Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2018

"La plupart des catholiques conservateurs américains" ne partagent pas l'attitude de Vigano

Jim_Towey_president_of_Ave_Maria_Unviersity_Courtesy_of_Ave_Maria_University_CNA.jpg

...déclare le président de l'université Ave Maria (Floride) Jim Towey :


 

CNA (Catholic News Agency) :

 

Venice, Floride, 30 août – Jim Towey, président de l’université Ave Maria, a déclaré mercredi qu’il soutenait sans hésitation le pape François au lendemain de l’appel à la démission du pape lancé par [l’ex-nonce] Carlo Maria Vigano. […] La déclaration de Towey le 29 août “sur la fracture dans l’Eglise” définit l’initiative de Vigano comme faisant partie d’une “fracture entre certains membres de la hiérarchie de l’Eglise et le pape François”, les “lignes de bataille” ayant été tracées “il y a cinq ans, peu après l’accession du pape à la chaire de saint Pierre”.

Towey cite l’exhortation apostolique du pape Gaudete et exsultate (2018), dans laquelle François critique “de faux prophètes qui utilisent la religion pour leurs propres desseins”…  Dieu (ajoutait l’exhortation) “nous dépasse infiniment ; Il est plein de surprises”. Le président d’université précise que l’appel de Carlo Maria Vigano à la démission du pape “ne fait pas partie” de ces surprises divines.

Towey souligne que le jour de lancement du texte Vigano [ pendant les 48 h passées en Irlande par le pape ] “paraît avoir été choisi pour causer le plus de tort possible à l’image du pape”. Tout aussi “troublant”, dit-il : “le chorus de soutien organisé en réseau” [pour amplifier le tapage autour du texte].

Mais le président d’université met les choses au point : “Contrairement à la rumeur lancée dans le public, la plupart des catholiques conservateurs [ici au sens américain de : “catholiques traditionnels”) ne partagent pas ce mépris [envers le pape], notamment pas sur notre campus. Towey déclare : “L’université Ave Maria est connue pour sa fidélité absolue à l’Eglise, non parce que nous serions des conservateurs – et nous le sommes – mais  parce que cette fidélité absolue est exigée par le fait d’être disciples. Ce qui explique que nos étudiants aiment le pape François et le soutiennent de tout cœur.”

Notant que le Pontife romain est le successeur de saint Pierre, oint par l’Esprit Saint, Towey constate que les désaccords entre des conservateurs et le pape peuvent produire des “débats sains”... s’ils sont exprimés correctement et transmis avec respect. “Mais lorsqu’un désaccord en Eglise tourne à l’hostilité et à la rébellion, et que quelques membres de la hiérarchie expriment leurs opinions comme s’ils avaient été élus pape à la place de François, des catholiques loyaux comme nos étudiants feront corps pour défendre le Souverain Pontife.”

Towey ajoute : “nous pardonnons” François qui “admet avoir failli dans sa propre réponse au scandale des abus sexuels par des prêtres et de leur couverture” [par des évêques]. Il rappelle que François “n’a pas été le seul à s’être laissé circonvenir par le cardinal (aujourd’hui destitué) McCarrick : des saints comme Jean-Paul II et Mère Theresa de Calcutta connaissaient également McCarrick et furent dupés par lui, eux aussi”.

“Les attaques personnelles contre le Vicaire du Christ et les appels à sa démission sont follement diviseurs et manifestement mauvais, en un temps où l’Eglise souffre du scandale causé par tant de membres de sa hiérarchie… Les soi-disant catholiques conservateurs qui défient maintenant l’autorité légitime du Saint Père et sapent ouvertement son pontificat, trahissent leurs propres principes et blessent l’Eglise qu’ils affirment aimer. Ils doivent cesser tout de suite”, déclare Towey.

