Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2019

"Mariage pour tous" : six ans déjà...

infographie-mariage-pour-tous.jpg

17 mai 2013... Réforme.net (Frédérick Casadesus) confronte deux points de vue, celui d'un protestant LGBT et le mien :


https://www.reforme.net/2019/05/31/mariage-pour-tous-il-y...

 

<<  Le mariage pour tous est aujourd’hui passé dans les mœurs, mais il continue d’être contesté, ce qui peut se concevoir, puisqu’il implique un vrai changement de société

Le 17 mai 2013, à l’issue de débats parlementaires intenses, était proclamée la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe. Dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale, ce jour-là, Christiane Taubira, d’une manière à la fois souriante et solennelle, avait su faire comprendre l’importance de l’événement.
Bien au-delà des convictions personnelles, on n’avait pu s’empêcher de songer à tous ceux que le sort avait brisés, jadis, dans des persécutions tragiques. Était-ce le sujet? non bien entendu. Mais il en va de la sorte, souvent, quand une loi marque les esprits: chacun trace un chemin de mémoire et se laisse émouvoir. Douze jours plus tard, Vincent Autin et Bruno Boileau étaient officiellement unis par les liens du mariage, les premiers. Les images pouvaient réjouir, elles pouvaient aussi choquer.

"Une joie raisonnable"

“Ce fut pour moi comme pour mes amis un moment d’émotion mais aussi  de raison, se souvient Donald Potard, personnalité du monde du luxe, militant LGBT et protestant. Bien entendu, je ressentais cette proclamation avec beaucoup de joie. Mais je considérais- et je considère encore- que nous devions rester vigilants. Ce qu’une loi a pu réaliser, une autre peut l’abroger“.

Que tous les Français puissent bénéficier des mêmes droits, voilà quelle était la revendication des partisans du mariage pour tous. Il s’agissait pour une eux d’une loi essentielle, en dépit du vote du Pacte Civil de Solidarité ( PACS), en 1999. Le mariage apportait une protection juridique plus solide en même temps qu’une reconnaissance symbolique. ” Je trouve absurde que les opposants à cette loi aient l’impression qu’on leur retire quelque chose, analyse Donald Potard. J’ai envie de leur dire , avec humour, que s’ils n’aiment pas le mariage  entre deux personnes du même sexe, ils peuvent épouser une personne d’un sexe différent. D’une façon plus sérieuse, je me demande jusqu’où la question de l’amour regarde la société.”

Cette interrogation, cruciale, des heures de débat ne sauraient l’épuiser. Le mariage s’inscrit bel et bien dans un cadre anthropologique. Et c’est pourquoi cette loi  suscite les passions, même si nos concitoyens, dans leur immense majorité, l’approuvent, comme l’a montré l’enquête sur les valeurs des Français, publiée récemment.

Un problème de civilisation

Sans violence ni sectarisme, l’essayiste catholique Patrice de Plunkett critique l’évolution de la société: “Je n’ai pas ressenti grand-chose de particulier parce que selon moi le 'Mariage pour tous' se situe dans la logique de la société transatlantique actuelle, une certaine forme d’esprit libertaire. Je n’ai jamais été dupe de l’illusion lyrique des opposants qui, parce qu’ils étaient très nombreux, pensaient être l’avant-garde d’un mouvement de fond.

Dès l’amorce du débat parlementaire, en effet, beaucoup de gens ont pensé que le gouvernement reculerait face à la contestation, dans un mouvement comparable à celui de François Mitterrand qui, en 1984, avait retiré le projet de loi d’Alain Savary.

C’était une erreur évidente, estime Patrice de Plunkett. Alors que le projet de réforme de l’Éducation Nationale apparaissait comme un mauvais coup porté aux établissements catholiques, le Mariage pour tous était perçu comme 'n’enlevant rien à personne'. Il n’en reste pas moins qu’il débouche sur un problème juridique et psychologique qui est aussi celui de la civilisation. Le capitalisme tardif, brutal et cynique, se développe de telle manière qu’il contribue à dénouer les liens traditionnels entre les êtres. Une avancée telle que le Mariage pour tous est un produit dérivé de ce capitalisme tardif.”


