Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2018

Le faux procès fait au pape

cover_1309_6575.jpg

Malaise autour de l'intervention de Christophe Dickès à RND :


L'historien Christophe Dickès nous l'assurait ce matin au micro de Radio Notre-Dame : il a le culte "des faits". Il a bien raison. On s'étonne donc de le voir laisser de côté des faits importants dans l'affaire Vigano.

Cette affaire comporte en effet trois aspects :

1. la douleur des victimes d'abus sexuels, reconnue par tous comme absolue priorité, mais utilisée contre le pape par le texte diffusé le 25 août, sous la signature de Vigano, pour exiger le départ de François ;

2.  la campagne véhémente de la droite républicaine US contre François : campagne politique et économique à laquelle se rattache l'attitude de Vigano et de divers évêques américains ;

3.  les manoeuvres du milieu passéiste de la Curie et de son réseau transatlantique contre François, dans le cadre desquelles s'inscrit aussi l'opération Vigano.

Légitimer le texte Vigano par le point 1 en écartant les points 2 et 3 – pourtant solidement documentés par les enquêteurs –  serait manquer à la rigueur de l'information, et aggraver le malaise de l'opinion catholique au lieu d'aider à faire la lumière.

Comme les auditeurs de RND qui m'en ont fait part ce matin, je m'étonne donc que Christophe Dickès ait éludé à deux reprises les questions de Louis Daufresne concernant ces points 2 et 3 qui sont cruciaux (cf. les documents américains déjà mis en ligne sur ce blog, et ceux qui vont suivre). Écarter ces informations du débat en les qualifiant d' "attaques ad hominem" est irrelevant comme on dit en anglais :  c'est-à-dire hors de propos.

Silence aussi de l'invité sur l'argument central du texte signé Vigano, selon lequel François devrait partir parce qu'il aurait annulé une destitution du cardinal McCarrick censée avoir été prononcée par Benoît XVI... La réalité est qu'à Rome en 2013 McCarrick, nullement privé de sa calotte rouge (reçue de Jean-Paul II en 2001), donnait une conférence de presse avant le conclave... C'est un McCarrick à tu et à toi avec "tout le personnel de la Maison Blanche" [*] qui agit en 2014 comme intermédiaire entre Cuba et Obama : et c'est dans le contexte de cette action diplomatique – préparée par le Saint-Siège depuis des années – que McCarrick put servir, cette année-là, de "conseiller" du pape. On sait aussi que c'est François qui a forcé finalement McCarrick à démissionner du cardinalat (juillet 2018) : mesure rarissime, aucun cardinal n'ayant été limogé depuis 1926.

Pas un mot non plus de Christophe Dickès sur le vrai motif de la démission de la laïque irlandaise Marie Collins de la commission vaticane sur la pédophilie en 2017 : démission que Mme Collins avait pourtant expliquée [**] par l'obstruction des anti-François de la Curie, au premier rang desquels le cardinal Müller. Pas un mot de Dickès sur le fait que c'est le cardinal Müller (flanqué d'experts canonistes) qui a empêché le pape de faire fonctionner au Vatican un tribunal spécial anti-pédophilie, comme il avait entrepris de le faire dès 2013 !  Donc pas un mot sur le mobile général de cette obstruction : s'opposer à "l'Argentin" quoi qu'il fasse, dans quelque domaine que ce soit...  Attitude assez éloignée de l'empathie envers les victimes, même si ce sentiment est invoqué depuis huit jours par tous les anti-François du monde occidental.

La prestation de Christophe Dickès ce matin a donc laissé l'auditeur perplexe, quand elle ne l'a pas enfoncé dans l'inquiétude où l'ont plongé les rumeurs.

C'est cela le plus préoccupant. En proclamant que le pape devrait s'expliquer face à un Vigano érigé en grand juge ; en affirmant que le pape doit "parler" et "agir" (comme si Benoît XVI et François n'avaient ni parlé ni agi) ; en passant sous silence la fracassante Lettre du pape François au peuple de Dieu qui s'en prend au cléricalisme et nous appelle à l'aide pour une réforme radicale de l'Eglise – Christophe Dickès ne contribue qu'à faire monter la défiance envers le successeur de saint Pierre.

