Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2018

La douloureuse victoire de Dewayne Johnson

glyphosate,monsanto

La justice californienne condamne Monsanto à verser 290 millions de dollars au jardinier cancéreux ! Aux USA, en France, des milliers de malades attaquent la multinationale agrochimique :


Les jurés de Californie ont condamné hier Monsanto à verser 289,2 millions de dollars au jardinier Dewayne Lee Johnson, 46 ans, père de deux enfants, atteint d'un cancer du système lymphatique et n'ayant plus que deux ans à vivre selon les médecins. Les experts attribuent ce cancer à l'exposition à deux herbicides au glyphosate, Ranger et RoundUp, fabriqués et commercialisés dans le monde entier par la multinationale que vient de racheter Bayer.

Sur la base des avis scientifiques, les jurés estiment : 1. que le glyphosate est un "facteur substantiel" du cancer de Dewayne Johnson ; 2. que Monsanto n'avait pas informé ses clients des risques sanitaires, alors que ceux-ci "étaient ou pouvaient être connus à la lumière des connaissances généralement admises par la communauté scientifique au moment de la fabrication, de la distribution et de la vente (du Ranger et du RoundUp)" ; 3. que ce mutisme de Monsanto relève de "la malveillance".  A l'appui : des documents internes de Monsanto révélés à l'audience, et prouvant que la multinationale "savait depuis des décennies que le glyphosate, et en particulier le RoundUp, pouvait être une cause de cancer" – souligne l'un des avocats du malade;

Monsanto fait évidemment appel du jugement, au nom des avis favorables d'agences sanitaires européennes – qui avaient copié-collé l'argumentaire de... Monsanto.

La multinationale s'acharne à nier l'évidence parce que le glyphosate est "la clé de son modèle économique", rappelle Le Monde (12/08) : "l’entreprise est en effet spécialisée dans la vente couplée de l’herbicide et de cultures OGM (soja, maïs…) capables de le tolérer".

Des quantités immenses de glyphosate Monsanto sont encore répandus dans le monde : 800 000 tonnes par an. En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer a inscrit le glyphosate sur la liste des "substances probablement cancérogènes".

L'opinion européenne en est informée et fait pression sur les pouvoirs publics pour obtenir l'interdiction du produit, mais elle se heurte à la mauvaise volonté des officiels :

Bruxelles ne veut pas entrer en conflit avec Monsanto – et encore moins depuis que le géant US appartient au géant allemand Bayer, qui murmure : "nous nous appliquerons à gérer (?) de la manière la plus transparente et responsable (?) les actions en justice lancées dans différents pays", ce qui ne veut strictement rien dire.

Quant au gouvernement français, il affecte de vouloir proscrire le glyphosate... mais reporte à plus tard et prévoit, d'avance, de multiples dérogations : verbalement "soucieux de l'environnement et de la santé publique", les ministres successifs sont concrètement assujettis au diktat chimique de l'agro-industrie imposé par la FNSEA. Par ailleurs, l'agriculteur charentais Paul François, victime de lésions physiques graves et irréversibles, a eu gain de cause en 2015 contre Monsanto en appel  :  cet arrêt a été annulé par la Cour de cassation en 2017, décision de justice très évidemment souveraine et que nul n'oserait commenter. L'affaire revient en février 2019 devant la cour d'appel de Lyon. Prions pour que les juges lyonnais aient le courage des jurés californiens : que la jurisprudence française, désavouant la servilité de Bruxelles, donne un coup de boutoir au système agrochimique mondial !

ps - Citons aussi l'action en justice (TGI de Vienne, Isère) de Sabine et Thomas Grataloup, parents de Théo, né en 2007 avec de graves malformations de l'oesophage et du larynx, liées selon leur avocat à l'usage d'herbicide au glyphosate en début de grossesse."Les juges, qui sont aussi des citoyens et ont toujours une certaine marge d’appréciation, notamment sur la question du lien de causalité, n’en peuvent plus du cynisme de ces multinationales, qui est hors norme dans le cas de Monsanto", ajoute l'avocat.

 

 

glyphosate,monsanto

 

Commentaires

"RIGHTEOUS JUDGES !"