 

 

 

6e4d53b79124b7103d240d1b8447e3cf.jpg

 

Commentaires

"MERCI À JIM TOWEY"

Tout ceci est parfaitement juste, marqué au coin du bon sens… Merci à Jim Towey.
Si nous aimons le Christ, nous devons nous fier à sa Parole (Mt 16,18) et être fidèles à celui à qui Il a confié l’Eglise, à savoir saint Pierre et ses successeurs.
Quant à tout ce Barnum orchestré par les extrêmes, ces paralytiques ultras des camps conservateurs ou progressistes, que nous connaissons trop bien, il va retomber comme un soufflé… Et ce, quand bien même l’ancien nonce Vigano – qui a montré sa profonde stupidité en appelant à la démission du pape –, opterait pour la poussière schismatique… du type Eglise vieille et autres Fraternités intégristes et sédévacantistes (il en paraît capable !).
______

Écrit par : Denis / | 02/09/2018

> Très beau texte, qui rappelle que ce qui définit la foi catholique, c'est croire en Dieu Père Fils et Esprit et être en communion avec le successeur de l'apôtre Pierre. Toute démarche qui vise à nier cette communion est d'ordre schismatique : c'est se placer dans les pas de Luther, d'Henri VIII ou de Marcel Lefebvre, qui ont chacun leur responsabilité dans la division de l'Église du Christ.
La remarque de M. Towey à l'endroit de Jean-Paul II rejoint celle du 'National Catholic Reporter', qui rappelait récemment que l'attitude du pape polonais à l'égard de prédateurs comme Maciel, loin d'être exemplaire, pouvait donner lieu à critique mais en aucune manière à la remise en cause du ministère pétrinien (https://www.ncronline.org/news/accountability/editorial-its-time-choose-painful-path-purification).
Le dernier éditorial de NCR est précisément consacré à ce sujet, à la lumière des dernières informations communiquées par Viganò concernant la rencontre de 2015 à la nonciature de Washington entre le pape actuel et Mme Kim Davis (https://www.ncronline.org/news/opinion/distinctly-catholic/vigan-s-latest-statement-part-concerted-campaign-attack-papacy). Cette dernière manœuvre de Viganò le discrédite encore davantage et confirme sa nature de "ambitious, gossipy, mean-spirited little man", sinon de "scélérat" pour reprendre le rerme utilisé par la sœur de Viganò.
Ce qui est atterrant n'est pas de constater qu'un homme puisse tomber aussi bas mais bien que journalistes, évêques et fidèles l'aient suivi en nombre depuis plus d'une semaine. Que Dieu ouvre leurs yeux !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 03/09/2018

BEAUCOUP PLUS

> Faudra quand même secouer le cocotier, et de façon très énergique, beaucoup plus que ce qui a été fait jusqu'à maintenant.
HH

[ PP à HH - Bien d'accord avec vous, pour cette fois ! C'est ce que j'ai appelé "le glaive de l'Archange". ]

réponse au commentaire

Écrit par : HH / | 03/09/2018

ESTOMAQUÉS

> https://www.lifesitenews.com/news/priest-writes-open-letter-to-ave-maria-u-president-im-appalled-by-remarks-o

La lettre de Towey fait des vagues dans le camp pro-Viganò, estomaqué par le franc-parler d'un homme qu'ils croyaient être des leurs. Le texte faisait originellement explicitement référence au cardinal Burke, mais cette mention fut gommée par Towey sous la pression. La photo publiée par LifeSiteNews en dit pourtant très long : on voit Burke et Viganò 'bras dessus bras dessous' lors d'une marche pour la vie, à Rome en mai dernier.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 03/09/2018

EWTN, PIRE RADIO DE L'ÉPOQUE

> ... et cela a entraîné une avalanche de critiques de la part d'anciens de cette université... sur EWTN
("pitoyable" dit un prêtre)
https://www.youtube.com/watch?v=XCJPy6TeiF4

Rappelons que Towey a/semble avoir d'autant plus de mérite que l'université Ave Maria a été fondée et est financée par Tom Monaghan. C'est l'ami de Timothy Busch (avocat ultralibéral qui a déclaré avoir conseillé Vigano pour la publication de sa lettre) et le fondateur de Legatus, organisme ultra-libéral dont sont issus les évêques qui se rallient à la thèse de Vigano.
Il a créé Radio Ave Maria
Tom Monaghan a aussi fondé une "ville catholique" en Floride (pour moi, c'est exactement ce qu'il ne faut pas faire).
Monaghan est apparemment membre de l'Opus Dei ?(http://fr.reingex.com/Thomas-Monaghan.shtml).
Monaghan SE DIT partisan d'un "libéralisme contrôlé" (oxymore !)
article du New York Times datant de 1999 : https://www.nytimes.com/1999/02/14/business/taking-the-gospel-to-the-rich.html
Il a créé & dirigé un fond de pension avec Mike Novak, économiste qui a attaqué Benoit XVI sur Caritas in Veritate & François sur Evangelii Gaudium et auparavant avait essayé d'influencer Jean-Paul II qui, "venant d'un pays communiste avait une vision déformée du capitalisme" il est un fort soutien de G W Bush...
(https://www.cath.ch/newsf/etats-unis-deces-de-michael-novak-le-theologien-du-capitalisme/).
Le journal "catholique" américain Crux, le présentait comme "un vrai gentleman américain". Révélateur de (dans le meilleur des cas, la naïveté) l'esprit de ce journal.
Ce "bergogliophobe" était membre de l'asso ultralibérale de Tim Busch
https://cruxnow.com/church-in-the-usa/2017/02/26/funeral-friends-praise-faith-humanity-michael-novak/

