Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2018

Vers la nécessaire Réforme catholique ?

28166321_10154998590830146_3628136277902446636_n.jpg

Ma chronique de Radio Espérance (Auvergne / Rhône-Alpes) :


<<  Bonjour à tous. Le mouvement est lancé : en février 2019, à Rome, le pape François va réunir les présidents des conférences épiscopales du monde entier sur la question de la protection des mineurs. Commentaire du cardinal O’Malley, capucin, archevêque de Boston et pilier du combat contre les abus sexuels dans le clergé : « Ce combat est la priorité. Si l’Eglise se révélait incapable de répondre de tout son cœur à cette question et d’en faire une priorité, toutes nos autres activités évangélisatrices, caritatives et éducatrices en seraient touchées. »

L’annonce de cette réunion exceptionnelle de février prochain ne peut avoir qu’un seul sens : renforcer considérablement les mesures déjà prises, et (à partir de l’action pour éradiquer la pédophilie) commencer à concrétiser dans toute l’Eglise la réforme radicale à laquelle le pape appelle dans sa Lettre au peuple de Dieu, actuellement diffusée dans les diocèses français.

Quelle réforme, et en quoi radicale ? La lettre du pape a surpris le public, y compris catholique, en rattachant tous les abus (et au premier chef les abus sexuels) à un défaut central, qu’il a appelé « le cléricalisme ». C’est-à-dire la déviance qui tendrait à détourner une partie du clergé vers le culte de son propre pouvoir (et la complaisance envers les pouvoirs séculiers) : ce qui dénaturerait les destins de prêtres, d’évêques et de cardinaux en les détournant du pur et simple service de l’Evangile.

Ce diagnostic, répétons-le, est posé par le successeur de saint Pierre. Il vise en profondeur le mystère d’iniquité dont souffre notre Eglise. Il concerne les laïcs autant que les prêtres. Et il ouvre le chantier redoutable de la réforme de l’Eglise : chantier qui sera comparable à ce que fut celui du concile de Trente pour dégager le catholicisme des ornières de la décadence de la fin du Moyen-Age ; une décadence qui déjà portait la marque du cléricalisme, sous d’autres formes qu’à l’époque moderne.

Il devient donc visible que l’Eglise agit, contrairement à ce que s’obstinent à répéter les ennemis du pape François – ennemis qui, d’ailleurs, viennent de milieux hostiles à tout changement dans l’Eglise : ce qui n’est pas le moindre des paradoxes.

Le conseil pontifical, surnommé « C 9 », annonce par ailleurs qu’il va publier le dossier factuel de la sinistre affaire McCarrick, dont les ennemis du pape avaient vouloir se servir pour exiger sa démission ; soutenus en cela, hélas, par une fraction aveugle des commentateurs considérés comme catholiques, aux USA et en France.

En Irlande, le pape François parlant des abus sexuels a dit sa volonté d’ « un plus grand engagement pour éliminer ce fléau dans l’Église, quel qu’en soit le prix moral et le prix de souffrances ». Ce prix sera élevé, constate le journal La Croix. C’est exact. Mais l’enjeu est immense. Il ne s’agit pas de sauver notre confort moral : il s’agit de redonner ses chances à l’évangélisation au XXIe siècle.  A la semaine prochaine. >>

 

 

unnamed.png

 

Commentaires

IGNACE DE LOYOLA

> Je me demande si l'opposition au cléricalisme n'avait pas été engagée en son temps par saint Ignace qui ne souhaitait pas que les jésuites deviennent évêques : il savait que beaucoup de prélats de l'époque, affublés du pouvoir qui était le leur, devenaient de véritables monarques et se détournaient de leur mission évangélisatrice. Ignace avait cinq siècles d'avance !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/09/2018

@ Philippe de Visieux

> Euh, l'évêque de Rome est un jésuite ! :)
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 17/09/2018

@ Philippe de Visieux

> Euh, l'évêque de Rome est un jésuite ! :)
______

Écrit par : Michel de Guibert | 17/09/2018

TROIS FRONTS

> Maintenant, le catholique souhaitant être fidèle au successeur de Pierre devra se battre sur trois fronts : les fidèles du Prophète, pour qui il sera toujours un "associateur" ; la plupart de nos contemporains, le considérant comme un crétin acceptant d'être conduit par des malfaisants ; et enfin les "bergogliophobes", jugeant qu'il fait cause commune avec les "rouges" et qu'il accepte par avance la ruine de son pays, submergé par les populations allogènes. Pas simple, tout ça...

