Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2019

Mille experts du patrimoine prient Emmanuel Macron de bien vouloir respecter le monument

Le-projet-imagine-par-le-studio-d-architecture-NAB.jpg

...quelle que soit son envie d'avoir sa propre "pyramide du Louvre", et les projets d'architectes qui affluent à l'Elysée ! Ci-dessus celui du studio NAB, une serre botanique sur le toit (pour que Notre-Dame se rende un peu utile) :


 

"Monsieur le président, ne dessaisissez pas les experts du patrimoine !" Dans une tribune libre parue le 28 avril, ils sont 1170 conservateurs, architectes et professeurs (de France et d'autres pays) à conseiller au président de la République la patience et le respect : c'est-à-dire, l'humilité.

Ce qui les alarme est la hâte avec laquelle MM. Macron et Philippe ont décidé de contourner les normes de protection du patrimoine : et pour cela, de faire voter une loi de dérogation par le bloc docile des députés LREM. D'où le risque de livrer la restauration de Notre-Dame au marché de l'architecture contemporaine, avec tout ce que cela suppose.

Il faut au contraire, disent les 1170 inquiets, prendre “le temps de trouver le bon chemin”, à l'aide d'une approche “scrupuleuse, réfléchie” non seulement de l'esprit du monument mais de la simple déontologie.

Ce langage-là peut-il être compris de nos décideurs trentenaires, tout enivrés de "destruction créatrice" ? Sans doute pas. Mais ils peuvent comprendre un rapport de forces... Il faut donc susciter un courant de masse qui mette en garde l'Elysée-Matignon contre un abus de pouvoir.

Ce courant de masse peut naître. L'affection des Français envers Notre-Dame de Paris dépasse de très loin le cercle des ami du gothique [*], d'une part, et le milieu catholique pratiquant.d'autre part. Bien entendu la restauration de la cathédrale devra respecter la loi de 1905 (célébrée par M. Macron dans sa conférence de presse) :  c'est-à-dire l'affectation de Notre-Dame au culte ; ce qui interdit d'en faire un édifice à usages multiples, bien que certains – on pouvait s'y attendre – commencent à le suggérer rue de Valois ! Notons à ce propos que Jack Lang en personne tique devant la précipitation macronienne.

C'est sans doute du côté de Stéphane Bern, préoccupé lui aussi des arrière-pensées de l'Elysée, qu'est le ressort d'une mobilisation populaire pour le respect de Notre-Dame. Exerçons une saine pression (comme dit Laudato Si') sur le groupe Macron : faisons-lui admettre qu'une restauration "exemplaire" suppose un délai de réflexion "ambitieux", selon les termes de l'appel des experts. Non à une délirante pyramide du Louvre sur le toit de la cathédrale ! Non au dérisoire objectif de cinq ans en vue des Jeux olympiques !

__________

[*]  Je le dis d'autant plus que je suis plutôt un ami... de l'architecture romane. Comme Pasolini. Ou hélas Houellebecq.

 

 

Le projet du cabinet Chassang :

D4THlmEX4AEUj3P.jpg

 

Le ministère jure maintenant que la dérogation aux normes ne s'appliquerait pas à la cathédrale mais seulement à ses alentours. Ci-dessous le projet du cabinet Perrault, déjà père de la controversée BNF :

Le-projet-de-Dominique-Perrault-pour-le-parvis-de-Notre-Dame-de-Paris-tel-qu-il-l-avait-imagine-en-2015.jpg

 

Sans oublier les humoristes :

NDP xx.jpg

 

 

 

Commentaires

à Patrice :

La précipitation avec laquelle Macron a lancé le concours international d'architecture pour la flèche m'a tout de suite fait songer à une opération "pyramide de Pei" bis : Mitterrand a eu "sa" pyramide, Chirac "son" musée, Macron veut "sa" flèche. Soyons vigilants !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/04/2019

BRAIN-STORMING

> Ce que les auteurs de projets de serre végétale omettent soigneusement de dire, c'est que ce type d'utilisation plus ou moins publique des combles nécessiterait l'ajout d'accès autres que les escaliers à vis actuels: pourquoi pas des ascenseurs panoramiques extérieurs et intérieurs qui plairaient énormément aux touristes !

PH


[ PP à PH – Et un mur d'escalade. Et une piste de parapente. Et un solarium... Le brain-storming est open, comme dirait Mme Ndiaye. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 29/04/2019

L'ARCHEVÊQUE

> Un homme a le pouvoir de calmer l’excitation des uns et des autres, c’est l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit. Pour cela, portant la voix des chrétiens, il doit réaffirmer la priorité réservée au « spirituel catholique », et donc la place première faite à l’Esprit Saint, dans tous les projets de restauration/reconstruction qui seront présentés.
Je reconnais que j’ai, comme beaucoup d’autres, et au risque de passer pour un casse-pieds, résumé en dix lignes adressées à l’archevêché l’intention qui serait mienne si j’avais un quelconque pouvoir de décision à cet égard… Y’a pas de mal à dire à notre archevêque comment et combien nous aimons - et aimerons demain - Notre-Dame de Paris !
______

Écrit par : Denis / | 29/04/2019

ACCEPTABLE

> La seule proposition à peu près acceptable, selon moi, est la suivante :

https://image-cdn.hypb.st/https%3A%2F%2Fhypebeast.com%2Fwp-content%2Fblogs.dir%2F11%2Ffiles%2F2019%2F04%2Fnotre-dame.jpg?q=90&w=1400&cbr=1&fit=max

En d'autres termes : pas de nouvelle flèche, pour respecter la structure durablement fragilisée, mais un puissant rai de lumière qui émergerait de la croisée du transept, quasiment à la verticale de l'autel, comme un phare spirituel appelant le regard du visiteur vers Dieu.

