Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2018

Le "trou d'air sondagier" de Macron

theorie-du-ruissellement-618x381.jpg

La rhétorique du ruissellement ne trompe personne :


 

Dépêches, éditoriaux et sites d'actualités renchérissent sur le "trou d'air sondagier" que subirait actuellement Emmanuel Macron. Celui-ci serait jugé ni "humble" ni "proche des gens" par 84% et 75% des Français interrogés... Les commentateurs invoquent des histoires de vaisselle de luxe et d'engueulade avec un gamin, comme si le destin de l'Etat dépendait de l'ameublement élyséen ou de la nervosité de l'élu dans les foules : on mesure à ça la dissolution du politique dans le people, opérée par les médias.

Mais ces médias sont moins à l'aise pour commenter une autre partie du sondage : 71% des Français trouvent que M. Macron n'est pas un président "juste". Pour avoir une opinion de cet ordre il faut avoir dépassé les images de la prétendue info-en-continu, avoir pris le temps d'examiner les mesures gouvernementales, et avoir conclu de leur comparaison que M. Macron est l'outil d'une classe sociale (microcosmique) contre les autres.

Le macronisme repose - quoiqu'il s'en défende - sur l'axiome du "ruissellement" qui est un mensonge : faire des cadeaux aux plus riches est censé profiter mécaniquement aux moins riches, car les plus riches, ou "premiers de cordée", "tirent tout le monde vers le haut". Mettre sa confiance dans la bonne volonté sociale des plus riches est une posture "grossière et naïve", constate le pape François dans La joie de l'Evangile. Quant aux Français sondés, 65% qualifient la politique Macron d'inefficace : ce qui veut dire la même chose. En effet les cadeaux fiscaux que fait M. Macron aux spéculateurs ne ruissellent pas : "ils s'évaporent", constate pour sa part le nouveau secrétaire général de FO. Tout part au casino financier global, puisque rien n'a été fait pour que ces cadeaux soient - en contrepartie - investis dans l'économie réelle... C'est ainsi que l'opinion populaire a décerné à M. Macron le surnom de "président des riches", et c'est pourquoi le pape lui a remis - suave ironie - une médaille de saint Martin partageant son manteau.

Combien de temps peut durer un pouvoir de classe affichant aussi dédaigneusement sa nature ?

 

818782-macron.jpg

11:35 Publié dans Macron | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : macron

Commentaires

MANOEUVRE

> Le pouvoir est très bien informé et Macron a été au courant de la tendance des sondages bien avant leur parution. C’est bien pour cela qu’a été créée la DGSI. Il a bien compris que ce « trou d’air «  peut être durable et s’installer dans l’opinion publique surtout avant les élections européennes qui sont une échéance cruciale pour lui.
D’où, à mon humble avis, la convocation du Congrès la semaine prochaine, histoire de reprendre la main et un peu de hauteur et sans doute à la rentrée un petit remaniement ministériel.
C’est aussi le sens de son déplacement en Russie pour assister aux derniers matchs de la Coupe du monde de football en lieu et place de l’annonce du plan sur la pauvreté. Une victoire serait un don du ciel pour Macron et lui permettrait de se re-légitimer aux yeux des classes populaires tout en apportant la démonstration que la diversité a du bon.
Mais le principal problème de Macron est quand même à l’extérieur avec son isolement croissant en Europe ( sans jeu de mot...). Pour l’instant Merkel reste en place mais elle est politiquement usée et l’Europe s’est scindée en deux camps, processus qui s’est confirmé avec les élections en Italie.
______

Écrit par : Ribus / | 07/07/2018

MANIFESTE

> Quelque chose m'échappe... Que l'on ne s'aperçoive pas chez les jeunes élèves des écoles de commerce que le ruissellement soit une escroquerie manifeste...
Quand on voit l'âpreté avec laquelle on racle tout ce qui peut aller directement dans la poche déjà pas bien grosse d'un salarié lambda, on sent bien que ce n'est pas pour le plaisir de le lui rendre à terme. C'est comme dire : "Je te donne un salaire inique, mais réjouis-toi, c'est pour ton bien" ?!?
______

Enfin, si "on" gagne au foot, je ne m'en fais pas pour les sondages...

Écrit par : Fernand Naudin / | 07/07/2018

CONCENTRATION

> La phénomène des latifundia - concentration de la richesse entre les mains d'une petite minorité - est très ancien. L'expérience montre qu'il dure jusqu'à l'appauvrissement même des plus riches et au sous-développement général.
______

Écrit par : Guadet / | 07/07/2018

INCOMPATIBLE

> Réponse d'un jeune professeur d'histoire-géo à sa grand-mère qui lui envoyait le Magnificat renversé du précédent article sur les bourgeois modérés.

