Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2018

"Antispécisme" : rien à voir avec l'écologie

269life.jpg

S'en prendre au boucher au lieu de mettre en cause l'économie productiviste ! L'antispécisme est l'écologisme des paranoïaques :


Façades aspergées de faux sang, vitrines brisées, tags "stop au spécisme"...  Des groupuscules attaquent les artisans bouchers. Ce matin, un conseiller de Gérard Collomb recevait une délégation des victimes de ces actes de vandalisme. Deux nouvelles attaques, à Angers et dans les Yvelines, ont en effet été commises depuis la lettre du syndicat de la boucherie demandant protection au ministre...

Fin mars, déjà, une "militante vegan" avait été condamnée à sept mois de prison avec sursis pour apologie du terrorisme : elle avait publié un tweet haineux à l'encontre du boucher tué dans un supermarché à Trèbes lors du carnage jihadiste ! 

Cette flambée d'hystérie est "le vrai visage des Khmers-verts de l'écologie", proclament bien sûr les sites de la tribu symétrique opposée : ceux qui s'intitulent "libéraux-conservateurs". Rappelons néanmoins quelques évidences :

►  l'écologie n'a rien à voir avec l'antispécisme. L'écologie est une science des relations ; l'antispécisme est un désir de tout confondre. Si tout se confondait, il n'existerait plus de relations... Qualifier les antispécistes d'écologistes est un amalgame injustifiable.

l'antispécisme mène à la paranoïa. Pousser une absurdité jusqu'à la violence, se servir d'une compassion (alléguée) envers les animaux pour haïr des êtres humains, invoquer le fusionnel pour frapper des personnes... Autant de symptômes de dérive sectaire dont la société américaine a donné de nombreux exemples, et dont l'antispécisme  - né d'un idéologue australo-américain - est un nouveau cas. S'en prendre à des artisans bouchers, c'est s'en prendre au fait intemporel de manger de la viande : donc s'en prendre à notre nature d'omnivores comme si le mal était l'humanité en soi - et non le système économique actuel, qui transforme en horreur l'élevage-abattage d'animaux au profit d'une consommation de masse immensément exagérée.

Le vrai problème en effet n'est pas de manger (ou non) de la viande : c'est la quantité de viande que l'on fait manger aux contemporains. Autrement dit l'industrie de la viande sous la pression du productivisme. Le monde occidental actuel mange beaucoup trop de viande, ce qui lui nuit à tous points de vue ; mais la cause  - loin en amont de l'étal du boucher - est le fait monstrueux de la surproduction croissante et de l'abattage industriel : c'est ce système qu'il faudrait abolir, avec l'univers productiviste global dont il fait partie. Vue sous cet angle, la question met donc en difficulté à la fois les écolophobes, défenseurs objectifs du productivisme, et... les agresseurs d'artisans bouchers, qui dénaturent et dépolitisent le combat pour le respect de l'animal. De même que l'antisémitisme était "le socialisme des imbéciles", l'antispécisme est l'écologisme des paranoïaques.

 

 

25f9c1066090c2cfc95ede1724322a54.jpg

 

Commentaires

PRÉDATEURS

> Si je puis me permettre une boutade (mais en est-ce une vraiment ?), les antispécistes, au nom de l'absence de distinction entre hommes et animaux qu'ils revendiquent, comptent-ils s'en prendre aussi à tous les animaux prédateurs ?
______

Écrit par : Sven Laval / | 03/07/2018

ANTHROPOLOGIE ?

> Il y a dans l'antispécisme la volonté de mettre toutes les espèces au même niveau; une vache, un crocodile ou un moustique ont autant d'importance qu'un homme... qui n'est évidemment pas créé à l'Image et à la Ressemblance de Dieu. Cette dérive est possible en partie parce que l'Occident chrétien a laissé de côté, et depuis longtemps,la question anthropologique.

Philippe


[ PP à Philippe - Mais aussi parce que la dérive post-cartésienne d'un certain catholicisme occidental l'a éloigné de la vraie vision biblique du mutualisme entre créatures, comme le souligne judicieusement l'encyclique 'Laudato Si' qui remet les pendules à l'heure !
Cette dérive a empêché les catholiques occidentaux de s'opposer à l'emprise du profit industriel sur le règne animal, qui aboutit aujourd'hui à un système atroce. (Sur ce sujet également, cf. l'encyclique). ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe / | 03/07/2018

ET RACISTES !