Donc Towey soutient le pape.
Mais reste à voir quel est le contenu de l'enseignement économico-social qui est donné à Ave Maria.
Car Towey a travaillé avec George W Bush à la Maison Blanche mais c'était il y a 12 ans (2002-2006) et il a aussi travaillé pour Mère Teresa et s'est opposé à Burke avant de se rétracter il y a 2 jours.
Je regrette d'être si méfiant.

Sur le site de l'université il pose avec G W Bush mais au Etats-Unis il y a un esprit très légaliste : qu'on n'aime pas le président n'empêche pas que "c'est le président élu, le chef de l'Etat", je ne pense pas qu'il faille y voir un alignement d'idées.

Bref, je pense que Jim Towey est bien seul. Ou bien est-il une caution ? ou une caution qui s'émancipe ? sa déclaration est -elle un gage : fidélité au pape (car on sent le vent tourner) le principal étant de garder l'influence ultralibérale dans le catholicisme américain ?
Je regrette d'être aussi méfiant (que J Towey me pardonne).
Attendons et surtout observons & cherchons comme l'a dit le Pape.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 03/09/2018

"CE QU'IL AVANCE"

> Sans doute, puisque ce n'est pas une question de basse politique. Les enjeux soulevés par la lettre de l'ancien nonce à Washington sont autrement plus graves. Il y a aussi des catholiques aux options plus libérales qui sont profondément troublés et demandent des réponses.
Que des gens de droite cherchent à instrumentaliser ces accusations, que d'autres gens de droite se rangent derrière le pape par esprit de loyalisme n'est qu'accessoire.
Ce qui compte, ce n'est pas la personnalité de Vigano mais la véracité de ce qu'il avance.
Documentez-vous plus amplement, en veillant à panacher vos sources, et vous constaterez que des médias de toutes opinions, catholiques ou non, tendent à confirmer les dires de Vigano.

Ghislain


[ PP à Ghislain - Et d'autres médias, au contraire, infirment ses dires et rappellent les faits qui réfutent son accusation contre François.
Mais l'écho des médias n'a d'autre valeur que... médiatique.
Un chrétien catholique lucide et loyal envers le successeur de Pierre ne se laisse pas influencer par les médias. Il constate que l'objectif du texte (purement médiatique) signé Vigano n'est pas de défendre des victimes, ni de faire la lumière sur des faits. Il est de détruire le pape. C'est ce dont rêve une certaine mafia dans l'Eglise depuis le début du pontificat... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ghislain / | 03/09/2018

à Eric Levavasseur

> Un "gentleman américain" : ¿ Qué es?
______

Écrit par : Churubusco / | 03/09/2018

à Ghislain

> Si Vigano était quelqu'un d'honnête et mû par sa conscience (ce qui n'est pas l'avis exprimé par son frère prêtre et sa soeur !), il n'aurait pas le culot d'enfer d'exiger la démission du pape. Ça le disqualifie.
______

Écrit par : Jacques Hériau / | 03/09/2018

@ churu

> c'est aussi ce que je me suis demandé

@ Ghislain

> vous avez raison : quand un évêque comme Vigano déjà mouillé dans Vatileaks écrit une lettre dégoulinante de règlement de comptes personnels, certains remontant à des années, et où tout est mis en scène, tout de suite on la prend au sérieux.
Surtout quand on découvre que les sanctions qu'aurait prises Benoit XVI à l'égard de McCarrick dont parle cette lettre, personne n'en trouve la trace, et qu'une vidéo de l'époque montre qu'elles n'existaient pas et que Vigano s'entendait très bien avec la personne prétendument sanctionnée à l'époque à laquelle il dit l'avoir déjà dénoncée.
Quand un avocat déclare lui-même qu'il a conseillé à Vigano de publier ce document et que cet avocat est un ultralibéral connu pour son opposition à la DSE et aux papes successifs, c'est une très bonne référence.
Quand les évêques qui déclarent que Vigano est fiable appartiennent tous à la frange en opposition avec les dernières encycliques traitant d'économie, d'écologie et de foi, et aux instituts fondés par l'avocat en question, cela prouve que ce sont des témoins de moralité extrêmement fiables.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 03/09/2018