PV


[ PP à PV – Les laïcards supporteraient-ils ? "Fils des lumières" mais pas trop... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/04/2019

à Patrice :

Vous avez raison lorsque vous écrivez "pour que Notre-Dame se rende un peu utile" : c'est hélas ce que pensent beaucoup de gens qui, l'émotion étant retombée, ne voient dans Notre-Dame qu'un truc à touristes, un monument emblématique de la capitale.
Deux de mes collègues, trentenaires, m'ont ainsi soutenu que Paris a déjà suffisamment d'églises comme ça et que, quoi qu'il en soit, plus personne ne va à la messe. L'une d'elles m'a avoué n'être jamais entrée dans la cathédrale et n'avoir rien ressenti de particulier le 15 avril au soir : pas davantage d'émotion que si l'Olympia venait à brûler.
Ma soeur, athée, n'a rien éprouvé non plus ; j'étais quant à moi tétanisé et n'ai quasiment pas pu dormir cette nuit-là.
Mélenchon, au fond, est un chrétien qui s'ignore ; la jeune génération, en revanche, est indifférente à la foi. Notre petit troupeau du 1 % a beaucoup à faire pour évangéliser ces jeunes qui n'ont pour seul horizon que le matérialisme et le consumérisme ambiants.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/04/2019

@ Philippe de Visieux

> je vois plusieurs défaut au projet que vous présentez, en particulier de faire dans un spectaculaire peu en phase avec l'écologie et avec la solennité du lieu, et de rester parfaitement étranger au langage expressif du monument.
Il est d'autre part un peu tôt pour parler de "structure durablement fragilisée" qui ne supporterait pas la flèche.

Guadet


[ PP à Guadet – Mais il n'est pas trop tôt pour se demander pourquoi les constructeurs de la cathédrale avaient opté pour un simple clocheton léger au dessus de la clé de voûte... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Guadet / | 29/04/2019

DISNEYLAND

> Peut-être vont-ils transformer la cathédrale en annexe de Disneyland, avec des animations se référant au dessin animé "Notre-Dame de Paris" ?
______

Écrit par : aurélien million / | 29/04/2019

AFFECTION

> Oui, l'humilité, c'est le premier outil pour sa reconstruction.
L'affection des Français, mais pas que, beaucoup de gens dans le monde aussi.
______

Écrit par : Yvan / | 29/04/2019

MACRON

> Il ne peut s'empêcher de disrupter votre président quitte à se mettre même ceux qui au premier abord paraîtraient les plus opposés: Gilets Jaunes, défenseurs du patrimoine,... Les seuls qui le soutiennent encore: les 10% + ceux qui profitent du ruissellement (les start-uppers et les journalistes des médias aux ordres, la grande bourgeoisie décadente type foulards rouges).
______

Écrit par : Raphaël R. / | 29/04/2019

SENSÉ

> https://www.nouvelobs.com/culture/20190429.OBS12246/tribune-veut-on-vraiment-d-une-notre-dame-lvmh-signee-ishigami.html

Enfin un architecte à peu près sensé ! C'est 'L'Obs', donc l'aspect religieux a été volontairement zappé, mais pour ce qui est de la reconstruction, l'analyse de ce monsieur me semble pertinente.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 30/04/2019

"CATHÉDRALE ÉPHÉMÈRE"

> http://www.leparisien.fr/societe/notre-dame-j-ai-le-soutien-du-president-pour-une-cathedrale-ephemere-affirme-mgr-chauvet-27-04-2019-8061351.php

Emouvant témoignage de Patrick Chauvet, recteur de Notre-Dame, qui confirme la prochaine construction d'une cathédrale éphémère sur le parvis. Cela fait plusieurs années que j'apprécie Mgr Chauvet pour la profondeur de son propos, sa chaleur humaine, son sens de l'humour ; c’est vrai qu’il "garde ses faux airs de Tintin", comme l’a récemment écrit votre consoeur Caroline Pigozzi. Je recommande particulièrement ses conférences sur Bernanos et sur la petite Thérèse : espérons que son enseignement pourra se poursuivre dans cette église temporaire en attendant que Notre-Dame, sécurisée, puisse rouvrir ses portes aux fidèles.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 30/04/2019

CONTRE LES "5 ANS"

