Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2018

"L'avenir de la foi au XXIe siècle..."

Père-Andre-Louf-o.c.s.o.-01.jpg

Du Mont des Cats, je rapporte ces cinq citations de son abbé dom André Louf (1929-2010) dont la devise abbatiale était la formule de Cîteaux Cum Christo paupere, "avec le Christ pauvre" :


 

« Une redécouverte de la pratique du discernement, qui soit fidèle à la Tradition, mais qui tienne compte aussi de l'affinement des sensibilités et des psychologies modernes, pourrait être décisive pour l'avenir de la foi au XXIe siècle. L'enjeu est de taille puisqu'il s'agit de la transmission de la vie, et de la vie même de Dieu. »    (2002)

 

«  S'il est correctement exercé, l'art du discernement spirituel se révèle infiniment plus exigeant que n'importe quelle loi ou observance. Il vise  à libérer et à écouter en chacun l'exigence intérieure qui est celle de l'Esprit Saint, jamais liée ni épuisée par quelque loi ou règlement... Nous aurons un besoin sans cesse grandissant de croyants qui soient experts dans le détection des plus subtiles motions de la grâce.  »   (1992)

 

« Tous nous sommes conduits par l'Esprit Saint, à chaque instant de notre vie, et tous nous devrions être en mesure de le 'sentir' et de nous en rendre compte. C'est une des prérogatives de tout baptisé. Il est vrai qu'on en parle si peu dans l'Eglise aujourd'hui... »    (1987)

 

« La vie monastique ne peut être réduite à un programme, encore moins à un idéal ou un règlement. Elle est un appel en notre coeur, un irrésistible attrait qui nous lance sur le chemin à la rencontre de Dieu qui nous a touchés. Les structures ont toujours tendance à absorber l'essentiel. Une purification est sans cesse nécessaire. Il faut avouer que l'aggiornamento nous a souvent purifiés de force. Tant mieux, surtout pour la vie monastique qui gagne à être réduite à sa plus simple expression. N'est-elle pas elle-même, précisément, la plus simple expression des choses, de Dieu et de tout ce qui nous relie à Lui ? »    (1968)

 

« La Tradition n'est pas un paquet bien ficelé que l'on se passe d'une génération à l'autre. Elle est davantage un acte de transmission qui est toujours à la fois don et accueil créatifs. À partir de ce que nous avons reçu, il s'agit d'inventer ce qui convient aujourd'hui... Devenir un anneau vivant dans la chaîne de la Tradition : elle est une vie en acte, une vie qui s'écoule encore à cet instant même. Pour la juger, il faut être abouché au courant qui la porte. »   (1963)

 

 

►  Un livre important :  Le chemin du coeur - L'expérience spirituelle d'André Louf, par Charles Wright (Salvator 2018)

 

trappistes-mont-des-cats-19701.jpg

Au Mont des Cats, hors clôture

 

Commentaires

VRAIS

> Très beaux textes à la fois simples et vrais.
On est très très loin des Mac Carrick and Co.
______

Écrit par : Phil / | 21/09/2018

EDGAR MORIN

> https://youtu.be/jiyMlZauB8c

Également adepte du discernement, dans une optique non religieuse cependant, Edgar Morin, dont je signale un remarquable entretien par 'Thinkerview'.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 22/09/2018

DOM ANDRÉ ET BERNANOS

> L'itinéraire spirituel de dom André Louf et son idée de « superficialité du péché » évoquent cette note griffonnée par Bernanos le 24 janvier 1948, six mois avant sa mort : « De la même manière qu'Il Se sacrifie sur chaque autel où se célèbre la Messe, Il recommence à mourir dans chaque homme à l'agonie. Nous voulons tout ce qu'Il veut, mais nous ne savons pas que nous le voulons, nous ne nous connaissons pas, le péché nous fait vivre à la surface de nous-mêmes, nous ne rentrons en nous que pour mourir, et c'est là qu'Il nous attend.»
______