à E. Levavasseur :

> Ave Maria est certes une université catholique, mais ce n'est pas la plus connue. Je viens de faire une recherche rapide mais n'ai rien pu trouver en ce qui concerne les grands établissements : ni Georgetown, ni Notre-Dame, ni l'Université Catholique d'Amérique, encore moins Boston College n'ont pris position en ce qui concerne le scandale Viganò. Sans doute une conséquence du financement de ces universités par des mécènes du genre Timothy Busch qui, de fait, les contrôlent. Cela illustre l'infiltration des querelles idéologiques dans le catholicisme américain ; le 'Sismographe' note ainsi que l'épiscopat US est aujourd'hui divisé sur le même modèle idéologique qui divise la politique US (https://ilsismografo.blogspot.com/2018/09/stati-uniti-u.html?m=1).
J'ajoute à ce sujet que l'article du 'Sismographe' laisse perplexe sur un point. Il affirme que les évêques conservateurs américains qui soutiennent Viganò sont ceux qui critiquent l'ouverture du pape en ce qui concerne "l'homosexualité dans la prêtrise". Le diable est dans les détails : à quel moment le Saint-Père a-t-il autorisé une telle ouverture ? De la part du 'Sismographe', cette inexactitude est des plus regrettables...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 04/09/2018

à HH :

> Le secouage de cocotier passera par une question épineuse : que fait-on des prêtres non condamnés par la justice (en raison de la prescription ou d'un manque de preuves) mais présentant néanmoins une tendance pédophile ou pédéraste ? Le cas d'école semble être ici celui de Mgr Hervé Gaschignard, évêque émérite d'Aire et Dax. Le prélat fut relaxé car les faits incriminés n'étaient pas pénalement répréhensibles : l''Obs' rapporte qu'il aurait demandé à un adolescent de quatorze ans "s'il avait des relations sexuelles avec sa copine, s’il se mettait nu devant ses amis, s’il se masturbait et avec quelle fréquence, [et] s’il avait consulté des sites pornos homosexuels. Il l’aurait trouvé 'efféminé', lui aurait proposé de l’accompagner, de l’aider à devenir plus viril" (https://www.nouvelobs.com/societe/20170406.OBS7657/un-eveque-francais-demissionne-pour-attitudes-inappropriees.html).
Gaschignard, qui serait très attiré par la jeunesse, aurait multiplié les gestes inappropriés sans toutefois jamais agresser sexuellement, d'où deux classements sans suite (à Toulouse puis dans les Landes). Le nonce en France lui demande de démissionner du siège de Dax, ce qu'il fait. Six mois plus tard, son ancien camarade du séminaire français de Rome, Mgr de Kérimel, l'accueille dans son diocèse de Grenoble pour s'occuper de l'œcuménisme et des pèlerinages.
La question est la suivante : peut-on admettre qu'un clerc qui a manifestement une attirance pour les adolescents, qui a agi de manière inappropriée à leur égard, se voie néanmoins confier une charge pastorale ? Doit-on faire application du principe de précaution en la matière (réduction à l'état laïc) ? Si, dans un an, Gaschignard venait à retomber dans ses travers, ne nous dirait-on pas que la "tolérance zéro" ne sont que de belles paroles ? La lettre au Peuple de Dieu nous autorise-t-elle à évoquer ces questions avec l'évêque de Grenoble ?
Secouer le cocotier, oui... mais dans quelle mesure, en pratique ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 04/09/2018

@ Ghislain

> Une question: est-ce que Benoît XVI a confirmé avoir pris des mesures secrètes contre McCarrick ? Non... donc personne ne peut " confirmer les dires de Vigano" - au moins ceux qui sont des accusations portées contre François.
______

Écrit par : Roque / | 04/09/2018

AUCUNE PREUVE

> Juste une chose, il me semble, ou alors j'ai mal compris, que Vigano ne fournit absolument aucunes preuves de ses accusations. Si c'est le cas, comment peut-on même envisager de lui prêter crédit? C'est à l'accusateur de prouver ses dires, non?