 

__________

[*] Constance Colonna-Cesari, Dans les secrets de la diplomatie vaticane, Seuil 2016.

[**]  https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Vatican/Marie-Colli...

Rappelons que Marie Collins a rendez-vous au Vatican en septembre pour travailler avec François.

 

 

 

oldzouav1.jpg

Commentaires

CLERCS OBSCURS

> Je n’ai entendu qu’une partie de l’émission. Suffisamment pour me faire une idée. Selon un jeu de mots – apparemment involontaire – de Louis Daufresne, cette affaire serait toute en « clercs obscurs »…
J'ajouterai que le premier et le plus « obscur » d’entre eux, c’est certainement Vigano lui-même !
______

Écrit par : Denis / | 03/09/2018

PÈRE ET FILS

> http://www.medias-presse.info/scandales-sexuels-le-pape-est-il-complice/97231/
Les deux Dickès partagent une même aversion du pape François. Beaucoup de mauvaise foi de la part de l'un et de l'autre !

PV


[ PP à PV - Dickès père, que j'ai connu jovial et sympathique à la fin des années 1960, est ensuite devenu archi-intégriste. Ce n'est pas le cas de Dickès fils. Mais les plus toxiques ne sont pas les intégristes affichés (qui ont au moins le mérite de la franchise) : ce sont les pseudo-"classiques", prisés du bourgeois mais dénués de loyauté envers le successeur de Pierre. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 03/09/2018

BUT

> D'accord, mais est-ce volontaire, et si oui dans quel but ??
______

Écrit par : Fernand Naudin / | 03/09/2018

DISCUSSION

> Vous croyez donc que protéger le pape pour le bien qu'il a fait est plus important que d'avoir des reponses à des questions angoissantes ? Elles ne pourront pas s'evanouir toutes seules. La réalité c'est que même des bons pretres peuvent avoit fait du mal, et meme de mauvais peuvent avoir fait du bien. Je ne parle pas seulement du bien procuré par les sacrements ; je connais au moins deux cas où des personnes ont admis leur stupefaction d'apprendre que tel clerc avait commis des horreurs alors qu'il avait été pour elles de très bon conseil. L'un d'eux fut le confesseur de mère Teresa de Calcutta. Alors oui, tout est possible ; c'est de l'aveuglement de croire que quiconque puisse échapper à cette loi de la nature humaine rachetée mais qui tombe encore. Le papen 'est pas au-dessus de cette loi et il a des predecesseurs qui le prouvent. Le pape qui convoqua le concile de Trente ne fit-il pas cardinal un jeune homme qui n'etait même pas de ses parents (Jules III)?

Yves


[ PP à Yves
- Vous avez raison de rappeler que la nature humaine est complexe, mais la réalité actuelle est massive : l'horreur des abus commis par des prêtres est un contre-témoignage qui éloigne nos contemporains de la foi catholique. On ne peut pas esquiver ce drame. L'avenir de l'Eglise en dépend...
- D'autre part, il faudrait pour commencer que le texte de Vigano pose les vraies questions et soit recevable. De toute évidence il ne l'est pas, puisque son but est arbitraire, illégitime et infondé : exiger la démission du pape !
- Je me permets de rappeler par ailleurs que notre blog est en première ligne depuis dix ans pour souligner la monstruosité toute particulière de la pédophilie de prêtres. Et qu'à l'époque, notre insistance sur ce point nous était reprochée avec mépris par ceux-là mêmes qui, aujourd'hui, subitement, semblent découvrir le drame ; mais c'est pour en faire le prétexte d'une relance de leur campagne politisée contre François. Ce sont des imposteurs... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Yves / | 03/09/2018

DISCUSSION (2)

> Je dis pas le contraire de vous. Mais je crois que le pape se trompe lourdement en n'ouvrant pas les archives qui permettraient d'eclaircir tout ceci, il me semble.

