Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2018

Carlo Vigano, nouvel outil de la cabale anti-François

Vigano.jpg

Nos bergogliophobes disaient vertueusement : “il faut en savoir plus”. Les voilà servis par Aleteia et la presse d'investigation italienne ! L’opération Vigano est simplement un nouveau coup du réseau romain anti-François qui a déjà montré qu’il n’hésitait pas à employer les pires méthodes ; réseau appuyé cette fois par la fraction ultra-conservatrice de l’Eglise US :




C'est Aleteia qui met les choses au point, parallèlement aux investigations de la presse italienne (qui fait plutôt bien le travail auquel l'a invité le pape au sujet du coup Vigano) :

https://fr.aleteia.org/…/abus-sexuels-aux-etats-unis-le-p...

<< Dans l’avion qui le ramenait au Vatican après son voyage en Irlande, le pape a répondu aux questions concernant la lettre de l’ancien nonce Mgr Carlo Vigano qui l'accuse d'avoir couvert les dérives de les dérives de Theodore McCarrick.
Le dimanche 26 août 2018, a été une journée doublement intense pour le pape François. Au deuxième jour de sa visite, il a livré une catéchèse très profonde sur la valeur de la famille à Dublin, dans un pays auparavant très catholique, mais qui se remet aujourd’hui des récents scandales qui ont affecté une Église trop accrochée à la gloire du passé et peu attentive aux horreurs du présent.

Le même jour, ce matin-là, était rendue publique dans les médias du monde entier une déclaration accusatrice contre le Pontife signée de l’ancien nonce apostolique aux États-Unis, Mgr Carlo Maria Vigano, un archevêque déjà connu des médias pour l’affaire ‘Vatileaks’.
Lors de la conférence de presse habituelle au retour de chaque voyage apostolique, le pape a répondu aux accusations :
« J’ai lu ce matin le communiqué de Vigano. Je dirais sincèrement à vous et à tous ceux d’entre vous qui sont intéressés : lisez attentivement le communiqué et faîtes-vous votre propre jugement. Je ne dirai pas un mot là-dessus. Je pense que le document parle de lui-même. Vous avez la capacité journalistique suffisante pour parvenir à vos propres conclusions, avec votre maturité professionnelle. »

Nous tentons de comprendre si ces accusations sont fondées ou plausibles.
Mgr Carlo Maria Vigano, évêque qui souhaitait faire carrière à la Curie, a décidé de communiquer au monde sa version des faits dans un document de 11 pages, où il affirme que le Saint Siège avait connaissance de l’affaire McCarrick depuis l’an 2000 au moins, soit au moment du pontificat de Jean-Paul II, qui fut celui qui l’avait promu à la fin de cette année-là archevêque de Washington et qui l’avait élevé au rang de cardinal l’année suivante.
[…] Selon Mgr Vigano, Benoît XVI a pris des mesures contre McCarrick, mais en secret, comportement peu explicable, d’autant plus que Joseph Ratzinger aurait pris cette décision entre 2009 et 2010 et n’aurait pas haussé un sourcil en voyant qu’il avait été ignoré. Rappelons que Benoît XVI était en poste jusqu’en 2013 : Comment pouvait-il ne pas savoir qu’on lui avait désobéi ? Et pourquoi n’aurait-il rien fait ? Et enfin, pourquoi aurait-il pris une mesure « secrète » si elle avait une importance vitale pour l’Église ?
Vigano affirme que le pape François a continué à couvrir McCarrick, et pourtant, la seule sanction effective et publique qui ait été prise contre lui vient du Pontife argentin, qui l’a privé de la pourpre et lui a imposé de prendre sa retraite. Comment peut-on concilier cette sévérité avec le supposé laxisme dénoncé par Vigano ? Il ne faut pas oublier que dans ces cas-là, la bonne foi de la personne qui accuse revêt la même importance que ses propres accusations.

Mgr Vigano parle CINQ ANS APRÈS sa dernière rencontre avec le pape François. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ?