> « Prions pour que les juges lyonnais aient le courage des jurés californiens »… , dites-vous, cher Patrice, à propos de cet agriculteur charentais victime du glyphosate. Oui, prions de façon générale pour que les juges aient du courage, car à l’heure du discrédit du politique et des soubresauts égrotants et cependant vicieux du libéralisme à la sauce Mactrump, ils constituent le dernier rempart de nos droits !
______

Écrit par : Denis / | 11/08/2018

LOBBIES

> Heureux d'apprendre que Nicolas Hulot ait salué cette nouvelle : c'est en effet une probable guerre judiciaire qui s'engage contre Monsanto/Bayer. On le sent dépité lorsqu'il affirme que le poids des lobbies est tel que l'interdiction du glyphosate à trois ans ne pourra être anticipée...
PV


[ PP à PV - Et encore plus après son coup de téléphone à Brigitte Bardot, à laquelle il aurait dit : "mes dossiers sont bloqués par l'Elysée" ! Dans ces conditions pourquoi ne retourne-t-il pas à Saint-Lunaire ? ]

réponse au coimmentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 12/08/2018

LES HULOTS

> Parce que Saint-Lunaire n'est pas une déchetterie.
On veut le retour des crabes verts, des poinclos, des margates, des dragonnets, des gourneux et des minards, pas des Hulots.
Lu sur internet : "si on recyclait les conneries du gouvernement ça ferait de l'énergie bon marché et largement renouvelable."
EL

[ PP à EL - Mais Hulot est déjà à Saint-Lunaire... ]

réponse au commentaire

Écrit par : e levavasseur / | 13/08/2018

POURQUOI HULOT RESTE-T-IL ?

> B.B. aurait reproché à Hulot de ne rien faire concernant les abattoirs où, pour certains d'entre eux, les animaux sont tués et dépecés dans des conditions effroyables. L'idée d'introduire des caméras de surveillance est intéressante ; Hulot devrait plaider en sa faveur auprès de Macron. Le réquisitoire de Bardot affirmant que Nicolas Hulot est un ministre sans c... est sans doute excessif : il ne peut tout simplement pas faire de miracles au sein d'un gouvernement largement converti au dogme libéral. Sans doute reste-il dans l'espoir de faire avancer quelques décisions-phares, comme l'abandon (laborieux) de Notre-Dame-des-Landes.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 13/08/2018

à Philippe:

> je ne dirais pas que Hulot est sans c....s, je dirais que c'est un collabo. A ce niveau de danger, on ne cherche pas à sauver quelques miettes, on affronte l'ennemi et on gagne ou on perd mais on ne transige pas. Cela me rappelle un peu trop l'attitude de certains en 40...
J'ai été élu syndical et à ce titre j'ai bien vu comment fonctionne le monde politique et la haute administration régionale. je l'affirme haut et fort: il n'y a rien a espérer de ces gens là. Hulot ne pourra jamais rien faire et il le sait très bien. S'il était un tant soit peu sincère, il démissionnerait et rejoindrait Bové et quelques autres pour fonder un vrai mouvement écologiste-décroissant en dehors d'idéologies faisant tout pourrir.
______

Écrit par : VF / | 14/08/2018

"NOTHING AT ALL" ?

> "Le réquisitoire de Bardot affirmant que Nicolas Hulot est un ministre sans c... est sans doute excessif"
C'est surtout une affirmation gratuite qui demanderait vérification.
Des volontaires ?
On ne manquera pas de siffloter "Colonel Bogey" devant monsieur Hulot.
Quel cirque que la vie politique en France.

EL

[ PP à ET :
'Colonel Bogey' 1940 ?
"Hitler
he only has one ball
Goering
has two but very small
Himmler
has something similar
but poor old Goebbels has nothing at all !"
Mais la comparaison de JG avec NH n'est-elle pas un peu hyperbolique ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : e levavasseur / | 14/08/2018

PEINTURE VERTE

> Hulot est la peinture verte sur le capitalisme macronien disruptif. Fallait-il attendre autre chose de la coqueluche des médias dont la fondation est soutenue par nombre de multinationales peu recommandables et qui a fondé sa popularité sur une émission télé d'une chaîne qui vend du temps de cerveau disponible? Sans parler des shampoings etc...
______

Écrit par : Raphaël R. | 15/08/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.