Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2019

Les dominants souhaitent que l'on cesse de "déconner"

elites-600x290.jpeg

"L'ascenseur social est en panne", disait-on il y a plus de dix ans. Aujourd'hui c'est pire : les étages ne communiquent plus. La classe politique et la bourgeoisie d'affaires parlent dédaigneusement des gilets jaunes qui "déconnent" par "ignorance économique" :


Dans le vocabulaire débraillé de nos élites (cf. M. Macron grinçant aussi : "c'est de la pipe"), ce verbe "déconner" désigne le rejet, par les dominés, du système installé par les dominants. Rejeter ce système est forcément une "connerie" puisque c'est rejeter la Théorie régnante ! 

Cette Théorie est l'ultra-libéralisme : c'est-à-dire le libéralisme extrême, le libéralisme tel qu'il se développe – mécaniquement –  lorsqu'on le laisse devenir maître à bord. Selon le professeur d'économie David Cayla [1], le libéralisme de base est un "modèle trompeur" fondé sur des axiomes contraires aux réalités vécues : "loi de l'offre et de la demande", "rationalité du Marché", "concurrence libre et non faussée", "bienfaits du libre-échange", "allocation des ressources optimale"...  L'ultra-libéralisme construit là-dessus un système artificieux, où la finance vampirise l'économie et où la société se fracture entre deux mondes incompatibles : l'en-haut et l'en-bas, qui n'ont plus de langage commun.

Cette absence de langage commun explique que l'en-bas soit pris de fureur, et que l'en-haut ne soit pas "en capacité" (novlangue actuelle) de comprendre pourquoi.

Ne voyant pas les raisons de ce qui se passe, l'en-haut a pour premier mauvais réflexe le mépris et la trique ; et pour second mauvais réflexe (après l'échec du premier), l'enfumage "pédagogique". Les deux réflexes ne répondent pas à l'ampleur et la profondeur de la révolte populaire, qui vise – sans que tous en aient conscience – le système ultralibéral en soi.

Cette incommunicabilité entre étages de la société était inéluctable dès lors que le dogme libéral s'était substitué au politique, putsch opéré à la fin du XXe siècle. Constat de Jean Vercherand, économiste mais insatisfait  [2] :

<< Si on interroge les économistes classiques sur la raison d’être de ce droit [le droit du travail], on ne trouvera mention ni d’infériorité dans le rapport de force ni de dépendance économique. En revanche, on trouvera des modèles d’asymétries d’information ou de concurrence imparfaite. La microéconomie, considérée comme le "noyau dur" de la science économique, ne valide toujours pas le droit du travail tel qu’il s’est édifié depuis près de deux siècles dans tous les pays démocratiques. Si l’on en croit la théorie, [...] syndicats et coalitions constituent des ententes monopolistiques pénalisantes ; les conventions collectives sont assimilables à des monopoles bilatéraux, également non optimaux ; enfin, les salaires minimums entravent le libre ajustement entre l’offre et la demande de travail et sont générateurs de chômage. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner que toutes les attaques contre le droit du travail depuis une quarantaine d’années soient venues des seuls économistes. >>

Dès la fin des années 1930, Keynes notait : "Les économistes professionnels paraissent avoir été insensibles au désaccord entre les conclusions de leur théorie et les faits d’observation. Le public, au contraire, n’a pas manqué de relever ce désaccord et c’est ce qui explique sa répugnance croissante à accorder aux économistes le tribut de respect qu’il alloue aux autres catégories de savants dont les conclusions théoriques sont confirmées par l’expérience".  Ce constat reste toujours d'actualité, souligne Vercherand : "le désaccord entre la théorie et les faits reste béant". Et "les modes intellectuelles" empêchent de combler le fossé.

Ce n'est donc pas le club des économistes satisfaits qui dissuadera MM. Bruckner, Ferry et Lévy d'appeler à fusiller les gilets jaunes. Comme on le chantait à Versailles après la Semaine sanglante de 1871 :  "Quelle honte pour la France / De se voir entre les mains / D'une poignée de coquins / Qui voulaient sa décadence / O France ô noble pays / Ils ne sont plus, tes ennemis..." [3] . Voilà où mène l'incommunicabilité.

 

__________

[*] L'économie du réel - Face aux modèles trompeurs, Deboeck 2018 : cf. aussi http://www.bertrand-renouvin.fr/ideologie-du-marche-la-vi...

[2]  Le Monde Eco & Entreprise, 17/01.

[3]  'Grande et véridique complainte des bandits de la Commune de Paris'. Sur l'air de la Complainte de Fualdès.

 

 

 

48415998_10213486466982954_3102685130544644096_n.jpg

 

 

12:00 Publié dans "Grand Débat", Social, Société | Lien permanent | Tags : grand débat