> William Kramps, de 'Drôle de drame', fait des émules semble-t-il. J'ai entendu un Américain, militant pour que les gorilles aient les mêmes droits que les hommes, dire : "comme pour les noirs". Comme quoi on peut être antispéciste et raciste.
______

Écrit par : Guadet / | 03/07/2018

BOTTES

> Pour rire un peu... Vu dans la vitrine d'une boutique parisienne : des bottes en caoutchouc rebaptisées ... bottes véganes !
______

Écrit par : Feld / | 03/07/2018

CONFUSION TOTALE

> Le prolongement de cette idéologie étant la confusion totale entre l'homme, l'animal, la machine...
J'ai lu récemment un article où l'on évoquait un satellite géostationnaire "en bonne santé". Dans le même ordre d'idée : le panneau de présentation d'un véhicule ancien indiquant l'endroit où ce dernier a "fini sa vie".
______

Écrit par : Feld / | 04/07/2018

à Philippe :

> La vision antispéciste se rapproche également (mais sans lien aucun) de celle du bouddhisme qui place lui aussi sur un pied d'égalité tous les êtres vivants. Un bonze réveillé par un moustique ne le tuera donc pas, l'atteinte à la vie sous toutes ses formes étant un interdit absolu.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 04/07/2018

"PROCHAINE FRONTIÈRE"

> Cela fait pas mal de temps que j'attends la prochaine frontière de la lutte éternelle contre le Mal : la défense végétaliste, ou antispécisme intégral. On empêchera enfin les animaux de manger les végétaux (oh les vilains moutons !), ceux-ci envahiront tout librement et ne souffriront plus, nous nous nourrirons de molécules de synthèse, ce sera merveilleux.

@ Philippe : oui, il y a urgence à diffuser l'anthropologie et la cosmologie chrétiennes, non déformées !

PS : je vous passe les délires des candidats de filière S/ES au bac de Français, à l'écrit, cette année, à partir d'un sujet sur le rapport des humains aux animaux (dans des textes argumentatifs)... J'ai lu plusieurs fois que "les animaux aussi sont des êtres humains"... L'inverse est vraie, mais là, la confusion mentale règne. Je m'interroge souvent sur l'influence de Disney, et des dessins animés à bêtes parlantes anthropomorphiques en général, sur ces délires de notre temps. Sans parler du poncif, que doivent essuyer tous les profs de philo en Terminale, au moment du cours sur le langage : "Ben si, les animaux parlent, on les comprend pas, c'est tout"... S'ensuivent des distinctions entre langage, code, message, etc. Bref, nous avons du boulot !
______

Écrit par : Alex / | 04/07/2018

@ Sven Laval ne croit pas si bien dire !

> Jetez un coup d'oeil sur le lien suivant (s'il fonctionne encore)
Le lion qui dévore la gazelle risque d'avoir des ennuis avec les Vegan...
https://m.youtube.com/watch?v=Eq3vgsLeKmk#
Le discours antispéciste est proprement hallucinant (tragi-comique...) ; là, nous avons un fleuron.
______

Écrit par : Réginald de Coucy / | 04/07/2018

RIEN

> Les vegan refusent les vêtements en laine ou en cuir parce que ça vient du mouton et de la vache. Ils rejettent la consommation du miel avec horreur parce que "c'est la propriété des abeilles"
Mais ça ne les empêche pas d'approuver l'IVG ! Ôter la vie d'un foetus n'est rien, comparé au crime commis en portant des mocassins en cuir d'agneau...
______

Écrit par : Réginald de Coucy / | 04/07/2018

> Un documentaire à voir sur YOU TUBE:
https://www.youtube.com/watch?v=hJAKWQ6dDpQ
______

Écrit par : Robert Culat / | 04/07/2018

LE DISCOURS DE RUFFIN

> L'antispécisme part sans doute d'un sentiment d'injustice légitime contre la violence contre les animaux exacerbée aujourd'hui. Il reste cependant injuste dans la mesure où les animaux ne sont défendus que parce qu'ils sont un agrément pour le consommateur.
On en voit plein des gens sur les réseaux sociaux qui "likent" des photos de chats mignons ou qui commentent des images de chiens qui portent assistance à des humaine, avec le commentaire "nous ne les méritons pas". Evidemment ces internautes ne savent pas que ces animaux sont maltraités pour permettre de réaliser l'image qu'ils visionnent.
Cette logique a été assez loin pour permettre l'impensable. Certains vegan sont allés donné du "lait de soja" en poudre à leur bébé. Lequel est mort à sept mois. https://www.lci.fr/sante/deces-d-un-bebe-apres-avoir-ete-nourri-au-lait-vegetal-4-choses-a-savoir-sur-cette-boisson-2052484.html Exit les "on peut vivre sans manger de protéine animale, j'en suis la preuve vivante". Mais la folie ne s'est pas arrêtée pour autant.
La Bible propose quelque chose d'équilibré quand Dieu demande à l'homme de vider l'animal de son sang avant de le manger. Ce rite est une marque de respect envers l'animal. Dieu ne nie pas la dimension omnivore de l’homme mais lui rappelle que cette mise à mort est pour plus de vie (et non pas une instrumentalisation égoïste de la création).
Le discours ambiant empêche de trouver une voie équilibrée entre le véganisme et le consumérisme égoïste. Les deux sont une négation de la nature. Les FMN n'ont pas de mal à mettre des labels "vegan" sur leurs produits. Est-ce qu'on peut se donner bonne conscience juste parce que le produit mélangé à la gomme xanthane, usiné en Inde, emballé en Chine et cultivé en Roumanie n'a pas fait de mal à toutou? Est-ce que me pâmer devant 30 millions d'amis fait de moi un écologiste? Ou bien dois-je plutôt rechercher un respect plus global de la nature?
Personnellement, j'ai beaucoup aimé le discours de François Ruffin à l'Assemblée sur la souffrance animale: soucieux de la souffrance animal parce qu'humain omnivore; ni spéciste, ni consumériste. https://positivr.fr/francois-ruffin-plaidoyer-poules/
______