VF


[ PP à VF - Et vous avez raison : il ne fournit aucune preuve. Mais dans le monde du buzz, du tweet et l'hystérie émotionnelle, l'accusation sert de preuve à condition d'être "du bon côté". Et pour être "du bon côté", il n'y a qu'à se positionner "du côté des victimes" : du coup celui que vous accusez aura l'air d'être du côté des bourreaux, et quoi qu'il dise ou ne dise pas il sera condamné par la clameur. C'est le piège que le réseau anti-François vient d'actionner contre le pape. Piège dont se rendent complices, chez nous, les dadais sournois qui s'obstinent à dire qu'il y sûrement du vrai dans le texte Vigano, et que mettre ça en doute n'est que "papolâtrie" (sic). Résistons à la tentation du mépris qui monte en nous au vu de ces personnages. ]

réponse au commentaire

Écrit par : VF / | 04/09/2018

@ Philippe de Visieux

> Faire de la situation de Mgr Hervé Gaschignard "un cas d'école" me paraît particulièrement peu adéquat.
Comme vous le dites vous-même, l'affaire a été classée sans suite (et pas pour des raisons de prescription, mais faute après enquête d'éléments justifiant une poursuite pénale).
S'il a eu des "attitudes inappropriées" qui ont justifié sa démission pour des raisons prudentielles, cela n'a rien à voir avec des abus sexuels ou des crimes pédophiles et ne justifie pas de tout mettre dans le même sac.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 04/09/2018

À Ph.d V.:

> Vous posez là une question extrêmement pertinente. Qu'en pensent les visiteurs et l'animateur de ce blog ?
En voyant tous ces liens entre le catholicisme états-unien et la haute finance, j'en reviens encore au même sujet: l'inadéquation entre le catholicisme et sa doctrine sociale et la citoyenneté américaine et ses principes.

Raphaël R.


[ PP à RR - J'en pense la même chose que PV et vous, et je reviens sur ce sujet avec insistance depuis dix ans !
Ce qui devrait alarmer désormais, c'est l'américanisation d'une certaine prétendue "évangélisation" dans l'Hexagone. Employer des mots américains pour parler à des Français, montre à quel point une certaine jeune bourgeoisie est coupée du monde réel. Et le pire, c'est qu'ils répondent (quand on pose la question à un animateur comme je l'ai fait il y a deux ans) : "C'est pour ne pas s'isoler." S'isoler de quoi, grand Dieu ??? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Raphaël R. / | 04/09/2018

> Merci d'avoir répondu à ma question sur les E-U. Je posais aussi la même question sur le "secouage" de cocotier...
______

Écrit par : Raphaël R. / | 05/09/2018

à Michel de Guibert :

> Vous avez raison : Mgr Gaschignard n'est coupable ni de crimes pédophiles ni d'abus sexuels. Néanmoins, son comportement passé est-il compatible avec une fonction pastorale ? Je n'ai moi-même pas de réponse à cette question plus large : le critère à retenir, pour l’Église, est-il la violation par le prêtre de dispositions pénales ou doit-on exiger davantage ? Ce n'est qu'une hypothèse que je formule, mais ne pourrait-on pas placer le critère au niveau du "bon père de famille" ? En ne tolérant pas les attitudes qui ne seraient pas admissibles de la part d'un père ou d'une mère à l'égard de ses enfants, comme par exemple (dans le cas Gaschignard) toutes questions qui portent sur la fréquence de leurs masturbations.
Il me semble que les attitudes inappropriées de Mgr Gaschignard vis-à-vis d'adolescents - qui avaient fort logiquement justifié sa démission d'évêque de Dax - ne sont pas compatibles avec une fonction pastorale, quelle qu'elle soit ; l'homme est toujours formellement évêque (émérite), célèbre la messe, entend les confessions.
Encore une fois, je n'ai pas de réponse à cette question du critère à retenir et ne fais que la poser, car elle me semble pertinente dans le débat actuel.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 06/09/2018

à Philippe de Visieux.

> Merci pour votre réponse, je partage vos interrogations, sans vous rejoindre sur votre conclusion dans le cas évoqué.
Il n'est pas interdit de penser qu'une personne n'est pas enfermée définitivement dans des attitudes inappropriés et incapable de remise en cause de ses attitudes passées à l'avenir... sinon ce serait désespérant ! (je ne parle pas ici de pédophiles prédateurs pervers).
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 06/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.