Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2018

Le libelle de l'ex-nonce Vigano contre le pape François

danger-ete-morsure-vipere.jpg

...est une manoeuvre américaine tordue menée par un personnage discuté, venue de l'aile "catholique" de l'ultradroite libérale-conservatrice, et visant à empêcher le pape de réformer l'Eglise :


 

Dossier si monstrueux  que Léon Bloy n'aurait pas hésité à y voir le vrai sujet des messages de La Salette, le scandale des prêtres abuseurs et des pédophiles est en soi d'une gravité infinie. Il appelle un traitement radical. Tolérance zéro et dénonciation à la justice. Filtrage vigilant dans les séminaires... Appliquées sur le terrain depuis dix ans avec des résultats, ces directives ont été édictées par Benoît XVI et confirmées par François, qui n'a donc pas à les annoncer de nouveau aujourd'hui.

Cependant c'est contre François que le scandale des abuseurs et pédophiles, relancé par le dossier de Pennsylvanie (remontant aux années 1940), est exploité aujourd'hui :  comme s'il était plus urgent d'abattre le pape que de cautériser l'abcès des abus dans l'Eglise.

La campagne contre François est menée parallèlement par deux camps, à "droite" et à "gauche" : 1. ceux qui haïssent très spécialement "Bergoglio" (parce qu'il dénonce le capitalisme néolibéral) ; 2. ceux qui combattent chaque pape (parce qu'ils voudraient voir disparaître l'Eglise, symbole d'un monde à abolir). Ultra-droite catho et cathophobes transhumanistes : normalement ces deux courants ne devraient pas converger. Mais contre François, ils convergent... C'est l'un des effets du drame des prêtres abuseurs et des pédophiles.

Pour preuve : aux Etats-Unis ce week-end, le lancement d'un libelle  anti-François par plusieurs publications proches de l'intégrisme et par le National Catholic Register, publication naguère honorable mais rachetée (2011) par EWTN, radio trumpiste "catho" allergique à la pensée socio-économique du pape. Libelle aussitôt exploité par l'autre camp : la mouvance "progressiste", qui rêve d'un post-catholicisme sans repères ni structures. Entre ces deux courants adverses, les mobiles sont contraires mais l'objectif est le même : forcer le pape à partir.

Le libelle est rédigé par l'ex-nonce aux USA Carlo Maria Vigano. Ce seul nom fait tiquer les connaisseurs : le prélat Vigano est un personnage discuté.  Evincé en 2011 de l'IOR (la banque du Vatican) et furieux d'être ainsi "puni" et expédié outre-Atlantique par Benoît XVI, Mgr Vigano est impliqué en 2012 dans le scandale des Vatileaks ourdi (contre le même Benoît XVI) par les conservateurs de la Curie et leurs amis journalistes. Mis à la retraite en 2016, il se lie aux agitateurs de l'ultra-droite bergogliophobe et adhère aux dubia contre l'exhortation apostolique Amoris laetitia. Mgr Vigano ressurgit aujourd'hui en signant le libelle de onze feuillets dans lequel il demande froidement la démission du pape François.  Motif allégué : le cas de l'ex-cardinal McCarrick, lourdement sanctionné [*] par François en juillet dernier et sous le coup d'un procès canonique pour dépravation homosexuelle.  L'ex-nonce, pour sa part, affirme qu'avant de prendre cette décision le pape avait fait de McCarrick son "conseiller de confiance"...

L'initiative de Mgr Vigano est singulière, de la part d'un ex-nonce "soupçonné aux Etats-Unis d'avoir obligé le diocèse de Saint-Paul Minneapolis à enterrer une enquête pour attouchements sur mineurs à l'encontre de son archevêque, Mgr John Nienstedt" (La Croix, 26/08).

On voit plus clair dans les mobiles de Mgr Vigano quand on voit à quoi tend l'accusation d'avoir fait de McCarrick un "conseiller de confiance" :  la preuve en est, dit-il, que le pape a promu "les archevêques de Chicago et de Newark".  Or ces deux archevêques, taxés de socialisme et de soutien aux immigrés, sont les bêtes noires de l'ultra-droite américaine...