> Je pense que cet incendie dramatique devrait avoir pour vertu de rendre nos responsables (religieux, certes, mais, surtout, politiques) plus remplis d'humilité.
Je ne sais si c'est Dieu qui nous a fait ainsi un "signe", pour nous dire que nous étions des pécheurs remplis de mégalomanie (comme pendant la Tour de Babel), vu le contexte actuel de crise dans la société, et pas seulement dans l'Eglise.
Nous devrions ainsi prendre le temps de la réflexion et de la prière, pour demander pardon au Très-Haut. Une période de latence doit s'ouvrir, pendant laquelle nous ne ferions rien sauf prier et nous repentir.
A quoi cela va-t-il servir de se précipiter sur une reconstruction bâclée, peu réfléchie, alors qu'il faut juste prendre la mesure extraordinaire de ce qui arrive et, peu à peu, en tirer les conséquences : à la fois dans nos vies spirituelles, et bien sûr dans l'architecture nouvelle d'un bâtiment consacré à la plus grande gloire de Dieu.
Une période de purgatoire s'est ouverte, nous ne devons pas faire comme si elle n'existait pas. Nous ne devons pas contrecarrer la volonté divine, ou, plus simplement, le cours naturel des choses, le cours logique, immémorial et rempli de sagesse. Les hommes du Moyen Age, qui croyaient à la Lumière, ont mis un siècle à bâtir Notre-Dame. Les "cinq ans" du président Macron sont une obscénité.
______

Écrit par : Bégand / | 30/04/2019

PATIENCE

> Tout à fait d'accord pour la patience et le refus de la précipitation. Par contre, faire appel à l'architecture contemporaine ne me choque pas par principe.
______

Écrit par : Maud / | 30/04/2019

MODESTIE

> Il faudrait surtout faire preuve de modestie et d'humilité dans la restauration (et non la "reconstruction") de Notre Dame, et cela passe par le respect de la charte de Venise, sans vouloir déroger dans la précipitation aux règles d’environnement et d’urbanisme, sans vouloir remplacer la flèche par "un nouveau geste architectural", par une flèche "adaptée aux enjeux de notre époque"...
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 30/04/2019

SAGESSE

> Un article plein de sagesse de l'architecte Alexis Muller dans la revue "Hérodote" à propos de la restauration de Notre Dame :

Plaidoyer pour Notre-Dame

https://www.herodote.net/Plaidoyer_pour_notre_Dame-article-1791.php
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 30/04/2019

UN PHARE

> Les bâtisseurs seront-ils animés par le haut degré de spiritualité de tous ceux qui ont contribué à construire nos cathédrales ?...Cette précipitation est en effet néfaste et c'est un bon rappel à l'ordre..
Notre Dame est un phare dans notre monde matérialiste, un témoin fidèle de la foi catholique et de la présence de Dieu, elle s'inscrit dans notre histoire intimement liée au christianisme qu'on le veuille ou non, elle est là debout et chacune de ses pierres est une prière..Personne ne peut ignorer qu'il entre dans un haut lieu culturel mais aussi cultuel...c'est la sa vocation 1ère...
Je trouve aussi que c'est à Mgr Aupetit et à ceux qui font vivre ce pourquoi elle a été bâtie d'être consultés en priorité à chacune des étapes. Espérons que cela sera le cas.
______

Écrit par : Marie-Do / | 30/04/2019

> Quand est-ce qu'elle s'effondre la flèche de l'Élysée ?
______

Écrit par : Yvan / | 30/04/2019

60 ANS

> La basilique de Saint-Nicolas-de-Port, en Lorraine, fut transpercée de part en part par un obus allemand le 18 juin 1940 ; son état était alors proche de celui de la cathédrale parisienne :
http://static.reseaudesvilles.fr/cities/301/images/uu659xhl7v9kq7l.jpg
S'ensuivit une longue période de reconstruction, grâce au legs inopiné d'une Portoise mariée à un magnat new-yorkais : ayant reçu plusieurs dizaines de millions de dollars en 1980, le diocèse de Nancy et de Toul entreprit une minutieuse restauration qui s'étala sur une vingtaine d'années.
Il fallut donc près de soixante ans pour que la basilique retrouve son état d'origine :
http://static.reseaudesvilles.fr/cities/301/images/go2orqurq0lvu.JPG

http://static.reseaudesvilles.fr/cities/301/images/s5z0t40mbbt05hm.jpg

Évitons toute précipitation !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 01/05/2019

POURQUOI ?

> Vois toujours pas pourquoi il faudrait reconstruire nécessairement la flèche de Viollet, que des hommes plus grands que nous trouvaient atroces.
______

Écrit par : Maud / | 01/05/2019

@ Michel

Très bien ce Muller.
Voilà d'autres propositions de restauration de Notre-Dame (j'aime bien celle de Kiss The Architect, on est en plein Star War) :
https://www.dezeen.com/2019/04/25/notre-dame-spire-alternative-cathedral-designs/
______

Écrit par : Yvan / | 01/05/2019

@ Michel de Guibert

> Merci pour l'article d'Hérodote. Je commençais à me sentir un peu seul ici, où ça manque d'historiens de l'architecture. Pour la question du poids de la flèche de Viollet-le-Duc, Alexis Muller explique bien en quoi ce n'est pas forcément un problème. Pour ce qui est de son dessin, rien ne dit que les architectes médiévaux ne l'auraient pas approuvé. Dans les églises médiévales, ce qui était projeté n'est pas forcément ce qui a été réalisé, en particulier pour des problèmes de manque de crédit, ce qui explique que les cathédrales soient restées le plus souvent inachevées. Viollet-le-Duc reste l'un des plus grands connaisseurs de l'architecture gothique qui ait existé, et il ne peut pas être contredit si facilement.
Pour l'État, il serait plus moderne de retrouver par une restauration les savoir-faire perdus du fait de l'industrialisation, savoir-faire qui nous permettront de revenir à des matériaux et à des techniques plus écologiques. Il n'y a plus de concepteurs ni d'artisans aussi bien formés qu'au moyen-âge ou au XIXe siècle. Un chantier de ce type serait important pour réussir à revenir sur une terrible régression du génie humain.
Pour l'Église, il me semble qu'une simple restitution serait plus en phase avec l'humilité d'Église des pauvres qu'elle recherche. Pourquoi toucher au témoignage de foi que représente Notre-Dame ? Ne cherchons pas un triomphalisme moderne ni un ascétisme spectaculaire.
______

