pays occupés, ou cette campagne d'Italie au cours de laquelle le général Clark, commandant en chef américain des troupes alliées en Italie, avait dit à Juin : "Sans les Français, nous ne serions pas à Rome".
De Gaulle, d'ailleurs, lorsqu'il était président, refusait de se rendre aux commémorations du débarquement de Normandie : dénonçant la réécriture de l'histoire par les anglo-américains, il se rendait en Provence.
Il me semble pourtant, cette année, qu'un nombre considérable de journaux nationaux et régionaux rappellent les exploits de la 1ère Armée française et même, pour certains, la disproportion des forces engagées par les Allemands entre l'ouest et l'est. Un début de réaction ?
______

Écrit par : Lucas / | 06/06/2019

PAS D'ACCORD

> Vrai mais à nuancer. Le pacte soviéto-germanique a une lourde part dans le déclenchement de la guerre.
Les crimes de guerre soviétiques furent effarants eux aussi.
Les pertes soviétiques furent aggravées par les fautes stratégiques et tactiques.

PH


[ PP à PH - Et donc, les morts du grand sacrifice populaire russe seraient sans poids dans l'histoire de la guerre ? Je n'appellerais pas ça une nuance mais un déni partiel de réalité, pardon de vous le dire... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 06/06/2019

APRÈS KOURSK

> En 1943, avant l'arrivée des américains en sicile, la Wehrmacht avait déjà perdue la guerre, et elle le savait. La "Bataille de Koursk" qui est la dernière offensive allemande sur le front de l'Est mi-1943 est un échec et elle a été reportée plusieurs mois faute de matériel (et d'hommes?). Le débarquement en Normandie n'avait pas pour but de "gagner la guerre contre l’Allemagne", mais juste d'empêcher Staline de conquérir et mettre la main sur la totalité de l'Europe. Cela faisait déjà 1 an que ses troupes avançaient sur des fronts d'attaque de 1000 km de long. Quand on voit le mal qu'on eu les Américains à sortir de la Normandie, c'est clair que sans le front russe (et l'avancée des Russes à l'Est), jamais ils n'auraient réussi à débarquer en France, même avec leur supériorité aérienne.
Dans le Pacifique, c'est bien les US qui ont gagné la guerre, mais en Europe, ce sont les Russes.
Si les Ricains n'étaient pas là, nous ne serions pas en Germanie comme le chantait Sardou, mais en Russie (avec ou sans Poutine).
______
Cdt,

Écrit par : bergil / | 06/06/2019

DRESDE ET NAGASAKI

> Il y a beaucoup de propagande sur cette période
Une des pires c’est le passage sous silence des bombardements alliés dont certains sont des crimes contre l’humanité, Dresde et Nagasaki en particulier.
______

Écrit par : Ludovic / | 06/06/2019

BAGRATION

> Rappel qui est à l'honneur de P. de Plunkett.
Simultanément au Débarquement, l'Armée Rouge lançait l'opération Bagration qui dans un premier temps allait retenir une très grande partie de l'armée allemande à l'est, donc l'empêcher de se déployer en Normandie, puis dans un second temps la briser de manière définitive. Toutes les info sur Wikipedia.
______

Écrit par : Daniel Azan / | 06/06/2019

POINT DE VUE RUSSE

> En plus détaillé sur la souffrance des Russes pendant cette guerre, et avec une petite pointe d'acidité à propos d'Angela Merkel en fin d'article :
https://francais.rt.com/opinions/62756-liberation-europe-le-devoir-de-memoire-ne-saurait-etre-selectif

Et pis ça aussi, mais Patrice est peut-être déjà en train d'y travailler :
https://francais.rt.com/france/62758-twitter-apres-lecture-par-emmanuel-macron-lettre-henri-fertet
______

Écrit par : Yvan / | 06/06/2019

1944

> Et encore çà (c'est un lien qui est dans le premier article de Russia Today) :
https://www.lepoint.fr/histoire/a-l-automne-1944-francais-et-troupes-americaines-au-bord-de-l-affrontement-30-05-2019-2316086_1615.php
______

