Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2019

Choc des empires au XXIe siècle : fin de l'utopie globaliste

usa contre chine

L'attaque de Washington contre Huawei efface la fable de la "globalisation unificatrice". Fin de la technolâtrie, retour du politique – mais réservé à deux empires pour lesquels la technologie devient "la guerre par d'autres moyens" :


 

La dérisoire campagne électorale des européennes en France surexcite les médias (et eux seuls) ; peu d'observateurs prennent le temps de réfléchir à ce que veut dire la guerre froide technologique de Washington contre Pékin. Sauf Arnaud Leparmentier, dans Le Monde du 22 mai, qui propose, de cette guerre froide, plusieurs explications dont celle-ci :

"  Il s’agit d’une guerre technologique tout court, les Américains refusant que les Chinois, adversaires stratégiques du XXIe siècle, se hissent au même niveau qu’eux. [...]  Si cette stratégie est durable, il s’agit d’un renversement de la globalisation. La diffusion des technologies s’est faite très rapidement depuis un demi-siècle, exportée à coût marginal hors des Etats-Unis et, le cas échéant, d’Europe et du Japon. En voulant isoler la Chine, les Américains créent deux mondes, avec des technologies parallèles, à supposer qu’il soit possible d’éviter les imitations et diffusions technologiques. En tout cas, ils incitent la Chine à développer ses propres technologies, dans tous les domaines, pour s’affranchir durablement des Etats-Unis. "

Une guerre froide du numérique poussant Pékin à développer "ses propres technologies dans tous les domaines" ! "Deux mondes, avec des technologies parallèles"  ! C'est l'enterrement de l'idéologie des années 1990 : la mondialisation heureuse, la démocratie planétaire instantanée par les télécommunications, la fin de l'histoire et du politique...  Quand l'administration Trump force Google et Apple à rompre avec Huawei, c'est le politique qui contraint l'économique. Même chose en Chine, quand Pékin oriente son numérique vers une production intégralement endogène, notamment pour combler son retard en matière de microprocesseurs. Ecoutez M. He Tingbo, patron de la filiale de Huawei (HiSilicon) qui fabrique précisément ses puces électroniques :  dans son ordre du jour aux employés daté du 17 mai, il accuse "une supernation", les Etats-Unis, de "bouleverser implacablement le système industriel mondial". M. He Tingbo ne dit pas "les groupes américains", vocabulaire économique ; il dit : "une supernation", vocabulaire politique. Entre Washington et Pékin, l'économie devient arme impériale.

C'est là que l'Europe se retrouve brutalement face à son erreur de conception initiale. Jean Monnet et ses épigones firent croire (à des gouvernants abouliques et à un public décervelé) que des traités économiques et financiers de plus en plus contraignants allaient reléguer les Etats-nations au rang de regrettables survivances. Soixante ans plus tard, l'Uheu – comme aiment à dire nos radios et télévisions –  est un carrefour de libre-échange et une techno-bureaucratie alignée sur les multinationales, rejetée pour cela par une part croissante des populations européennes. Elle voit par ailleurs le spectacle le plus déconcertant pour elle : le monde tourne le dos à l'utopie de la fin du XXe siècle...  (rappelez-vous M. Fabius proclamant en 1984 : "Il n'y a plus qu'à toucher les dividendes de la paix").

M. Macron prétend avoir compris et vouloir tout changer ; mais son idéologie personnelle – partagée par les petits commerciaux en folie qui composent LREM – est l'ultralibéralisme des nineties. On ne change pas les choses en restant lié aux causes de leur décrépitude.

 

 

ps – Toute interprétation de ces lignes en faveur d'une des 34 listes hexagonales serait étrangère aux intentions de l'auteur.

 

 

10026799.jpg

 

12:19 Publié dans Asie, Idées, USA | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : usa contre chine

Commentaires

"développer ses propres technologies, dans tous les domaines" .

> Oui! c'est l'effet secondaire indésirable de tout blocus. On le sait depuis les guerres napoléoniennes, quand le sucre de betterave à supplanté le sucre de canne !
Dans le cas présent,la Chine dispose d'une arme de représailles redoutable: elle fournit la majorité des "terres rares" nécessaires au "dopage" des semi-conducteurs. L'actualité va être passionnante.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 25/05/2019

BRADERIE EUROPÉENNE

> Il était question de tout cela dans un 'C dans l'air' il y a deux jours. Dominique Moïsi et Dominique Seux aboutissaient aux mêmes conclusions, avec un Philippe Dessertine qui affirmait que l'Europe, pendant que les deux grands s'affrontent de part et d'autre du Pacifique, regarde "passer les fusées au-dessus de sa tête".
La guerre sera technologique, or l'Europe est sans armes dans ce conflit : Alcatel n'existe plus, Nokia a été dépecé par Microsoft, Ericsson n'est pas en état de se comparer à Google ou Huawei. Le seul véritable choix que les Européens peuvent faire, c'est entre Google et Huawei : pilule amère quand on sait le potentiel qu'avait Alcatel avant la fusion avec Lucent, puis le rachat par Nokia.
Selon Moïsi, l'affrontement sino-américain sonne la fin non seulement de la mondialisation américaine, mais aussi de l'Occident comme bloc euro-américain : après la Chine, c'est l'Europe qui sera visée par les sanctions US. L'Europe sera alors sans suzerain, ce qui est loin d'être une mauvaise chose, mais cela implique que le Vieux Continent devra mettre fin à "l'ambiance bisounours" qui a présidé à sa construction, pour reprendre Hubert Védrine.