Yves


[ PP à Yves - Wait and see. J'ai confiance en l'Esprit Saint. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Yves / | 03/09/2018

PAS D'ACCORD

> Comme Yves je suis sensible à ce que vous dites, je suis bien sûr plus enclin à écouter le pape que des cardinaux aux mobiles pas toujours clairs
Cependant, il y a des zones d’ombres à éclaircir et l’attitude du pape à ce stade reste étonnante
Ce n’est pas seulement en montrant en disqualifiant Vigano que cela se fera.
Par ailleurs, pouvez vous me dire en quoi la critique du libéralisme que porte courageusement le pape François serait une raison suffisante pour qu’il subisse de telles attaques ? J’ai du mal à le concevoir car je ne pense pas que le pape François empêche Goldman Sachs et autres de faire du business.

Ludovic


[ PP à Ludovic - Les faits parlent d'eux-mêmes aux Etats-Unis. Je vous suggère de lire l'analyse de Michael Sean Winters que je viens de mettre en ligne ici, 4/09... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 03/09/2018

SAINT-SIMON

> Je pense aussi, comme certains, que la Vatican aurait dû répondre en détails à la diatribe folle de Mgr Vigano. Cela me rappelle un passage des Mémoires de Saint-Simon. Un ministre du roi avait démissionné et écrit une lettre vengeresse. Saint-Simon prend la peine de citer des passages de la lettre et de la commenter (négativement, bien sûr).
Dans ce genre d'affaire, on a toujours tort de rester muet, surtout quand on a raison. Avec le scandale de la pédophilie, qui l'agite en son sein, l'Eglise doit faire profil bas, et mettre tous les atouts de son côté. Et puis, Mgr Vigano n'est (ou n'était) pas n'importe qui. Il méritait une réponse adéquate et sérieuse.
______

Écrit par : Bégand / | 04/09/2018

RADIO NOTRE-DAME

> Très belle intervention du père Pierre Vivarès ce matin : comme une bouffée d'oxygène ! Je retiens de son propos que la cabale médiatique dirigée contre le Saint-Père vient des milieux conservateurs américains qui, en amenant le pape sur le terrain des abus et de l'homosexualité, pensent pouvoir le museler sur celui des migrants, du libéralisme et de l'environnement.
Vivarès n'exclut d'ailleurs pas une proximité, sinon une alliance, entre cette mouvance et les évangéliques les plus radicaux du Sud des États-Unis (ceux de 'Jesus Camp'). Il s'agit bien d'une opération d'ordre idéologique : on veut faire taire le pape.
Le père rappelle ensuite avec raison que l'Église américaine, trop riche, a pu oublier sa mission évangélique, d'où un nécessaire recentrage autour d'une Église des pauvres, pour les pauvres.
Une remarque du père me fit réfléchir : dans ses quatre-vingt-quinze thèses, Luther n'exigea aucunement la renonciation du pape de l'époque...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 04/09/2018

CE QUI FAIT AUSSI DE LA PEINE

> Quelque chose me peine profondément : voir à quel point les soutiens français au pape François, dans les circonstances actuelles, sont à quelques rares exceptions près, ...mesurés. Prudents et mesurés.
Sérieusement, Patrice, vous imaginez ce que ça aurait donné, si on avait offensé JP II de la même façon ? Des gens comme Daniel-Ange seraient montés au créneau, au cri de "touche pas à mon pape !". Là, rien de tel.
C'est comme si François n'avait jamais été vraiment "adopté" par les catholiques français, même par ceux proches de lui sur le plan des idées.
D'ailleurs, parle-t-on de "génération François", comme on a pu parler de "génération JP II" et (un peu moins) de "génération Benoît XVI" ?
A mon sens, le fait qu'il ne soit jamais venu en France y est pour beaucoup. Il n'y a pas eu de communion charnelle entre le peuple de France et l'actuel Saint-Père. C'est dommage mais c'est comme ça.