En écoutant les arguments des et des autres, on se souvient que Jean Renoir dans son chef d’œuvre, La règle du jeu, faisait dire au personnage qu’il incarnait : “Ce qui est terrible sur cette terre, c’est que tout le monde a ses raisons“. Puissions-nous contribuer, par l’échange d’idées, à maintenir l’esprit de société. >>

 

 

LA M.P.T. ILLUSION LYRIQUE

Il ne suffit pas d'être une minorité pour être révolutionnaire

682031-kaleidoscope.jpg

 

 

Commentaires

PITEUX

> oui, "illusion lyrique" est juste pour le bilan de ces nombreuses Manifs pour tous qui n'ont rien donné sinon des trucs "politiques" foireux : la niaiserie Sens commun, le bourbier Fillon, le tour de piste Bellamy. Des gogos colleurs d'affiches.
______

Écrit par : Arnaud Bodin / | 01/06/2019

L'OCCIDENT AMÉRICANISÉ

> Il est intéressant de constater que la vague 'mariage homosexuel' ne gagne pour l'heure que l'Occident américanisé, qui a biberonné à l'individualisme et au libertarisme depuis une cinquantaine d'années.
Taïwan a ainsi cédé tout récemment aux pressions du lobby gay : le mariage y est 'pour tous' sur le fondement du droit à l'égalité, qui a valeur constitutionnelle : ne marier que les hétérosexuels a été jugé anticonstitutionnel par les hauts magistrats de Taïpei, avant que cette décision ne soit formellement entérinée au parlement il y a quelques jours. Raisonnement pour le moins curieux : les décrets qui imposent une taille minimale pour servir dans certaines armes seront-ils à leur tour attaqués, car ayant une visée inégalitaire, donc anticonstitutionnels ? En réalité, il est du pouvoir souverain du parlement de légiférer comme il l'entend, le cas échéant en violation du principe d'égalité, dès lors que le législateur estime que, par ce biais, le bien commun, l'ordre public ou, dans le cas du mariage, le droit naturel peuvent être préservés et protégés.
Hier, dans le 'South China Morning Post', une chronique évoquait la procédure judiciaire engagée par deux lesbiennes devant les tribunaux de Hong Kong pour obtenir le droit au mariage, ici encore sur le fondement d'une violation du principe d'égalité. Contrairement à leurs confrères de Taïwan, les juges hongkongais n'ont pas donné raison aux demanderesses, affirmant que la définition du mariage est invariablement l'union d'un homme et d'une femme. On imagine que Pékin aurait peu apprécié une ouverture au mariage homosexuel dans l'un de ses territoires, le Parti étant hostile à une remise en question de la définition de l'acte matrimonial. Le bon sens !
(Pour l'anecdote, le SCMP m'apprit hier que l'une des artères les plus chères de Hong Kong est cette année la... Plunkett's Road, qui couronne le pic Victoria. Peut-être en l'honneur d'un de vos aïeux qui s'établit dans l'ancienne colonie britannique ?)


PV


[ PP à PV – Je ne sais pas qui est celui-là ! (En revanche j'ai un lointain lien de parenté avec celui qui fut gouverneur britannique de Nouvelle-Zélande). Mais c'est un nom patronymique assez répandu, porté par des souches familiales très différentes. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 01/06/2019

L'EXPRESSION DES CATHOLIQUES ?

> Je parlerais plutôt de baroud d'honneur grâce aux MPT. Nous savions que le mouvement libéral dans la société est plus fort que tout (sauf l'Esprit Saint, qui oeuvre autrement), mais nous avons défilé nombreux pour dire non, en argumentant et en défendant notre anthropologie et notre conception de la société et du Bien commun. Bien des gens se sont alors mis à réfléchir sur des sujets auxquels ils n'avaient jamais pensé auparavant. C'est là d'ailleurs une part du drame : ainsi cette dame, filmée dans une manif, qui exprimait son choc et sa "surprise" extrême face à ce projet de loi, alors que tout dans l'histoire des idées depuis des dizaines d'années, voire davantage, y menait tout droit.
C'est pourquoi je ne crois pas que la MPT n'ait produit que des échecs, des illusions voire des fruits pourris ou des blagues. Il y a aussi de beaux mouvements de fond, dont la revue 'Limite', par exemple, qui oeuvre au combat culturel et intellectuel.
Mais sur le plan politique et moral, nous autres catholiques, dans le contexte actuel, savons dorénavant que nous sommes morts pour de nombreuses années (je pastiche mal Valéry). Nous ne serons plus audibles pendant un certain temps, mais cela ne nous empêche pas d'oeuvrer, autour de nous, au quotidien, pour et avec la DSE, dans nos paroisses et en dehors. Mais politiquement, l'expression des catholiques a toujours été en France une difficulté, pour faire dans l'euphémisme...
______