Feld


[ PP à Feld - C'est vrai, mais il y a deux réponses :
- "bienheureux si vous êtes persécutés à cause de moi" (Jésus-Christ) ;
- "beaucoup d'ennemis c'est beaucoup d'honneur" (Jörg von Frundsberg).
Bien entendu je ne place pas les deux idées sur le même plan. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 17/09/2018

SÉVÈRE

> Une évidence : il faut être dur...et même impitoyable. Le pape François le dit dans sa lettre et dans ses actes. Mac Carrick exclu du collège des cardinaux. Les évêques chiliens démissionnés collectivement. Voilà deux décisions qui valent toutes les paroles et clouent le bec de tous ceux qui accusent le Saint Père de laxisme. François est sévère mais juste et n'hésite pas à sanctionner ses amis.
______

Écrit par : Phil / | 18/09/2018

> Hors sujet, mais juste un petit mot pour dire que je regretterai vos interventions du Grand Débat sur R.N.D....
______

Écrit par : Philippe S./ | 19/09/2018

'GAUDETE ET EXULTATE'

> les n°112 à 121 de "Gaudete et Exultate" peuvent être relus comme une sorte de grille de lecture-à appliquer au lecteur qui lit pour commencer, sachant quel est l'auteur- ..."blabla curé" ...ou vitupération facebook & C° .... mais ... bon!!! Monsieur Judas était un apôtre, non ?
______

Écrit par : Gérald / | 19/09/2018

CHEZ LES TORDUS

> https://bibliobs.nouvelobs.com/bd/20180921.OBS2764/petit-paul-une-bd-pedopornographique-laissez-moi-rire.html

La tolérance zéro contre la pédophilie, (légitimement) exigée de l'Église par la presse anticléricale, semble être à géométrie variable lorsqu'il s'agit de bandes dessinées : l'Obs juge humoristique et non pédopornographique 'Petit Paul', qui montre en images un garçonnet de dix ans affublé d'une verge géante pratiquant rien de moins qu'inceste, scatophilie et zoophilie ! Sans avoir consulté cette "œuvre", il ne me semble pas que les sujets qu'elle traite "suscite[nt] le rire", à commencer par la première scène, dans laquelle l'enfant "se fait abuser par son institutrice". Où est l'humour dans tout cela ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 22/09/2018

PRESSE BOURGEOISE

> http://www.medias-presse.info/laccord-entre-chine-et-vatican-se-precise-malgre-le-dementi-du-printemps/98160/

Le pape François va certainement encore subir de multiples critiques si, comme c'est à présent plus que vraisemblable, un accord sur la nomination des évêques est signé sous peu avec la Chine populaire : comme l'écrit une journaliste fort peu bergogliophile, "la mainmise du parti communiste sur tous les organes et âmes de l’Église n’[a] pas fait reculer la Rome bergoglienne"... Les conservateurs U.S. vont sans doute affirmer que le 'pape socialiste' n'a aucun scrupule à vendre l’Église au parti communiste ; il nous faudra leur répondre que le Saint-Père ne cherche qu'une chose, éviter un schisme durable et dévastateur.

PV


[ PP à PV - Des journalistes des beaux quartiers qui se permettent de juger des âmes (!!!) et du bien commun des catholiques chinois : il y a là de quoi faire hennir les constellations, aurait dit Léon Bloy. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 22/09/2018

@ Philippe S.

> Oui, bien d'accord avec vous. Dommage d'abandonner le terrain à certains intervenants qui donnent parfois envie de jeter le poste de radio par la fenêtre...