En tout cas, voilà les aboyeurs de l'ultra-droite US (First things, Ross Douthat) rejoints par les post-cathos queer et trans, pour demander, d'une même voix, la démission du pape qui veut réformer en profondeur l'Eglise catholique !  Il y a là du mystère.

 

Je cède la parole à deux intervenants Facebook :

François Sarrazin
Accusations de Vigano : à manier avec extrême prudence. Le nonce en question a lui-même protégé l'ancien archevêque de Minneapolis-Saint-Paul au Minnesota (qui était coupable de protéger des prêtres agresseurs) en ordonnant la destruction de preuves incriminantes... https://www.catholicculture.org/news/headlines/index.cfm...

François Sarrazin
Quant à des sanctions de Benoit XVI contre McCarrick lui imposant de se retirer de la vie publique, il se trouve que l'ancien archevêque de Washington a continué pendant des années à présider des ordinations médiatisées. Il a aussi mené une délégation œcuménique de prélats et d’universitaires américains pour un voyage en Irak (en novembre 2012) : https://www.law.edu/International.../delegation-nov2012.cfm

Bruno Moysan
A mon avis, il ne faut pas être naïf... Mc Carrick était membre du CSIS où il y avait aussi Zbig, Woolsey, Farland etc... il est probable que ses agissements étaient couverts, si agissements il y a eu, en échange d'un soutien sans faille à la défense du capitalisme américain et à la lutte contre le communisme dans le contexte de la guerre froide et de la fin de l'empire soviétique... ! On est dans un contexte géopolitique, dont faisait partie aussi J.-P. II, qui voyait dans le communisme un péril supérieur à celui des dérives de moeurs individuelles. Il y aurait d'ailleurs toute une étude à faire sur la relation entre un certain nombre de structures soi-disant d'Eglise violemment anti-communistes, et tout aussi activement pro-capitalistes, et la politique anti-communiste américaine voire des officines comme la CIA... On aurait probablement des surprises... Aujourd'hui, Mc Carrick a 87 ans, il ne sert plus à rien. Autant le sacrifier en essayant de faire tomber le Papa Francesco au passage dont le côté écolo et anti-capitaliste gêne véritablement...

 

index.png

 

 __________

 [*]  exclusion du collège des cardinaux, interdiction de ministère et de parole publique, assignation à résidence en attendant le procès canonique.

 

Commentaires

TERRAIN

> Merci pour cet éclairage fort intéressant !
Même si traiter First Things d'aboyeurs est à mon avis un peu excessif. Leur contenu intellectuel est de qualité même s'il ne fait pas écho à vos propres convictions, et souffre de lacunes certaines.
Comme les faits semblent montrer que personne n'est irréprochable dans le traitement de ces affaires, ni au Vatican ni dans les diocèses ou les nonciatures, les divisions sont d'autant plus douloureuses et faciles : chacun peut avoir pour longtemps des arguments à renvoyer à la figure de clans adverses... Preuve que la réponse ne se situe pas sur ce terrain.
______

Écrit par : Pierre M. / | 26/08/2018

Patrice

Il y a une chose que je ne comprends pas: pourquoi ces affaires de pédophilie (en fait comme le dit la lettre du pape il n’est pas exact de parler uniquement de pedophilie: il s’agit d’abus (homo)sexuels au sens plus large - beaucoup de jeunes adultes sont touchés - et d’emprise) refont la une des journaux alors que Benoit XVI et le pape Francois ont largement denoncé tous ces abus et mis en œuvre la tolérance zéro ? De fait les affaires qui sortent concernent des périodes révolues. Et la tolérance zéro est appliquée de manière stricte mais parfois excessive, par exemple un prêtre harcelé par une fille de 17 ans peut être révoqué pour un geste déplacé.

Je suis un peu perdu. Est-on condamné à refaire la une des journaux à chaque fois qu’un diocèse exhume le passé souvent lointain ? Loin de moi l’idée de minimiser tout cela mais j’ai l’impression surtout que l’Eglise joue ici un peu maladroitement son rôle métaphysique (naturel, cf les béatitudes) de bouc émissaire de la société qui ne remet par ouvertement en cause les méfaits de la révolution sexuelle.