Écrit par : Alex / | 01/06/2019

AUTRES AFFICHES

> Je ne connaissais pas ces affiches. J'en propose d'autres aux LMPT versaillais macronistes ou bellamistes :
"Tous les jours, des enfants congolais vont à la mine pour vous permettre d'avoir un smartphone. STOP !"
ou, moins exotique :
"Une autre politique pour la famille et pour l'enfant : non au pré-apprentissage à 14 ans pour les fils de prolétaires !" Pourquoi pas aussi : "Nos différences ne se gomment pas ! Restez à votre place, les pauvres !"

http://multinationales.org/Travail-des-enfants-en-Ouganda-Lafarge-s-en-lave-les-mains
______

Écrit par : Lucas / | 01/06/2019

à Lucas

> Lafarge, naguère porté sur les autels (ou à peu près) comme le modèle absolu de catholicisme social, par un réseau de jeunes managers tradis !
______

Écrit par : brise-bleus / | 01/06/2019

à Patrice :

> Tout en remerciant saint Philippe apôtre pour sa protection sous ce pseudonyme, mon véritable saint patron porte le même nom que vous (un 't' en moins), canonisé par saint Paul VI pour être mort en martyr (irlandais) devant Cromwell en pardonnant à ses bourreaux, sans évidemment renier sa foi. Un authentique chrétien !

PV


[ PP à PV – Et ma famille lui est réellement apparentée. C'est une grâce. J'ai toujours pensé que je lui devais ma conversion. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 01/06/2019

à Lucas

> "Nos différences ne se gomment pas"... A condition de savoir lesquelles ! Il est intéressant d'observer que d'un point de vue libéral et post-moderne les différences naturelles et données (sexe ou "genre" par exemple) doivent pouvoir être gommées au nom de l'égalité tandis que les inégalités économiques ne sauraient l'être (riches-pauvres), au nom d'un prétendu réalisme.
Il serait bon que ceux qui sont allés manifester en 2013 contre la "loi Taubira" comprennent, au moins par souci de cohérence, que puisque "l'humain n'est pas une marchandise", il ne doit l'être JAMAIS, y compris au nom de je ne sais quel réalisme économique.
(Cela posé sans jeter la pierre à tous les manifestants, en ayant fait moi-même partie.)
______

Écrit par : Sven Laval / | 01/06/2019

OÙ ON EN EST

> Six ans après cette loi et ces manifestations, où en est-on ? A l'époque, le gouvernement jurait ses grands dieux que non, le "mariage pour tous" n'était pas une étape devant précéder l'ouverture de la PMA aux femmes seules ou aux couples de femmes, encore moins la légalisation du recours à des mères porteuses.
Provisoirement, il semblait que les Manifs pour tous aient retardé la mise en œuvre de ces projets. Or aujourd'hui le gouvernement semble vouloir y revenir. Des projets de lois devraient être examinés cet été, si j'ai bien compris, en tout cas en ce qui concerne la GPA.
Verra-t-on la même mobilisation contre ces projets de lois (qui sont bien plus inadmissibles que le mariage civil accordé à deux personnes de même sexe) ? Ou un certain nombre de manifestants de 2013 considèreront-ils qu'il ne faut quand même pas agacer M. Macron, "qui essaie de réformer la France" ? Je n'ose répondre.

SL


[ PP à SL – Surtout si l'on songe que chez Les Républicains, le propre ex-directeur de campagne de M. Bellamy se fait maintenant le porte-parole du ralliement à la PMA etc... (voir notre blog, note de ce soir). ]

réponse au commentaire

Écrit par : Sven Laval / | 01/06/2019

CRITIQUE DE L'ARGUMENT

> J'avoue que je n'ai jamais vraiment compris l'argument du changement de société ou de la «révolution anthropologique», comme disait l'évêque de Vannes dans une tribune du Figaro en 2012
http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2012/12/13/10001-20121213ARTFIG00665-mariage-pour-tous-le-roi-est-nu.php
J'avais pensé à l'époque lui écrire personnellement et assez longuement, mais je n'en ai jamais pris le temps. J'essaie de résumer ici ce que je lui aurais dit:
La loi de 2013 relève du droit positif, contingent par définition. Comme le dit Donald Potard, «ce qu’une loi a pu réaliser, une autre peut l’abroger».
À partir de là, de deux choses l'une :
- soit il existe bien des invariants anthropologiques (ce que je pense, mais ce serait trop long à développer ici), et dans ce cas, si ces invariants sont contredits par le droit positif, ce dernier finira par se heurter à toutes sortes de contradictions et de difficultés (un peu comme la négation de la gravitation risque de vous exposer à quelques désagréments);
- soit un changement tout à fait contingent du droit positif produit une révolution anthropologique, mais cela conduit à remettre en cause l'existence d'invariants: cela tend à prouver que l'humain est bien une pâte molle, une tabula rasa, que le droit positif peut modeler à sa guise (confirmant la conception libérale du pur individu).
Encore une fois, il faudrait développer et expliquer assez longuement, mais pour aller très vite, le problème de positions comme celle de l'évêque de Vannes est de se contredire en affirmant à la fois l'existence d'invariants tout en s'inquiétant du fait qu'un simple changement du droit positif ait le pouvoir de les transformer.