Mgr Vigano n’a jamais supporté le fait de ne pas avoir été promu à un poste à responsabilités dans la Curie, poste qu’il convoitait et pour lequel il a MENTI À BENOIT XVI quand le Pontife l’a nommé nonce des États-Unis, après que les accusations qu’il avait formulées concernant la corruption au Vatican (l’affaire Vatileaks) se sont révélées infondées : Carlo Vigano, pour s’opposer à son transfert, a écrit directement au pape et s’est justifié en invoquant l’obligation qu’il avait de rester auprès de son frère, gravement malade et quasiment incapable de comprendre et d’exprimer sa propre volonté. Le 7 juillet 2011, le nonce a écrit au pape Ratzinger : « Je suis angoissé par le fait que, ayant à m’occuper personnellement d’un de mes frères prêtre plus âgé resté gravement handicapé après un AVC qui l’a progressivement affaibli physiquement et mentalement, je doive partir maintenant, quand je pensais pouvoir résoudre en quelques mois ce problème familial qui m’inquiète tant. »
En réalité, les investigations et le témoignage direct de Lorenzo Vigano [le frère en question], étayés par des documents d’activité académique, des contrats de location et d’autres documents, montrent une situation totalement inverse. Lorenzo Vigano affirme sans demi-mesures que son frère « a écrit fallacieusement au pape », étant donné qu’il vit depuis de nombreuses années à Chicago en toute autonomie et que son frère ne s’est jamais occupé de lui, frère avec lequel, au vu de la date de la lettre, il avait déjà coupé les ponts depuis plus de deux ans, en janvier 2009. « En 1996, j’ai souffert d’un AVC, mais j’ai rapidement retrouvé mon indépendance et, non sans quelques difficultés physiques (une hémiparésie gauche), j’ai repris ma vie normale et mes études à Chicago » (‘Corriere della Sera’)16 mars 2013).

Pourquoi cette réticence à quitter Rome ? C'est que loin de la Curie, les possibilités d’occuper un poste de prestige se réduisent énormément. Il est probable que Mgr Vigano ne pardonne pas au pape Francois d’avoir perdu son appartement confortable au Vatican, avance le vaticaniste de ‘TgCom24’ :
“Après être rentré des États-Unis en 2016, l’archevêque est revenu dans son appartement de la Cité du Vatican, appartement qu’il n’avait pas laissé à un autre locataire (comme il aurait dû le faire) durant son service diplomatique à l’étranger, et qu’il avait réussi à garder […]. Le pape argentin a mis fin à ces privilèges il y a quelques mois, et pas seulement à la cité du Vatican. L’APSA (Administration du patrimoine du siège apostolique), dicastère qui gère tous les immeubles du Saint-Siège, avait trouvé un nouveau logement à l’ex-nonce Via delle Erbe, où vivent d’autres nonces retraités. Mais le pape François lui a fait savoir qu’il serait préférable qu’il rentre dans son diocèse d’origine (Varese).”

Mgr Vigano demande la démission d’un pape, alors même qu’il sait qu’ils doivent être libres de toute contrainte pour qu’elle soit valide, conformément au droit canonique.
Selon l’avis général, cette situation montre que le désaccord entre les différents courants dans l’Église de Rome ne s’est pas atténué.
Depuis son retour à Rome, Mgr Vigano a souvent été vu avec les « cardinaux des ‘Dubia’ » (contre ‘Amoris Laetitia’) et a participé à des réunions et conférences avec des groupes qui se disent explicitement et clairement contre le pape François (‘HuffPost’).
Selon l’agence Ansa, derrière ce geste de Carlo Vigano pourrait se cacher la « longa manus » de l’épiscopat américain, qui n’accepte pas la ligne dure entreprise par François contre les représentants du clergé qui ont commis ce que lui-même appelle des « crimes » (‘Repubblica’).
L’initiative de Mgr Vigano ressemble fort à celle utilisée contre Benoît XVI, déterminé à mettre de l’ordre dans les affaires du Vatican. Comme s’il s’agissait de délégitimer le pape et de faire pression sur lui ! La démission de Benoît XVI a démontré l’existence de résistances : plutôt que d’aider Pierre à gouverner la barque de l’Église, on sabotait ses efforts.
Maintenant cette tempête, au vu du moment choisi (un voyage très délicat en Irlande), tente de faire pression pour « mesurer l’impact de la tempête médiatique non seulement sur le pape François, mais aussi sur le collège cardinalice, l’épiscopat et les théologiens ; on verra qui suit » affirme Alberto Melloni dans le quotidien italien ‘Repubblica’. >>

 

 

 

oldzouav1.jpg

 Il y a des jours où l'on se sent zouave pontifical.