Ludovic


[ PP à Ludovic - L'Eglise s'est piégée initialement en persistant dans un réflexe obsolète (escamoter les drames pour les "régler" - ou pas - en interne). Impression désastreuse sur l'opinion publique une fois les scandales révélés : les évêques donc aussi le pape paraissaient vouloir nier l'évidence...
A partir de là, toute révélation supplémentaire, fût-elle très a-posteriori (années 1940-1950 en Pennsylvanie), fait aux gens l'impression d'un "nouveau scandale". Et toute "défense" de la part de l'Eglise devient inaudible, ne faisant que l'enfoncer un peu plus. Surtout quand des pervers de Curie et des cinglés ultra-conservateurs profitent de la situation pour tenter de renverser le pape !
Que faire ? Dire la vérité, serrer les rangs autour de François, et prier. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 27/08/2018

FORME ET FOND

> Sur la forme :
Le libelle de ce nonce en retraite, pour reprendre une formule gaullienne, n'est pas sans rappeler celui de l'abbé Vignon à l'adresse du cardinal Barbarin. Il n'y a pas de place, dans l'Église, pour ce genre de torche incendiaire destinée à abattre médiatiquement quelqu'un. Procédé vil qui ne devrait susciter que le désintérêt : l'opération transpire le règlement de comptes.

Sur le fond :
Vigano est arrivé à Washington en 2011. S'il a eu à connaître à l'époque de l'homosexualité de McCarrick, c'est à la congrégation pour la doctrine de la foi (donc au cardinal Müller) qu'il a dû en rendre compte. L'absence de sanction canonique tangible eu égard aux faits reprochés remonte bien à cette époque : McCarrick n'a été ni exclu du collège cardinalice ni défroqué. Rappelons qu'à la même époque, durant les derniers jours du précédent pontificat, l'Écossais O'Brien avait été mis au ban de l'Église pour des faits similaires : il passa le restant de sa vie habillé en civil dans une maison mise à sa disposition par son ancien diocèse. Or les faits reprochés à McCarrick sont certainement plus graves encore que ceux allégués à O'Brien. Je recommande à ce sujet la lecture d'un article du National Catholic Reporter (https://www.ncronline.org/news/accountability/seminary-under-mccarrick-rife-secrecy-fear-ex-priest-recalls). Du temps de son épiscopat à Newark, McCarrick invitait régulièrement les séminaristes du diocèse dans une maison en bord de mer appartenant à l'évêché. Il s'arrangeait pour que le nombre de lits soit insuffisant, de sorte qu'il puisse inviter le séminariste de son choix à coucher avec lui. Toute la hiérarchie savait, personne ne parlait. Les prédécesseurs de Vigano à la nonciature ont forcément su que l'homme qui était à la tête de l'Église américaine était en réalité un homosexuel usant de sa fonction épiscopale pour abuser sexuellement de séminaristes, et ce pendant des années.
Or, il faut ici rappeler que Jean-Paul II, jusqu'à l'extrême fin de son pontificat, ne voulait pas entendre parler de ces questions d'abus sexuels ; c'est Ratzinger, d'abord à la Doctrine de la foi puis sur la chaire de Pierre, qui apporta les réformes nécessaires. Hélas, les textes sont une chose, leur application en est une autre...
Qu'il y ait un lobby conservateur à la curie ne surprend personne. Rappelons ainsi que "le cardinal colombien Dario Castrillón Hoyos qui, en 2001, avait envoyé une lettre de «félicitations» à Mgr Pican, évêque de Bayeux, pour ne pas avoir dénoncé aux autorités un curé pédophile de son diocèse, a assuré récemment qu’il avait reçu le soutien de Jean-Paul II à l’époque" (Libération du 14 mai 2010). Vigano, pour des raisons personnelles, sape à son tour les efforts du pape pour lutter contre ce fléau. C'est méprisable.

Que faire pour aider le Saint-Père ? Prier pour lui et le soutenir partout où nous le pouvons. Samedi soir, à la veillée des familles, il est apparu amaigri, fatigué, bien moins souriant qu'à l'ordinaire. Très compréhensible quand on l'imagine remontant tous les jours ces torrents de boue qui surgissent de toutes parts. Saint-Père, nous sommes avec vous : "si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous" (Jean 15, 18).