Écrit par : Guadet / | 01/05/2019

> La cathédrale Notre-Dame de Paris à pris feu à l'occasion de travaux de rénovation qui engageaient toute la cathédrale mais qui commençaient par la rénovation de la flèche: et le feu est parti de sa base.
Superbe incontestablement, cette flèche, chef d'œuvre de Viollet-le-Duc. Tellement belle qu'il a voulu la contempler pour l'éternité sous les traits de saint Thomas. Beaucoup de métal, beaucoup de bois, et puis très lourde si j'ai bien compris. Et beaucoup de statues à sa base dont je ne sois pas sûr qu'au-delà de la beauté de l'ensemble elles participent beaucoup à l'élévation de l'âme des passants. Et puis bravo les dégâts quand elle est tombée...
La précédente était nettement plus petite, en pierre (?), ce qui a moins tendance à brûler: et lorsqu'elle a menacé de tomber, on l'a retirée sans chalumeau sans ascenseur sans mégots et avec des compagnons certainement plus faciles à recruter à une époque où le travail manuel était mieux reconnu.
Alors moi, toute mon admiration va vers ces architectes du Moyen-Age qui ont su rendre ces monuments capables de résister à un tel incendie et ce, malgré une flèche certes esthétique mais totalement inintéressante au regard du but de ces cathédrales.
Je ne suis pas architecte et encore moins architecte vedette, seulement un chrétien qui aime et vénère ces cathédrales même s'il préfère les églises romanes : mon projet est simple, malheureusement trop simple : on remet une toiture sur une charpente en béton avec des portes coupe-feu, on ne met pas de flèche, rien. Et on fait suivre les travaux avec un contrôle sèrieux et efficace.
Mais, dans un pays où il y a autant de gens intelligents, je ne suis pas sûr que mon projet soit retenu...
______

Écrit par : Olivier le Pivain / | 01/05/2019

à Guadet

> Oui, Eugène Viollet-le-Duc a été critiqué à son époque et encore aujourd'hui, parfois à juste titre (les ardoises remplaçant les tuiles à la Cité de Carcassonne), il n'en demeure pas moins qu'il a fait un travail remarquable auquel je veux rendre hommage, notamment avec cette flèche de Notre Dame (et je ne parle pas ici des matériaux, qui peuvent être changés, mais de l'esthétique, de la cohérence et de l'équilibre des formes).
Il faut citer aussi un autre architecte talentueux, Jean-Baptiste Lassus, qui a restauré la Sainte Chapelle, et notamment sa très belle flèche, petite sœur jumelle de celle de Notre Dame (je m'en faisais la réflexion en passant devant en traversant la cité aux fleurs puisque le parvis de Notre Dame nous est encore interdit).

Michel de Guibert


[ PP à MG – Sans oublier les architectes qui ont ressuscité le Mont Saint-Michel dont son abbatiale : Corroyer, Petitgrand, Gout, et plus récemment Froidevaux qui fit revivre Notre-Dame-sous-Terre... ]

réponse au commentairer

Écrit par : Michel de Guibert / | 01/05/2019

PAS DE BÉTON

> Par pitié, pas de charpente en béton : avec le temps, le métal finit souvent par se corroder, et bonjour l'angoisse. A Reims, par exemple, conservateurs et architectes sont confrontés a de grandes difficultés dans la charpente en béton de l'entre deux guerres.
A défaut de bois, ce qui serait l'idéal (et écologique), une charpente en tout métal comme à Chartres serait bien préférable.

Pour la flèche, franchement, j'inclinerais pour ne pas la refaire, simplement parce que, eh bien, c'est ainsi, elle a brûlé. Je suis peu favorable aux reconstructions à l'identique. A la rigueur une construction moderne, mais alors par pitié, pas en métal et verre, quelque chose d'un peu plus original...

Écrit par : Edel / | 01/05/2019

à Michel de Guibert :

> Merci pour cette intéressante contribution : l’article d’Alexis Muller est instructif à tous égards. Ainsi, « prôner l’utilisation de techniques et de matériaux actuels pour alléger la toiture est un contresens structurel, car le poids de la toiture participe à la stabilité des édifices gothiques » : cela renvoie à la crainte d’un certain nombre d’experts en ce qui concerne la chute de trois voûtes de la nef et du transept, en ce que ce sont les voûtes qui assurent l’équilibre général de toute église gothique. Muller semble priviliégier la reconstitution de la charpente en chêne, ce qui est faisable puisque « parfaitement documentée ».
Pourtant, d’autres architectes soulignent que la maçonnerie a selon toute vraisemblance énormément souffert de l’incendie : pourrait-elle supporter la masse considérable d’une charpente en chêne, surmontée d’une flèche tout aussi lourde ? Seules les expertises pourront le déterminer.
Pour ce qui est de l’apport de l’architecture contemporaine, la remarque de Muller concernant la pyramide de Pei qui a trente ans et nécessite un entretien constant est riche d’enseignements...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 02/05/2019