https://youtu.be/PPPI_7TaiNY

https://www.lepoint.fr/elections-europeennes/vedrine-l-europe-s-est-construite-dans-une-ambiance-un-peu-bisounours-24-05-2019-2314907_2095.php

PV


[ PP à PV – Et n'oublions pas que le dépeçage US des fleurons européens fut opéré par de dignes quadras bourgeois, dont plusieurs Grands Catholiques qui donnaient (oui) des "enseignements" !!!) dans les églises à des veillées de jeunes gens postulant à peu près tous aux grandes écoles de commerce, etc. Chose qu'il est évidemment très inconvenant de dire ou d'écrire : qui le fait s'entend aussitôt reprocher de déchirer la tunique sans couture de Notre Seigneur... (Car "l'unité" impose de partager les valeurs bourgeoises ; d'ailleurs le Christ "était un capitaliste", disait le Tea Party il y a six ans pour huer le pape). ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/05/2019

à Denis :

> « Le travail accompli et réussi dans l’harmonieuse expansion des pétales »... Pour avoir une bonne douzaine d'années de Chine au compteur, je dois malheureusement affirmer que si nous Européens passons (en une ou deux décennies) d'un suzerain US à un suzerain chinois, au plan technologique tout au moins, il me paraît peu probable que notre mode de vie, notre protection sociale et nos rythmes de travail demeurent inchangés. L'harmonieuse expansion des pétales s'obtient en Chine au prix d'une pression considérable sur le salariat : M. Jack Ma, patron d'Alibaba et multimilliardaire, est ainsi l'auteur d'une règle des « 996 » : de 9 heures du matin jusqu’à 9 heures du soir, 6 jours par semaine. Il y a des suicides ? C'est normal, car le darwinisme social enseigne que seuls les plus forts survivent. Les coulisses de l'émergence du dragon chinois sont effrayantes au plan humain.

https://fr.express.live/jack-ma-heures-supplementaires-996/
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/05/2019

@ PV :

> il est peu probable que l'Europe dans son ensemble soit visée par des sanctions. Certains pays oui, mais au cas par cas, et ils s'aligneront les uns après les autres. L'Europe est déjà ipso facto dans le camp "occidental" et donc dans le camp US, et pas dans le camp chinois (ou autre). Les pays de l'est ne sont pas prêts de quitter l'OTAN donc les US (regarder les achats de F-35 !!!). C'est inchangeable à court/moyen terme car il n'y a aucun accord politique en vue. Seul des clash type Brexit (pas encore fait ! et peut-être jamais réalisé...) pourraient amener des recompositions, donc oui l'Europe est vassalisée et pour longtemps.
______

Écrit par : BMC / | 25/05/2019

à BMC :

> La technologie 5G est un paramètre fondamental qui fera sans doute évoluer la situation que vous décrivez. Celle-ci révolutionnera notre rapport au numérique, rendant internet omniprésent : qui la dominera sera en mesure de contrôler les données (sinon les comportements) de millions de personnes et d'entreprises.
La Chine n'a pas encore remporté cette bataille mais elle investit énormément en ce sens, consciente de l'enjeu. Les nouvelles routes de la soie sont une pièce de ce puzzle : Albert II recevait Xi Jinping fin mars en visite d'État avec à la clef l'accès à la 5G confié à Huawei en Principauté, de même l'Italie et la Suisse ont rejoint le projet pharaonique du président chinois et l'américanophile Allemagne, qui a déjà opté pour Huawei, refuse d'obéir aux injonctions de Washington la mettant en demeure d'abandonner ses visées. Même la Grande-Bretagne, pourtant en plein Brexit, a ouvert son marché de la 5G à Huawei, déclenchant l'ire du grand blond gominé il y a un mois à peine.
C'est dire si la notion de camp occidental est à géométrie variable...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 26/05/2019

CONSTRUIRE DES PONTS

> On sait que Steve Bannon a remué ciel et terre pour empêcher la politique actuelle de rapprochement entre le Saint-Siège et la Chine communiste.
Ces efforts de l'ancien conseiller de Donald Trump n'ont pas eu davantage d'écho à Rome qu'ils n'en ont eu aux élections européennes : dans un geste sans précédent, le Palais impérial de Pékin organise une exposition sino-vaticane consacrée à l'art chinois des collections pontificales.
Ce geste s'ajoute à la présence d'un pavillon du Saint-Siège à l'exposition internationale d'horticulture, qui se tient actuellement à Pékin également : un geste historique là encore.
Le pape François construit des ponts là où d'autres à Washington et ailleurs le préféreraient voir construire des murs. Donnons raison au Saint-Père !

https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2019-05/diplomatie-art-uvres-vatican-chine-pekin-cite-interdite.html
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 30/05/2019

AU KOSOVO

> https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2019-06/cardinal-pietro-parolin-visite-kosovo-prizren-pristina.html

Curieux déplacement du cardinal Parolin dans un État non reconnu par le Saint-Siège... et qui abrite depuis 1999 la seconde plus grande base militaire de l'armée de terre des États-Unis en Europe, quasiment de la taille d'un département français.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 11/06/2019

ERDOGAN GAULLIEN ?

> http://www.lefigaro.fr/international/la-tension-monte-entre-washington-et-ankara-sur-l-acquisition-de-missiles-russes-20190613

Sans éprouver la moindre sympathie à l'égard du président turc, comment ne pas reconnaître dans son geste une approche tout gaullienne de la souveraineté nationale ? Si Ankara venait à se retirer du commandement intégré de l'OTAN et à exiger la fermeture des (stratégiques) bases US, les Américains seraient dans une belle m...

PV


[ PP à PV - Inch'Allah ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 14/06/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.