______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 27/08/2018

DISCUSSION

> C'est bizarre, vous dénoncez par ailleurs l'idée d'un complot médiatique, et là vous nous présentez un complot de l'aile ultra de l'Eglise.
Il est possible que les déclarations de Mgr Vigano ne soit pas dénuées d'arrières pensées, mais faut-il rejeter pour autant ses déclarations d'un revers de manche ?

Pr T.


[ PP à Pr T. - Jamais, nulle part, je n'ai qualifié de "complot médiatique" le drame des prêtres pédophiles. Au contraire : j'ai toujours insisté sur l'aspect endogène et métaphysiquement monstrueux de ce crime.
Quant à Vigano, il suffit d'étudier son texte pour en voir la marque de fabrique. Ce sont de sordides règlements de compte personnels amorcés sous Benoît XVI, aggravés par la guerre de courants dans la Curie et la guerre des ultra-conservateurs US (liés à la politique) contre les "évêques de Bergoglio". Pas reluisant. ]

réponse au commentaire

Écrit par : professeur Tournesol / | 27/08/2018

D'OÙ ACTION

> Certains séminaires ont été des pourrissoirs, notamment aux Etats-Unis, en raison des tendances homosexuelles, pédérastiques, pédophiles d’une partie du clergé. Dont acte… D’où action ?
L’Irlandaise Marie Collins, ex-membre de la Commission pontificale pour la protection des mineurs et l’une des huit victimes reçues samedi soir à Dublin par le pape François, a estimé, après cette rencontre, que le pape a intégré comme l’un des points les plus sensibles du débat « la corruption de ceux qui couvrent » ces abus sexuels.
Ce qui ferait, aux dernières nouvelles, pas mal de monde à débarquer…
D’où action ! L’Eglise doit assumer son discours catéchétique sur l’homosexualité (articles 2357, 2358 et 2359 du CEC) et en tirer toutes les conséquences, en sanctionnant et en mettant à l’écart de tout ministère ecclésial tant les auteurs d‘abus que ceux qui les ont couverts. Où l’on trouvera sans doute autant de « conservateurs » que de « progressistes » parmi les prélats impliqués…
______

Écrit par : Denis / | 27/08/2018

PRUDENCE DE CERTAINS JOURNALISTES FACE AU LIBELLE VIGANO

« On ignore pour l’instant dans quel cadre Mgr Vigano, qui fut proche de Benoît XVI, a écrit ce texte. Quant à son intention, elle n’est évidemment pas d’aider le pape François, un pape dont il est notoirement éloigné et dont, avec d’autres, il fustige les signaux d’ouverture adressés, de loin en loin, à des publics longtemps bannis par le catholicisme, au premier rang desquels les homosexuels. Son texte est un étrange mélange de faits qui sembleraient être assez faciles à vérifier, du moins pour ceux qui ont accès aux archives de la curie romaine, de choses dont il dit avoir été le témoin ou l’acteur, et d’insinuations formulées sous formes de on-dit et de questions rhétoriques. »

Cécile Chambraud, ‘Le Monde’ 27/08

______

Écrit par : PP / | 27/08/2018

HOMOPHOBIE

> D'après ce que j'ai lu des accusations portées contre le pape, il m'a semblé qu'elles reposent sur un amalgame entre pédophilie et homosexualité. Si c'est bien ça, il serait important de le noter. Il n'y a pas pire homophobie.
______

Écrit par : Guadet / | 27/08/2018

DEUX DÉSINFORMATEURS PIEUX

> Le véritable but du libelle est assez manifeste dans la presse du jour : deux journalistes plutôt bergogliophobes se réjouissent à mots couverts de sa publication (Jean-Pierre Dickès et Jean-Marie Guénois) :
https://www.medias-presse.info/une-bombe-explose-au-vatican-le-pape-francois-est-mis-directement-en-cause-dans-les-scandales-sexuels/96989/
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/08/26/01016-20180826ARTFIG00151-gestion-des-abus-sexuels-le-pape-francois-mis-en-cause.php

