Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2018

Les maires abusifs... et les "catholiques non-pratiquants"

large.jpg

Le maire de droite d'une ville du Nord (Roncq, 13 657 habitants) annonce son intention de retirer une église au culte sans même avoir consulté le diocèse :


C’est l’archevêque de Lille, Mgr Ulrich, qui a donné le premier coup de poing sur la table la semaine dernière. Résumons : en novembre 2016, l’ancien maire de la ville de Roncq, dans le Nord, décide de fermer l’église St-Roch à la suite  d’un "rapport d’inspection du bâtiment révélant une fragilité des voûtes". En juin 2017, un nouveau maire est élu sous l'étiquette Les Républicains. Il a 43 ans, il s’appelle Rodrigue Desmet. En mai 2018, il déclare : "L’église doit animer un quartier, être ouverte à tous. Ce n’est pas ce que permet le culte.... Je ne suis pas prêt à restaurer ce bâtiment sans un vrai projet qui concernera toute la population, et pas seulement les chrétiens."  Autrement dit : le maire veut changer autoritairement l'affectation de l'église.

Ce maire serait-il christianophobe ? Ce n'est même pas sûr. Il veut changer l'affectation du bâtiment de l'église St-Roch, mais il veut changer aussi (non moins autoritairement) la destination de l'école roncquoise de musique : institution tout à fait laïque et qui marchait très bien (340 élèves, 28 enseignants dont beaucoup de bénévoles) ! M. Desmet veut la transformer elle aussi en service d'animation municipale.

Le coup de force du maire sur l'école de musique indigne une partie de la population et du conseil municipal, qui réclament "le retour au dialogue entre le maire et les enseignants". C’est aussi ce que réclame Mgr Ulrich dans l’affaire St-Roch. Le coup de force du maire contre l’église, dit-il, est illégal. M. Desmet dit avoir fermé St Roch pour faire émerger des idées ? Mais des idées pour l’avenir de l’église, l’évêque en avait proposé à la mairie : en 2012, en 2015, en 2017... Il s’apprêtait à en proposer encore en ce mois de juin 2018. Et ces idées venaient des paroissiens roncquois.

D’où la fermeté de l’évêque : « Monsieur le maire tente un coup de force, alors qu’une rencontre entre lui et moi est prévue en juin. Mais je ne le rencontrerai que lorsque l’église aura été rouverte, puisqu’elle a été fermée sans respect des règles. » Les règles de la loi laïque de 1905, bien sûr, qui réserve les églises catholiques aux célébrations du culte catholique...

Prétendre changer la destination d"une église sans accord préalable avec le diocèse est contraire à la loi républicaine.

D’où vient qu’un maire puisse se comporter de cette façon ? Sans doute, en partie, de l’intolérance antireligieuse ambiante : "sociétale" donc liée au néolibéralisme, la méconnaissance de la foi catholique, et le mépris envers les citoyens qui la professent encore, imprègnent aujourd'hui des pans entiers de la société française.

Balayons cependant devant notre porte. Si des maires veulent fermer des églises, c'est qu'elles sont "vides". Mais la chute de la pratique religieuse vient d'une évaporation de la foi : se dire "catholiques non pratiquants", ne plus participer à l’eucharistie, manifeste (pour le moins) une certaine indifférence envers le coeur même de la foi. Or voilà des "catholiques"  qui n'éprouvent pas le besoin vital de communier au corps du Christ - mais qui vont ensuite clamer sur Twitter et Facebook que fermer des églises est une atteinte à leurs "valeurs", et que "ça fait le jeu de l'islam" ! Nous visons une époque bizarre.

 

 

 

B9715068928Z.1_20180315152627_000+GI1AT6LGQ.1-0.jpg

 

20:10 Publié dans Eglises, Société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : églises

Commentaires

DE DROITE

> Le plus instructif est que cet élu est de droite.
S'il avait été de la méchante gauche "cathophobe" etc, ça serait passé inaperçu.
Mais là...
______

Écrit par : René Bischoff / | 08/06/2018

SI...