Écrit par : Yvan / | 06/06/2019

MISES AU POINT

> Quelques mises au point concernant 40-45, très intéressantes (étonnement sur la RTBF): https://www.rtbf.be/auvio/detail_au-bout-du-jour?id=2506689
(l'affront fait à la Russie y est mentionné aussi)
______

Écrit par : Raphaël R. / | 06/06/2019

UN MONDE FISSURÉ

> Ça me paraît clair. En refusant d'inviter Poutine, le monde atlantiste annonce la couleur. Ce 6 juin, ils ne célèbrent pas la libération de l'Europe du joug nazi mais l'avènement d'un monde américanisé en Europe, contre lequel la France a un temps résisté avant de céder dans les années 70s.
Un monde où le consommateur a remplacé le citoyen.
Un monde où chacun est dépendant de la technique pétrolière, électroménagère, numérique et bientôt biomédicale à peine de ne pas survivre.
Un monde irréversible, mais qui heureusement, commence à se fissurer de partout.
______

Écrit par : Cyril B / | 06/06/2019

LARBINS DE L'ONCLE SAM

> Discours du président Macron hier à Colleville-sur-Mer :

« Nous ne devons jamais cesser de faire vivre l’alliance entre les peuples libres (...). C’est ce que firent les États-Unis en créant l'Organisation des Nations unies puis l’OTAN. C’est ce que firent ces dirigeants de ce continent en faisant advenir l’Union européenne. Cette promesse de Normandie nous devons en retrouver le sens, saisir les raisons de cet engagement, c'est la leçon de Colleville-sur-Mer. Monsieur le président des États-Unis, renouvelez sans cesse ce pacte unissant les États-Unis et la France à la liberté. J’y suis prêt cher Donald Trump, le peuple de France est prêt, à faire vivre l'amitié entre nos deux nations qui ont tant apporté à l’histoire des Hommes. »

Pour celle ou celui qui a lu 'L'Ami américain' d'Eric Branca, ce discours passe mal. Ou tout au moins, il aurait fallu enlever "puis l'Otan" et rappeler que l'ONU fut la création des cinq grands et non de la seule Amérique.
L'heure n'est pas au léchage de bottes en vue d'implorer M. Trump de continuer à défendre l'Europe : cette vassalité est anachronique et insupportable.
À nous Européens de nous prendre en main, de dire à Trump "US Go home" en lui demandant d'évacuer ses bases en Allemagne et en Italie et en construisant une force indépendante de l'armée américaine.
Il n'y a pas eu de "promesse de Normandie" en 1944 et Macron, qui est intelligent, le sait fort bien.
De Gaulle qui, lui, avait des c..., ne s'est jamais associé aux commémorations du Débarquement : à l'époque, il n'y avait pas été associé et n'avait pu traverser la Manche que huit jours plus tard. Il s'en est fallu de peu pour que la France échappe à une occupation militaire américaine : les billets de banque de l'AMGOT avait déjà été imprimés !
Le "pacte unissant les États-Unis et la France à la liberté" a du plomb dans l'aile : il serait bon que nos dirigeants cessent dans leurs discours de se présenter comme les larbins de l'oncle Sam !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 07/06/2019

UNE CRITIQUE

> Je ne lis que d'excellentes choses dans les commentaires qui illustrent votre article salutaire, à l'exception d'un curieux "sous les applaudissements de Français béats et imbéciles, sans honneur ni culture historique". Tout ce qui est excessif est insignifiant. Je n'avais plus entendu de généralité si gratuitement insultante pour tout un peuple depuis le dernier discours de Macron. Ce n'est pas sérieux.