Le moment choisi par Vigano pour publier sa lettre ne l'a pas été par hasard : la veille du retour du pape d'Irlande, pour forcer le pontife à affronter la vague médiatique lors de sa conférence de presse habituelle à bord du vol papal. Opération hélas réussie, puisque François a été assailli de questions sur ce thème, même s'il a été suffisamment clairvoyant pour ne pas y répondre. Ignorer un torchon de ce type était l'attitude à adopter.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 27/08/2018

@ Guadet

> c'est exactement ça.
Tout ça parce que l'injure "pédé" est la base des classifications sexologiques du beauf et qu'elle s'est répandue dans notre société de consommation qui, n'aimant pas se poser pour réfléchir, est synonyme de "beaufitude".
Du coup, il y répugnance à utiliser le terme "pédérastie" (le CRIME sexuel envers les enfants) et de ce fait une confusion aussi avec "pédophilie" (TENDANCE sexuelle envers les enfants qui doit faire l'objet de soins psy).
Le flou est l'arme du Diable.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 27/08/2018

@ Guadet

> Le sujet est plus compliqué que cela. Les agissements du cardinal McCarrick ne relèvent pas de la pédophilie mais de l'abus sexuel homosexuel (on parle de séminaristes, comme pour le père Maciel).
Ainsi, si l'amalgame homosexuel-pédophile est fait, il ne vient pas d'abord de la part des accusateurs du pape, il vient de toute la communication dans les médias où l'on parle de pédophilie pour décrire tout cela.
Cela n'enlève rien bien sûr à la gravité de ces abus sexuels, mais il ne faut pas non plus tout mélanger. Or ici ce mélange a d'abord pour but de nuire à l'Eglise car aujourd’hui dans la société un acte homosexuel est "bien" mais un acte pédophile est mal.
______

Écrit par : Ludovic / | 27/08/2018

À Denis :

> Pour avoir vécu quelques années à Boston (il y a dix ans), j'ai pu constater combien la communauté catholique, fortement ébranlée par l'épiscopat Law, plaçait tous ses espoirs dans le cardinal O'Malley. L'homme, qui y a fait du bon travail, doit à présent faire face aux révélations concernant le séminaire Saint-Jean. Ce dernier se transformait plusieurs fois par semaine en beuverie générale avec actes homosexuels entre séminaristes à la clef ; O'Malley, qui semble avoir découvert l'affaire tout récemment, affirme vouloir mettre de l'ordre dans tout cela (d'où son absence à Dublin)...
C'est indispensable en effet ! Quelle différence, sinon, avec la Rome des Borgia, où papes et cardinaux avaient maîtresses et enfants naturels ? Ne laissons pas l'Église du Christ sur la mauvaise pente. Ces scandales rendent le témoignage évangélique quasiment impossible : un coup de balai général s'impose pour repartir sur de nouvelles bases, plus saines.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 27/08/2018

INTRIGANT

> Pour votre info cette fois aussi, élément que j'ai vu apparaître aujourd'hui dans la controverse :
http://catholicherald.co.uk/news/2018/08/27/former-nunciature-official-vigano-said-the-truth/
Un français. Cela m'a intrigué !
Bon après-midi !
Pierre M.

[ PP à Pierre M. - Apparemment et d'après la presse US, il y aurait à redire à son sujet. Je vous tiendrai au courant. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre M. / | 27/08/2018

@ PP

> Nous nous sommes mal compris, vous ne dénoncez pas en effet de "complot médiatique", vous dénoncez dans un autre article les partisans de la théorie du complot médiatique.
La logique est la même, ce n'est pas parce que les médias se complaisent à parler de ces affaires qu'elles sont fausses, ce n'est pas parce que Vigano a des comptes à régler que tout ce qu'il dit est faux. Je constate d'ailleurs que c'est plus compliqué qu'une opposition au "progressiste" François, Vigano dénonce aussi les cardinaux Sodano et Bertone, qui sont plus conservateurs.
Dans le texte de Vigano, comme dans les écrits de la sphère catho-réac, il y a confusion entre abus sexuels et homosexualité. Certes la majorité des victimes sont des garçons, de l'enfant de choeur au séminariste, certes les pratiques homosexuelles sont condamnées par l'Eglise, mais ces gens ne semblent pas faire la différence entre une relation entre 2 hommes adultes consentants, et le viol d'un ado par un adulte abusant de son autorité.