JM

[ PP à JM – Oui, et il y a aussi cet autre aspect du problème : les "avancées sociétales" étant un des produit dérivés de la liquéfaction du social impulsée par le néolibéralisme, critiquer ces "avancées" sans critiquer radicalement le néolibéralisme est parler pour ne rien dire... Mieux vaut écouter le pape François qui, lui, ne manque pas une occasion de raccorder l'effet à la cause. Contrairement aux "libéraux-conservateurs", qui persistent à chérir la cause dont ils déplorent l'effet ! Faiblesse de la pensée bourgeoise... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Jean-Michel / | 01/06/2019

> Ce qui est terrible, c'est qu'aujourd'hui le monde qui nous entoure nous rend honteux d'avoir défendu le non-réduction du mariage au contrat entre individus, honteux de lutter contre le business de la reproduction artificielle de l'humain, honteux de rappeler que l'avortement n'est pas un droit de l'homme et pose de graves questions éthiques, honteux de douter du bien-fondé de faire mourir un homme gravement handicapé qui n'est pas en fin de vie.
Cette honte est irréductible: le monde nous rend, par son regard, indignes, honteux, ridicules, et malgré toutes les bonnes raisons du monde, il est difficile de lutter contre ce sentiment insufflé de l'extérieur. Et donc bien sûr, l'Eglise que nous sommes est inaudible (indépendamment bien sûr des graves péchés du clergé, qui terminent de nous savonner la planche).
______

Écrit par : Maud / | 01/06/2019

à Patrice :

> Cette sainte ascendance veille sur votre blog comme sur vous-même : toute sa vie, votre aïeul s'est employé à défendre la foi chrétienne en communion avec le siège de Pierre. Il est, pour moi aussi, un modèle de vie évangélique : Deo gratias !

PV


[ PP à PV – Et la fin que lui infligea la très chic bourgeoisie anglicane londonienne fut particulièrement "gore". ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 02/06/2019

FINANCES

> Aller manifester contre la GPA ? Je le ferai volontiers, même sans espérer que cela puisse faire pencher la balance du bon côté. Malheureusement, ce n'est plus possible financièrement parlant. L'équipe de Macron peut bien se réjouir de la baisse du nombre de gilets jaunes, je suis sûre que c'est également pour des raisons financières.
______

Écrit par : Bernadette / | 02/06/2019

LE MENSONGE

> Ce texte résume tout :
Le mariage pour tous n'est présenté que sous le prisme de l'amour entre 2 personnes, ce qui est un mensonge puisque en réalité le mariage ouvre la question de la filiation (ne serait-ce que par l'adoption) et cela on planque à la cave (au passage on constatera que cet amour est imparfait et bancal puisque débouchant fatalement sur la frustration d'une infertilité par essence [par nature], sur laquelle on va ensuite vouloir nous faire pleurer de compassion puisque la modification, par la loi, du sens du mot mariage a rendu similaire des choses qui ne l'étaient pas.
Deuxième argument : cela n'enlève rien à personne est également faux, cela enlève à l'enfant qui par son absence au moment du mariage est évidemment muet.
Double mensonge donc pour asseoir toujours plus haut la loi du plus fort (position de l'adulte par rapport à l'enfant).
Loi à laquelle appartient le libéralisme. Loi à laquelle appartient le saccage de la terre.
L'échelle de cette loi mène inévitablement à la PMA et à la GPA.
Je ne sais pus qui disait "il n'y rien de plus bête que de monter sur une échelle et de ne s'apercevoir qu'en haut que ce n'était pas la bonne échelle".
Le drame ici est que cette échelle n'a pas de fin.
(j'aime bien l'image de l'échelle car sur une échelle la montée est toujours plus naturelle [simple] que la descente... une échelle similaire est celle du déni des conséquences des actes..., la croyance qu'il y a des actes neutres...)
(et je ne comprends pas que beaucoup de gens se disant chrétiens s'y précipitent).
______

Écrit par : franz / | 03/06/2019

FANTASME

> La reproduction homosexuelle un vieux fantasme, enfin réalisée ! Au prix de quelques manipulations juridiques et de quelques trucages de l'état civil....
______

Écrit par : Roque / | 03/06/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.