Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2018

Ces Français aveuglés par leur américanisme

4634439473_e50f8b9256_z.jpg

Devant la décision syrienne de Trump et le départ fracassant du général Mattis, les réactions de journaux parisiens sur le rôle des Etats-Unis sont des symptômes de cécité mentale :


 

Prenons l'exemple de Libération. Dans son numéro du 21/12, l'éditorial tempête contre le retrait américain de Syrie annoncé par M. Trump. Pourquoi cette indignation ? Parce que ce retrait va entraîner "une déstabilisation supplémentaire" de la région et  offrir "à Daech" de nouvelles occasions de "victoire"... C'est oublier que les deux mille hommes des forces spéciales US stationnés en Syrie n'y étaient pas pour combattre "Daech", mais pour contrarier les actions des Russes et des Iraniens !  ("Et pour soutenir les Kurdes" ? Seulement parce que leur séparatisme irritait Damas et Téhéran ; et dès qu'il fut clair qu'Ankara ne laisserait pas naître un Kurdistan, Washington devait lâcher les Kurdes. Les peshmergas seuls face aux Turcs n'ont plus d'autre choix que de pactiser avec Damas :  Libé voit "un enchaînement catastrophique" dans ce retour à l'état de choses d'avant la guerre civile, mais est-ce vraiment de nature à "offrir à Daech de nouvelles occasions de victoire" ?)

En outre, Daech n'est que l'un des produits successifs du djihadisme sunnite ; si ce produit-là disparaissait, autre chose surgirait… La guerre islamiste va durer longtemps : d'autant que "l'Occident" (?) ne sait pas la mener, voulant croire qu'il ne s'agit que d'un problème militaire.

D'autant, également, que la véritable "déstabilisation" du Moyen-Orient fut l'oeuvre de Washington lors des deux guerres contre l'Irak, dont la seconde fut la matrice de Daech.  Menées par le lobby militaro-industriel US en toute méconnaissance des sociétés musulmanes, ces guerres ont fait le vide – et ce vide s'est empli de démons. Voilà le véritable rôle des Etats-Unis dans la région ! Ne feront que se greffer là-dessus les absurdités de M. Trump, enferré dans sa guerre économique contre l'Iran pour plaire à Riyad et à M. Netanyahu… mais ôtant de Syrie les troupes US qui étaient censées contrer les Iraniens.

Nul ne pouvant cohabiter avec Ubu, son ministre de la Défense James Mattis vient de claquer la porte à son tour le 20 décembre Ce général garantissait au lobby militaro-industriel la persistance indéfinie de guerres de basse intensité – Syrie, Yémen, Afghanistan – permettant de vendre des armes ; il ne peut admettre que l'on y mette fin. Donc il s'en va. (On le retrouvera dans les grandes affaires US : comme certains de nos propres généraux français, et donnant comme ceux-ci des leçons de morale politique aux naïfs).  

Et comment Libération (22/12) commente-t-il le départ de Mattis ?  Sur le même ton que l'édito de la veille, en plus apocalyptique si possible : « roc de raison et de stabilité dans le tourbillon dément du gouvernement américain », Mattis incarnerait « le rôle primordial des Etats-Unis » ; son départ augurerait d’un « chaos sans précédent dans une alliance occidentale déboussolée par la vacuité américaine », et fustigerait « la dérive des valeurs incarnées par les Etats-Unis »... Et Mattis rappelle l’Amérique à son devoir d’affronter « la Russie » : devoir faisant partie « des fondamentaux historiques de la politique étrangère américaine » ! Ainsi parle Libération, comme en écho au président républicain du Sénat, Mitch McConnell, qui réclame de la Maison-Blanche « une claire compréhension de qui sont nos ennemis, sachant que la Russie appartient à cette catégorie »… Ami du militaro-industriel, M. McConnell parlant de la Russie ne dit pas  « opposant » ou « antagoniste » (vocabulaire de géopolitique) ; il dit « ennemi » : vocabulaire de guerre. Devinez comment Libération appelle cela ? « Libérer les consciences à Washington » !  C’est le journal de l’OTAN.  On aimerait savoir pourquoi.

D’autres journaux français parlent ce matin du général Mattis. Selon eux, M. Trump tourne le dos « aux fondamentaux de la géopolitique respectés par les administrations américaines » :  phrase dénuée de sens si l’on se souvient que M. Obama déjà voulait se retirer du Moyen-Orient et se tourner vers le Pacifique...

Et quels sont, d’ailleurs, « les fondamentaux de la géopolitique américaine » depuis les années 1960 ?  Ravager le Vietnam pendant vingt ans puis l’abandonner en débâcle ? Promettre de ne pas installer l’OTAN près des frontières russes – puis l’y installer ?  Quadriller et bombarder l’Afghanistan pendant 17 ans puis le rendre aux talibans ? Ravager l’Irak (d’où l’apparition de Daech) ? Vendre à Riyad de quoi massacrer le Yémen ? Soutenir les dirigeants saoudiens et la droite israélienne, forces déstabilisatrices au Moyen-Orient ? Les faits sont là. Ils parlent d’eux-mêmes... Néanmoins nos journaux éprouvent le besoin d’inventer (et saluer) des « fondamentaux de la géopolitique respectés par les administrations américaines »... L’américanisme rend Paris aveugle.