Pr Tournesol

[ PP à Pr T. - Lisez ce que la presse italienne et Aleteia révèlent au sujet de Vigano, de ses intérêts et de ses mensonges (ma note du 28/08 ici). Quand au grimpe au mât de cocagne, il faut avoir la chemise propre... ]

réponse au commentaire

Écrit par : professeur Tournesol / | 27/08/2018

L'ÉTENDUE DU PROBLÈME

> On voit l'étendue du problème quand le Figaro utilise, le plus naturellement du monde, l'expression "gestion des abus sexuels" !
Non ! le pape ne "gère" pas des abus sexuels !
ni dans le sens "administrer",
ni dans le sens "refiler de l'argent pour que les victimes se taisent"
(comme les avocats de Michael Jackson)
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/08/26/01016-20180826ARTFIG00151-gestion-des-abus-sexuels-le-pape-francois-mis-en-cause.php

Une bonne analyse des raisons profondes de la pédophilie d'aujourd'hui (outre la nature blessée, l'existence du Mal) : le culte du moi, l'hédonisme, le thélémisme qui n'ont jamais été aussi encouragés qu'aujourd'hui puisque sur eux repose la société de consommation qui est la nôtre :
"Qui sont ces pédophiles qui rôdent autour des enfants des rues ? Y en a-t-il plus dans nos sociétés sans repères que dans les sociétés plus cadrées ? Ou ont-ils toujours existé mais n’avaient pas les moyens d’assouvir leur désir ? Je crois que le culte de la consommation qui caractérise notre époque libère les esprits pervers et les incite en quelque sorte à assumer leur perversion.
La publicité omniprésente agit sur les consciences et travaille précisément les strates profondes du désir. Il n’y a pas de raison qu’on désire une voiture, un téléviseur, de l’eau en bouteille ou des aliments biologiques.
Les publicitaires stimulent cette envie en montrant côte à côte le produit à promouvoir et une femme nue. Cette image agit comme un leurre : le consommateur ne possédera pas la femme exhibée mais le produit qu’elle vante.
Fouiller et refouiller les pulsions du désir, les stimuler sans cesse, doit sans doute avoir un impact sur les esprits fragiles et tordus. Et, quand on présente de beaux enfants blonds avec des yaourts, peut-être, dans leur confusion, les pervers ne comprennent plus ce qu’il faut désirer, l’enfant ou le yaourt, et libèrent leur pulsion qu’aucun impératif moral ne retient plus. "

Xavier Emmanuelli, dans "Out: l'exclusion peut-elle être vaincue ?" page 201
______

Écrit par : E Levavasseur / | 27/08/2018

LE VRAI PROBLÈME

> vous croyez donc impossible (d'où que viennent ces accusations) que le Pape ait pu lui aussi, comme le Cardinal Barbarin chez nous, mettre de la poussière sous le tapis ? Pourtant dans les matières humaines, le Pape n'est pas infaillible (Jean-Paul II avait bien fait preuve de négligence - pour le dire pudiquement - vis-à-vis du Père Maciel). Donnons au pape la présomption d'innocence mais ne faisons pas comme si par principe ce qui lui est reproché n'avait pu se produire.
L'Eglise est souillée par ces scandales. Le plus énorme serait que nous refusions ne serait-ce que d'envisager qu'à tous les niveaux l'indulgence et la négligence ait pu se loger.