RC


[ PP à RC - J'ai décidé de cesser de servir de caution sporadique au micro d'une matinale catholique où la dominante (s'agissant de François) allait de l'ironie soupçonneuse à l'hostilité pure et simple. Comme ça les choses seront plus nettes. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Réginald de Coucy / | 22/09/2018

Feld,

> suivre le Christ n'a jamais été facile mais par contre, c'est simple. Quand tu compliques les choix, c'est que tu commence à écouter le malin....
Et tu oublies un front, nous-même...
______

Écrit par : VF / | 22/09/2018

À Patrice :

> En relation avec l'accord sino-vatican, le bien de l'Église universelle est en effet la seule préoccupation du pape. Quoi qu'en disent les aigris, le Saint-Siège a obtenu hier la reconnaissance de celui-ci par l'État chinois comme organe suprême de gouvernement de l'Église, dans la mesure où Pékin lui accorde désormais un rôle dans la nomination des évêques.
En cela, l'accord est historique. Depuis hier, comme le rappelait le cardinal Parolin, tous les évêques chinois sont en communion avec Rome : du jamais vu depuis soixante-dix ans.
Il reste des gens qui refusent de soutenir les efforts du pape en vue d'empêcher la création d'une Église "sinicane", comme le fut l'Église anglicane schismatique ou comme faillit l'être l'Église gallicane. Ces commentateurs, tels George Weigel, en sont à affirmer que "la diplomatie du Vatican repose sur [...] des fantasmes italianisants selon lesquels le Saint-Siège du XXIe siècle peut administrer ses relations internationales comme si nous étions en 1815 –lorsque le cardinal Ercole Consalvi, chef de la diplomatie du pape Pie VII, était un acteur éminent du Congrès de Vienne"...
Non, M. Weigel, le Siège apostolique ne cherche qu'à assurer l'unité de l'Église du Christ !

https://www.slate.fr/story/157912/diplomatie-vatican-pape-francois-accord-chine-communisme-ostpolitik-casaroli?amp

PV


[ PP à PV - Pour Weigel et autres trumpisés, l'unité de l'Eglise universelle n'est pas une priorité. Le seul universalisme qu'ils servent est la vision yankee des choses. Ppour leur fantasme du Great Again Ils peuvent compter sur nos dadais droitistes gaulois, néo-collabos de la nouvelle guerre froide, tout frétillants grâce à Bannon à l'idée d'être désormais financés en dollars. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 23/09/2018

SPIEGEL

> Avez-vous vu la une du Spiegel ? Décevant venant d'un journal progressiste de centre gauche.


Damien


[ PP à Damien - Nullement décevant : le 'Spiegel' est sans foi ni loi. C'est du blanchiment de fake news usinées par le réseau anti-François (réseau qui par ailleurs est d'extrême droite, mais passons). Ach, gross filou ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Damien / | 23/09/2018

TOUJOURS GUÉNOIS

> http://www.lefigaro.fr/international/2018/09/23/01003-20180923ARTFIG00205-accord-entre-le-vatican-et-pekin-les-raisons-de-la-decision-historique-du-pape.php

C'était à prévoir : Guénois reprend les arguments du clan conservateur qui considère que l'accord avec la Chine est un mauvais accord. Sauf que les termes de l'accord n'ont pas été rendus publics... Ces gens ne s'appuient donc sur rien de concret pour affirmer que l'action du pape « revient à conduire le troupeau dans la bouche des loups ».
Capituler, n'est-ce pas plutôt laisser l'Église chinoise sans réelle possibilité d'évangélisation, alors que les protestants sont déjà presque dix fois plus nombreux ?
Quinze jours après avoir dépeint le pape couvrant des abus sexuels, le voici décrit sacrifiant à Xi Jinping les chrétiens chinois persécutés depuis des générations.
Le cardinal Zen préfère une absence d'accord à un mauvais accord ? Mais une absence d'accord, cela signifie une Église sinicane dans dix ans et des persécutions sans fin contre les catholiques fidèles au pape. Avec à la clef zéro évangélisation.
Le pape François a signé parce que pour la première fois, les autorités chinoises reconnaissent un rôle au Saint-Siège ; pour cette seule raison, on ne peut parler de "mauvais accord".
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 24/09/2018

