Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2019

Les évêques des Philippines défient la fureur de Duterte

1066_multi_35vzx_philippines-le-president-duterte-se-compare-a-hitler-et-se-dit-heureux-de-massacrer-les-drogues ukrrv8-L.jpg

Duterte "heureux de massacrer les drogués"

Courage épiscopal, dans un pays où braver le pouvoir expose au pire ! Par leur déclaration Vaincre le mal par le bien, les évêques des Philippines brisent le silence sur la férocité du président Duterte… Extraits d’un article du franciscain américain Daniel P. Horan :


 

<< Depuis son arrivée au pouvoir en 2016, Duterte a lancé une féroce “guerre à la drogue” qui a fait des milliers de morts, et pris des positions opposées au catholicisme sur les questions de la vie (*) ... [La déclaration épiscopale commence par cette repentance] : “Pardonnez-nous le temps qu’il nous a fallu pour aboutir à parler d’une même voix. Avant de vous guider, vous, nous avions nous aussi besoin d’être guidés dans la prière et le discernement.” En brisant finalement le silence, les évêques font savoir à leurs compatriotes philippins qu’ils veulent désormais sortir des zones de confort où le milieu bien-pensant les poussait à rester pour ne pas devenir eux-mêmes cibles de violence sous la rage de Duterte. On peut reprocher aux évêques leur retard, mais il faut souligner qu’ils en font repentance et qu’ils se veulent solidaires des “périphéries” – enfants de la grande pauvreté, toxicomanes, populations vulnérables – victimes directes de la campagne de violence…

 […]  L’élan évangélique pour sortir de nos conforts et aller vers les périphéries étant la mission universelle des baptisés, le pape ne cesse d’indiquer aux évêques de chaque Eglise locale qu’il leur incombe particulièrement de rénover leur sens de la responsabilité pastorale, en fonction de l’élan missionnaire fondamental des disciples du Christ. L’authentique responsabilité pastorale – qui mène chacun hors de ses zones de confort pour sortir vers les périphéries de l’Eglise et du monde –  requiert le courage de prendre des risques. L’épiscopat des Philippines […] prend en effet un risque, à en juger par la riposte de Duterte appelant à “dépouiller ou tuer les évêques”.

Les évêques philippins nous donnent l’exemple d’un témoignage chrétien pour aujourd’hui. […]  Le risque impliqué pour vous peut consister en dérision, en perte d’emploi, voire en violences directes… “Bienheureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux leur appartient.” […]  Il n’est pas facile de dire la vérité quand les enjeux sont élevés. Nous avons les exemples extraordinaires de ceux qui répondent à l’appel de Dieu et prononcent les paroles prophétiques que le monde a besoin d’entendre : ainsi saint Oscar Romero, au Salvador. Mais il y a aussi ce que nous pouvons pratiquer dans nos propres vies, en petit et en grand. Dans nos familles, nos communautés et sur nos lieux de travail, nous pouvons porter témoignage en ne restant pas plus longtemps silencieux et en mettant en lumière les injustices... >>

__________

(*) Duterte parle d’abaisser aux âges de 9 ou 12 ans le seuil de la responsabilité criminelle, afin de pouvoir éliminer des enfants comme des adultes.

 

 

(Extraits de l’article du P. Daniel P. Horan ofm, National Catholic Reporter 02/2019)

220px-Daniel_Horan_OFM.jpg

 

 

10:51 Publié dans Asie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : catholiques

Commentaires

BOLSONARO

> Les deux seuls autres chefs d'Etat à trouver Duterte sympa sont Trump et Bolsonaro.
______

Écrit par : Xavier Ducret / | 08/02/2019

à XD

> à ma connaissance, c'est surtout la Chine qui soutient le gouvernement philippin. De là, son anti-catholicisme??
______

Écrit par : Raphaël R. / | 12/02/2019

> OK, disons alors : les seuls chefs d'Etat OCCIDENTAUX. Si le Brésil peut être vu comme occidental.
______

Écrit par : Xavier Ducret / | 12/02/2019

à Raphaël :

> Je ne pense pas que les questions religieuses jouent pour beaucoup dans les relations entre Pékin et Manille, d'autant que la Chine investit massivement la mer de Chine méridionale dans une région revendiquée par les Philippines. Ce qui lie surtout Xi et Duterte, c'est leur opposition à l'oncle Sam dans son rôle de gendarme du monde. Au plan strictement philippin, par contre, ce que dit l'Église contre la politique de Duterte est évangélique.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 13/02/2019

> Quoi qu'il en soit, le courage des évêques est à saluer. Il faut prier pour eux.
______

Écrit par : Bernadette / | 13/02/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.