" Chère Grand-mère,
Je crois que malheureusement, si l'on s'en tient à la Doctrine sociale de l'Eglise, une bonne partie du programme de la droite est incompatible avec le catholicisme.
Si les catholiques sont à droite, c'est au fond, avant tout une histoire de valeurs qu'ils souhaitent sauvegarder. Honte à la droite d'avoir instrumentalisé les catholiques à des fins électoralistes en lui faisant croire qu'elle avait des valeurs que la gauche dégénérée de la "génération 68" avait détruites. On s'étonnera du terme "libéral-conservateur" qui a émergé ces dernières années Prôner l'ouverture des marchés et invoquer le repli sur la "communauté nationale" n'a pas beaucoup de sens (...)
Tous les chemins de croix, Passions du Christ, et messages de l'Eglise sur l'économie ne pèseront jamais autant sur la balance qu'une mesure pour taper sur les syndicats et d'autres pour sauvegarder son pécule et le mettre de côté.
En d'autres termes, les haillons des pauvres disciples ne seront jamais aussi séduisants que le sourire bright de Macron. Mais, qui suivre ?
Combien de catholiques français ont voté Macron ? On le voit bien à Paris et j'imagine dans d'autres grande villes : la jeunesse catholique si l'on opère un raccourci, ne réfléchit plus. Elle fait des écoles de commerce plutôt que ses "humanités". Et à faire du commerce, on perd du même coup en humanité. Si l'on interroge pas ce qui nous entoure, on ne fait que suivre une ligne directrice que d'autres ont choisie (...)
Comme disait une dame licenciée par Boussac : "Soit tu sers tes frères, soit tu sers le fric, ben moi, j'ai choisi mes frères, du moins j'essaie".
Alors, devant tout ça : remettre Dieu au centre et être attentif aux autres pour lutter contre l'individualisme libéral.
______

Écrit par : isabelle / | 07/07/2018

BOURRAGE

> Moi, j'avoue que je vois plutôt que 40% des Français feraient encore confiance à Macron, au moins autant que ceux qui ont voté pour lui ! Un score qui aurait fait rêver les deux précédents présidents. Malgré sa violence, la politique libérale commence à s'imposer dans l'esprit des gens. Le bourrage de crâne fonctionne.
______

Écrit par : Guadet / | 07/07/2018

MACRONISME

> Les Français commenceraient-ils à intégrer dans leur jugement politique la philosophie profonde du macronisme ?
Ainsi, nous avons cru comprendre, ces derniers jours, que l’Elysée aurait apparemment deux politiques sociales, ou deux opportunités de gérer le social, deux moments sociaux, selon que les Français atteignent ou pas le sommet du football mondial…
Dès lors, le libéralisme façon premier de cordée, ou politique du gagnant-perdant (ou perdant-gagnant), pourrait se résumer comme suit :
– perdante, la République console son peuple avec un semblant de politique sociale, Jupiter acceptant que l’on taille une écharpe dans le manteau du soldat Martin pour couvrir le mendiant au coin de la rue, ou pour qu’il s’accroche à la cordée ;
– gagnante, elle s’assoit sur la politique sociale, l’écharpe de Martin devenant le fouet capable de convaincre le mendiant d’aller nicher ailleurs.
______

Écrit par : Denis / | 07/07/2018

LES RETRAITÉS

> En ce qui concerne les retraités par exemple, notre "prédisant" oublie qu'il s'agit de personnes qui ont travaillé 40h par semaine au lieu de 35, qui n'avaient pas de RTT,4 semaines de congés annuels et j'en passe... Et c'est sur ceux là que l'on fait peser un alourdissement de la fiscalité.
Pareil pour la famille qui est l'avenir de notre pays, et que dire du prélèvement à la source qui se concrétisera par une perte supplémentaire du pouvoir d'achat. Heureusement les anciens ont pris l'habitude de se restreindre de plus en plus! Merci M. le "Prédisant".
______

Écrit par : Vincent / | 08/07/2018

SI

> Vincent, si vous travaillez 35h par semaine, bénéficiez de RTT et de 5 semaines de congé par an, j'en suis très heureux pour vous. Mais vous auriez tort de croire que c'est un cas général. Il y a la loi, et il y a la réalité.
______

Écrit par : Lucas / | 08/07/2018

REPORT

> Je ne suis pas d'accord, l'effet de ruissellement fonctionne parfaitement: la charge de l'impôt est reporté sur les classes moyennes sont toujours plus imposées; le ruissellement est donc favorable à l’État... Il suffit de regarder par le bon bout de la lorgnette, le même que Monsieur Macron.
______

Écrit par : Benoit C. / | 09/07/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.