Votre commentaire est déjà publié (ci-dessus).
______

Écrit par : à Olivier le Pivain / | 02/05/2019

@ Philippe de Visieux

> La maçonnerie qui a souffert est surtout celle des voûtes, et la charpente ne prend pas appui sur les voûtes. La flèche, par exemple, repose sur les piliers de la croisée du transept. Si quelques pierres du sommet de ces piliers ont souffert, elles seront de toute façon remplacées, ce qui se fait couramment (beaucoup de celles qui constituent l'édifice ne sont pas d'origine). Il n'y a donc aucune bonne raison de ne pas reconstruire la flèche.
Encore une fois, Notre-Dame est en majeure partie l'œuvre de Viollet-le-Duc et elle domine ainsi Paris depuis deux siècles. Elle n'est pas une œuvre médiévale qui aurait été maltraitée par un architecte du XIXe siècle. Ce serait un terrible signe de la laisser mutilée ou de la défigurer. Ce serait aussi un terrible précédent qui rendrait caduque la charte de Venise qui régit la protection des monuments historiques dans le monde.
______

Écrit par : Guadet / | 02/05/2019

PIÉTINER

> https://www.jeanmarcmorandini.com/article-393262-coup-de-gueule-de-l-organiste-de-notre-dame-de-paris-contre-les-politiques-et-les-architectes-qui-oublient-que-c-est-d-abord-un-lieu-de-culte-video.html

Bravo M. Latry ! "C'est quand même un lieu de symbole, certes Français, certes national, mais c'est d'abord un lieu de culte, je pense qu'il ne faut pas l'oublier. Quand je vois des architectes qui sont capables de vouloir faire piétiner la cathédrale en faisant un toit sur lequel on pourra marcher je trouve ça absolument ahurissant".
Faire piétiner la cathédrale, au propre comme au figuré : faisons entendre notre opposition à cette perspective effectivement ahurissante !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 03/05/2019

GIRAUD

> https://www.telerama.fr/idees/notre-dame-notre-puissance-technique-nous-rend-tres-vulnerables,n6224768.php

L’analyse de Gaël Giraud, s.j., est toujours source d’approfondissement : c’est le cas à propos de l’incendie de Notre-Dame, qui constitue pour le jésuite (comme indiqué sur son compte Twitter) « un symptôme du désastre écologique en cours, la preuve qu'il faut rétablir l'ISF et le signe d'une résistance aux marchés financiers de la part des Occidentaux ».

Le P. Giraud fait également mention d’un article du journal suisse ‘Le Temps’ qui met en évidence un rapport de Paolo Vannucci, spécialiste d’ingénierie dans le cadre des monuments historiques, qui avait alerté il y a deux ans dans un rapport au CNRS (classé secret-défense par Manuel Valls) quant à l’absence de système de lutte contre les incendies dans la charpente de Notre-Dame : selon cet universitaire, même la foudre aurait pu déclencher un feu. Le gouvernement, tout à fait au courant du danger, n’a pas fait installer de système de sécurité : si ce fait devait être confirmé, la responsabilité de l’Etat, propriétaire de Notre-Dame, serait entière.

https://www.letemps.ch/monde/notredame-etait-danger-un-rapport-oublie-laffirmait-2016
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 03/05/2019

> Oui, enfin, il y avait aussi des incendies d'églises et de cathédrales au Moyen-Âge...
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 03/05/2019

LE DROIT DE PARLER

> La bonne nouvelle c'est que nous aurons le droit de parler.

"Les Français «pourront s'exprimer» sur la reconstruction de Notre-Dame de Paris, qui fera l'objet d'«un grand débat et une grande consultation», même si le choix final du projet reviendra à l'Etat, a affirmé ce vendredi le ministre de la Culture Franck Riester sur LCI."

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/restauration-de-notre-dame-les-francais-seront-consultes-selon-riester-20190503
______

Écrit par : Yvan / | 03/05/2019

à Yvan

> Appeler "bonne nouvelle" le droit de parler me paraît singulièrement optimiste... d'autant que le ministre de la culture conclut "... et puis on tranchera après un grand débat et une grande consultation".

MG


[ PP à MG – Et l'on sait que la conclusion des "grands débats" va nécessairement dans le sens de l'Elysée. ]

réponse au coimmentaire

Écrit par : Michel de Guibert / | 03/05/2019

Michel,

> La bonne nouvelle était ironique.
La mauvaise nouvelle (qui accompagne toujours les bonnes nouvelles de ce bas monde) c'est que "le choix final du projet reviendra à l'Etat", et l'Etat c'est lui. Ça c'est mon côté pessimiste parce que Macron ne choisira que dans le futur.
Je n'ai aucune confiance en lui et ceux qui l'entourent.
Dans une entreprise, ce sont les gens des plans sociaux et du surcroît de travail jusqu'à la folie pour ceux qui restent, et pour la poche des actionnaires, et tant pis si la boîte finit par fermer s'il est encore plus rentable qu'elle ferme.
La restauration de Notre-Dame n'a qu'un intérêt communicationnel et financier pour la 'start-up France' en vue des Jeux Olympiques, et pour son ego. Les cathos, les amoureux de vieilles pierres, le respect de ceux qui l'ont construite, ..., ça ne rapporte pas.
J'ai peur que plus cette restauration sera "disruptive", plus content il sera.
Et si par la suite, il devait s'y prendre un râteau historique et mondial, et peut-être aussi technique, il sera trop tard. Après lui le déluge.
Les Gilets Jaunes et ceux qui s'y reconnaissent réclament l'usage du referendum. Qu'est-ce qui l'en empêche ? N'est-ce pas une occasion ?
______