LE PAPE ET LA CHINE

> à Philippe de Visieux : on serait curieux de savoir si les accusateurs de François ont la même indignation (rétrospective) à l'encontre des concordats de Pie XI avec Mussolini et Hitler.
______

Écrit par : Jean Kerber / | 24/09/2018

à Philippe de Visieux

> Il est néanmoins exact que le cardinal Zen a vivement réagi contre cet accord.
J'ai un peu l'impression d'une réaction d'amertume du type de celles des gréco-catholiques d'Ukraine, qui ont le sentiment d'avoir été trahis après avoir souffert la persécution.

MG


[ PP à MG - Il en a été ainsi tout au long de la vie de l'Eglise : dans chaque péripétie historique, certains de ses serviteurs finissent par ne plus voir que l'héroïcité de leurs propres vertus et oublier que le successeur de saint Pierre est chargé du bien commun.
Ce fut par exemple l'origine de la "Petite Eglise" vendéenne, qui a tenu un siècle et demi à part... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Michel de Guibert / | 24/09/2018

EN RETRAITE

> à Ph. de Visieux - Ne trouvez-vous pas que les cardinaux en retraite font un peu trop de bruit depuis plusieurs années ? On devrait leur apprendre des distractions de retraités : la pêche à la ligne, par exemple.
______

Écrit par : Michel Santini / | 25/09/2018

SCHISMES

> Fatalité des intégristes sous toutes latitudes : n'ayant à la bouche que "le danger de diviser l'Eglise", c'est toujours eux qui finissent par faire schisme.
______

Écrit par : Bernard Gui / | 25/09/2018

à Michel de Guibert et Michel Santini :

> Le cardinal Zen est une voix respectée qui mérite d'être écoutée. Ce qu'il dit n'a pas été ignoré par le pape, qui l'a très certainement pris en considération dans sa décision finale.
Mais que proposait Zen ? Le statu quo, qui sans mauvais jeu de mots était tout sauf zen pour les fidèles chinois non affiliés à l'association patriotique.
Or, la mainmise du pouvoir est telle sur la société chinoise qu'il n'est pas réaliste pour nos frères en Christ de continuer à risquer leur liberté et parfois leur vie, au prix d'une division de l'Église rendant difficile toute tentative d'évangélisation (alors que les protestants évangéliques sont très actifs).
Le pape a donc eu raison de choisir le dialogue : il ne sera pas simple mais il permettra au Siège apostolique, dans un premier temps, d'exercer un droit de regard sur tous les candidats à l'épiscopat.
Il est nécessaire que l'Église universelle (et non la seule association patriotique) dispose d'un statut reconnu par les autorités chinoises : les nombreux prêtres MEP que j'ai pu rencontrer à Taïwan se rendaient sur le continent en civil, sans devoir jamais décliner leur affiliation religieuse. Le dialogue permettra à la confiance de s'établir de part et d'autre.
Je recommande cette vidéo du père jésuite Benoît Vermander que j'ai bien connu lorsqu'il dirigeait l'institut Ricci à Taïwan :
https://youtu.be/zrMbTx_t1hA
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 26/09/2018

@ PP (répondant à un commentaire de M. de Guibert) :

"Ce fut par exemple l'origine de la "Petite Eglise" vendéenne, qui a tenu un siècle et demi à part..."
Les "dissidents" existent toujours. Depuis fort longtemps sans prêtres, mais ils continuent à former une communauté soudée, et apparemment fervente :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Petite_Église_des_Deux-Sèvres
A lire sur le sujet, 'L'orgueil de la tribu', roman de Yves Viollier : https://www.babelio.com/livres/Viollier-Lorgueil-de-la-tribu/326856
______

Écrit par : Feld / | 26/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.