Fred


[ PP à Fred - Vous déplacez le problème en faisant comme si j'invoquais un principe. Ce n'est pas le cas. Je suis journaliste, métier qui ne consiste pas à brandir des principes mais à faire des investigations. Or Vigano est tout sauf crédible : la presse italienne et Aleteia émettent les plus expresses réserves à son sujet, faits à l'appui. Ce personnage est un menteur et un intrigant. Lisez ma note de ce 28/08... ]

réponse au commentaire

Écrit par : fred / | 27/08/2018

TEXTE

> Monsieur, que pensez-vous de ce texte ?
https://www.theamericanconservative.com/dreher/catholic-cold-war-turns-civil-war/

Paulet


[ PP à Paulet - Je le lis et je vous en parle. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Paulet / | 27/08/2018

@ Philippe de Visieux :

> Sur les pratiques en vogue dans certains séminaires américains dont celui que vous évoquez, il faut lire "Goodbye, Good Men" de Michael S. Rose (2002, malheureusement non traduit en français). En particulier le chapitre 4, "The Gay Subculture".
______

Écrit par : Valérien / | 27/08/2018

BISHOPS

> Toujours pour votre info, la réaction très nuancée de la conférence des évêques des États-Unis... Qui appelle le Vatican à répondre
http://usccb.org/news/2018/18-143.cfm

Pïerre M.


[ PP à PM - Pas étonnant. Ils ont tellement à se reprocher qu'ils saisissent l'occasion de s'en défausser sur l'échelon supérieur. Par ailleurs, plusieurs d'entre eux sont impliqués dans l'ultra-conservatisme et allergiques au réformisme du pape... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre M. / | 28/08/2018

VRAIES

> Mgr Viganò a peut-être des arrières pensées et des fautes à son passif, mais cela ne signifie pas pour autant que ce qu’il dit est faux. Si la moitié de ses allégations sont vraies, c’est gravissime.

Bertrand


[ PP à Bertrand - Vous avez l'air de tenir à ce qu'elles soient vraies, et c'est ça qui est gravissime. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bertrand / | 28/08/2018

AUTORITÉ

> En lisant les différents textes, il me semble extrêmement difficile, vu de l'extérieur et à ce moment, de se prononcer. Les remarques de « Fred » et « Bertrand » tombent sous le sens ; vu de France, l'attitude du pape avec Philippe Barbarin pose problème et légitime ces inquiétudes quand au traitement des affaires américaines. Les réponses de Patrice de Plunkett sont sans doute justes mais nous n'en n'avons pas les garanties.
Plus généralement, on peut parler de mouvement "pédophile" de toute la société, dans un sens de régression infantile. Il est partout à commencer dans le système religieux. Ces enfants qui crient à la messe où courent dans les allées sans que personne n'ose ne rien dire sont le symptôme d'une société tétanisée par l'autorité, fonction paternelle s'il en est. Ici est aussi le germe de cette dérive face aux enfants, bien sûr non de la pédophilie dans le sens de perversité sexuelle, mais de cette incapacité générale à fixer des limites. Et nombres de parents, de religieux, sont porteurs de cette dérive générale terrifiés à l'idée de passer pour « pas cool », « réac », et plus encore décalés de la société comme catholiques.
______

Écrit par : Hébert / | 29/08/2018

@ Guadet

> C'est étonnant cette reprise du gimmick LGBT selon lequel "l'amalgame" entre l'homosexualité et la pédophilie serait "homophobe", un crime de lèse-morale nouvelle, en quelque sorte.
Il existe pourtant des liens.
Pourquoi y aura-t-il contradiction à être à la fois homosexuel et pédophile ? Parce l'une des deux tendances est acceptable et valorisée par la société, et l'autre détestable ?
En outre, on sait bien que, homosexualité ou hétérosexualité, la contrainte morale, la séduction, l'abus d'autorité sont souvent à l'oeuvre pour obtenir des "faveurs sexuelles" du partenaire adulte - partenaire habituel ou d'occasion. Il y aurait fort à dire sur la notion du consentement vrai et de ses frontières...
D'ailleurs dans l'une de ces affaires de moeurs qui secouent l'Eglise, ne s'agissait-il pas de séminaristes (adultes, légalement, on peut le présumer) ? Donc d'une affaire homosexuelle ?