Écrit par : Yvan / | 04/05/2019

LIEU DE CULTE

> Oh, désolé, Yvan, je vous ai lu au premier degré !
J'espère que l'archevêque de Paris sera au moins consulté en tant qu'affectataire de la cathédrale, qui est d'abord et avant tout un lieu de culte !
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 04/05/2019

UN CHANTIER MÉDIÉVAL ?

> Maurice Culot : « Faisons de Notre-Dame le plus vaste chantier médiéval jamais vu  ! »

ENTRETIEN. Architecte érudit, Maurice Culot juge que la restauration de la cathédrale doit être l'occasion d'un renouveau des techniques traditionnelles. Propos recueillis par Bruno Monier-Vinard

https://www.lepoint.fr/societe/maurice-culot-faisons-de-notre-dame-le-plus-vaste-chantier-medieval-jamais-vu-05-05-2019-2310903_23.php
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 05/05/2019

CHAPELLE HAUTE

> Allez, Patrice, je me lance, moi aussi, dans la restauration de Notre-Dame !
Comme je l’ai écrit à notre confrère de ‘France Catholique’ Gérard Leclerc, ce matin, qui évoquait dans sa chronique de RND le 140e anniversaire du retour à Dieu de sainte Bernadette, il ne vous aura pas échappé que le message de Lourdes pour la France et le monde, et bien sûr pour l’Eglise universelle, a trouvé un rude point d’orgue le 16 avril dernier, avec l’incendie de Notre-Dame de Paris… Et ceci, dans le temps liturgique de la Semaine sainte qui nous proposait aussi, en cette même nuit du 15 au 16 avril, de faire mémoire de sainte Bernadette et saint Benoît-Joseph Labre, dans l’intime de nos cœurs unis à celui de Jésus. Or nous savons tous combien les pauvres, les pécheurs, les malades sont au cœur de la prédication évangélique et de la mission de l’Eglise, que représentent si éloquemment ces deux saints.
Et c’est donc en méditant sur ces deux grandes figures de sainteté données à notre Eglise et à notre nation, que m’est venue – et que je soumets au discernement des amis de votre blog – cette intention pour la restauration de Notre-Dame de Paris : l’édification d’une chapelle haute dédiée à sainte Bernadette de Lourdes et saint Benoît-Joseph Labre, une chapelle où la prière pour les pauvres, les pécheurs, les malades aurait la première place.

Denis


[ PP à Denis – Magnifique idée, à soumettre au P. Patrick Chauvet. Mais le recteur de la cathédrale aura-t-il voix au chapitre, face aux génies des Carpathes architecturales qui font la cour à Jupiter ?
– J'y ajouterais volontiers une idée complémentaire : une autre chapelle haute, celle-là dédiée à l'archange Michel comme dans les basiliques carolingiennes. (S'il n'y en a pas déjà une petite dans les tours, et j'avoue mon ignorance ?) ]

réponse au commentaire

Écrit par : Denis / | 06/05/2019

à Denis :

> Très bonne idée, en effet : cela ferait de Notre-Dame une sorte de Sainte-Chapelle en grand puisque, comme vous le savez, cette dernière comporte deux niveaux (on constate à ce sujet que les escaliers à vis suffisent à contenir le flux des visiteurs, certes moins nombreux qu’à Notre-Dame). Cependant, n’oublions pas que c’est l’État qui est propriétaire de Notre-Dame, l’archevêque de Paris n’étant qu’un locataire plus ou moins bien toléré. Si une si belle initiative devait être réalisée, elle nécessiterait l’aval du ministère de la Culture : là aussi, nous aurions besoin du « glaive de l’Archange » pour changer certains états d’esprit !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 07/05/2019

Mgr CHAUVET

> https://youtu.be/ctWKk4oAREo

Un entretien plein d'optimisme et d'humour de Mgr Chauvet par Léa Salamé. Cela donne du baume au cœur !
À ce propos, 'L'Obs' rapporte un différend entre le recteur Chauvet et le préfet de police Lallement : avez-vous eu vent de ces premières difficultés Église-État dans la gestion du dossier Notre-Dame ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 07/05/2019

@ Denis

> Où serait cette chapelle, sur quoi porterait-elle et comment y accèderait-on ? Vous imaginez peut-être une cage d'ascenseur vitrée dans le chœur, d'où l'on aurait une vue inoubliable sur les grandes cérémonies de la cathédrale ? En décidant un concours qui n'a pas lieu d'être, Macron a déchaîné un faux débat et une folle illusion. Revenons à la réalité et à l'humilité : on peut restaurer Notre-Dame comme elle était avant et ce sera déjà fantastique. N'en demandons pas plus ou nous risquons de tout perdre.
Il faut bien comprendre que ceux qui ont publié par exemple des projets de toits avec serres plantées étaient stupides ou voulaient simplement faire leur pub en sachant très bien le projet irréalisable, sauf à mettre en grand péril le monument. ne tombons pas dans le piège de Macron.
______