 

Commentaires

ET 'VALEURS ACTUELLES' ÉVIDEMMENT

> Les délires de 'Valeurs Actuelles' qui fait de la désinformation maladroite car facile à démontrer...
VA présente les choses à sa manière par un saint Vigano persécuté par Bertone mais soutenu par Benoit XVI :
"En 2011, il [Vigano] avait été écarté de son poste au Vatican par le cardinal Bertone, en 2011, pour avoir dénoncé des malversations financières [affirmation péremptoire ; VA fait comme s'il était indiscutable, factuel qu'il a été écarté pour cela].
"En reconnaissance de son combat, Benoît XVI l’avait alors nommé nonce aux États-Unis."

En reconnaissance ?
Mais non ! tout Vatileaks ou presque, repose sur les lettres de Vigano où il écrit " QU'IL NE VEUT PAS ALLER A WASHINGTON ! "
Ce n'était donc pas une récompense de la part de Benoit XVI ! mais un éloignement !

EL


[ PP à EL - Comment espérez-vous faire comprendre aux gens de VA qu'être nommé à Washington n'est pas forcément une récompense ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : E Levavasseur / | 28/08/2018

ÉRADIQUER

> A la lecture de tous ces événements on ne peut qu'être pris par un malaise, on voit bien que des logiques de pouvoir s'affrontent mais qui a raison ?
Ce qui est certain c'est qu'il faut éradiquer la pédophilie et toutes les déviances sexuelles dans l'Eglise.
______

Écrit par : Zitoun / | 28/08/2018

@ PP

> hi hi hi ! bien vu !

ils ont aussi attaqué Mgr Malle nouvel évêque de Gap accusé d'universalisme. Amusant commentaire à propos de quelqu'un qui a re-dynamisé la prière pour la patrie quand il était curé de campagne à l’Île Bouchard !
nous avons prié ensemble pour la France et il a créé le réseau des sanctuaires priant pour la France.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 28/08/2018

ÇA NE TIENT PAS

> L'allégation de Mgr Vigano selon laquelle Benoît XVI aurait secrètement sanctionné McCarrick ne tient pas : en février 2013, le même Benoît XVI exigeait du cardinal écossais O'Brien sa démission pour des faits quasiment similaires. Cette décision prise une semaine avant la fin officielle du pontificat de Ratzinger fut publique ; il était connu de tous que O'Brien ne participerait pas au conclave. Pourquoi Benoît XVI aurait-il agi secrètement dans un cas, publiquement dans l'autre ? Cela ne tient pas.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 28/08/2018

À Zitoun :

> https://www.lifesitenews.com/news/vigano-issues-new-statement-documents-to-clear-his-name-of-false-charges

Le malaise est d'autant plus grand en lisant ce site américain bergogliophobe. Certains commentaires sont indignes de catholiques censés reconnaître dans le pape le pasteur de l'Église universelle : "We get it, but all this explanation is too confusing for the mass media to sort out and report correctly in detail. Confusion and chaos will serve Francis and his collaborators."
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 28/08/2018

PUTSCH

> http://www.liberation.fr/planete/2018/08/27/l-hypothese-d-une-cabale-ultra-conservatrice-contre-le-pape_1674821

Bon article de Libé, qui résume bien la gravité de la situation : « un putsch est en cours et si les évêques américains ne défendent pas en bloc le Saint-Père dans les prochaines vingt-quatre heures, nous glisserons vers un schisme aux Etats-Unis ». Que faire en ces heures sombres pour défendre le Pape et le sortir de ce marigot ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 28/08/2018

ATTENTE SUSPECTE

> Ce qui laisse pantois, c'est que Mgr Vigano ait attendu si longtemps pour dénoncer le comportement de McCarrick. S'il savait que celui-ci n'obéissait pas à la supposée sanction de Benoît XVI, que ne l'a-t-il annoncé publiquement alors, soit il y a huit ou neuf ans ?
______

Écrit par : Sven Laval / | 28/08/2018

à E Levavasseur :

> les délires de "Valeurs actuelles" que vous citez sont signés Dandrieu. Sans vouloir juger celui-ci, il faut se rappeler qu'il semble parfois pris de démangeaisons sédévacantistes depuis Benoît XV (au moins) - et j'ai bien écrit XV et non XVI !
______

Écrit par : Sven Laval / | 28/08/2018

FAIRE PLACE NETTE

> A un certain moment il faut, compte-tenu de la gravité de la situation, faire place nette et nettoyer les écuries : retirer leur charge à tous les évêques qui ont failli et les envoyer dans des paroisses en difficulté (idem pour tous les saboteurs internes quelque soit leur niveau), réduire à l'état laïque et excommunier tous les prêtres criminels.
Seul un geste fort de cette nature pourra marquer les esprits et permettre de redonner peu à peu espoir à tous (catholiques ou non).
Sinon le risque d'un effondrement, voire de schismes, est réel.
______