Feld


[ PP à Feld - Les cathos de droite doivent s'en prendre à eux-mêmes. Le pape François avait l'intention de venir en France. Il y a renoncé au vu de ce que lui écrivaient (et sur quel ton) les petits jeunes gens péremptoires de la Manif pour tous et autres Printemps français, pour lui dicter ce qu'il devait dire : a) en recevant Hollande au Vatican, b) au cours de son futur voyage en France !
On ne parle pas comme ça au successeur de saint Pierre ; sauf évidemment si l'on est pseudo-catholiques.
D'autre part, la situation française qu'ils "décrivaient" dans ces messages, pétitions etc était fantasmée, et le pape le savait par des évêques français qu'il connaissait personnellement.
Si le pape venait en France, ce serait pour s'adresser à tout le monde. Pas pour se laisser enfermer dans la bourgeoisie d'ultra-droite. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 04/09/2018

LE P. VIVARÈS

> L’émission de P Vivares vise l’apaisement, il dit des choses justes.
Cependant je suis assez mal à l’aise avec l’approche de P Vivares sur l’homosexualité.
Quand il dit de manière aussi affirmée que ce n’est pas une pathologie alors que la pedophilie l’est.
Quand il dit que ce n’est pas un problème que les prêtres soient de tendance homosexuelle alors que précisément Ratzinger avait demandé à ne pas ordonner de personnes à tendance homosexuelle
Quand il dit que le scandale aux EU n’a rien à voir avec l’homosexualité alors que ce sont bien des affaires très majoritairement avec des jeunes hommes pubères.
______

Écrit par : Ludovic / | 05/09/2018

à Ludovic

> et si l'Eglise payait aujourd'hui deux siècles consacrés à parler beaucoup trop de comportements sexuels, alors qu'il en est si peu question dans l'Evangile ?
Et si l'agitation actuelle venait de gens qui veulent continuer dans la sexomania,
alors que les papes depuis Jean-Paul II nous adjurent de parler un peu d'autre chose ?
______

Écrit par : Coralie Carnot / | 05/09/2018

LE SILENCE DES PAROISSES

> Je ne comprendrais pas que le pape n'apporte jamais de réponse à l'affaire Vigano. Une contre-enquête solide serait indispensable, et j'ose le dire serait indispensable à "couper des têtes" - c'est-à-dire écarter les Burke & Cie. A moins qu'ils ne s'écartent eux-mêmes tout seuls.
Mais j'ai confiance en l'Esprit-Saint. Et la réponse dans l'avion était d'ailleurs très bien en tant que telle.

- à Patrice de Plunkett - savez-vous si des démarches sont en cours du côté du Vatican pour répondre à Mgr Vigano et faire ainsi taire les polémiques qui accaparent tant de temps et d'énergie ?

Par ailleurs, concernant les abus (notamment sexuels) de prêtres : silence dans nos églises...
Pourquoi expliquer un tel silence dans nos églises ?
Il n'y a pas à ma connaissance de communiqué de la CEF pour l'Eglise de France, pas un prêtre dans mon secteur pastoral n'a évoqué le sujet. Les évêques également sont très timides.
A part des initiatives locales et spontanées, il n'y a pas de jeûne ou de prière en communion en prévision...
Le curé de ma paroisse, lorsque je lui ai parlé de la 'Lettre au peuple de Dieu', a avoué qu'il ne savait pas trop quoi en dire !
Précision : il est très loin du milieu "catho + "bourgeois anti-pape François".
Autant les actes ignobles font un tort immense pour l'annonce de l'Evangile, autant une timidité à crever l'abcès et prendre les mesures nécessaires semble aussi être une très mauvaise idée - surtout après la lettre de François !
Franchement, sur ce sujet-là, je ne comprends pas ce silence. Même les prières universelles n'ont pas été adaptées aux évènements.
Peut-être, est-ce différent dans d'autres paroisses et d'autres diocèses ? Qui pourrait dire le contraire de mon constat ? cela en rassurerait plus d'un, même des non-baptisés d'ailleurs.

Je peux vous assurer que lorsque le sujet est abordé en repas de famille (famille athée et/ou famille éloignée de l'Eglise), cela fait très mal.