Écrit par : Guadet / | 07/05/2019

@ Guadet

> Sans doute êtes-vous architecte, à tout le moins versé dans la construction et la restauration de bâtiments anciens et vénérables, pour nous affirmer ainsi que le principal péril, pour Notre-Dame, réside dans la nouveauté voire l’innovation ?
Pour ma part, je fais confiance, au-delà du génie de nos experts en patrimoine et de nos architectes, à l’archevêque de Paris et au recteur de la cathédrale pour que le projet de restauration retenu ait un vrai sens spirituel…
Or, il me semble que notre époque, tellement épatée par la générosité de ses milliardaires dispensés d’ISF, a un vrai besoin de se recentrer sur le bien commun des pauvres, des petits, des malades, des souffrants parce que pécheurs.
Et donc, il m’a semblé qu’une réponse nous était peut-être donnée, dans la Communion des saints, par sainte Bernadette de Lourdes et saint Benoît-Joseph Labre, fêtés le 16 avril, date à jamais mémorable pour l’archidiocèse.… Bernadette Soubirous et Benoît Labre, et j’ajouterai aussi Jean Vanier, autre « cathédrale » qui commença de lancer ses derniers feux alors que Notre-Dame s’embrasait.
Votre commentaire se termine sur « le piège de Macron » (!?). Le seul « piège » que nous devons éviter, en l’occurrence, serait de faire passer la pierre et la poutre, propres et polies, des bâtisseurs avant la paille crottée des vivants pierrots, appelés à la sainteté, que nous sommes tous, baptisés ou non.
Aussi, j’insiste là-dessus : comme il serait bon, beau et vrai que cette restauration de Notre-Dame de Paris nous permette de mieux adorer et prier Notre Seigneur avec la « foule immense » des saints et des justes !
______

Écrit par : Denis / | 08/05/2019

LE POIDS

> Sûr que des serres (sans même parler des problèmes d'accessibilité) galvauderaient le sens religieux de la cathédrale. Mais il faut être croyant pour le comprendre.
Cependant, ils devraient comprendre que le poids de la terre et des plantations mettrait en péril la structure de l'édifice. Mais l'effondrement total est peut-être le but recherché ?
______

Écrit par : Bernadette / | 08/05/2019

@ Denis

> Je suis historien de l'art et j'ai toujours travaillé sur la mise en valeur et la protection du patrimoine architectural. j'a appris tout le respect et la prudence qu'il faut avoir avec nos grands monuments, plus fragiles qu'ils n'en ont l'air.
À la fin du XIXe siècle, par exemple, l'évêque d'Avranches voulut faire preuve d'innovation dans un but de progrès spirituel. Résultat : sa cathédrale s'est écroulée ; elle n'a jamais été reconstruite.
Sans faire de conservatisme ni d'idolâtrie de vieilles pierres, on peut être attaché à transmettre à nos enfants le joyau qu'est Notre-Dame. Et je ne vois pas où et comment installer une chapelle haute sans mettre en danger cette transmission.
Le piège de Macron est le piège du progressisme néolibéral : faire croire que s'il n'y a pas de disruption il n'y a pas de vie. Un grand monument vit et évolue, mais cela n'est possible que s'il y a un grand respect pour ce qui existe déjà, et une grande humilité. C'est comme pour la vie de tout organisme vivant.
______

Écrit par : Guadet / | 09/05/2019

@ Guadet

> OK. Je comprends votre point de vue et votre prudence.
______

Écrit par : Denis / | 09/05/2019

GUÉDELON

> L'Etat et la mairie sont pressés de faire revenir les touristes ?
Une solution ne pourrait-elle pas s'inspirer de Guédelon (ce château fort en construction avec les méthode du moyen âge). Les visites du chantier suffisent à alimenter les caisses pour cette construction.
Organisons donc un chantier de reconstruction à l'identique avec visite (découverte) du travail de ces merveilleux artisans in situ.
______

Écrit par : franz / | 09/05/2019

SAGESSE

> Merci Guadet pour tous vos commentaires sur ce sujet auxquels j'adhère complètement.
Votre comparaison avec l'organisme vivant rejoint celle faite par Mgr Michel Aupetit comme ancien médecin !
L;'humilité, là comme ailleurs, est maîtresse de sagesse.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 09/05/2019

> C'est au XVIIIe siècle Avranches, pardon pour l'erreur.
______

Écrit par : Guadet / | 09/05/2019

à Franz

Je vois que je ne suis pas seul à avoir pensé que pour ce qui est du tourisme, l'exemple de Guédelon est instructif.
______

Écrit par : olivier b. / | 10/05/2019

à Denis

> Si l'on veut faire une lecture spirituelle de ce tragique événement, il me semble que, bien plus que sainte Bernadette de Lourdes et saint Benoît-Joseph Labre fêtés le 16 avril (lendemain de l'incendie), c'est dans le mystère pascal, mystère de mort et de résurrection, que nous pouvons relire l'incendie de Notre Dame survenu le Lundi Saint, au début de la Semaine Sainte.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 10/05/2019