Écrit par : PP / | 22/09/2018

BERNANOS

> Pour tous ceux que l’œuvre de Bernanos intéresse, le cycle de quatre conférences proposées en mai dernier à Notre-Dame par son recteur-archiprêtre, Mgr Patrick Chauvet, est de grande qualité :
https://www.youtube.com/watch?v=s_G2OoGkxRw
https://www.youtube.com/watch?v=WVGc7UULy-U
https://www.youtube.com/watch?v=XbUPIk7XMJY
https://www.youtube.com/watch?v=sGm_7Jv-ie0
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 22/09/2018

"LE PÉCHÉ EST UNE ENTRÉE À LA GRÂCE"

> A propos de la note de Bernanos citée par PP, du péché et de la grâce.
Je ne résiste pas à citer ce célèbre texte de Péguy où il parle du péché comme porte d'entrée à la grâce :
"Ils ne présentent pas cette entrée à la grâce qu'est essentiellement le péché".
“Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite. Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise âme et même de se faire une mauvaise âme. C'est d'avoir une âme toute faite. Il y a quelque chose de pire que d'avoir une âme même perverse. C'est d'avoir une âme habituée.
On a vu les jeux incroyables de la grâce et les grâces incroyables de la grâce pénétrer une mauvaise âme et même une âme perverse et on a vu sauver ce qui paraissait perdu. Mais on n'a jamais vu mouiller ce qui était verni, on n'a pas vu traverser ce qui était imperméable, on n'a pas vu tremper ce qui était habitué.
Les “honnêtes gens” ne mouillent pas à la grâce.
C'est que précisément les plus honnêtes gens, ou simplement les honnêtes gens, ou enfin ceux qu'on nomme tels, n'ont point de défauts eux-mêmes dans l'armure. Ils ne sont pas blessés. Leur peau de morale, constamment intacte, leur fait un cuir et une cuirasse sans faute.
Ils ne présentent pas cette ouverture que fait une affreuse blessure, une inoubliable détresse, un regret invincible, un point de suture éternellement mal joint, une mortelle inquiétude, une invincible arrière-anxiété, une amertume secrète, un effondrement perpétuellement masqué, une cicatrice éternellement mal fermée. Ils ne présentent pas cette rentrée à la grâce qu'est essentiellement le péché. Parce qu'ils ne sont pas blessés, ils ne sont pas vulnérables. Parce qu'ils ne manquent de rien, on ne leur apporte rien. Parce qu'ils ne manquent de rien, on ne leur apporte pas ce qui est tout.
La charité même de Dieu ne panse point celui qui n'a pas de plaies.
C'est parce qu'un homme était par terre que le Samaritain le ramassa. C'est parce que la face de Jésus était sale que Véronique l'essuya d'un mouchoir. Or celui qui n'est pas tombé ne sera jamais ramassé ; et celui qui n'est pas sale ne sera pas essuyé.”

Charles Péguy (dans la "Note conjointe sur M. Descartes et la philosophie cartésienne")

MG


[ PP à MG - Même tonalité dans les écrits spirituels de dom André Louf. Dans la droite ligne des paroles du Christ dans les évangiles ("ne ne suis pas venu pour les gens bien portants mais pour les malades"), il note :
"On dirait même que Dieu semble avoir besoin du péché qui fait partie de l'économie du salut, puisqu'Il nous détache de notre amour-propre, de nos fausses culpabilités, de notre prétention à bâtir par nos propres forces notre édifice spirituel..." ('La métanoïa, lieu de l'Esprit' : chapitre au Mont des Cats, 1971).
Il ne s'agit ici évidemment pas de laxisme mais de réalisme spirituel et de 'sequela Christi'. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Michel de Guibert / | 22/09/2018

GAUDETE

> Le discernement n°166 Une nécessité impérieuse n°167 168 Toujours à la lumière du Seigneur n°169 Un don surnaturel n°170 171 Parle Seigneur n°172 173 La logique du don et de la croix n°174 175 176 "Je voudrais que la Vierge Marie couronne ces réflexions,car..." FRANCISCUS

[plan de la fin de "GAUDETE ET EXULTATE"]

...un seul Esprit, une seule Foi...un seul Dieu !!!
______

Écrit par : Gérald / | 22/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.