Écrit par : Cyril B / | 05/07/2018

"NÉOCATHARISME DE RICHES"

> La question posée par Sven est au contraire très pertinente.
Personnellement je demande aux antispecistes et vegans "avez-vous des canines ou que des dents plates comme les herbivores? "
Puisque "nous sommes des animaux comme les autres" pourquoi nous reprocher de nous comporter comme des animaux carnivores ?
Le refus du cuir pour les chaussures entraîne un recours au dérivés du pétrole (plastiques) ou aux produits de l'agriculture intensive (plantations au kilometre d'arbres à caoutchouc avec déforestation à la clef : aussi illogique que le carburant bio ou les centaines d'hectares couverts d'éoliennes pour remplacer une centrale).
Tout ça est une sorte de neocatharisme de riche.
______

Écrit par : e levavasseur / | 05/07/2018

@ Alex

> On peut reprocher beaucoup de choses aux studio Disney (et, sait-on jamais, M. Disney serait peut-être un des détracteurs). Mais en ce qui concerne des animaux parlants, j'ai eu dans mon enfance à apprendre quelques textes utilisant ce procédé. Ah bon, vous aussi...
Peut-être que certains films ont influencé les opinions, mais si tel est la cas, je mettrais plutôt en cause la disparition d'une capacité de mise en perspective des spectateurs.
______

Écrit par : olivier / | 06/07/2018

Lu et entendu:
-"La vache est décédée"
(Non, elle est MORTE)

N'oublions pas les articles sur les zoos qui ressemblent aux communiqués du palais royal**:

-"La femelle panda a accouché "
(Elle a "MIS BAS")
d'ailleurs c'est le plus souvent "la maman panda"

-"La maman panda est enceinte"
(Elle est "PLEINE")

Les mêmes journalistes vous résument le prochain episode de votre série préférée "Jessica découvre que Kevin a mis enceinte Kevina "

**d'ailleurs si l'on parle de palais royal, on lira "palais royale"

Pour le reste j'ai simplifié l'orthographe car on lit plutôt :
"La maman panda à accoucher"
(mais bon... à partir du moment où "homard m'a tuer")
______

Écrit par : e levavasseur / | 06/07/2018

LEURS DÉLIRES

> Tout cela est proprement hallucinant.
Merci à Réginald pour le lien et l'avertissement qui allait avec. Mieux vaut être averti avant d'être exposé à ce genre de délire.
J'espère que les végans, et tout particulièrement celui de la vidéo, ne se déplacent qu'à pied, ou à la rigueur en vélo à très petite vitesse, de peur de percuter un insecte avec le véhicule qui les transporte.
Si j'ai bien compris la vidéo, il faut mettre tous les lions en camp de concentration de façon à leur fournir la nourriture non animale enrichie de compléments qui leur permettra de de pas mourir.
Mais qu'en est-il des hirondelles ? Si un lion mange plusieurs centaines de gazelles durant sa vie, une hirondelle mange chaque semaine plusieurs centaines d'insectes. Que de crimes à son actif !
En plus ces illuminés sont inconscients des réalités écologiques. Les lions vont en priorité manger les bêtes malades et affaiblies, limitant les risques d'épidémies. En l'absence de prédateur, si, par chance, aucune épidémie ne se déclare les gazelles deviendront si nombreuses qu'elles épuiseront les pâturages et mourront de faim. Est-ce un sort moins douloureux et plus enviable qu'être mangé par un lion ?
Et du lion trop âgé ou blessé, incapable de chasser et qui meurt lentement de faim, on ne fait pas mention. Il n'a droit à aucune compassion parce qu'il est un carnivore ? Ne serait-ce pas du spécisme par hasard ?
______

Écrit par : Bernadette / | 07/07/2018

ÉGAUX

> À y bien réfléchir il y a vraiment une parenté des antispécistes avec les racistes. Comme ceux-ci, ils voient une continuité dans le règne animal. Ainsi Darwin voyait une hiérarchie continue allant de l'Anglo-Saxon au coquillage, en passant par le Français, le Noir, les singes … À partir du moment où l'on voit les Français ou les Noirs comme des égaux, pourquoi pas les vaches et les poules ?
______

Écrit par : Guadet / | 07/07/2018

DEUX POIDS

> Tuer un chien peut actuellement mener à la prison ferme. Tuer un enfant dans le sein de sa mère ?
https://fr.news.yahoo.com/chien-tué-au-couteau-an-143842444.html
______

Écrit par : Feld / | 12/07/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.