L'OPINION PUBLIQUE

> Restauration de Notre-Dame: les Français opposés à une loi d’exception :
http://www.lefigaro.fr/culture/restauration-de-notre-dame-les-francais-opposes-a-une-loi-d-exception-20190509
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 10/05/2019

SCIENTIFIQUES

> "Pour restaurer Notre-Dame, on ne part pas d’une feuille blanche"
Entretien de Laurence Desjoyaux avec Olivier de Châlus, porte-parole de l’Association des scientifiques au service de la restauration de Notre-Dame :
http://www.lavie.fr//actualite/france/pour-restaurer-notre-dame-on-ne-part-pas-d-une-feuille-blanche-10-05-2019-98154_4.php
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 10/05/2019

CHRONIQUE

> Nous sommes Notre-Dame
Chronique de Erwan le Morhedec, avocat et essayiste :

http://www.lavie.fr/debats/chronique/erwan-le-morhedec/nous-sommes-notre-dame-23-04-2019-97825_979.php
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 10/05/2019

"SA" FLÈCHE

> Sa Majesté a déjà choisi SA flèche : une reconstruction inventive, une audace respectueuse.
«Nous devons faire une reconstruction inventive» en s'inspirant de «ce qu'avait fait Viollet-Le-Duc», qui avait édifié au XIXe siècle une flèche en évitant «toute querelle des anciens et des modernes» pour privilégier «une alliance de la tradition et de la modernité, une audace respectueuse».
Et Versailles, toujours :
«... venus au Palais de l'Elysée avant une grande fête de remise de prix au château de Versailles».
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/notre-dame-de-paris-macron-reaffirme-le-delai-de-5-ans-pour-reconstruire-20190524
______

Écrit par : Yvan / | 25/05/2019

MACRON, INCAPABLE DE RECONNAÎTRE SES ERREURS

> Ça fait chic de parler de "querelle des anciens et des modernes" mais ça ne veut rien dire ici. Déjà il s'agit d'une notion du XVIIe siècle qui s'applique mal aux XIXe et XXIe siècle. Ensuite Viollet-le-Duc peut être considéré à l'époque pour un moderne, mais il s'interdit en principe toute audace dans une restauration, revendiquant une soumission totale à l'esprit d'origine. La flèche en fonte de la cathédrale de Rouen pourrait correspondre à l'idée de Macron mais sans doute pas la flèche de Notre-Dame.
Cela commence à devenir caractéristique de Macron : ne jamais reconnaître ses erreurs et les pousser jusqu'au bout en les enrobant de discours. Tant pis pour Notre-Dame.
______

Écrit par : Guadet / | 25/05/2019

L'EXPERT CONTREDIT MACRON

> L’architecte en charge de Notre-Dame: «Il faut refaire la flèche à l’identique»

GRAND ENTRETIEN - Chargé de la restauration de la cathédrale depuis 2013, Philippe Villeneuve estime qu’il faudrait laisser parler ceux qui savent.
Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques, a vécu l’incendie comme un drame personnel. Depuis sept semaines, il travaille d’arrache-pied avec 150 personnes.

http://www.lefigaro.fr/culture/philippe-villeneuve-architecte-de-notre-dame-une-partie-de-moi-s-est-effondree-avec-notre-dame-20190603

L’architecte chargé de Notre-Dame veut une reconstruction « à l’identique »
Explication
Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques en charge de la cathédrale, a déclaré souhaiter « refaire la flèche à l’identique », arguant de la Charte de Venise qui encadre les reconstructions. Explication.

https://www.la-croix.com/Culture/Larchitecte-charge-Notre-Dame-veut-reconstruction-lidentique-2019-06-05-1201026817
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 05/06/2019

LE DANGER DU CONCOURS INTERNATIONAL

> Il faut bien voir le danger d'un concours international d'architecture.
Tout le code mis en place pour ces concours vise à garantir la liberté créatrice et la maîtrise des architectes : cela pose déjà des problèmes pour des édifices construits sur table rase, mais ça devient catastrophique s'il s'agit d'intervenir sur un monument ancien.
Déjà il y aura un jury international d'architectes, où les connaisseurs du patrimoine français ne pourront être qu'une minorité.
Le projet que ce jury aura choisi devra obligatoirement être réalisé dans son intégralité, sans modification, même s'il met en danger la cathédrale, s'il est trouvé trop laid par les Parisiens, ou non conforme à une église par le diocèse, sauf à payer une indemnité pharaonique.
Ouvrir ce concours rend impossible une restauration : proposer une simple restauration dans un concours d'architecture est un non-sens ; ça ne pourrait pas être pris en compte par le jury.
D'un autre côté, changer les codes du concours pour éviter ces problèmes ferait fuir tous les architectes "audacieux" qui sont ceux visés par Macron.
C'est sans issue : l'annonce d'un concours était soit une bêtise, soit un monstrueux despotisme.
______

Écrit par : Guadet / | 05/06/2019

@ Guadet

> Bêtise, despotisme. Pourquoi "soit" ? Ça va très bien ensemble.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 06/06/2019

ESPÉRER

> J'ose espérer que ce concours n'aura pas lieu et que l'on fera confiance aux architectes des monuments historiques, à commencer par l'architecte en chef chargé de la restauration de Notre Dame, Philippe Villeneuve, pour restaurer la Cathédrale à l'identique, y compris la flèche de Viollet-le-Duc !
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 06/06/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.