 



 

 

Santa11.jpg

 

12:11 Publié dans Idées, Monde arabe, Syrie, Trump, USA | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : trump

Commentaires

LA BIBLE

> Cela me rappelle quelque chose que je ne comprenais pas dans la Bible : "Dieu endurcit le cœur de Pharaon". Il semble aujourd'hui qu'il endurcisse le cœur des atlantistes pour qu'ils n'échappent pas à la catastrophe qu'ils se fabriquent.
______

Écrit par : Guadet / | 22/12/2018

NOS POSTURES

> Ce retrait est, sinon une victoire, du moins une aubaine pour la Turquie, l'Iran (qui peut enfin rêver d'un couloir logistique en direction de la Méditerranée, à la grande joie du Hezbollah) et doit être vécu comme un soulagement par Assad, moins prêt que jamais d'ôter le cathéter de la perfusion russe.
Pour ce qui est du Yémen, le lavage de mains de l'Otan, comme des opinions publiques des pays occidentaux (facilitées en cela par une couverture médiatique occidentale d'une extrême faiblesse, il faut le dire) continuera inchangé, chasse gardée des Emirati, clients VIP des industries d'armement occidentales et à la fois grand fournisseur de pétrole et faiseurs de pluie et de beau temps planétaire sur les cours du baril de brent.
Néanmoins:
Les bases américaines étant toutes situées en territoire sous contrôle arabo-kurde, il y a tout à craindre pour les Kurdes, en cela tout n'est pas à jeter dans les opinions américanisantes primaires que vous évoquez et dénoncez plutôt avec justesse.
Puissions-nous, par exemple, ne pas ré-entendre parler de Rakka et de Kobané en termes d'actualité des combats, cette fois-ci opposant les peshmergas assiégés à la quatrième armée de l'Otan.
Qui se souviendra pour le regretter, si ce scénario plausible se déroule, des postures diplomatico-tragi-comiques de la dernière décennie ayant permis, de surcroît, un rapprochement Erdogan-Poutine dont les Kurdes ont tout à craindre ?
______

Écrit par : Aventin / | 22/12/2018

ORWELL

> "Et Mattis rappelle l’Amérique à son devoir d’affronter « la Russie » : devoir faisant partie « des fondamentaux historiques de la politique étrangère américaine »"

"We are at war with Eastasia. We've always been at war with Eastasia.", disait-on, paraît-il, en 1984...
______

Écrit par : Aurélien R. / | 22/12/2018

LES MÊMES

> Après les orphelins de l'URSS, ceux des USA. Incurables, car ce sont souvent les mêmes.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 23/12/2018

EXPLOITS

> Je viens de faire lire votre article à un quidam avec qui je m'oppose sur presque tout :
exploit 1.
Est-ce valable ou non ? Je ne sais pas, concéda-t-il. Exploit 2.
Bonnes et saintes fêtes de Noël à vous et vos lecteurs et auditeurs. MERCI pour le blog, etc.

Michel Santini


[ PP à MS – Joyeux Noël à vous et à tous vos proches ! ]

réponse au commentairer

Écrit par : Michel Santini / | 23/12/2018

VASSAUX

> Bien d'accord avec vous. Nos dirigeants sont si habitués à la vassalité qu'ils ne craignent qu'une chose : que le Suzerain les laisse choir...
______

Écrit par : Phil / | 24/12/2018

NOËL

> Joyeux Noël cher Patrice à vous comme à vos lecteurs !
Phil


[ PP à Phil – Joyeux Noël à vous et à votre famille ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Phil / | 25/12/2018

NOËL

> Joyeux Noël à vous Patrice, ainsi qu'aux lecteurs de ce blog.
Les nouvelles autour de nous ne sont pas bonnes, mais Dieu a sauvé le monde par l'intermédiaire de Son Fils, donc ce ne sont que des péripéties transitoires.

Bernadette


[ PP à Bernadette – Joyeux Noël à vous, Bernadette, et à tous ceux qui vous sont chers. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bernadette / | 25/12/2018

IMBÉCILITÉ TRUMPIENNE

> Imbécilité trumpienne version teenager (de type sale môme) et version "catholique" : https://newsmaven.io/indiancountrytoday/news/outrage-as-non-native-youth-wearing-maga-hats-taunt-and-disrespect-native-elder-jy7UVwdg8kK2uvT0L-JOig/?fbclid=IwAR3Rr7EXnjaedocHz7d-JRxtxL9WOkygq8nglUWDIbzIrCxbBsuJAAZIEgg

AM


[ PP à AM - C'est à ça que mène l'idée (obscène) de "nationalisme blanc" : idéologie d'éleveurs de poulets, concept partagé par ces abrutis... et par les médias qu'ils prétendent combattre. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Aurélien Million / | 20/01/2019

à PP

> Vous me rappelez une parodie des Guignols de l'Info qui détourne une publicité pour poulets élevés en plein air : des marionnettes de républicains qui gambadent comme des volailles dans un pré et le fameux M. Sylvestre qui commente en disant que les "c.s" sont élevés en plein air puis, en arrivant au petit dernier (marionnette du zombie à l'origine du désastre en Irak), il précise qu'il est le plus "c.n" qu'ils aient jamais réussi à produire, issu d'une longue lignée de très "c.ns", et le gag se finissant par cette voix off : "États-Unis, éleveurs de c.ns depuis 1774". Ce n'est pas très long de réalité en fait. Juste que 1774 est une date trop récente, ils auraient pu prendre celle de la fondation des 13 colonies, en 16-je-ne-sais-plus-combien, avec ses colons qui se croient être le nouveau peuple élu, appelés à conquérir sa nouvelle Terre promise, en éliminant les sauvages de Cananéens (alors qu'ils n'ont pas vraiment lu le livre de Josué, qu'ils ne savent pas que le Peuple élu, sur sa Terre promise, se doit d'avoir un comportement irréprochable sous peine de recevoir une palanquée de malédictions).
______

Écrit par : Aurélien Million / | 21/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.