Écrit par : BCM / | 28/08/2018

VIGANO A DES AMIS PARISIENS

> http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/08/27/01016-20180827ARTFIG00267-le-pape-choisit-la-strategie-du-silence.php
Je n'entends pas faire de fixation sur les articles de Jean-Marie Guénois mais le 'Figaro' étant lu par des milliers de Français chaque matin, il est indéniable que ses positions exercent une influence qui est loin d'être négligeable.
Or, dans ce dernier texte consacré au libelle Vigano, Guénois explique - pour faire simple - que tout dans le document est digne de confiance : cet "évêque à la retraite réputé pour la précision de ses informations [...] avance des faits que personne, pas même le pape, n'est pour le moment en mesure de contredire"...
Avant toute réponse du Saint-Père sur l'affaire Vigano, Guénois est en mesure d'affirmer que le pape n'est pas en mesure de contredire quoi que ce soit !
On apprend par ailleurs de J.-M. Guénois que "Benoît XVI, en 2009, informé par une enquête interne des mœurs de [McCarrick] - très connues aux États-Unis -, avait pourtant et aussitôt déposé cet archevêque".
Or, McCarrick a cessé d'être archevêque en 2006, étant alors âgé de 75 ans.
En 2009, précisément, Benoît XVI chargea McCarrick de lire en son nom une lettre au cours de l'inhumation du sénateur Edward Kennedy au cimetière national d'Arlington. Cette information est disponible sur Wikipedia (page consacrée à McCarrick), que M. Guénois, en bon journaliste, aurait probablement dû consulter avant de débuter son entreprise de désinformation.
Comment le 'Figaro', journal de référence dans notre pays, peut-il fermer les yeux sur un tel manque de rigueur professionnelle ?
Il y a en effet des jours où on se sent une âme de zouave pontifical !!!

PV


[ PP à PV - Sur le plan de l'information (?) religieuse, un petit groupe ultra-conservateur fait la loi au 'Figaro' depuis plusieurs années : Guénois s'y est agrégé, alors que ses opinions antérieures n'allaient pas dans ce sens... Leur pression anti-François ne choque pas le lecteur moyen du 'Figaro', pour lequel le pape argentin n'est qu'un méprisable "socialiste hors-sol ne comprenant rien à l'économie". ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/08/2018

MANIPULÉ

> Tosetti mis à part, il semble que l'avocat américain Timothy Busch, lié à EWTN, donc au National Catholic Reporter, ait joué un rôle certain dans la publication du libelle.
Sur ce point, Vigano s'est semble-t-il "fait avoir" par Busch, qui l'aurait assuré avant publication que Benoît XVI avait validé le texte, ce qu'a infirmé hier Mgr Gänswein : le pape émérite n'a rien validé du tout.
https://www.ncronline.org/news/accountability/benedicts-secretary-reports-ex-pope-confirmed-viganos-letter-fake-news

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/08/2018

> Merci, très intéressant !
______

Écrit par : Ludovic / | 29/08/2018

L'EGLISE U.S. AU BORD DU SCHISME

> https://www.cath.ch/newsf/affaire-vigano-leglise-americaine-au-bord-du-schisme/
Intéressant article consacré à l'Église américaine, en situation de "schisme à l'état latent".
C'est en effet la communion avec le siège de Rome qui est sur le point d'être rompue pour certains évêques, comme celui de Tyler qui a fait lire le libelle par ses curés, en chaire dimanche dernier.
Il est toutefois regrettable que peu d'articles renvoient le texte de Viganò à ses contradictions factuelles.
Il en est un, toujours sur le site catholique suisse, qui résume bien les incohérences et établit la supercherie : https://www.cath.ch/newsf/les-erreurs-et-les-omissions-des-accusateurs-du-pape-francois/.
On aimerait que la presse française chrétienne s'en inspire !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 01/09/2018

LE MARIGOT CATHO-TRUMPISTE

> https://www.ncronline.org/news/opinion/distinctly-catholic/has-ewtn-schism-begun
Un autre article fort instructif qui fait le lien entre EWTN, le Napa Institute, le clan conservateur et la proximité avec les idées trumpiennes. Un beau marigot qui se serait formé non pas ces dernières semaines mais dès l'élection du pape François.
Avec ce commentaire : "how lucky they are to have a pope so committed to mercy" (comme ils sont chanceux d'être tombés sur un pape mettant autant l'accent sur la miséricorde)...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 01/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.