RC


[ PP à RC - Criminologues et cliniciens le soulignent : la pédophilie se manifeste à l'égard des deux sexes. Il n'y a donc pas de lien nécessaire avec l'homosexualité. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Réginald de Coucy / | 30/08/2018

@ Hébert

> Oui je partage votre opinion et notamment sur l’infantilisation généralisée, la crise d'autorité et le "culte du cool" ; ce sont d'ailleurs des constats qui reviennent souvent sur ce blog.
Et en plus cette infantilisation s'accompagne d'une érotomanie continuelle, d'une recherche du plaisir. Alors comment s'étonner ?
réflexion intéressante d'une psychiatre : des pédophiles dans l'Eglise cela peut s'expliquer- dit-elle -par le fait qu'ils ont pensé que le sacerdoce serait une barrière qui les protégerait de leurs tendances.
(sauf que ni le sacerdoce ni la mariage ne servent à ça).

EL


[ PP à EL - Le dernier point que vous mentionnez (ce que dit la psychiatre) est profond. Il touche à la fausse conception qu'une partie des catholiques ont depuis le XIXe siècle : le prêtre censé être "protégé" par un statut supra-humain, et la religion fonctionner comme un surmoi freudien. Ça explique bien des dérives, et notamment l'entrée au séminaire de jeunes homosexuels croyant que la prêtrise, sorte de super-catholicisme institutionnel, les protégerait contre eux-mêmes... ]

réponse au commentaire

Écrit par : E Levavasseur / | 30/08/2018

@ PP

> le lien vers l'analyse en question :
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1515707-qui-se-cachent-derriere-les-pedophiles-tous-ne-sont-pas-les-monstres-que-l-on-s-imagine.html
elle est psychologue pas psychiatre mais cela n'enlève rien à la pertinence de son point de vue. elle a dû en rencontrer)

EL


[ PP à EL - Ne vous inquiétez pas, confondre psychologue et psychiatre est une habitude catholique. Le pape a donné l'exemple. ]

réponse au commentaire

Écrit par : E Levavasseur / | 30/08/2018

@ PP

> J'ai l'impression qu'au Moyen-Age, cette conception "supra-humaine" du prêtre n'avait pas cours. D'ailleurs ne disait-on pas d'une fille aux moeurs légères qu'elle "allait avec les prêtres" (on n'avait pas encore inventé le train...) ; ce qui devait correspondre à une certaine réalité, non ?
______

Écrit par : Feld / | 30/08/2018

MOYEN AGE

> l'image du prêtre au Moyen Age ?
un pauvre pécheur qui a reçu le sacerdoce

quelques images : https://twitter.com/robocopin/status/1035157631017668609
______

Écrit par : E Levavasseur / | 31/08/2018

à Hébert,

> "sur les enfants qui crient à la messe, ou courent dans les allées sans que personne n'ose ne rien dire".
N'est-ce pas un appel à l'évangélisation des parents et de l'entourage, qui sont désemparés ??
En effet les enfants regardent l'exemple des parents.
Donc, si l'on accompagne les parents à avoir une vie intérieure, alors les enfants pourront voir des parents qui mènent un combat spirituel, et qui ont un désir de sainteté, avec la grâce de Dieu.
Cela éveillera naturellement l'admiration des enfants envers les parents (donc le respect qui leur est dû).
Et si nous évangélisons les parents, en plus d'avancer dans leur vie intérieure, ils prendront naturellement soin de la vie intérieure de leur enfants, même dès qu'ils sont tous-petits, et les aideront à grandir en vertus : patience, douceur, générosité, obéissance... etc.
Aussi, je suggère que lorsque nous voyons des parents dépassés par le comportement de leurs enfants (qui ne l'est pas ?), au lieu d'y juger une incapacité à exercer l'autorité, nous pourrions plutôt y voir un appel à la fraternité spirituelle, en toute délicatesse et humilité, pour aider les parents à connaître ou avancer dans l'amitié avec le Christ et dans la vie intérieure..

PS : Et si nous étions à la place des enfants d'aujourd'hui, et subissions ce qu'ils subissent en terme de violences chimiques : quantité de polluants ingérés, dans l'alimentation, l'eau et l'air ; plus la quantité d'onde-électromagnétiques, la violence du contenu des écrans, la détresse affective des familles... franchement, n'aurions-nous pas, nous aussi, un grand besoin de crier et de courir ?
______

Écrit par : Isabelle Meyer / | 05/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.