Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2018

Les propriétaires de yacht refusent de soutenir la SNSM

snsm-st-tropez-sns-st-tropez-via-facebook-1024x768.jpg

Ingratitude à Saint-Tropez.  Une affaire à méditer :


 
Bailli de Suffren II, le canot 066 de la SNSM du golfe de Saint-Tropez – qui intervient jusqu'en Corse –  est âgé de trente ans ; seule unité de ce type dans le département avec le canot d'Hyères, il a réalisé l'an dernier 87 interventions, dont 90% entre le 15 juin et le 15 septembre.

En 2018 Il nécessite une pièce de rechange : faute de quoi il ne peut assurer de sauvetages cet été. La pièce est coûteuse : elle doit être spécialement fabriquée (en Italie) puis expédiée dans le Var. La SNSM n'a pas l'argent nécessaire. D'autre part, un successeur doit être donné à ce vieux canot : il faut acheter un Bailli de Suffren III et le rendre opérationnel au printemps 2019. La SNSM le finance pour 700 000 euros, la mairie pour 120 000, le conseil régional pour 300 000. Manquent 200 000 euros.

Le président de la SNSM tropézienne, Pierre-Yves Barasc, s'est donc tourné vers  le mécénat. "On a envoyé une lettre personnalisée aux cent plus grandes entreprises du Var. Une autre aux dix plus grosses fortunes françaises, propriétaires à la fois d'un bateau et d'une maison ici" :   Arnaud, Pinault, Lagardère, les sociétés du CAC 40...

Indifférence totale des millionnaires ! "En tout et pour tout on a eu deux réponses : le Byblos, qui a joué le jeu, et une personne qui ne nous a pas suivis", rapporte Barasc à Mer & océan. Il n'en est hélas pas surpris : depuis quinze ans, confie-t-il à Var-Matin, "pas un centime" n'est venu à la SNSM des grandes entreprises et des grandes fortunes.

J'entends d'ici les incitations à "ne pas généraliser". Je ne demande pas mieux que de croire à des trésors de générosité  (secrète) de la part de ces messieurs, et à leur désir de faire ruisseler sur le pauvre monde les cadeaux de M. Macron. 

Mais comment résister à la tentation de voir dans cette histoire tropézienne une allégorie ?

 

 

 

2017 : le SNS 066 au secours d'un yacht mal entretenu

snsm-st-tropez-bateau-feu-juillet-2016-sns-st-tropez-via-facebook.jpg

 

10:12 Publié dans Idées, Société | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : mer, millionnaires

Commentaires

> Entre les parasites financiers et les gens de mer, pas beaucoup d'affinités.
Yachts obscènes.
______

Écrit par : Bernard Delorme / | 30/07/2018

> Pinault réserve sans doute sa générosité à Jeff Koons.
______

Écrit par : L. Vallin / | 30/07/2018

A L'ENFER

> Cette note est l'occasion de "remonter" cet article écrit par Yves Meaudre en 2007, du temps de l'ancien 'Liberté politique'. Tout comme le bon vin, il se bonifie en vieillissant :
http://libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/L-argent
Extrait :
"Il n'y a aucune concession. Le choix est clair, le service de l'argent damne plus sûrement que la concupiscence, le pouvoir, les vanités du monde. Le Christ met en garde contre ces fautes mais il ne les met pas au même niveau d'exposition à l'enfer qu'il le fait avec l'argent."
______

Écrit par : Feld / | 30/07/2018

LA QUESTION

> Ce n'est pas nouveau pour qui les fréquente. Quand j'étais chef scout sur la côte d'Azur, je voyais bien qui participait ou pas et ceux qui récupéraient leur progéniture en Jaguar (c'était la voiture utilitaire...) et filaient en douce sans jamais donner un coup de main ou un kopeck à la fête de groupe... Le reste du monde n'est destiné qu'à les servir.
La grande question que je me pose est comment les évangéliser? Et est-ce possible? Le Christ nous dis que oui mais je sèche...
______

Écrit par : VF / | 30/07/2018

"MARCHE"

> L'appel au mécénat fait parti de la "Marche" vers l'ultra-libéralisme. Cela justifie les baisses d'impôts aux plus riches et cela illustre leur fonction de "premier de cordée" utile au bien public.
Il est rassurant de voir que les millionnaires résistent à cette marche. ;-)
______

Écrit par : Guadet / | 30/07/2018

PROMÈNE-JETSET

> les "yachts" aujourd'hui ? des promène-jetset de 50 m à moteur de paquebot. On est loin du 'Westward' goélette aux régates de Cowes en 1920.
______

Écrit par : A. Beken / | 31/07/2018

100 000 € L'HEURE

> Si vous voyez un jour le Zaca (ancien bateau d'Errol Flynn) ou le Shenandoah à Antibes, vous ne direz pas ça. Il existe encore de rares personnes qui aiment les vrais bateaux, même qu'ils naviguent, les bougres...
Sinon, les grosses caisses à savons, vous pouvez les voir au quai des milliardaires, toujours à Antibes et chaque fois, avec des amis on fait un concours à celui qui repère le truc qui à la plus grosse couche d'algues sous la coques...Comme ils ne sortent que très peu et servent pour beaucoup à organiser des "party"...de toute façon, à 100 000 € l'heure en mer...
______

Écrit par : VF / | 01/08/2018

RED ENSEIGN

> https://www.timesofmalta.com/mobile/articles/view/20180813/local/aquarius-at-risk-of-being-struck-off-ship-registry-as-migrant-standoff.686733
Un autre exemple d'ingratitude maritime : on annonce que le gouvernement de Gibraltar, colonie britannique, va procéder à l'annulation de l'enregistrement de l'Aquarius sous son pavillon (en réalité, il s'agit du pavillon civil rouge de la Grande-Bretagne, Gibraltar n'étant pas un État souverain). On imagine mal le gouverneur avoir agi de la sorte sans le feu vert de Mme May... qui ne veut en aucun cas partager l'accueil des migrants avec ses voisins du continent. C'est une décision politique ; les raisons techniques invoquées ne trompent personne.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 14/08/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.