TonyZ


[ PP à TonyZ - Dans la paroisse où j'étais dimanche matin, pas un mot non plus sur le scandale Vigano, ce qui peut se comprendre. Mais pas un mot sur la 'Lettre', et ça c'est inadmissible.
Inadmissible, mais hélas pas imprévu... En France le catholicisme paroissial, sauf exceptions, fonctionne comme un phare à éclipses : lumière sur certains suiets (les moins dérangeants et les plus édifiants), mais nuit opaque sur d'autres. Comme si le devoir des pasteurs n'était pas de répondre à toutes les questions de ceux des fidèles qui s'en posent.
Rôle également de la très fausse interprétation (franco-française) de l'adage de François de Sales : "Le bien ne fait pas de bruit, le bruit ne fait pas de bien". Comme s'il ne fallait pas parler à voix forte (donc faire du bruit) dans certains cas, face auxquels le silence serait lâcheté ou complicité ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : TonyZ / | 05/09/2018

Coralie

> J’irai plus loin et pense que l’Eglise paie pour la révolution sexuelle
C’est son rôle christique.
______

Écrit par : Ludovic / | 05/09/2018

GRENOBLE

> En ce qui concerne le silence : L’évêque de Grenoble a demandé à chacun de ses prêtres de lire la lettre du pape sur les abus sexuels
Ce fut fait dans le petit village de montagne où j’étais fin août... texte lu intégralement en lieu et place de l’homélie.

L.


[ PP à L. - Bravo et merci à Mgr de Kerimel. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 05/09/2018

à TonyZ :

> Là où le camp pro-Viganò a réussi son coup, c'est en décrédibilisant le pape, qui à l'échelle planétaire est le seul catholique que les non-croyants comme les croyants écoutent. Beaucoup de gens, s'étant arrêtés à l'annonce de la "bombe atomique larguée par Viganò" (Rocco Palmo), l'ont prise pour argent comptant ; j'en suis jusqu'à expliquer la vérité à un ami prêtre qui me disait encore tout récemment qu'il ne voyait pas comment douter de la véracité des faits établis par Viganò...
Ce qui est à craindre est une hémorragie de fidèles suite à cette opération indigne ; elle me semble inévitable aux États-Unis. Le clan Viganò, du fait de ses calomnies, devra rendre des comptes.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 06/09/2018

EN COMMUNAUTÉ ET EN PAROISSE

> Au sujet du silence : nous avons pris un temps de lecture de morceaux importants de la "Lettre" (avec invitation pour la lire en entier) et de prière spécifique pendant la semaine communautaire de la Communauté du Chemin Neuf le mercredi suivant sa publication.
Cela a interrompu la dynamique de ce que nous vivions, pendant ce temps éloigné (voire en déconnexion complète) des médias, mais cela s'avérait hautement nécessaire.
De plus, en paroisse, le sujet a été évoqué pendant les messes de dimanche dernier, avec une invitation de jeune et de prière en réponse pour tous les paroissiens prêts à le vivre pendant la journée de demain.
Nous sommes peut-être une exception, mais nous désespérerons pas, portés par la parole et particulièrement le texte reçu en prière (Jdt 9,11 :
"Car ce n'est pas dans le nombre que réside ta force, ni ton pouvoir en des hommes vigoureux. Mais tu es le Dieu des humbles, secours des opprimés, protecteur des faibles, refuge des délaissés, sauveur des désespérés.")

CM Bera


[ PP à CM Bera - Alleluia. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Charles-Marie Bera / | 06/09/2018

PAROISSE

> Dans ma paroisse, il a été lu de larges extraits de la lettre du Pape, et c'est bien sans aucun doute, notamment lors de la prière pénitentielle et c'est juste, mais je ne pense pas néanmoins que ce soit le rôle de l'homélie, laquelle doit commenter d'abord et prioritairement l’Évangile.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 06/09/2018

LE MESSAGE DE Mgr AUPETIT

> Dommage que le sujet Vigano soit croisé avec mes questions sur le silence après la Lettre du Pape - cela fait confusion dans le fil de discussion.
Merci pour ces quelques témoignages rassurants.
Je vous partage le message de Mgr Aupetit aux diocésains de Paris :
https://fr.zenit.org/articles/lettre-du-pape-au-peuple-de-dieu-message-de-mgr-michel-aupetit-au-diocese-de-paris/
______

Écrit par : TonyZ / | 07/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.