Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2019

Six questions sur la proliférante enquête Benalla

d144064c8c3fbf7f30a4dc28bdd56501.jpg

...enquête qui met maintenant en difficulté Matignon ! Voici les questions qu'elle soulève dans l'opinion au vu des éléments spectaculaires – mais (apparemment) incohérents – qui surgissent depuis quelques jours :


 

Pour quelles raisons les services du Premier ministre ont-ils signalé au parquet leur propre cheffe de la sécurité, la commissaire Poitout, si cette personne n'est pas liée (ils le soulignent) aux enregistrements Benalla-Crase ?

A quel  niveau de Matignon a été prise (puis exécutée) la décision de signaler cette commissaire au parquet ?

Pourquoi le premier résultat du signalement paraît-il avoir été cette apparente incohérence : une tentative de perquisition du procureur de Paris chez Mediapart – et non un additif à l'enquête des juges sur les actes de M. Benalla ? On sait en effet que, dans les enregistrements incriminés, les paroles de M. Benalla sur "le patron" et celles de M. Crase sur "les flics" semblent de nature à enrichir l'enquête de dimensions supplémentaires... De même l'apparition de M. Chokri Wakrim, compagnon de la commissaire selon Le Parisien et partenaire en affaires (notamment russes) de M. Benalla...

Outre ses deux buts allégués (protéger la vie privée de M. Benalla et identifier l'outil des enregistrements), la perquisition n'aurait-elle pas abouti aussi à savoir : 1. qui a fourni à Mediapart les enregistrements Benalla-Crase, 2. si une "taupe" à Matignon n'a pas renseigné certains médias sur cette affaire ?

► Si le chef de l'Etat ignorait le business parallèle de son employé M. Benalla, n'est-ce pas le signe d'une grave carence d'informations à la présidence ? Une telle carence ne serait-elle pas liée à une hypertrophie – quasi-idéologique – de la confiance en soi, manifestée par exemple lors de la célèbre allocution ("venez me chercher") où M. Macron avait cru pouvoir se proclamer "fier" d'avoir pris M. Benalla à l'Elysée ?

►Chaque progrès (involontaire ?) de cette enquête ne tend-il pas à tirer de l'ombre un réseau de barbouzes parallèle à l'Elysée, voir lié à celui-ci : pratique invétérée depuis soixante ans, ce qui dément l'image du "nouveau monde" revendiquée par la Macronie ?

Ce ne sont que des questions que tout le monde se pose, dans une situation mouvante et chaque jour plus scabreuse...

 

 

 

Le "nouveau monde" prend un coup de vieux

OSS-117-Le-Caire-nid-d-espions-C8-Le-show-de-Jean-Dujardin.jpg

 

11:40 Publié dans Macron | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : benalla

Commentaires

AHURISSANT

> Deux choses proprement ahurissantes : d'une part, ce sont les journalistes qui font avancer l'enquête, et, d'autre part, la justice fait davantage diligence pour protéger les droits du prévenu que pour résoudre l'affaire.
J'ai l'impression qu'on n'a pas fini d'en entendre parler et qu'effectivement le but principal des enquêteurs est de découvrir qui renseigne la presse afin de museler cette personne.
______

Écrit par : Bernadette / | 07/02/2019

SA VIE

> Au vu des derniers développements, la justice, plutôt que protéger la vie privée de M. Benalla, devrait prendre des mesures propres à protéger sa vie tout court. Sinon, on court le risque de le voir "être suicidé" : il n'est pas sans danger de faire des affaires avec la pègre, qu'elle soit de Russie ou d'ailleurs.
______

Écrit par : Bernadette / | 08/02/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.