> Si elle avait été occupée par des réfugiés, on aurait vu une armée de croisés du net agiter leurs étendards, mais là, me direz-vous, il y a sûrement de bonnes raisons.
______

Écrit par : Anne Josnin / | 08/06/2018

LA MAIRIE

> Cette église d'avant 1905, est un lieu de culte reconnu, et concernant la structure, l'entretien, les travaux sont à charge de la mairie, ne lui en déplaise.
______

Écrit par : franz / | 09/06/2018

MAIRES, ÉGLISES, ÉCOLES

> Il semble que la plupart des maires se rendent compte qu'il faut économiser car les finances vont aller sans cesse diminuant. Après, c'est sur la manière de faire qu'il y a beaucoup à dire.
Concernant l'église Saint-Roch à Roncq, si la commission de sécurité a statué que l'état de l'édifice ne permettait pas d'y accueillir du public en toute sécurité, le maire est obligé de fermer l'église tant que les travaux ne sont pas réalisés. Je ne connais pas l'état des finances roncquoises, mais peut-être est-ce un gros investissement n'intéressant qu'une faible partie de la population. Pour beaucoup, il suffit que l'église soit là en tant que patrimoine.
Par contre, concernant l'école de musique, c'est l'aberration la plus complète. Le résultat, c'est que deux concerts de qualité, gratuits et drainant un nombreux public, ont été annulés et que les inscriptions à l'école de musique seront plus coûteuses. Sans doute la musique doit-elle être réservée à une élite fortunée ?
Les professeurs n'auront paraît-il plus droit qu'à cinq semaines de congé par an. Or ils ont dû faire des études et leur salaire mensuel est peu élevé justement parce qu'ils ne travaillent qu'en période scolaire. Si on les fait travailler plus, il faudra les payer davantage, ce qui pèsera sur les finances de la commune. Et on n'a même pas réfléchi au problème des vacances. Les élèves seront-ils tenu de prendre leurs vacances aux mêmes dates que leur professeur ou bien les élèves de guitare auront-ils cours avec le professeur de trombone durant les vacances de leur professeur d'instrument ?

Bernadette


[ PP à Bernadette - Concernant l'église St-Roch : le problème n'est pas sa fermeture pour raison de sécurité, mais la déclaration du maire contre l'affectation de l'édifice au culte. Cette déclaration viole de façon flagrante la loi de 1905. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bernadette / | 10/06/2018

LE PROBLÈME

> Il faut quand même reconnaître que les choses ont changé depuis la construction de l'église Saint Roch.
A l'origine, les paroissiens du Blanc-Four, hameau éloigné du centre-ville, ont voulu une église car ils avaient trop de chemin à faire sur une route souvent boueuse. C'était l'époque où la majorité des habitants se déplaçaient à pied, les plus riches en carriole, et où les églises étaient pleines. Maintenant, on prend sa voiture pour un oui pour un non et ne nous leurrons pas, dans quelques années il n'y aura plus assez de desservants pour proposer une messe dans chacune des deux églises de Roncq.

Bernadette


[ PP à Bernadette - De tout cela (et de la sécurité) le maire aurait pu et dû discuter avec le diocèse, qui est très ouvert au dialogue. Ce n'a pas été le cas, et Mgr Ulrich le déplore.
Mais surtout, la déclaration du maire à l'encontre de l'affectation du bâtiment au culte est une violation pure et simple de la loi de 1905. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bernadette / | 10/06/2018

à PP

> là, parfaitement d'accord avec vous.
______

Écrit par : Bernadette / | 10/06/2018

V et S

> "Nous viVons une époque bizarre" ? Mais "visons"-la aussi avec des idées d'évangélisation...
______

Écrit par : Alex / | 11/06/2018

AUX ÉLUS

> Avant de donner des cours de laïcité et de droit aux imams, on ferait bien d'en donner aux élus.
______

Écrit par : professeur Tournesol / | 13/06/2018

INVERSE

> Affaire inverse à Beuzeville-au-Plain (commune déléguée de Sainte-Mère-Église), dans la Manche, qui soulève la question des églises rurales:
https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Manche-maire-exige-celebrations-tiennent-eglise-2018-06-15-1200947554
______

Écrit par : Pierre Huet / | 20/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.