Lucas


[ PP à Lucas – Le commentaire que vous critiquez ne dit pas "des Français" mais "de Français", et la suite de la phrase désigne clairement les journalistes audiovisuels. L'auteur ne vise donc pas "tout un peuple" : ce qui, d'ailleurs, serait incompatible avec sa pensée générale. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Lucas / | 07/06/2019

RÉÉQUILIBRER

> Vous avez raison de rééquilibrer les choses et de rappeler le rôle essentiel de l'URSS et le sacrifice des peuples soviétiques dans la victoire finale.
Il n'est pas faux non plus de dire que de nombreux Soviétiques ont été tués par l'incompétence de leur commandement, lui-même décapité par Staline, et surtout on peut rappeler qu'ils faisaient face à une invasion de leur territoire, ce qui n'était pas le cas des Etats-Unis. Jusqu'en 1941, l'URSS était plutôt complice de l'Allemagne.
Il ne faudrait pas non plus, par antiaméricanisme, tomber dans l'excès inverse.
Les Etats-Unis étaient présents sur le front de l'Ouest, il y a eu aussi le front du Pacifique, l'Afrique du Nord et l'Italie. N'oublions pas non plus les Anglais et le Commonwealth.
A tout prendre, je préfère que mon pays ait été libéré par les Américains que par les Soviétiques (demandons aux Polonais, Tchèques, Hongrois… ce qu'ils en pensent). Il me semble que leur dictature était plus vivable.

Benjamin


[ PP à Benjamin – Sans doute, mais voir tous les aspects de la question n'est pas "tompber dans un excès". Rétablir la vision d'ensemble du bilan du conflit est juste un rééquilibrage, par rapport au déferlement d'anachronisme (atlantisme anti-russe 2019) auquel se livrent les grands médias, dénaturant ainsi la commémoration. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Benjamin / | 07/06/2019

PENDULES

> Le livre: « Les vérités cachées de la Seconde Guerre mondiale » de Dominique Lormier aux Éditions du Rocher remet semble-t-il, les pendules bien à l'heure (il traite notamment de l'événement dont fait mention E. Levasseur plus haut). L'émission radio, dont j'ai partagé un "lien" ci-haut, en fait une belle introduction.
______

Écrit par : Raphaël R. / | 07/06/2019

@ PP

> Je ne nie pas le sacrifice des Russes, je parle de ses causes.
Par ailleurs, il est vrai que la focalisation sur la bataille de Normandie est injuste, d'autant que notre Armée d'Afrique fut bien davantage présente ailleurs. C'est cette focalisation qui élimine la Russie
Et pourquoi Mme Merkel présente ?
______

Écrit par : Pierre Huet / | 08/06/2019

A Patrice et E. Levavasseur :

> en ce cas, la faute est mienne, je retire ce que j'ai dit et présente mes excuses. Les termes que j'ai lus m'ont paru violents et ont sans doute déclenché en moi ce réflexe de défense que trop de tombereaux d'injures actuels portent à vif.

Lucas


[ PP à Lucas – Allez en paix ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Lucas / | 08/06/2019

À Pierre Huet :

> Mme Merkel, je crois, était présente à la cérémonie de Portsmouth mais n'a pas été invitée par l'Élysée sur les plages normandes : signe d'un réel froid entre Paris et Berlin ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 08/06/2019

à Lucas :

> Pour "rebondir" avec humour sur votre dernier commentaire, comme on dit de nos jours, rappelons que De Gaulle n'avait pas toujours été tendre avec ses compatriotes : "les Français sont des veaux, qu'est-ce que je fais à la tête des veaux ? Je ferais mieux de rentrer à Colombey et d'écrire mes Mémoires" (selon la version rapportée par son gendre Alain de Boissieu). Imaginez ce qu'aucun de ses successeurs aurait pris s'il avait comparé les Français à des bovidés...
De Gaulle n'avait pas de méchanceté en disant cela, il ne faisait qu'affirmer que les Français étaient volontiers suivistes : la place Stanislas était noire de monde le 26 mai 1944 pour ovationner Pétain à Nancy, toute aussi noire de monde pour acclamer De Gaulle quatre mois plus tard, jour pour jour...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 08/06/2019

> Ah, je n'avais donc pas tout à fait tort.
______

Écrit par : Lucas / | 08/06/2019

> Tiens, je me demande comment on enseignerait maintenant les "heures les plus sombres de notre Histoire" si, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, les Américains avaient réussi à concrétiser un de leurs projets pour la France : recycler Pierre Laval...

Feld


[ PP à Feld – L'autre idée US était Darlan ! Ils nous l'auraient imposé, sans le courage de Bonnier de La Chapelle. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 09/06/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.